Rejoignez-nous

Santé

Le monde de demain: un remède contre le gaspillage de médicaments

Publié

,

le

Une solution suisse pour limiter le gaspillage des médicaments en pharmacie… C’est le monde de demain. 

Benoît RouchaleauLe monde de demain

On le sait, le gaspillage des médicaments est une vraie problématique en Suisse: Rien qu’en 2017, ce sont près de 4700 tonnes de médicaments non consommés qui ont été récupérés et détruits à travers le pays. Parmi les pistes pour tenter d’y remédier, la vente de médicaments à l’unité qui est en test dans plusieurs cantons... Et puis une autre option a aussi été développée par la startup vaudoise Remedok qui a créé la première plateforme de partage de médicaments entre toutes les pharmacies du pays. Une solution “B2B2”, d’entreprise à entreprise, qui permet aux pharmaciens de mettre en vente ou d’acheter des médicaments d’autres officines à des prix très avantageux, pour diminuer le gaspillage, en réduisant le nombre de médicaments périmés ou en surstock. L’idée c’est qu’en mettant à disposition d’un réseau de pharmaciens des médicaments qui arrivent à échéance, on pourrait ainsi réduire le nombre d’invendus et donc de boîtes non entamées qui finissent en déchèterie. Pour sécuriser le concept, l’accès à la plateforme est uniquement réservé aux professionnels et il est gratuit, et Remedok ne perçoit une commission que si une vente est conclue via sa plateforme.

Où en est l’idée?

Elle est déjà en oeuvre depuis 2018. Plusieurs grossistes et pharmas suisses sont déjà partenaires. Rien que la première année, ils enregistraient 150 inscriptions. Crise sanitaire oblige, le dispositif a d’ailleurs été particulièrement sollicité en cette période de pandémie avec de nombreuses officines qui ont été vidées de leurs stocks, notamment en produits pour soulager des pathologies pulmonaires. Et puis il y a une nouvelle étape aujourd’hui avec l’obtention toute récente d’un prêt de 50 000 francs de la part de la Fondation pour l’Innovation Technologique. Cela va permettre à Remedok de renforcer encore sa présence sur le marché pharmaceutique et dans les hôpitaux. Aux grands maux, ce sera déjà un petit remède…

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Nouvelle formule pour le Nutriscore en 2023

Publié

le

Credit KEYSTONE Source DPA-Zentralbild Byline PATRICK PLEUL

Le Nutriscore, présent depuis 2020 en Suisse sur certains produits alimentaires, devrait évoluer cette année. 

Pour rappel, il s’agit d’un outil qui note les produits de A à E, avec des couleurs qui vont de vert à rouge. Un algorithme donne la note finale, en prenant en compte plusieurs critères en lien avec leurs effets sur la santé. En clair, plus le produit a des ingrédients sains type fruits ou légumes, mieux il est noté. A l'inverse, les produits gras et sucrés sont moins bien notés. Pour autant, ce Nutriscore est souvent critiqué, par exemple par les producteurs de fromage.

En fait, tout est question d'équilibre selon Tania Lehmann, coordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Il faut savoir lire entre les lignes:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Quels seront les prochains changements pour le Nutriscore en 2023? Tania Lehmann:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Le Nutriscore reste un outil qui peut aussi aider certaines personnes:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Enfin, cette notation a permis de faire bouger les lignes, notamment dans le secteur agro-alimentaire:

Tania LehmannCoordinatrice de Fourchette Verte Genève et diététicienne indépendante

Le mieux, on le rappelle, reste de lire les étiquettes.

Moins il y a d’ingrédients dans un produit, mieux c’est.

Attention aussi aux additifs.

 

Continuer la lecture

Genève

Quand la réalité virtuelle vient en aide aux patients

Publié

le

 Les HUG disposent désormais d’un Centre de médecine virtuelle. Il devrait permettre à terme d’intégrer les nouvelles technologies dans le traitement quotidien des patients. 

Comment intégrer la réalité virtuelle dans les soins aux patients? C’est tout l’enjeu du nouveau Centre de médecine virtuelle des HUG.  Les objectifs sont nombreux : faciliter la collaboration entre les chercheurs et les médecins, améliorer l’enseignement, offrir le support nécessaire pour que la réalité virtuelle puisse être intégrée dans les soins au quotidien et proposer des projets de recherche centrés sur la réalité virtuelle.  Le Docteur Oliver Kannape est responsable de ce nouveau Centre de médecine virtuelle.

Docteur Olivier KannapeResponsable du nouveau centre de médecine virtuelle aux HUG

Le Centre est ouvert au développement d'applications dans tous les domaines médicaux: en chirurgie, en médecine interne, en neurologie et en psychiatrie, en soins intensifs, en anesthésiologie, en orthopédie, en médecine de réadaptation, en gériatrie ou encore en soins palliatifs.

Plusieurs projets de recherche sont déjà en cours. Parmi eux, une étude sur l'utilisation de la réalité virtuelle durant une IRM. Exemple avec Marco Solca, chef de clinique scientifique au Département de psychiatrie des HUG. 

Docteur Marco SolcaChef de clinique scientifique au Département de psychiatrie

Une autre étude a également été réalisée durant la première vague de covid pour des personnes souffrant de dyspnée.

Docteur Marco SolcaChef de clinique scientifique au Département de psychiatrie

Ce Centre est le résultat d'un partenariat entre l’EPFL, l’Université de Genève et les HUG avec trois départements qui participent: le département de neurosciences cliniques, de médecine et de diagnostic. 

 

 

Continuer la lecture

Santé

Maigres résultats pour les fitness

Publié

le

(KEYSTONE/Ennio Leanza)

Cette année, le pic d'inscription que l'on attend début janvier dans les fitness n'a pas lieu. Au contraire, les abonnés sont en recul par rapport à la période avant Covid.

La nouvelle année est synonyme de bonnes résolutions. Certains veulent changer leurs mauvaises habitudes comme fumer ou manger trop gras ou trop sucré, mais d'autres décident de se remettre en forme. On attend donc traditionnellement une petite ruée d'abonnés dans les fitness. Est-ce que c'est le cas cette année? Alain Amherd, responsable suisse romand de la fédération Suisse des centres de fitness:

Alain AmherdResponsable suisse romand de la fédération suisse des centres de fitness

Finalement c'est depuis la crise sanitaire du Covid que les chiffres sont en chute dans les fitness. Alain Amherd:

Alain AmherdResponsable suisse romand de la fédération suisse des centres de fitness

Le nombre d’abonnés a baissé d’un quart par rapport à 2019. 

Continuer la lecture

Genève

Comment éviter les intoxications alimentaires pendant les fêtes?

Publié

le

Source KEYSTONE Byline PETER SCHNEIDER

Le chimiste cantonal genevois nous donne de bons conseils pour éviter les intoxications alimentaires pendant les fêtes de fin d’année.

Pour que les fêtes de fin d’années soient belles, soyez irréprochables sur l'hygiène!

Car s’il on se fait plaisir avec de bons plats, une intoxication alimentaire est vite arrivée.

Certains produits sont fragiles. Le détail avec Patrick Edder, chimiste cantonal genevois:

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Pendant cette période, un plat est particulièrement apprécié: la fondue chinoise. Mais attention.

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Pareil pour d’autres produits à risque comme les coquillages, à commencer par les huîtres, Patrick Edder:

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Souvent après ces repas de fêtes, il y a des restes.  Des restes à consommer rapidement. Mais que veut dire “rapidement”?

Dr Patrick EdderChimiste cantonal genevois

Et puis bien sûr, on nettoie son réfrigérateur régulièrement et on vérifie que la fermeture se fasse bien.

Enfin rappelons, qu’une intoxication alimentaire, au delà du moment désagréable, peut être très dangereuse pour les personnes fragiles.

Continuer la lecture

Genève

Don du sang: les HUG ont besoin de 1000 poches

Publié

le

Les HUG relancent l’opération "1’000 poches pour les fêtes". Objectif: encourager les Genevois à donner leur sang.

A l’approche des vacances de Noël, les HUG appellent les Genevois à donner leur sang. 

Le Centre de transfusion sanguine relance le défi "1’000 poches pour les fêtes", après deux premières années couronnées de succès. L’année passée, 1419 poches avaient ainsi été récoltées. 

Genève a besoin chaque jour de 50 poches de sang. Du sang qui est utilisé pour les personnes malades ou accidentés. 

Et la demande ne baisse pas pendant les vacances scolaires.

Cette campagne de rappel est donc nécessaire car les besoins sont en hausse cette année. Les explications de la Dre Sophie Waldvogel-Abramowski, médecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG. 

Dre Sophie Waldvogel AbramowskiMédecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG

L’important, c’est de gagner de nouveaux donneurs:

Dre Sophie Waldvogel AbramowskiMédecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG

Et il se pourrait qu’il y ait du changement concernant les modalités pour donner son sang. En effet, les hommes homosexuels et bisexuels pourraient donner leur sang plus facilement. Transfusion CRS Suisse a élaboré deux propositions. L'une prévoit que les hommes homosexuels puissent donner, à condition qu’ils n’aient pas eu des rapports sexuels avec d'autres hommes au cours des quatre derniers mois, au lieu de 12 actuellement.  L'autre prévoit une égalité complète avec les personnes hétérosexuelles. 

Si ce changement se confirmait, qu’est-que cela changerait? Dre Sophie Waldvogel-Abramowski:

Dre Sophie Waldvogel AbramowskiMédecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG

Enfin, pour les gourmands, sachez que ce mercredi 21 décembre, les donneuses et donneurs genevois pourront déguster des bûches de Noël et des macarons.

Toutes les informations sont à retrouver ici.

Continuer la lecture