Rejoignez-nous

Santé

Les premières grèves climatiques ont influencé 30% des Suisses

Publié

,

le

En septembre 2019, tous les regards étaient tournés vers l'activiste Greta Thunberg, figure mondiale du mouvement de la grève pour le climat, entraînant dans son sillage quelque 4 millions de jeunes manifestants à travers 150 pays (archives). (© Keystone/EPA/CLEMENS BILAN)

Les mobilisations climatiques pacifistes portées par Greta Thunberg ont influencé les comportements environnementaux et habitudes quotidiennes de 30% de la population suisse. C'est ce que démontre une étude de l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Jusqu'à présent, les médias et la littérature scientifique ont beaucoup documenté le mouvement "Fridays for Future" lancé en septembre 2019 à travers ses acteurs, mais moins les répercussions de ce phénomène sur la société civile. C'est cet aspect qui a intéressé la chercheuse Livia Fritz, spécialiste de l'étude des dimensions sociales et politiques du changement climatique, avec son équipe de l'EPFL.

"Nous nous sommes focalisés sur celles et ceux qui n'ont pas manifesté et sommes demandé si le mouvement de la grève pour le climat pouvait avoir un potentiel de transformation concret sur la population suisse", explique Mme Fritz, citée dans un communiqué de l'EPFL publié vendredi.

Et la réponse est oui pour près de 30% des quelque 1200 personnes âgées de 18 à 74 ans sondées en ligne en octobre et novembre 2019, soit juste après le pic des grèves du climat.

Mobilité, consommation et recyclage

"Pour obtenir ces résultats, nous nous sommes uniquement basés sur la perception que les gens ont de leur comportement sans vérifier dans les faits, mais cela témoigne déjà d'une réelle prise de conscience de leurs habitudes environnementales et d'un processus de transformation substantiel au niveau individuel", souligne Mme Fritz.

Ces changements de comportement touchaient surtout la mobilité, la consommation et le recyclage. Par exemple, environ un tiers des personnes interrogées ont déclaré qu'elles étaient désormais plus enclines à chercher des alternatives à la voiture pour se rendre au travail, révèle l'enquête menée avec le Laboratoire des relations humaines et environnementales dans les systèmes urbains (HERUS) et publiée dans la revue Sustainability Science.

Elles disaient également privilégier des destinations de vacances plus proches de chez elles afin de réduire les voyages en avion. Ou encore rechercher des produits biologiques locaux et consommer davantage de repas végétariens. Côté déchets, elles disaient faire davantage d'efforts pour réduire le plastique.

Engagement civique et politique

Le profil-type des sondés montre qu'ils avaient déjà une sensibilité environnementale élevée ainsi qu'un niveau d'études supérieures, souligne-t-on.

"Cette enquête démontre que l'engagement civique au sein de ces actions collectives peut avoir un impact direct sur le terrain et confirme leur légitimité", affirme la chercheuse de la Faculté de l'environnement naturel, architectural et construit (ENAC) de l'EPFL.

"Nous constatons toutefois que les comportements individuels sont capables de créer du changement tant qu'ils sont accompagnés d'actions politiques allant dans la même direction. La combinaison des deux est indispensable pour obtenir des résultats au long cours et adaptés au temps nécessaire pour lutter contre le réchauffement climatique", conclut Livia Fritz.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Génériques plus chers et originaux moins chers dès juillet

Publié

le

Les prix des médicaments changeront dès juillet (archives). (© KEYSTONE/DPA/HENDRIK SCHMIDT)

Le prix des médicaments sur ordonnance change dès le 1er juillet. Ceux qui coûtent moins de 30 francs seront plus chers, et ceux qui coûtent plus de 30 francs moins chers. Les médicaments en libre accès ne sont touchés que de manière marginale.

Ce changement concerne la part relative à la distribution des médicaments. Celle-ci rémunère les prestations logistiques des pharmacies, des hôpitaux, de certains EMS ou des médecins qui distribuent des médicaments. Elle permet de couvrir une partie des salaires, les coûts d'infrastructure et des transports.

Jusqu'à présent, grâce à cette part, les médicaments onéreux étaient plus rentables. Ce qui n'incitait pas à donner des génériques. Le Conseil fédéral a décidé de mettre les médicaments originaux et les génériques sur un pied d'égalité.

Concrètement, le prix des médicaments originaux diminuera, et celui des génériques augmentera. Ces derniers resteront toutefois moins chers que les préparations originales. Dans l'ensemble, cette mesure doit permettre des économies de 60 millions de francs par an.

Priorité aux génériques

Pour Curafutura, la Fédération des médecins suisses (FMH), la faîtière des hôpitaux H+ et l'association des pharmaciens PharmaSuisse, "cette adaptation corrige la mauvaise incitation actuelle selon laquelle pharmaciens, médecins et services hospitaliers ambulatoires gagnent plus sur le médicament original. La priorité est donc enfin donnée au médicament générique équivalent, mais moins cher".

Pour les quatre faîtières, le nouveau système ouvre la voie à une utilisation accrue des médicaments génériques au niveau collectif. A plus long terme, des économies supplémentaires de plusieurs centaines de millions de francs sont possibles. Cela profitera "aux patients et aux payeurs de primes". Même si ceux qui utilisent déjà des génériques verront leur facture augmenter, déplore la Fédération suisse des patients, par la voie du président de la section romande, le sénateur Baptiste Hurni (PS/NE).

Occasion manquée

De son côté, la seconde faîtière des assureurs, Santésuisse, regrette que le Conseil fédéral ait manqué une occasion de "réduire enfin de manière conséquente les marges de distribution dans le commerce des médicaments et de soulager ainsi de manière significative l'assurance de base".

A l'avenir, les médicaments bon marché, souvent payés directement par les consommateurs, coûteront nettement plus cher. Le Dafalgan devrait voir son prix public bondir de 70%.

Santésuisse rappelle aussi que les prix des médicaments génériques sont bien trop élevés par rapport à l'étranger. Pour sa directrice Verena Nold, des économies de 370 millions de francs sont possible immédiatement et sans perte de qualité en abaissant les prix au niveau moyen des pays de référence (55%).

PharmaSuisse rappelle de son côté que ces médicaments sont délivrés sans ordonnance et ne sont pas concernés par la réforme.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Trois mosaïques mises au jour à Avenches (VD)

Publié

le

La mosaïque sera prélevée et conservée au Musée romain d'Avenches. (© Archéologie cantonale vaudoise)

Des archéologues ont mis au jour trois mosaïques lors de travaux de réfection à Avenches (VD). L'une d'entre elles, d'une surface de 13 m2, sera prélevée dans son entier, une opération "complexe et délicate".

Les spécialistes connaissaient l'emplacement de ces vestiges, situés dans l’emprise du Palais de Derrière-la-Tour. Ce vaste et luxueux édifice a servi de résidence à l’une des familles les plus influentes d’Avenches aux 2e et 3e siècles, les Otacilii.

Les mosaïques ont été mises au jour lors de travaux sur le réseau de distribution d'eau potable, qui ont nécessité le percement d'une tranchée d'environ 250 mètres, détaillent vendredi les services de l'Archéologie cantonale. Les vestiges se trouvent dans une zone que l'on considère comme l'aile administrative du complexe palatial.

Emmenée au musée

Très partiellement dégagée sur six mètres de long, la première mosaïque peut être conservée in situ. Elle arbore un décor de cadres rectangulaires dessinés en noir sur fond blanc et donnant l’illusion d’un dallage, précise le communiqué.

La deuxième possède un quadrillage constitué de 36 cases carrées présentées en noir sur fond blanc. Elle devra être prélevée dans son entier pour laisser place aux nouvelles conduites. Elle rejoindra ensuite les collections du Musée romain d'Avenches.

Destruction en 1971

De même facture que les précédentes, mais dépourvue de décor, la troisième mosaïque, dégagée sur environ 2 m2, fera l’objet d’un prélèvement partiel. Les travaux ont montré que l'aménagement de la Rue du pavé, en 1971, a en grande partie détruit les vestiges des bâtiments attenants, notamment une série de locaux chauffés à vocation thermale. Sur l’ensemble du site, les niveaux d’occupation les plus anciens, plus profondément enfouis, sont bien conservés et ne seront pas touchés par ces opérations, précise le canton.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le TF met un terme à l'odyssée d'une stèle pillée en Syrie

Publié

le

La stèle saisie a été extraite illégalement en 1999 à proximité du site archéologique de Palmyre, en Syrie. (archives) (© KEYSTONE/AP/OMAR SANADIKI)

Le Tribunal fédéral rejette le recours d'un marchand d'art genevois qui s'opposait à la restitution à la Syrie d'une stèle du 9e siècle avant J.-C. L'avis des experts, selon lequel l'artefact a été pillé en 1999, est jugé plus crédible que la version de l'intéressé.

L'objet antique a été saisi en avril 2014 par la police londonienne auprès d'une maison de vente aux enchères. Il représente le roi assyrien Adad-Nerari III, selon les informations recueillies par Keystone-ATS auprès de sources spécialisées britanniques.

La police soupçonnait que ce bloc de basalte provenait du pillage du site syrien de Tell Saih Hamad, en 1999. Des experts l'ont identifié comme formant la partie inférieure d'une stèle extraite au même endroit en 1879 et qui se trouve au British Museum.

Dans un arrêt publié vendredi, le Tribunal fédéral constate que les expertises concluent au pillage. Le fait que la stèle complète la partie détenue par le British Museum confirme aussi sa provenance. Dans ces conditions, la justice genevoise pouvait ordonner la restitution à la Syrie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Union européenne: 400 médicaments génériques sur la sellette

Publié

le

L'Union européenne a demandé à ses membres de retirer du marché plusieurs centaines de médicaments génériques, jugeant que leur efficacité avait été mal évaluée. (archive) (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

L'Union européenne a demandé à ses membres de retirer du marché plusieurs centaines de médicaments génériques, jugeant que leur efficacité avait été mal évaluée. Les agences sanitaires nationales ont jusqu'à lundi pour trancher.

La Commission européenne a demandé fin mai aux Etats de l'UE de suspendre l'autorisation d'environ 400 médicaments génériques, leur fixant un délai d'un mois. Il expirera lundi.

Les génériques sont des médicaments dont la molécule de base, la substance active, est tombée dans le domaine public. Leur fabrication n'est donc plus réservée au propriétaire de leur brevet.

Leur autorisation obéit à des règles bien moins strictes qu'un nouveau traitement. Le fabricant de génériques, tel l'israélien Teva ou le français Biogaran, ne doit pas prouver à nouveau leur efficacité clinique ou leur absence de dangerosité.

Il doit juste démontrer in vitro que le médicament générique libère la même quantité de substance active que son modèle. C'est la "bioéquivalence" et c'est le sujet qui pose problème ici.

Données manquantes

Les fabricants de génériques ne font souvent pas ces tests eux-mêmes. Ils recourent à des sous-traitants, dits "organisations de recherche sous contrat", les CRO.

Or l'autorité sanitaire européenne, l'European medecine Agency (EMA), a découvert que l'un de ces groupes, l'indien Synapse Labs, ne menait pas ces tests avec la rigueur requise.

"Pour la majorité des traitements testés par Synapse Labs, (...) les données manquent ou sont insuffisantes pour prouver la bioéquivalence", a résumé l'EMA en mars.

Les traitements concernés

Les 400 médicaments visés couvrent un vaste éventail: anticancéreux, notamment contre la leucémie et le cancer du sein, antidiabétiques, thérapie contre l'infection au VIH, antiépileptiques, traitement de la schizophrénie...

Comme de nombreux producteurs de génériques recourent aux services de Synapse, le souci ne se résume pas à un fabricant de génériques mais concerne tous les principaux acteurs du secteur.

Les pays de l'UE sont inégalement concernés, selon les traitements qui y sont approuvés. La France, par exemple, est assez affectée avec 72 médicaments problématiques.

Le risque pour les patients

Il n'y a pas de danger immédiat et les autorités sanitaires, comme les associations de patients, veillent à ne pas créer la panique.

"Il n'y a pas de défaut de fabrication", a insisté auprès de l'AFP Yann Mazens, l'un des responsables de France Assos Santé, principale fédération française d'associations de patients.

Mais "on est face à des produits qui n'ont potentiellement pas la même efficacité car les études n'ont pas rempli les standards", a-t-il précisé.

Et si cette moindre efficacité n'est pas prouvée en l'état, elle reste une possibilité et les patients concernés courent donc le risque d'être moins bien traités, parfois sur des pathologies graves et meurtrières.

Probable délai

Les autorités nationales ne vont certainement pas retirer lundi tous ces médicaments de marché.

D'abord, parce que certains fabricants de ces génériques ont déjà refait des tests et prouvé la bioéquivalence de traitements sur la liste.

Ensuite, et surtout, la Commission européenne a laissé une large marge de manoeuvre aux Etats pour ne pas immédiatement retirer des traitements irremplaçables pour les patients.

"Ces médicaments critiques sont ceux qui auraient de grosses parts de marché ou n'auraient pas d'alternative thérapeutique", a souligné l'agence française du médicament, l'ANSM, interrogée par l'AFP.

Dans ce cas, Bruxelles laisse jusqu'à deux ans de délai aux Etats pour finalement retirer un traitement, au cas où des données probantes n'auraient toujours pas été fournies par le fabricant.

L'ANSM, qui se prononcera lundi mais ne communiquera pas publiquement dans l'immédiat, se refuse pour l'heure à donner tout ordre de grandeur sur le nombre de retraits immédiats.

De même, en Allemagne, autre pays concerné pour de nombreuses références de traitements, l'Institut fédéral des médicaments et des dispositifs médicaux s'est abstenu de se prononcer auprès de l'AFP.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

International

Site préhistorique de Stonehenge aspergé de peinture

Publié

le

Le célèbre ensemble est aligné sur l'axe du soleil lors des solstices d'été et d'hiver. Ses pierres dressées en mystérieux cercles attirent chaque année, le 21 juin, des milliers de personnes - curieux, adorateurs du soleil et néo-druides - au lever du soleil pour les fêtes païennes du solstice. (© KEYSTONE/AP/KIN CHEUNG)

Des militants de l'organisation écologiste Just Stop Oil ont aspergé de peinture mercredi les monolithes du célèbre site préhistorique anglais de Stonehenge. Celui-ci s'apprête à accueillir des milliers de visiteurs pour le solstice d'été.

Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre deux hommes se précipitant vers les pierres massives formant un cercle sur ce site du sud-ouest de l'Angleterre, projetant à l'aide de bombes un nuage de poudre orange dans leur direction, tandis que des personnes tentent de les repousser.

Just Stop Oil, qui réclame la fin de l'exploitation des énergies fossiles d'ici à 2030, a revendiqué l'action, vivement condamnée par les responsables politiques de tous bords à l'approche des législatives du 4 juillet.

Amidon de maïs

Le groupe connu pour ses actions spectaculaires très controversées a souligné avoir utilisé de la peinture en poudre fabriquée à partir d'amidon de maïs. Cette dernière "partira bientôt avec la pluie mais pas la nécessité urgente d'une action gouvernementale efficace pour atténuer les conséquences catastrophiques de la crise climatique et écologique", a-t-il expliqué sur X.

Dans un communiqué, la police du Wiltshire a dit avoir été alertée vers 12h00 et avoir arrêté deux personnes "soupçonnées de dégradation du monument". Just Stop Oil a identifié les activistes arrêtés comme Niamh Lynch, un étudiant de 21 ans de la ville universitaire d'Oxford et Rajan Naidu, 73 ans, de Birmingham.

Fêtards et néo-druides

Construit par étapes entre environ 3000 et 2300 ans avant Jésus Christ, Stonehenge est l'un des monuments mégalithiques préhistoriques les plus importants du monde par sa taille, son plan sophistiqué et sa précision architecturale.

Le célèbre ensemble est aligné sur l'axe du soleil lors des solstices d'été et d'hiver. Ses pierres dressées en mystérieux cercles attirent chaque année, le 21 juin, des milliers de personnes - curieux, adorateurs du soleil et néo-druides - au lever du soleil pour les fêtes païennes du solstice.

Stonehenge est le "cercle de pierres préhistorique le plus sophistiqué au monde d'un point de vue architectural" selon l'Unesco, qui l'a classé au patrimoine mondial en 1986.

Enquête

Le site reste ouvert au public, a précisé l'association English Heritage, chargée de sa gestion, précisant "enquêter pour déterminer l'étendue des dégâts".

L'archéologue Mike Pitts, auteur d'un livre sur Stonehenge, a expliqué à la BBC que la surface des pierres était "sensible" et "couverte d'inscriptions préhistoriques pas complètement étudiées" ainsi que d'organismes végétaux fragiles comme du lichen. "C'est donc potentiellement assez inquiétant", a-t-il estimé.

"Acte de vandalisme honteux"

Le Premier ministre Rishi Sunak a dénoncé "un acte de vandalisme honteux à l'encontre de l'un des monuments les plus anciens et les plus importants du Royaume-Uni et du monde".

Le gouvernement conservateur sortant est vent debout contre les actions coup de poing de Just Stop Oil, qui, ces derniers temps, a également vandalisé des oeuvres d'art, perturbé des compétitions sportives ou interrompu des spectacles.

En mai, deux octogénaires ont endommagé la vitrine protégeant la Magna Carta, texte de 1215 établissant que le roi et son gouvernement ne sont pas au-dessus des lois et considéré comme fondateur de la démocratie moderne, exposé à la British Library à Londres.

"Eliminer les fossiles d'ici à 2030"

Ces dernières années le gouvernement a durci la loi encadrant le droit de manifester pour tenter d'empêcher ces agissements, sans grand succès.

Le chef des travaillistes Keir Starmer, favori pour devenir Premier ministre après les législatives du 4 juillet, a qualifié Just Stop Oil de "pathétique". Cet ancien directeur du parquet général a estimé sur X qu'il fallait lui opposer "toute la force de la loi".

Just Stop Oil s'est félicité que le Labour se soit engagé, contrairement aux conservateurs, à ne plus accorder de nouvelles licences d'exploitation de pétrole et gaz au Royaume-Uni, qui dispose de réserves notamment en mer du Nord.

"Cependant, nous savons tous que ce n'est pas suffisant", a estimé l'organisation, réclamant au "prochain gouvernement de signer un traité juridiquement contraignant visant à éliminer progressivement les combustibles fossiles d'ici à 2030".

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture