Rejoignez-nous

Coronavirus

Le premier patient genevois est désormais guéri

Publié

,

le

Il a pu quitter l'hôpital ce mardi. Le premier patient testé positif au coronavirus à Genève est guéri. C'est le département genevois de la sécurité, de l'emploi et de la santé (DSES) qui l'annonce. Il reste toutefois en convalescence pendant une semaine.

A Genève, le premier patient atteint du coronavirus est guéri, annonce le Département de la santé. Il a pu quitter l’hôpital ce mardi, pour une convalescence d’une semaine.  Quant aux autres patients atteints du Covid-19 et encore à l’hôpital, ils vont tous bien, assure le DSES.

Une bonne nouvelle donc, même si le Canton tient à rester prudent. Ecoutez Laurent Paoliello, porte-parole du département de la santé.

Laurent PaolielloPorte-parole du département de la santé

Compte tenu de la situation générale à Genève, le médecin cantonal se dit désormais favorable à hospitaliser les patients à domicile, lorsque cela est possible. En cas de test positif, la prise en charge varie, donc. Les personnes qui ont besoin de soins sont hospitalisées. Mais ce n’est pas nécessaire en cas de symptômes légers. Laurent Paoliello.

Laurent PaolielloPorte-parole du département de la santé

Parallèlement, un étudiant de l’Université de Genève a été testé positif au Covid-19. Il s’agit d’un jeune bâlois, qui est désormais hospitalisé dans son canton d’origine. Une enquête d’entourage a été mise en place pour identifier les personnes qui ont eu un contact prolongé avec cet étudiant. Les précisions de Jacques-André Romand, médecin cantonal genevois.

Jacques-André Romand Médecin cantonal genevois

A l'heure actuelle, 54 personnes sont en quarantaine préventive. D’autres personnes en lien avec le cas de l’étudiant bâlois sont actuellement en cours d’évaluation, précise le DSES.

 

 

 

Coronavirus

Vérification et émission de certificats temporairement impossible

Publié

le

La panne a duré sur un très court laps de temps entre 15h03 et 15h14 (archives). (© KEYSTONE/PIERRE ALBOUY)

Les certificats Covid ont connu des problèmes lundi après-midi. Leur émission et vérification étaient impossibles sur un cours laps de temps. Des problèmes similaires avaient déjà été constatés il y a un peu plus d'une semaine.

Selon l'Office fédéral de la technologie de l'information (OFIT), le problème a duré de 15h03 à 15h14.

Des problèmes techniques avaient déjà été rencontrés avec les certificats le vendredi 15 octobre. Vers 19h30, le certificat ne pouvait pas être actualisé et indiquait une "signature non valable". Selon l'Office fédéral de l'informatique et de la télécommunication (OFIT), les applications suisses n'ont pas pu valider les certificats Covid suite à des travaux de maintenance sur la passerelle européenne.

Vers 20h30, le problème a été résolu pour les certificats suisses. Les détenteurs de certificats étrangers ont eux dû attendre jusqu'à 22h30 avant de pouvoir les utiliser à nouveau. Les citoyens suisses de l'étranger n'ont eux pas été affectés. Leurs certificats Covid ont pu continuer à être validés.

Depuis le 13 septembre, le certificat Covid est obligatoire en Suisse pour tous les événements qui ont lieu en intérieur (bars, restaurants, musées, cinémas, établissements sportifs, concerts, etc). Il faut être guéri, testé ou vacciné, et présenter un certificat sous forme papier ou s'affichant dans une application.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Une étude de l'EPFL ouvre la voie à de nouveaux traitements

Publié

le

Parmi les cibles principales: la protéine Spike, qui forme la fameuse "couronne" des coronavirus (archives). (© KEYSTONE/EPA NATIONAL INSTITUTES OF HEALTH)

Une équipe de recherche de l'EPFL a ciblé le rôle essentiel joué par une enzyme dans le processus d'infection au coronavirus, signant ainsi une "étude révolutionnaire". Les résultats obtenus ouvrent la voie à de nouveaux traitements antiviraux.

ZDHHC20: c'est le nom de la principale enzyme responsable d'une série de modifications qui surviennent sur la membrane du SARS-CoV-2, l'actuel coronavirus. C'est donc elle qui permet - indirectement - à l'agent infectieux de mieux pénétrer les cellules humaines, et de favoriser l'infection, explique l'EPFL dans un communiqué.

Ces modifications chimiques portent un nom. Il s'agit du processus de S-acylation, souvent appelé "palmitylation". Cette dernière transforme les protéines qui organisent la membrane du coronavirus en fixant des acides gras sur des sites spécifiques d'acides aminés qui la composent en vue de les aider à remplir leurs fonctions.

Spike au coeur de l'étude

Parmi les cibles principales: la protéine Spike, qui forme la fameuse "couronne" des coronavirus. Elle est la première à établir le contact entre le virus et la cellule attaquée. C'est également grâce à elle que leur fusion est possible, et que le développement infectieux peut se poursuivre. Pour rappel, un virus a besoin d'un hôte - une cellule - pour se répliquer.

Comme toutes les protéines, Spike est formée d'une chaîne d'acides aminés. La particularité? Sur les 20 acides aminés qui la constituent, pas moins de 10 sont transformés au moment de l'infection.

«La protéine Spike du SARS-CoV-2 est en fait la protéine la plus palmitoylée connue à ce jour», déclare la professeure Gisou van der Goot, qui a dirigé l'étude. En guise de comparaison, les protéines membranaires des mammifères ne possèdent généralement que deux ou trois sites, précise la scientifique, dont le laboratoire est spécialiste de palmitylation.

La palmitylation, essentielle dans l'infection

Résultats de la recherche: l'enzyme qui actionne ce processus de modifications permet de protéger les protéines Spike d'une dégradation par la cellule hôte. Les particules virales produites sans palmitylation, des protéines Spike ont une capacité moindre à fusionner avec les cellules humaines.

"La S-acylation des protéines Spike est essentielle à la formation de virus hautement infectieux", résume l'EPFL. Et les médicaments qui interfèrent avec ce processus empêchent "efficacement le SARS-CoV-2 d’infecter les cellules." Les enzymes impliquées dans la S-acylation constituent ainsi de nouvelles cibles thérapeutiques antivirales.

Ces résultats pourraient également aider le développement de nouveaux traitements contre d'autres virus comme l'herpès et la grippe. L'étude a nécessité la collaboration entre plusieurs laboratoires de l'EPFL et la combinaison de plusieurs approches ( informatiques, lipidomiques, de biologie cellulaire ou encore biochimique). Elle a été publiée dans la revue scientifique américaine Developmental Cell le 1er octobre 2021.

https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S1534580721007346

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Suisse: Le rythme de vaccination en baisse de 15%

Publié

le

Au total, 62,9% de la population est entièrement vaccinée (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Du 18 octobre au 24 octobre, 144'723 doses de vaccin contre le Covid-19 ont été administrées en Suisse. Avec en moyenne, 20'675 vaccinations effectuées par jour, le rythme des injections a ralenti de 15%, comparé à la semaine précédente.

Au total, 62,9% de la population est entièrement vaccinée, selon les données publiées lundi sur le site de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). Il y a 7 jours, le taux de vaccination s'élevait à 62%.

Depuis le début de la campagne de vaccination, 11'026'244 doses de vaccin ont été administrées. 5'474'968 personnes ont reçu deux doses de sérum et 76'308 jusqu'à présent une seule piqûre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Coronavirus

La Suisse compte 3297 nouveaux cas de coronavirus en 72 heures

Publié

le

Les patients Covid-19 occupent 12,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 69,2% (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Suisse compte lundi 3297 cas supplémentaires de coronavirus en 72 heures, selon les chiffres de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP). On déplore 15 décès supplémentaires et 49 malades ont été hospitalisés.

Durant les dernières 72 heures, les résultats de 64'922 tests ont été transmis, indique l'OFSP. Le taux de positivité s'élève à 5,08%.

Sur les quatorze derniers jours, le nombre total d'infections est de 14'769, soit 169,58 nouvelles infections pour 100'000 habitants. Le taux de reproduction, qui a un délai d'une dizaine de jours, est lui de 1,24. Les patients Covid-19 occupent 12,3% des places disponibles en soins intensifs, dont le taux d'occupation est de 69,2%.

Au total 11'026'244 doses de vaccin ont été administrées et 62,86% des personnes ont déjà reçu deux doses. Par rapport à la population âgée de plus de 12 ans (âge minimum pour la vaccination en Suisse), la part des personnes entièrement vaccinées se monte à 71,53%. La Suisse a reçu jusqu'à présent 13'297'425 doses de vaccins. Des certificats ont déjà été émis pour 6'962'946 personnes vaccinées.

Depuis le début de la pandémie, 865'707 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur un total de 11'544'285 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein. Le total des décès s'élève à 10'827 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 33'469.

Le pays dénombre par ailleurs 7961 personnes en isolement et 5400 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Le Covid-19 a fait baisser l'espérance de vie en Suisse

Publié

le

La pandémie de coronavirus a un impact sur l'espérance de vie (image symbolique). (© KEYSTONE/AP/Alexander Zemlianichenko)

La pandémie de coronavirus a fait chuter l'espérance de vie à la naissance en Suisse. Elle a reculé en 2020 à 81 ans pour les hommes et à 85,1 ans pour les femmes, en baisse respectivement de 0,9 et 0,5 an par rapport à 2019, a annoncé lundi l'OFS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture