Rejoignez-nous

Santé

Coronavirus: Genève décidera si la menace est mondiale

Publié

,

le

Le siège de l'Organisation Mondiale de la Santé à Genève

Alors que la ville de Wuhan vient d'être placé en quarantaine, les réponses internationales à apporter à l'épidémie seront bientôt déterminées à Genève.

Le directeur de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé hier ne pas vouloir décider dans l'immédiat si le nouveau virus chinois constituait une urgence internationale. Les discussions du comité d'urgence se prolongent aujourd'hui.

"La décision de déclarer ou non une urgence de santé publique de portée internationale est une décision que je prends très au sérieux et que je ne suis prêt à prendre qu'en tenant dûment compte des preuves disponibles", a déclaré à la presse le directeur de l'OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève où était réuni le comité d'urgence.

Le nouveau coronavirus apparu en Chine a fait à ce jour 17 morts et contaminé des centaines de personnes, selon un dernier bilan dont l'annonce mercredi relance les craintes de propagation. Un précédent bilan faisait état de 9 morts.

Le nombre total de personnes contaminées s'élève à 444 dans la province de Hubei, épicentre de l'épidémie, ont précisé des responsables de cette province du centre de la Chine au cours d'une conférence presse télévisée.

Le virus de la famille du Sras, apparu le mois dernier dans la ville de Wuhan, a gagné plusieurs pays d'Asie et même les Etats-Unis, où un premier cas a été recensé.

Hong Kong a signalé hier son premier cas suspect, un homme de 39 ans arrivé en train de Wuhan. Mais le résultat définif des tests médicaux ne sera connu que jeudi.

Le président chinois Xi Jinping a assuré par téléphone à son homologue français Emmanuel Macron que la Chine avait adopté "des mesures de prévention et de contrôle strictes", selon des propos rapportés par l'agence Chine nouvelle.

"La Chine est disposée à travailler avec la communauté internationale pour répondre efficacement à l'épidémie et maintenir la sécurité sanitaire dans le monde", a-t-il promis.

Lors d'une conférence de presse à Pékin, le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Li Bin, a souligné que le virus, qui se transmet par les voies respiratoires, "pourrait muter et se propager plus facilement".

Des centaines de millions de Chinois voyagent à travers le pays pour se retrouver en famille à l'occasion des congés du Nouvel an lunaire, qui débutent vendredi.

Après avoir largement semblé ignorer l'épidémie apparue le mois dernier, les Chinois paraissaient prendre conscience du risque dans les grandes villes du pays, où beaucoup d'habitants revêtaient des masques respiratoires.

Masque obligatoire à Wuhan

A Wuhan, les autorités ont rendu le port du masque obligatoire dans les lieux publics, selon Le Quotidien du peuple.

Dans une pharmacie de Pékin, une employée était obligée d'expliquer aux clients qu'elle n'avait plus de masques ni de produits désinfectants à vendre.

Le ministère chinois de l'Industrie a annoncé faire tout son possible pour en augmenter la production, selon l'agence Chine Nouvelle.

Ventilation, désinfection

Près de la moitié des provinces du pays sont touchées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin.

Relayant un appel du président Xi Jinping à "enrayer" l'épidémie, M. Li a annoncé des mesures de prévention telles que ventilation et désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux.

Des détecteurs de température corporelle pourront également être installés dans les sites très fréquentés, a-t-il annoncé.

Des matches de qualification au tournoi féminin de football des JO de Tokyo-2020, initialement programmés en février à Wuhan, ont été délocalisés dans l'est du pays, a annoncé la Confédération asiatique de football (AFC).

Nombre de pays ayant des liaisons aériennes directes ou indirectes avec Wuhan, la ville à l'épicentre de la maladie, ont renforcé les contrôles des passagers à l'arrivée, puisant dans leur expérience de l'épidémie du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003.

Des contrôles ont été mis en oeuvre dans cinq aéroports des Etats-Unis, ainsi qu'au Royaume-Uni et en Italie où arrivent des vols en provenance de Wuhan.

Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les Etats-Unis ont annoncé mardi un premier cas de maladie.

Il s'agit d'un homme d'une trentaine d'années, originaire de Wuhan et résidant près de Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis. Arrivé le 15 janvier sans fièvre à l'aéroport de Seattle, il a lui-même contacté dimanche les services de santé locaux après avoir constaté des symptômes.

Des soupçons

L'OMS n'a jusqu'ici utilisé le terme d'urgence internationale que pour de rares cas d'épidémies nécessitant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l'Afrique de l'Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Le virus a été repéré en décembre à Wuhan, mégapole de 11 millions d'habitants, dans un marché de gros de fruits de mer et de poissons. On ignore encore son origine exacte ou la période d'incubation.

Des ventes illégales d'animaux sauvages avaient lieu dans ce marché, a déclaré le directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, sans pouvoir affirmer avec certitude si du gibier était à l'origine de l'épidémie.

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l'homme (comme un rhume) mais aussi d'autres plus graves comme le Sras.

L'OMS avait à l'époque vivement critiqué Pékin pour avoir tardé à donner l'alerte et tenté de dissimuler l'ampleur de l'épidémie.

1 commentaire

1 commentaire

  1. leveau

    24 janvier 2020 à 13 h 43 min

    je trouve inadmissible que l’OMS ne déclare pas l’épidémie mondiale et attend que toute le population soit infectée. Nous devons faire l’impossible pour que ce virus reste isolé dans les pays concernés. Ma fille ayant organisé son voyage en thaïlande pendant une année avec son mari et ses petites jumelles pour deux mois et ayant réservé ses hôtels et vols , ne peut pas savoir si le risque est grand et ne sera pas remboursé de son voyage tant que ces messieurs auront prononcé le virus comme dangereux. Nous n’avons même pas de vaccins et l’annonce de nouveaux morts est journalière. Peut-être il y a de grosses sommes en jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Les HUG veulent récolter 1000 poches de sang pour les fêtes

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Pour la seconde année de suite, les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) et leur Centre de transfusion sanguine (CST) lancent un appel pour récolter 1000 poches de sang pour les fêtes. La collecte débutera lundi et durera un mois, jusqu'au 7 janvier.

En 2020, le défi avait été relevé avec 1378 poches de sang récoltées, soit 25% de plus qu'une année normale, ont indiqué jeudi les HUG. Ces réserves supplémentaires avaient permis d'assurer les besoins en sang pour toutes les interventions chirurgicales du canton en décembre 2020 et en janvier 2021.

Les HUG et le CST rappellent que les réserves de sang restent basses en raison de la pandémie de Covid-19. Le niveau pourrait même devenir critique pendant les vacances de fin d'année, quand les donneurs sont moins nombreux. Les personnes qui veulent donner leur sang peuvent prendre rendez-vous en ligne.

www.dondusang.ch

 

Continuer la lecture

Actualité

Opération dépistage aux HUG pour la Journée mondiale de lutte contre le Sida

Publié

le

L’Unité VIH des HUG était mobilisée ce mercredi à l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. Elle a proposé, comme chaque année, des tests de dépistage gratuits et rapides. Nathalie Fraile est infirmière responsable de l’unité VIH/SIDA aux HUG.

Nathalie Fraile Infirmière responsable de l'unité VIH/SIDA aux HUG

Plus d’une centaine de personnes ont franchi le pas ce mercredi. Des jeunes, principalement, mais aussi d’autres profils. Concrètement pour ce test rapide on vous prend une goutte de sang sur le bout du doigt et vous obtenez le résultat en 4 minutes.

Reportage

Rappelons que le test de dépistage du VIH coûte 55 francs habituellement. Il faut payer 100 francs de plus pour dépister les autres maladies sexuellement transmissibles.

Continuer la lecture

Actualité

L'épidémiologiste Antoine Flahault: "Je suis pour le retour des tests gratuits"

Publié

le

L'Europe fait face à un rebond épidémique du Covid-19 et l’Office fédéral de la santé publique a averti cette semaine: «La situation se détériore», «On ne prend pas la bonne direction», «La Suisse suit la tendance de l'Autriche».

Les cas doublent actuellement toutes les deux semaines. Tanja Stadler, présidente de la Task force scientifique a indiqué qu'une telle hausse doit être rapidement freinée pour éviter une surcharge des hôpitaux et pour protéger la population vulnérable. Antoine Flahault, directeur de l'institut de santé globale de l'Université de Genève, explique à Benjamin Smadja et Laurie Selli, les mesures à mettre en place pour éviter un confinement en Suisse.

Le canton de Genève annonce à son tour des mesures pour contenir la propagation du coronavirus. Dès lundi matin, le masque sera réintroduit dans tous les lieux fermés.

Si le canton de Genève demeure encore épargné en comparaison de certaines autres régions de Suisse, le Conseil d'Etat constate que l'augmentation du nombre de cas n'est plus progressive, mais exponentielle. Une telle situation n'avait plus été recensée depuis fin 2020, écrit-il jeudi dans un communiqué.

Le gouvernement estime que la réintroduction du port du masque obligatoire dans les espaces clos des établissements publics, des lieux de travail et de formation ou accueillant des manifestations est désormais nécessaire. L'arrêté qui détaille ces mesures entrera en vigueur lundi à 6h00 du matin. L'Exécutif incite toutefois fortement tous ceux qui le pourraient à les appliquer dès maintenant.

Moins de douze ans épargnés

Les établissements aménagés pour la danse ne sont pas concernés par ces mesures. Ils sont déjà soumis à des mesures renforcées de collecte des données pour leur clientèle, en sus de la vérification usuelle des certificats Covid.

A noter que ces dispositions ne s'appliquent pas aux enfants de moins de douze ans. S'agissant des écoles, le Conseil d'Etat valide le principe de réintroduction du port du masque pour les élèves au secondaire I (cycle d'orientation), dans le cadre des plans de protection spécifiques réservés aux milieux scolaires.

Le Conseil d'Etat rappelle que les contrôles de police seront intensifiés dans les établissements publics. Il attend une vigilance accrue de la part des exploitants de ces lieux, comme déjà annoncé mercredi.

Quinze personnes aux soins intensifs

Pour information, jeudi, 98 personnes sont hospitalisées aux Hôpitaux Universitaires de Genève (HUG) en raison du coronavirus. Parmi elles, 50 personnes nouvellement infectées, dont quinze aux soins intensifs et intermédiaires et 48 patients traités pour des soins post-Covid.

La vaccination étant le moyen le plus efficace de se prémunir contre le Covid, le gouvernement genevois encourage toutes les personnes de plus de 65 ans et les personnes vulnérables à s'inscrire en vue de l'administration de la troisième dose de vaccin ("booster"). Cette dernière sera bientôt également disponible pour toutes les personnes de plus de 16 ans.

Laurie Selli avec ATS

 

Continuer la lecture

Genève

HUG: Un outil en ligne pour tout savoir sur les symptômes post-Covid

Publié

le

Photo Archives KEYSTONE/Martial Trezzini

Les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) ouvrent sur internet une plateforme interactive d'informations et d'échanges sur les séquelles à long terme que peut avoir le Covid-19. Il s'agit d'une première dans le monde francophone, indiquent mercredi les HUG.

La plateforme Rafael s'adresse aussi bien aux professionnels qu'au grand public. Elle permet à un internaute de déterminer s'il présente des symptômes post-Covid et de l'orienter ensuite dans le réseau de soins. Elle renseigne aussi sur les complications que peut entraîner une infection par le virus et leur prise en charge.

Selon les HUG, cet outil doit permettre de répondre à un manque d'information de la population sur les suites d'un Covid "qui comporte encore beaucoup d'inconnues et d'incertitudes". Les échanges et partages d'expériences entre patients et professionnels aideront à mieux comprendre les séquelles à long terme de la maladie.

La plateforme est dotée d'un "chatbot", un instrument d'intelligence artificielle qui permet de répondre immédiatement aux questions les plus fréquentes. Si la réponse n'est pas trouvée, l'équipe dédiée s'en empare et prend ensuite contact avec l'internaute afin de lui répondre, précisent les HUG.

La plateforme a été prénommée Rafael en référence à un patient d'une quarantaine d'années qui a souffert d'insomnie pendant plusieurs semaines après sa guérison de l'infection au Covid-19. Rafael a été l'un des premiers malades à avoir présenté des symptômes persistants post-Covid lors de la première vague de mars 2020.

La plateforme Rafael a été financée par la Fondation privée des HUG. Elle est accessible à l'adresse post-covid-hug.ch.

Continuer la lecture

Genève

Une tombola pour récompenser ceux qui se feront vacciner la semaine prochaine

Publié

le

© KEYSTONE/GAETAN BALLY

Genève veut donner une tournure festive à la vaccination. Une tombola sera organisée pour gagner des "Moments uniques genevois". Le canton ouvre également la troisième dose de vaccin aux plus de 65 ans.

A l’occasion de la semaine nationale de la vaccination qui débute lundi prochain en Suisse, les autorités genevoises vont organiser une tombola pour gagner, disent-elles des "Moments uniques" pour les personnes qui recevront leur première dose pendant cette semaine de vaccination.

Parmi les lots: une visite avec le vice-président du Conseil d'Etat de l'abri anti aérien du gouvernement; un tour sur le lac avec la police de la navigation; une descente en rappel avec la brigade de sécurité publique; la conduite d'un char sur le tarmac de l'aéroport ou une démonstration de la brigade des chiens. Pour participer, il suffira de remplir un des bulletins de participation disponibles au Palais Eynard, et de le glisser dans l'urne vendredi ou samedi. Cette action se poursuivra durant tout le mois de novembre. Mauro Poggia, Conseiller d'Etat en charge de la santé, précise que le but recherché ici n'est pas de récompenser ceux qui se feraient vacciner.

Mauro PoggiaConseiller d'Etat en charge de la santé

Genève va aussi ouvrir une opération de vaccination inédite au Palais Eynard le vendredi 12 et samedi 13 novembre prochain, pour les premières doses. Un apéritif sera aussi organisé à l'extérieur du Palais, dans le Parc des Bastions. Le premier centre transfrontalier verra également le jour dans l'enceinte du CERN dès le mardi 9 novembre pour les employés de l'organisation européenne. Quant au dispositif mobile "Vacci-Road", il fera étape à Versoix du 18 au 20 novembre prochain.

Genève ouvre la troisième dose de vaccin aux plus de 65 ans

Autre nouveauté, une dose de rappel pour le vaccin sera disponible dès lundi. Elle concerne surtout les personnes de 65 ans et plus.  Le détail avec Nathalie Vernaz, pharmacienne cantonale.

Nathalie Vernaz-HegiPharmacienne cantonale

Les personnes qui souhaitent cette dose de rappel peuvent s'inscrire sur la plateforme soignez-moi.ch ou par téléphone au 0800 909 400. Comme pour les premières doses, une équipe mobile se déplacera dans les EMS et les immeubles avec encadrement pour personnes âgées. Le dispositif mis en place permettra d'effectuer 1700 vaccinations par semaine.

La pharmacienne cantonale Nathalie Vernaz-Hegi a rappelé l'importance du vaccin alors que la situation épidémiologique se péjore. Cette dégradation n'est pas une surprise, selon la médecin cantonale Aglaé Tardin.

Aglaé TardinMédecin cantonale

La baisse des températures pousse en effet la population à se retrouver dans des espaces clos. Le canton déplore entre 80 et 100 nouveaux cas par jour lors de la dernière semaine, soit une hausse marquée par rapport aux semaines précédentes. La circulation et la transmission du virus accélèrent avec une répercussion sur le plan hospitalier. Avec 78 hospitalisations, dont 12 patients soins de réanimation, le fonctionnement de l'hôpital n'est toutefois pas menacé.

ATS Keystone avec MH

Continuer la lecture