Rejoignez-nous

Santé

Le monde de demain: un remède contre le gaspillage de médicaments

Publié

,

le

Une solution suisse pour limiter le gaspillage des médicaments en pharmacie… C’est le monde de demain. 

Benoît Rouchaleau
Le monde de demain
Benoît RouchaleauLe monde de demain

On le sait, le gaspillage des médicaments est une vraie problématique en Suisse: Rien qu’en 2017, ce sont près de 4700 tonnes de médicaments non consommés qui ont été récupérés et détruits à travers le pays. Parmi les pistes pour tenter d’y remédier, la vente de médicaments à l’unité qui est en test dans plusieurs cantons... Et puis une autre option a aussi été développée par la startup vaudoise Remedok qui a créé la première plateforme de partage de médicaments entre toutes les pharmacies du pays. Une solution “B2B2”, d’entreprise à entreprise, qui permet aux pharmaciens de mettre en vente ou d’acheter des médicaments d’autres officines à des prix très avantageux, pour diminuer le gaspillage, en réduisant le nombre de médicaments périmés ou en surstock. L’idée c’est qu’en mettant à disposition d’un réseau de pharmaciens des médicaments qui arrivent à échéance, on pourrait ainsi réduire le nombre d’invendus et donc de boîtes non entamées qui finissent en déchèterie. Pour sécuriser le concept, l’accès à la plateforme est uniquement réservé aux professionnels et il est gratuit, et Remedok ne perçoit une commission que si une vente est conclue via sa plateforme.

Où en est l’idée?

Elle est déjà en oeuvre depuis 2018. Plusieurs grossistes et pharmas suisses sont déjà partenaires. Rien que la première année, ils enregistraient 150 inscriptions. Crise sanitaire oblige, le dispositif a d’ailleurs été particulièrement sollicité en cette période de pandémie avec de nombreuses officines qui ont été vidées de leurs stocks, notamment en produits pour soulager des pathologies pulmonaires. Et puis il y a une nouvelle étape aujourd’hui avec l’obtention toute récente d’un prêt de 50 000 francs de la part de la Fondation pour l’Innovation Technologique. Cela va permettre à Remedok de renforcer encore sa présence sur le marché pharmaceutique et dans les hôpitaux. Aux grands maux, ce sera déjà un petit remède…

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Cancer du sein à Genève: une femme sur huit touchée selon le RCS

Publié

le

Réseau cancer du sein

Le Réseau cancer du sein (RCS) rappelle que le cancer touche une femme sur huit à Genève et que près de deux nouvelles patientes sont diagnostiquées chaque jour dans le canton. Il organise de nombreux événements durant le mois d’octobre rose.

Dans le monde, le cancer du sein est toujours le cancer le plus fréquent chez la femme. Comme en Suisse et à Genève. C’est ce qu’a rappelé le Réseau cancer du sein à l’occasion de ses 20 ans d’existence cette année. À Genève, il touche 1 femme sur 8 et reste la première cause de mortalité chez les femmes entre 40 et 50 ans. 450 nouvelles patientes sont diagnostiquées chaque année dans le canton, ce qui fait près de deux femmes par jour en moyenne. Elles sont 8000 à suivre des traitements et 80'000 personnes, soit 14% de la population, vivent avec une personne atteinte. Le cancer du sein a augmenté chez les jeunes femmes ces dernières années, ce qui n’en fait plus une maladie due à l’âge. Les explications de la Professeure Christine Bouchardy, ancienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein.

Pre Christine Bouchardy
Ancienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein
Pre Christine BouchardyAncienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein

Les causes de ce rajeunissement sont à l’étude comme l’explique la Professeure Christine Bouchardy,

Pre Christine Bouchardy
Ancienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein
Pre Christine BouchardyAncienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein

Même si les traitements ont beaucoup évolués en 20 ans, le combat perdure après la maladie selon le Réseau cancer du sein. Et les séquelles peuvent être importantes.

Pre Christine Bouchardy
Ancienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein
Pre Christine BouchardyAncienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein

"Savoir patients"

Grâce à l’action du Réseau cancer du sein, les patients sont désormais des partenaires de leur traitement.

Pre Christine Bouchardy
Ancienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein
Pre Christine BouchardyAncienne directrice du Registre genevois des tumeurs et membre du Réseau cancer du sein

Une association "Savoir patients" a été créée pour concrétiser ce partenariat.

Infirmier-ère référent-e

Un infirmier référent est nommé pour s’occuper du patient. Pour Marylise Présenti, co-présidente du Réseau cancer du sein et représentantes des patients, c’est indispensable.

Marylise Présenti
Co-Présidente du RCS et représentante des patients
Marylise PrésentiCo-Présidente du RCS et représentante des patients

Impact du Covid

La crainte des professionnels : que la pandémie de Covid n’ait fait obstacle à la prévention.

Gilbert Zulian
Président de la ligue suisse contre le cancer
Gilbert ZulianPrésident de la ligue suisse contre le cancer

Octobre rose organise de nombreux événements pour rappeler l’importance de la prévention.

 

 

Continuer la lecture

Environnement

La permaculture vous livre ses secrets via des ateliers

Publié

le

Fruits et légumes
Magda Ehlers

Faire la part belle à l'agriculture de proximité et à l'alimentation durable. 

C’est l'objectif de Genève qui a été désignée Ville suisse du goût 2021.

Et l’évènement se poursuit, avec un programme riche, notamment des ateliers autour de la permaculture. Né de la contraction de « permanent » et « agriculture », la permaculture séduit de plus en plus de Genevois, soucieux de mieux faire les choses.

 Pour aller plus loin, Benjamin Smadja et Laurie Selli ont ouvert les portes de leur jardin à Clément Grandjean, rédacteur en chef adjoint de l’hebdomadaire romand Terre et Nature.

Continuer la lecture

Actualité

Quel avenir pour l'humanité? Un documentaire (s')interroge

Publié

le

DR

Dans "Cinq nouvelles du cerveau", Jean-Stéphane Bron nous emmène à la rencontre de cinq personnes déterminantes dans les recherches, et potentiellement l'avenir, de notre boite crânienne.

Sommes nous destinés à devenir des machines dotés d'une conscience? La frontière entre intelligence humaine et artificielle est-elle perméable? Comment parler aux personnes dans le coma?

Autant de questions pratiques, techniques et philosophiques qui prouvent que si les chercheurs découvrent peu à peu les mystères du cerveau humain, des progrès spectaculaires sont réalisés dans le domaine de l'intelligence artificielle.

Un sujet passionnant pour un documentaire qui interroge. L'occasion pour Benjamin Smadja d'aller titiller le cerveau de son réalisateur, Jean-Stéphane Bron.

Cinq nouvelles du cerveau, actuellement dans les salles.

Continuer la lecture

Genève

Genève se mobilise contre la précarité menstruelle

Publié

le

Photo Juliette Labarthe - UNIGE

Dans la vie d’une femme, les règles coûtent environ 4 500 francs. Une somme en grande partie due au prix des produits d’hygiène féminine qui sont soumis à un taux de TVA de 7,7%.

Pour les rendre accessibles au plus grand nombre, la ville de Genève installe depuis ce lundi des distributeurs de serviettes hygiéniques.

53 en tout seront disposés dans une trentaine de lieux comme les Maisons de quartier, les bibliothèques ou les musées. Ce dispositif pilote sera évalué au bout d'un an pour décider de sa pérennisation et de son éventuelle extension.

Pour le conseiller administratif Alfonso Gomez, en charge des questions d'égalité, un accès facilité et gratuit aux protections périodiques permet à la fois de lutter contre la précarité menstruelle et de promouvoir l'égalité.

L’UNIGE aussi a lancé un projet pilote d’un an en installant 16 distributeurs dans ses locaux. L'alma mater genevoise relève que la pandémie de Covid-19 a mis en lumière la précarité dans laquelle vivent certains étudiants parfois privés de revenus durant leur cursus académique. L’idée est vraiment de s’adresser au personnes en situation de précarité.

Juliette Labarthe
Directrice du service égalité et diversité à l’UNIGE
Juliette LabartheDirectrice du service égalité et diversité à l’UNIGE

Le projet pilote d'un an sera accompagné d'événements visant à briser le tabou des règles, dont une action autour de la cup menstruelle, plus durable. L’idée est aussi une question d'égalité.

Juliette Labarthe
Directrice du service égalité et diversité à l’UNIGE
Juliette LabartheDirectrice du service égalité et diversité à l’UNIGE

A noter que les produits distribués sont tous certifiés BIO. Le projet pilote de l’UNIGE coûtera 37 000 francs.

 

Continuer la lecture

On fait la route ensemble

Info ou Infox - La bière aide à mieux récupérer après l’effort

Publié

le

Bière
Laura Tancredi

Chaque jour une idée reçue est passée au crible de radio Lac. Aujourd'hui, on lève le coude avec modération.

La bière après le sport peut-elle aider à mieux récupérer après l’effort? 

Info et Infox! Vrai débat et vraie croyance en tout cas. À entendre certains sportifs, la bière aurait de nombreuses vertus. Notamment pour étancher la soif, pour aider à la reconstruction des muscles et pour détendre les muscles après l’effort. Il est vrai que la bière est riche en glucides, en vitamines, en magnésium et en minéraux, et donc ce serait un bon cocktail pour aider à récupérer. Oui mais non. D’ailleurs, aucune donnée scientifique n'est pour l'instant venue confirmer ces affirmations.

Une certitude, c’est que la bière n’a pas réellement d’effet positif sur la récupération pour la simple et bonne raison que la bière est un alcool. Et l’alcool, ça déshydrate le corps. Et il n’y a pas suffisamment de minéraux pour permettre une bonne réhydratation. Tout ce que l’on produit, c’est de l’urine. Donc on évacue surtout de l’eau…

En fait, après l’effort, quand on a sué sang et eau, qu’on a la bouche pâteuse, on a besoin de s’hydrater correctement pour assurer le bon fonctionnement cellulaire. Et finalement sans eau, pas de bonne récupération et pas de reconstruction optimale des fibres musculaires qui ont souffert pendant l’effort.

Autre problème, l’alcool limite l'élimination l’acide lactique produits par les muscles durant l'effort, et la conséquences, c’est qu’on obtient surtout des courbatures, voire des crampes.

Est-ce qu’il y a une boisson à recommander? 

Le chocolat chaud ou froid ferait une excellente boisson de récupération parce qu'il contient tous les éléments qui y sont nécessaires. Et puis si besoin, l’organisme peut aller chercher tout cela ailleurs. Dans le pain, les pâtes, le riz, ou les pommes de terre, qui apportent de manière principale ces fameux « sucres » à visée récupératrice.

D'où vient finalement l’idée reçue que la bière favorise la récupération?

Difficile à dire mais la légende veut que le célèbre coureur Tchécoslovaque Emil Zátopek, quadruple champion olympique était un fervent amateur de bière. Le footballeur Yohan Cruyff grillait aussi une clope après les rencontres… On n’en fait pas pour autant un dogme sportif. N’est pas Cruyff ou Zatopek qui veut.

Et comme toujours, santé! (dans les limites du raisonable)

Continuer la lecture