Rejoignez-nous

Santé

Nestlé en bonne voie pour atteindre ses objectifs de durabilité

Publié

,

le

Le groupe s'est dit surpris par la résistance du moral des consommateurs, notamment en Chine, où les ventes en volume ont augmenté au premier semestre (archives). (© KEYSTONE/EPA/MARK R. CRISTINO)

La direction de Nestlé estime la multinationale alimentaire bien partie pour atteindre ses objectifs de durabilité. "Nous sommes convaincus que nous atteindrons la plupart des objectifs" a déclaré jeudi le directeur financier (CFO) sur le départ François-Xavier Roger.

Dans son intervention à l'occasion d'un évènement organisé par Bernstein, le dirigeant s'est montré particulièrement confiant en ce qui concerne la réduction des gaz à effet de serre, affirmant que d'ici 2025, les émissions de CO2 devraient être, comme prévu, inférieures de 20% à celles de l'année de référence 2018.

Par ailleurs, les ambitions de Nestlé en matière de durabilité pourraient bien s'avérer moins onéreuses qu'initialement devisé. Alors que le colosse veveysan tablait pour la période 2021-2025 sur un montant d'environ 1 milliard de francs par année pour atteindre ses objectifs ESG, "nous devrions au final dépenser un peu moins que les 5 milliards prévus", a déclaré le CFO, signalant des gains d'efficience.

Effet limité de l'inflation

Malgré l'érosion du pouvoir d'achat en raison de l'inflation, le public continue d'être fidèle aux produits Nestlé. "Aux États-Unis, nous observons une grande capacité de résistance, ce qui nous a surpris", a signalé François-Xavier Roger.

Certes, la suppression progressive des aides gouvernementales mises en place lors de la pandémie de Covid-19 "se répercute un peu sur la consommation", mais seulement sur certains segments, comme celui des surgelés, où le groupe n'est pas très exposé.

Le Français n'a pas caché son étonnement face à la résistance du moral des consommateurs dans les pays en développement, où l'envie d'acheter n'a pratiquement pas diminué.

"Et nous ne pouvons pas non plus nous plaindre de la Chine, les ventes en volume y ont augmenté au premier semestre", a poursuivi le CFO, confirmant dans la foulée que la croissance interne réelle (RIG) devrait à nouveau être positive pour la deuxième moitié de l'année.

Date de départ incertaine

La table ronde organisée par Bernstein pourrait être l'une des dernières apparitions de François-Xavier Roger comme grand argentier de la multinationale veveysane, après l'annonce de son départ fin mai.

Mais on ignore actuellement quand Anna Manz, désignée pour lui succéder, prendra ses nouvelles fonctions. Lors de l'annonce de sa nomination, Nestlé avait laissé entendre que sa future CFO rejoindrait le groupe sitôt qu'elle serait libérée de ses engagements auprès de la Bourse de Londres.

Après plus de huit ans en poste, le sexagénaire ne semble pas pressé de quitter son employeur. "Je veux m'assurer qu'elle fasse une entrée réussie", a déclaré le sortant, qui entend garantir une transition sans heurts.

Interrogé sur ses projets d'avenir, François-Xavier Roger est resté fuyant, tout en affirmant qu'il ne comptait pas encore prendre sa retraite. Il devrait dans tous les cas faire son entrée au conseil d'administration de Sandoz, filiale dévouée aux génériques du géant pharmaceutique Novartis en passe d'être autonomisée, où il brigue la présidence du comité d'audit, risque et conformité.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

International

Le brasseur Kirin jette son dévolu sur les cosmétiques Fancl

Publié

le

Kirin cherche d'autres opportunités de croissance face au recul de la population japonaise et à l'évolution des goûts (archives). (© KEYSTONE/EPA/KIMIMASA MAYAMA)

Kirin a annoncé son intention d'acheter pour quelque 220 milliards de yens (1,25 milliard de francs) Fancl, groupe japonais de cosmétiques et compléments alimentaires, cherchant ainsi à diversifier ses revenus face à la tiédeur de son coeur de métier.

Le géant nippon de la bière Kirin, qui depuis 2019 possède déjà 33% de Fancl, veut s'offrir le reste des actions via une offre publique d'achat (OPA) qui débutera lundi, selon un communiqué du brasseur publié vendredi.

Le conseil d'administration de Fancl a exprimé un avis favorable à l'OPA.

Le titre de Kirin a reculé de 1,52% vendredi à la Bourse de Tokyo, tandis que celui de Fancl s'est envolé de 21,22% à 2284,5 yens à la suite d'informations de presse annonçant le rachat.

L'action Fancl a atteint la limite autorisée sur une séance et devrait progresser encore après le week-end, car Kirin va offrir 2690 yens par action, soit une prime de 42,7% par rapport au cours de clôture du titre jeudi.

Le géant des boissons espère boucler cette opération d'ici la fin de l'année, après quoi Fancl sera retiré de la cote, a précisé un porte-parole du groupe à l'AFP.

Kirin "vise à devenir un leader mondial de la +création de valeur partagée+ en créant de la valeur dans des domaines allant de l'alimentation et des boissons aux produits pharmaceutiques" et en transformant les problèmes de santé des consommateurs en opportunités de croissance", a rappelé le groupe dans son communiqué.

Dans ce même but, Kirin avait déjà fait l'acquisition l'an dernier du fabricant australien de vitamines et de suppléments alimentaires Blackmores pour plus d'un milliard d'euros.

En 2023 les boissons alcoolisées ont représenté près de la moitié du chiffre d'affaires de Kirin, et quasiment 60% de son bénéfice opérationnel.

Il a cependant noté à l'annonce de ses résultats annuels en février que l'environnement sur ce marché avait "changé en raison du déclin de la population (japonaise, NDLR) et de la diversification des goûts", prévoyant à long terme des "incertitudes" quant au "déclin du marché".

Kirin espère que l'acquisition de Fancl l'aidera à faire décoller les résultats de sa division de produits liés à la santé (5% de ses ventes totales), qui a quant à elle subi une perte opérationnelle l'an dernier.

Le marché mondial des suppléments alimentaires a pesé 177,5 milliards de dollars en 2023 et devrait connaître un taux de croissance annuel de 9,1% jusqu'à 2030, selon la firme d'analyse Grand View Research.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Tesco profite au 1er trimestre du relâchement de l'inflation

Publié

le

Les ventes dans les supermarchés Tesco ont progressé outre-Manche (archives). (© KEYSTONE/EPA/MARK MARLOW)

Tesco, la première chaîne britannique de supermarchés, a enregistré une hausse d'environ 3% de ses ventes au premier trimestre, aidée par le repli de l'inflation, et maintient ses prévisions pour le reste de l'année, d'après un communiqué vendredi.

Les ventes du groupe ont atteint 15,6 milliards de livres (17,8 milliards de francs) au premier trimestre, à périmètre comparable, dopées par la filiale de banque, même si les ventes en supermarchés, coeur d'activité du groupe, progressent plus modestement (+3% environ).

"Nous avons continué de bâtir une dynamique pour notre entreprise, avec une forte croissance des volumes à travers le Royaume-Uni, l'Irlande et l'Europe centrale, soutenu par le reflux de l'inflation", commente Ken Murphy, directeur général du groupe de distribution.

De 11% environ à son pic fin 2022, l'inflation est retombée à 2,3% au Royaume-Uni en avril, tempérant la crise du pouvoir d'achat.

"Après un autre trimestre robuste, nous sommes heureux de réitérer notre prévision pour l'année entière, avec une tendance des ventes en ligne avec nos attentes et une activité bien positionnée pour les mois à venir", ajoute M. Murphy.

Le groupe dit attendre pour l'exercice 2024/25 un bénéfice opérationnel d'au moins 2,8 milliards de livres (3,2 milliards de francs au cours du jour).

"La position apparemment indétrônable du plus gros détaillant d'épicerie au Royaume-Uni est réaffirmée" estime Richard Hunter, analyste de Interactive Investors.

La part de marché globale du groupe de 27,6% est équivalente à celle de ses deux plus proches rivaux (Sainsbury et Asda) réunis" malgré un environnement concurrentiel "impitoyable".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Santé

Nouveau directeur financier pour Emmi

Publié

le

Emmi a choisi son nouveau responsable des finances en interne (archives). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Oliver Wasem deviendra le nouveau directeur financier du groupe Emmi à compter du 1er juillet. Il remplacera Sacha Gerber, démissionnaire, et rejoindra par la même occasion la direction générale du transformateur laitier lucernois.

Oliver Wasem est depuis 2013 responsable du contrôle de gestion et directeur financier adjoint d'Emmi, indique vendredi le groupe lucernois dans un communiqué. Il est également président de la fondation de prévoyance de l'entreprise depuis 2021 et responsable des relations avec les investisseurs depuis 2023.

Sacha Gerber, l'actuel directeur financier et membre de la direction, a décidé de quitter Emmi pour des raisons personnelles.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Genève

“Le don du sang m’a sauvé la vie”

Publié

le

“Le don du sang m’a sauvé la vie”-KEYSTONE Byline LAURENT GILLIERON

Une Genevoise témoigne de l’importance du don du sang. Il y a 30 ans, lors de son premier accouchement, elle a survécu grâce à de nombreuses transfusions sanguines. Depuis elle prend la parole pour mobiliser la population à faire ce don. Ce vendredi est la Journée mondiale du donneur de sang.

Tout le monde peut, un jour, avoir besoin de sang.

Un message nécessaire qu’il est bon de répéter car ce vendredi 14 juin, c’est la Journée mondiale du donneur de sang.

Les Hôpitaux universitaires de Genève profitent de cette occasion pour lancer un appel, ils recherchent de nouvelles personnes prêtes à donner afin de compenser l'augmentation constante des besoins et la baisse continue du nombre de volontaires. En effet, le nombre de dons a diminué de 2% dans le canton de Genève en 2023. Si cette tendance se confirme, la baisse pourrait atteindre 9% en 2024. Mais dans le même temps, la hausse de la consommation de poches de sang a été de 5% l'année passée, surtout en raison d'opérations plus complexes. 

Françoise Mayor est productrice à la RTS. Elle a été transfusée il y a 30 ans, en 1994, lors de l'accouchement de son premier enfant. Elle nous raconte ce qu’il s’est passé.

Françoise Mayor Bénéficiaire de dons de sang

Ces transfusions qui lui ont donc sauvé la vie. Depuis elle s’est intéressée au sujet du don de sang:

Françoise Mayor Bénéficiaire de dons de sang

Mais Françoise Mayor, elle ne peut pas donner:

Françoise Mayor Bénéficiaire de dons de sang

Elle a donc un message pour les personnes qui hésiterait encore à passer le cap:

Françoise Mayor Bénéficiaire de dons de sang

Vendredi, donc rdv de 7h30 à 17h au Centre de transfusion sanguine et vous pourrez profiter d’une collation à base de Smoothies.

 

Continuer la lecture

Santé

DSM-Firmenich confie sa production d'extraits de levures à Lesaffre

Publié

le

L'union l'an dernier du chimiste satignote Firmenich et de son homologue néerlandais DMS a donné lieu à un réexamen du portefeuille du nouveau groupe argovien ainsi formé. (archive) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le géant argovien des arômes et parfums DSM-Firmenich cède au spécialiste français de la fermentation Lesaffre ses activités dans le domaine des extraits de levures, jusqu'ici intégrées au sein de l'unité Goût, texture et santé.

Conditionnée à l'approbation des autorités compétentes, l'opération doit être bouclée avant la fin de l'année.

La transaction, pour un montant maintenu sous le sceau de la confidentialité, s'inscrit dans le cadre d'un programme de désinvestissement subséquent de la fusion l'an dernier entre le genevois Firmenich et le néerlandais DSM. Un nombre non quantifié d'employés de DSM-Firmenich passera sous la bannière de Lesaffre.

Le site de production d'extraits de levures de DSM-Firmenich à Delft, au nord de Rotterdam, continuera à fournir Lesaffre jusqu'à fin 2025, avant d'être démantelé. Le groupe hexagonal a convenu d'assurer une alimentation continue tant de l'unité Saveurs de DSM-Firmenich que des clients actuels du site de Delft.

Le contrat prévoit aussi un partenariat technologique pour le développement de nouveaux produits,

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture