Rejoignez-nous

Santé

Coronavirus: une menace très grave selon l'OMS

Publié

,

le

Une menace très grave selon l'OMS

Le nombre de victimes du nouveau coronavirus a mardi la barre du millier, presque toutes en Chine. Pour l'OMS, le virus, désormais officiellement dénommé covid-19, constitue une "très grave menace" pour le monde mais il y a une "chance réaliste" de le stopper.

Le premier décès imputé au virus apparu en décembre dans la ville chinoise de Wuhan (centre) avait été annoncé le 11 janvier. Le coronavirus a fait désormais 1018 morts en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao), selon les autorités sanitaires chinoises.

Elles ont annoncé mardi 108 nouveaux décès en 24 heures, le plus lourd bilan quotidien enregistré à ce jour, tandis que le nombre des cas confirmés de contamination s'établissait à plus de 43'000. En revanche, comme à plusieurs reprises depuis la semaine dernière, le nombre de nouveaux cas journaliers (2478) a diminué par rapport à la veille. Sans oublier que plus de 4300 personnes étaient considérées comme guéries mardi.

Réunion à Genève

"Cela reste une grande urgence pour ce pays, mais cela constitue aussi une très grave menace pour le reste du monde", a déclaré le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, lors d'une conférence réunissant 400 scientifiques mardi et mercredi à Genève.

A l'ouverture de cette réunion, qui doit passer en revue les moyens de combattre l'épidémie, il a appelé tous les pays à faire preuve de "solidarité" en partageant les données dont ils disposent sur le virus.

S'exprimant devant la presse dans l'après-midi, il a affirmé que "nous avons une chance réaliste de stopper" la propagation si des investissements adaptés sont menés. Même si le virus a "plus de virulence" qu'Ebola qui affecte la République démocratique du Congo (RDC).

Une mission internationale d'experts de l'OMS est arrivée en Chine. Dirigée par Bruce Aylward, un vétéran de la lutte contre l'épidémie Ebola, elle a pour mission d'étudier l'origine du nouveau coronavirus et ses effets.

Un enfant en quarantaine à Neuchatel

Le médecin cantonal neuchâtelois a décidé de mettre en quarantaine un enfant de dix ans qui était entré en contact mercredi dernier avec un cas confirmé de maladie à coronavirus en Haute-Savoie. Le jeune homme restera à son domicile et son état sera vérifié chaque jour par une infirmière.

"Cette mesure de quarantaine doit permettre d’exclure la maladie au bout d’un délai de 14 jours", a indiqué mardi le médecin cantonal Claude-François Robert.  Ce dernier n'a pas voulu dire dans quelle région du canton se trouvait l'enfant mis en quarantaine.

Nouvelles restrictions à Wuhan

Alors que la province du Hubei reste coupée du monde depuis plus de deux semaines, sa capitale Wuhan a encore durci les restrictions imposées à ses habitants. Les personnes atteintes de fièvre - un des symptômes de la maladie - ne pourront désormais plus se rendre dans les hôpitaux hors de leur arrondissement, tandis que tous les complexes résidentiels sont soumis à des règles d'entrée et de sortie encore plus drastiques.

En dehors de Chine continentale, le virus a déjà tué deux personnes, une aux Philippines et une autre à Hong Kong, et plus de 400 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

Mais un scénario redouté s'est concrétisé: sans avoir jamais mis les pieds en Chine, un Britannique contaminé par le coronavirus à Singapour l'a ensuite transmis à plusieurs compatriotes lors d'un séjour en Haute-Savoie, avant d'être diagnostiqué en Grande-Bretagne.

Il aurait ainsi accidentellement contaminé au moins onze personnes - cinq hospitalisées en France, cinq autres en Grande-Bretagne et une sur l'île espagnole de Majorque où il réside, selon les informations disponibles. Jusqu'ici, la majorité des contaminations identifiées à l'étranger impliquait des personnes revenues de Wuhan.

Un impact limité sur notre économie

Le coronavirus ne devrait avoir qu'un impact limité sur l'économie suisse, soit une baisse de moins de 0,1% du produit intérieur brut, estiment les chercheurs de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ). Le tourisme et l'horlogerie seront les deux secteurs les touchés par la pneumonie virale.

Environ 7% des nuitées réservées par des touristes étrangers dans les hôtels helvétiques sont générées par les voyageurs en provenance de la Chine continentale et Hong Kong. Cependant il existe d'importants écarts régionaux, indique mardi le centre de recherche KOF de l'EPFZ.

L'absence des voyageurs de l'Empire du Milieu sera ressentie de manière plus accentuée dans la région du lac des Quatre-Cantons notamment tandis que les autres régions seront davantage épargnées.

Pour les autres branches de l'économie, les services et l'industrie, le nouveau coronavirus, baptisé covid-19, n'aura qu'un impact restreint, à l'exception de l'industrie horlogère, précisent les chercheurs.

Les Chinois, la clientèle la plus importante du secteur du luxe, devraient en effet dépenser moins d'argent pour les garde-temps helvétiques, du moins à court terme.

Par ailleurs les délais pour les exportations devraient également augmenter, différentes mesures pour limiter la propagation du virus, notamment des restrictions de voyage ayant été prises. Environ 8% des produits exportés suisses vont vers la Chine.

Le KOF rappelle que la conjoncture de la deuxième puissance économique mondiale devrait pour sa part être fortement freinée par ce virus, du moins dans un premier temps.

Plus de 42'600 personnes ont été contaminées par ce virus en Chine continentale, et au moins 1016 d'entre elles sont mortes.

En dehors de la Chine continentale, le virus a tué deux personnes, une aux Philippines et une autre à Hong Kong, et plus de 400 cas de contamination ont été confirmés dans une trentaine de pays et territoires.

A Londres, des chercheurs testent un vaccin sur des souris
Des chercheurs de l'Imperial College à Londres pensent être parmi les premiers à faire des essais sur des souris de vaccins contre le nouveau coronavirus. Ils espèrent aboutir à un vaccin disponible d'ici la fin de l'année.

L'épidémie a fait plus d'un millier de morts en Chine continentale depuis l'annonce du premier décès le 11 janvier, imputé au virus 2019-nCoV.

"Nous venons d'injecter le vaccin que nous avons généré à partir de bactéries dans des souris, et nous espérons qu'au cours des prochaines semaines, nous serons en mesure de déterminer la réaction chez ces souris, dans leur sang, leur réponse en terme d'anticorps contre le coronavirus", a expliqué à l'AFP Paul McKay, chercheur à l'Imperial College.

Partout dans le monde, les chercheurs sont engagés dans une course pour trouver un vaccin, un processus laborieux qui dure généralement plusieurs années, car il s'agit de prouver que le vaccin est sans danger et efficace avant de pouvoir le produire massivement.

L'équipe de l'Imperial College estime que les essais qu'elle conduit sur les souris sont parmi les premiers du genre. Selon l'agence chinoise Xinhua, une université de Shanghaï a également lancé des essais sur des souris dimanche.

D'ici la fin de l'année

Les chercheurs de l'Imperial College espèrent être les premiers à faire des essais cliniques sur des humains et à aboutir à un vaccin disponible. Ils comptent sur leurs recherches sur le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras), démarrées il y a deux décennies, pour avancer dans leurs travaux.

"Une fois la première phase d'essais terminée, ce qui peut prendre quelques mois, on peut immédiatement tester l'efficacité du vaccin sur des humains, qui prendra également quelques mois. Donc peut-être que d'ici à la fin de l'année, il y aura un vaccin viable qui pourra être utilisé sur des humains", a ajouté le chercheur.

Si des chercheurs du monde entier planchent sur le sujet, pour Paul McKay, il s'agit d'un "partage croisé d'informations". "Les Chinois, dès qu'ils ont séquencé le génome, l'ont partagé librement avec tout le monde, donc le côté compétitif n'est probablement pas exact. Je dirais que c'est une course collaborative", a dit le chercheur.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Genève a besoin de nouveaux donneurs de sang

Publié

le

Mardi 14 juin, c’est la journée mondiale des donneurs et donneuses de sang.

Si vous n’avez encore jamais donné votre sang, c’est le moment de vous lancer! Car la situation est compliquée à Genève, les donneurs manquent!

Depuis deux ans, il est difficile en effet d’en trouver de nouveaux. Le point de la situation actuelle avec la Dre Sophie Waldvogel Abramowski, Médecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG. 

Dre Sophie Waldvogel AbramowskiMédecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG

Comment expliquer cette baisse du nombre de nouveaux donneurs?

Dre Sophie Waldvogel AbramowskiMédecin-responsable de l’unité d’hématologie transfusionnelle aux HUG

Les HUG organisent mardi de grandes collectes avec pour objectif de sensibiliser le public au don du sang, de plaquettes et de plasma. Pour rappel, 69 poches de sang par jour sont nécessaires à l’échelle du canton de Genève.

Pour donner son sang, il faut avoir entre 18 et 60 ans, être en bonne santé et peser plus de 50 kg. 

Deux collectes de sang ont lieu aux HUG et à Satigny. Philippe Chevrier, chef doublement étoilé, et Laurent Exbrayat, pâtissier -chocolatier, à Genève viendront vous pour vous préparer de petites collations.

Toutes les informations à retrouver ici

Continuer la lecture

Santé

La meilleure manière de prendre soin d’un proche avec des problèmes auditifs

Publié

le

De

Problèmes auditifs
Sponsorisé

La meilleure manière de prendre soin d’un proche avec des problèmes auditifs

Parfois, il arrive que nos proches rencontrent des problèmes auditifs sans qu’ils s’en aperçoivent eux-mêmes. Néanmoins les informer de cette remarque sans en être bien certain reste difficile. La cause est due à la honte d’avoir cette maladie. Pourtant, plus de 6,6 % de la population sont atteints de déficit auditif. L’important est d’apporter son soutien aux personnes souffrant de cette maladie. Il existe plusieurs manières de démontrer à un proche qu’on lui apporte son soutien dans cette épreuve.

Détecter avec précision si le proche a réellement un problème auditif

À cause du vieillissement, l’environnement au travail ou à cause d’un quelconque incident, notre sens auditif diminue petit à petit. Quelques signes, parfois insignifiants sont déjà présents 3 ans avant que vous arriviez à un stade grave de perte totale de l’audition. Le mieux consiste à déchiffrer la maladie avant que votre cas empire. Voici des signes à ne pas négliger pour savoir si une personne a du mal attendre :

  • L’un des signes avant-coureurs est le fait de ne pas entendre une voix aiguë.

  • La personne demande souvent à répéter un mot ou une phrase, elle se penche souvent vers vous pour essayer d’entendre ce que vous dites.

  • La confusion de certains mots fait partie des symptômes.

  • La personne vous demande souvent de parler un peu plus fort et d’augmenter le volume de la télévision par exemple.

  • La personne a du mal à se concentrer, elle entend mal lorsqu’il y a beaucoup de bruits. D’où le fait, quelquefois, qu'elle s’énerve facilement ou devient irritable.

Après avoir émis le diagnostic, communiquez à la personne avec subtilité le problème auditif si nécessaire.

Lui recommander d’aller voir un spécialiste

C’est maintenant le temps de lui demander d’aller voir un docteur spécialiste en ORL ou de se faire accompagner pour un test auditif EarPros par exemple. Plus vite vous le soignez, mieux ça sera pour sa santé. Qu’il s’agisse de persistance de sifflements d’oreille continue, de presbyacousie, ou de surdité moyenne, il faut le traiter. Si jamais ce n’est pas soigné, cela peut causer de graves problèmes comme : la perte de mémoire, des problèmes de concentration, des problèmes de calcul… etc.

Une fois le diagnostic tombé, choisissez le meilleur audioprothésiste pour la fabrication de prothèse auditive. Vu qu’elle va l’accompagner journalièrement, vous devriez opter pour le meilleur choix : de petite taille, presque invisible ou un modèle plus grand, cela dépend du goût. La priorité est que vous ayez une prothèse avec un maximum de confort.

L’accompagner durant son traitement

Le mieux est d’aménager l’environnement autour de soi pour une meilleure rééducation. Si vous vous occupez d’une personne malentendante, patience et compréhension sont les secrets pour mieux l’aider journalièrement. Il est très probable que vous ayez à faire face à son irritation journalière. L’approche avec laquelle vous allez entrer en contact avec la personne sera différente qu’auparavant. Lorsque vous allez lui parler par exemple, vous commencerez par la toucher, ensuite, il faudra lui parler lentement et bien articuler. Le mieux est de reformuler si jamais elle ne comprend toujours pas. La maison doit être aménagée pour s’adapter le plus possible à son nouveau mode de vie.

Par exemple, optez pour un appareil auditif qui peut être combiné avec la télévision ou le téléphone.

Si vous n’avez pas assez de temps pour prendre soin de votre proche, il faudra vous faire aider par EarPros qui prend à cœur d’accompagner les personnes avec des problèmes d’audition.

Continuer la lecture

Genève

Genève manque de logopédistes

Publié

le

freepik

Si votre enfant souffre de retard du langage, qu'il zozote ou qu’il bégaie, pas sûr que vous arriviez à voir un logopédiste de sitôt.

Les chiffres de l'association ARLD, l'Association Romande des Logopédistes Diplômés, montrent qu'entre janvier et juin 2021 les jeunes qui ont entre 0 et 20 ans devaient attendre 9 mois avant de pouvoir faire un bilan, tout trouble confondu. Et la situation ne semble pas encore s’arranger.

Reportage logopédiste

Une pénurie qui crée une situation de détresse chez les parents. Pour réduire les délais d’attente des discussions sont notamment en cours entre le canton et l'association ARLD, qui représente ces logopédistes. Stéphanie Pion est logopédiste indépendante à Genève et présidente de la section genevoise de l’Association Romande des logopédistes diplômées.

Stéphanie Pion Présidente de la section genevoise de l’Association Romande des logopédistes diplômées.

Interrogé le canton, par la voix du porte-parole du département de l'instruction publique, reconnaît que les contraintes du canton de Genève en matière de logopédie sont fortes. Pierre-Antoine Preti explique, toutefois, que des solutions pour remédier aux longues listes d'attente sont possibles.

Ainsi au DIP, l'Office Médico Pédagogique (OMP) développe des projets pilotes axés sur des prises en charge en groupe. Des groupes d'évaluation-interventions intensifs de 6 semaines ont été mis sur pied. Ils s'accompagnent d'entretiens avec les parents afin de permettre une évaluation de l'enfant sur un éventuel travail individuel, de donner des pistes utilisables à domicile par les parents et de faire le point une année plus tard.

L'évaluation de ces projets pilotes se fera durant l'été où en début d'automne.

Il ajoute que "pour le reste, des pistes d'efficience en matière de logopédie sont constamment monitorée par les services compétents".

Continuer la lecture

Santé

Un premier cas de variole du singe confirmé dans le canton de Genève

Publié

le

(© KEYSTONE/AP)

La personne concernée se trouve en isolement. Son état général est bon et ne nécessite pas d'hospitalisation actuellement.

Le département genevois de la santé précise qu'elle a été contaminée lors d'un voyage à l'Espagne. Une enquête épidémiologique est en cours pour avertir les personnes qui pourraient être exposées. Du coté des autorités, la logistique est déjà en place. 

Laurent PaolielloDépartement genevois de la sécurité, de la population et de la santé

 

Il s'agit du deuxième cas confirmé en Suisse, le premier remonte au 21 mai dernier dans le canton de Berne, il s'agissait d'une personne qui avait également été exposée au virus à l'étranger.

Depuis le début du mois de mai 2022, plusieurs dizaines de cas de variole du singe ont été signalés dans plusieurs pays européens, en Amérique et en Australie. Pour autant, on ne s'inquiète pas plus que nécessaire au sein des autorités

Laurent PaolielloDépartement genevois de la sécurité, de la population et de la santé

 

Risque modéré

La variole du singe est une maladie infectieuse causée par virus qui se transmet de l'animal à l'humain, mais qui peut aussi se transmettre d'humain à humain. Ces derniers jours, la présence de ce virus rare, endémique dans certaines régions d'Afrique, a été rapportée dans plusieurs pays européens, dont la Grande-Bretagne, la France, la Suisse ou l'Espagne, ainsi qu'aux Etats-Unis.

Des autorités médicales, dont l'Organisation mondiale de la santé (OMS), estiment que le risque de voir cette maladie se propager largement est réduit. Le taux de létalité de la maladie varie de 1 à 10% selon le variant (il en existe deux), des taux observés en zone endémique, dans des pays au système de santé défaillant.

Mais une prise en charge médicale adéquate réduit considérablement les risques et la plupart des personnes guérissent spontanément. Dans les pays où la maladie a été repérée récemment, les cas observés sont pour la plupart bénins et il n'y a pas de décès recensés.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Santé

Geneva Health Forum sur l'urgence environnementale et sanitaire

Publié

le

Photo illustration (KEYSTONE/Martial Trezzini)

La 9e édition du Geneva Health Forum (GHF) explore de mardi à jeudi les enjeux de santé publique touchant l’ensemble de la planète, pandémies et destruction des écosystèmes notamment. Plus de 400 intervenants et 2000 participants de 80 pays sont attendus.

Une vingtaine de sessions sont au programme ainsi que des ateliers et débats. Toutes les plénières sont proposées en format hybride (présentiel et en ligne), a indiqué mardi l'Université de Genève (UNIGE).

Tirer les enseignements de la crise du Covid 19 et mieux comprendre l’impact de la dégradation de l’environnement sur notre santé sont les axes principaux de cette 9e édition, intitulée "Pandémie de Covid-19 et urgence environnementale: réinventer la santé globale à l’heure des changements mondiaux". Un événement qui met notamment en avant l'échange entre disciplines. Le professeur Antoine Flahault, co-président du Geneva Health Forum et directeur de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’UNIGE.

Pr. Antoine FlahaultCo-président du Geneva Health Forum et directeur de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’UNIGE

Le forum, véritable laboratoire d'idée,  fait également la part belle à l'innovation comme l'explique le professeur Antoine Geissbuhler (Gueisse bulere), co-président du Geneva Health Forum, médecin-chef du service de cybersanté et télémédecine et responsable du centre de l’innovation des HUG, vice-recteur de l’UNIGE.

Pr. Antoine GeissbuhlerCo-président du Geneva Health Forum, médecin-chef du service de cybersanté et télémédecine et responsable du centre de l’innovation des HUG, vice-recteur de l’UNIGE

Recherches de solutions

Organisé par l’UNIGE et les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), l’événement réunit de nombreux experts autour de la recherche de solutions concrètes selon les principes "One Health" ou "Planetary Health", qui s’appuient sur une approche systémique et intégrée de la santé publique, animale et environnementale. Le professeur Antoine Flahault.

Pr. Antoine FlahaultCo-président du Geneva Health Forum et directeur de l’Institut de santé globale de la Faculté de médecine de l’UNIGE

Les contraintes sur le monde animal et végétal – comme la baisse de la biodiversité, la raréfaction des terres agricoles, l’industrialisation de l’agriculture et de l’élevage – sont en effet de plus en plus souvent à l’origine de pandémies.

La pollution, elle, est directement responsable d’un nombre de plus en plus important de pathologies et de décès. Quant au changement climatique, il engendre des contextes humanitaires toujours plus difficiles et stimule les migrations en pesant sur l’agriculture et les ressources en eau.

Prix et documentaire

Le prix "Grand Jet d’Or de Genève", doté de 50'000 francs, récompensera une équipe de recherche sur un projet innovant dans le domaine de la santé globale. Enfin, un documentaire très attendu est à l’affiche: "La fabrique des pandémies" de la réalisatrice Marie Monique Robin avec la collaboration de Juliette Binoche.

Présenté en avant-première au GHF, il met en scène la rencontre de l’actrice française avec vingt scientifiques, qui détaillent leur vision de l’action à mettre en place au niveau local, national et international pour lutter contre les zoonoses, ces maladies transmises à l’homme par les animaux.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture