Rejoignez-nous

Santé

Coronavirus: Genève décidera si la menace est mondiale

Publié

,

le

Le siège de l'Organisation Mondiale de la Santé à Genève

Alors que la ville de Wuhan vient d’être placé en quarantaine, les réponses internationales à apporter à l’épidémie seront bientôt déterminées à Genève.

Le directeur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a annoncé hier ne pas vouloir décider dans l’immédiat si le nouveau virus chinois constituait une urgence internationale. Les discussions du comité d’urgence se prolongent aujourd’hui.

« La décision de déclarer ou non une urgence de santé publique de portée internationale est une décision que je prends très au sérieux et que je ne suis prêt à prendre qu’en tenant dûment compte des preuves disponibles », a déclaré à la presse le directeur de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus à Genève où était réuni le comité d’urgence.

Le nouveau coronavirus apparu en Chine a fait à ce jour 17 morts et contaminé des centaines de personnes, selon un dernier bilan dont l’annonce mercredi relance les craintes de propagation. Un précédent bilan faisait état de 9 morts.

Le nombre total de personnes contaminées s’élève à 444 dans la province de Hubei, épicentre de l’épidémie, ont précisé des responsables de cette province du centre de la Chine au cours d’une conférence presse télévisée.

Le virus de la famille du Sras, apparu le mois dernier dans la ville de Wuhan, a gagné plusieurs pays d’Asie et même les Etats-Unis, où un premier cas a été recensé.

Hong Kong a signalé hier son premier cas suspect, un homme de 39 ans arrivé en train de Wuhan. Mais le résultat définif des tests médicaux ne sera connu que jeudi.

Le président chinois Xi Jinping a assuré par téléphone à son homologue français Emmanuel Macron que la Chine avait adopté « des mesures de prévention et de contrôle strictes », selon des propos rapportés par l’agence Chine nouvelle.

« La Chine est disposée à travailler avec la communauté internationale pour répondre efficacement à l’épidémie et maintenir la sécurité sanitaire dans le monde », a-t-il promis.

Lors d’une conférence de presse à Pékin, le vice-ministre de la commission nationale de la Santé, Li Bin, a souligné que le virus, qui se transmet par les voies respiratoires, « pourrait muter et se propager plus facilement ».

Des centaines de millions de Chinois voyagent à travers le pays pour se retrouver en famille à l’occasion des congés du Nouvel an lunaire, qui débutent vendredi.

Après avoir largement semblé ignorer l’épidémie apparue le mois dernier, les Chinois paraissaient prendre conscience du risque dans les grandes villes du pays, où beaucoup d’habitants revêtaient des masques respiratoires.

Masque obligatoire à Wuhan

A Wuhan, les autorités ont rendu le port du masque obligatoire dans les lieux publics, selon Le Quotidien du peuple.

Dans une pharmacie de Pékin, une employée était obligée d’expliquer aux clients qu’elle n’avait plus de masques ni de produits désinfectants à vendre.

Le ministère chinois de l’Industrie a annoncé faire tout son possible pour en augmenter la production, selon l’agence Chine Nouvelle.

Ventilation, désinfection

Près de la moitié des provinces du pays sont touchées, y compris des mégapoles comme Shanghai et Pékin.

Relayant un appel du président Xi Jinping à « enrayer » l’épidémie, M. Li a annoncé des mesures de prévention telles que ventilation et désinfection dans les aéroports, les gares et les centres commerciaux.

Des détecteurs de température corporelle pourront également être installés dans les sites très fréquentés, a-t-il annoncé.

Des matches de qualification au tournoi féminin de football des JO de Tokyo-2020, initialement programmés en février à Wuhan, ont été délocalisés dans l’est du pays, a annoncé la Confédération asiatique de football (AFC).

Nombre de pays ayant des liaisons aériennes directes ou indirectes avec Wuhan, la ville à l’épicentre de la maladie, ont renforcé les contrôles des passagers à l’arrivée, puisant dans leur expérience de l’épidémie du Sras (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003.

Des contrôles ont été mis en oeuvre dans cinq aéroports des Etats-Unis, ainsi qu’au Royaume-Uni et en Italie où arrivent des vols en provenance de Wuhan.

Après le Japon, la Corée du Sud, la Thaïlande et Taïwan, les Etats-Unis ont annoncé mardi un premier cas de maladie.

Il s’agit d’un homme d’une trentaine d’années, originaire de Wuhan et résidant près de Seattle, dans le nord-ouest des Etats-Unis. Arrivé le 15 janvier sans fièvre à l’aéroport de Seattle, il a lui-même contacté dimanche les services de santé locaux après avoir constaté des symptômes.

Des soupçons

L’OMS n’a jusqu’ici utilisé le terme d’urgence internationale que pour de rares cas d’épidémies nécessitant une réaction mondiale vigoureuse, dont la grippe porcine H1N1 en 2009, le virus Zika en 2016 et la fièvre Ebola, qui a ravagé une partie de l’Afrique de l’Ouest de 2014 à 2016 et la RDC depuis 2018.

Le virus a été repéré en décembre à Wuhan, mégapole de 11 millions d’habitants, dans un marché de gros de fruits de mer et de poissons. On ignore encore son origine exacte ou la période d’incubation.

Des ventes illégales d’animaux sauvages avaient lieu dans ce marché, a déclaré le directeur du Centre national de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, sans pouvoir affirmer avec certitude si du gibier était à l’origine de l’épidémie.

La souche incriminée est un nouveau type de coronavirus, une famille comptant un grand nombre de virus. Ils peuvent provoquer des maladies bénignes chez l’homme (comme un rhume) mais aussi d’autres plus graves comme le Sras.

L’OMS avait à l’époque vivement critiqué Pékin pour avoir tardé à donner l’alerte et tenté de dissimuler l’ampleur de l’épidémie.

1 commentaire

1 commentaire

  1. leveau

    24 janvier 2020 à 13 h 43 min

    je trouve inadmissible que l’OMS ne déclare pas l’épidémie mondiale et attend que toute le population soit infectée. Nous devons faire l’impossible pour que ce virus reste isolé dans les pays concernés. Ma fille ayant organisé son voyage en thaïlande pendant une année avec son mari et ses petites jumelles pour deux mois et ayant réservé ses hôtels et vols , ne peut pas savoir si le risque est grand et ne sera pas remboursé de son voyage tant que ces messieurs auront prononcé le virus comme dangereux. Nous n’avons même pas de vaccins et l’annonce de nouveaux morts est journalière. Peut-être il y a de grosses sommes en jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

70 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures

Publié

le

Le nombre de nouveaux cas de coronavirus a légèrement baissé ce dimanche, à 70 contre une centaine et plus ces derniers jours (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La Suisse a enregistré 70 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, a annoncé dimanche l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Depuis le 1er juillet, le nombre de contaminations quotidiennes avoisinait les 100 et plus.

L’OFSP a fait état samedi de 97 nouveaux cas, 134 vendredi, 116 jeudi et 137 mercredi. Au total, la Suisse et la Principauté du Liechtenstein ont recensé 32’268 cas confirmés depuis le début de la crise, dont 617 ces sept derniers jours. Aucun nouveau décès n’a été annoncé dimanche, le total étant maintenu à 1686.

Continuer la lecture

Actualité

La Catalogne confine 200’000 personnes

Publié

le

Le président de la Catalogne Quim Torra a annoncé le confinement de toute une région dès samedi midi. (©KEYSTONE/EPA/Quique Garcia / POOL)

La région de Catalogne a ordonné samedi le confinement d’une zone comprenant quelque 200’000 habitants, autour de Lerida dans le nord-est de l’Espagne, en raison de la multiplication des cas de contagion du nouveau coronavirus.

« Nous avons décidé de confiner la zone del Segria (autour de la ville de Lerida), sur la base de données qui confirment une croissance très importante du nombre de contagions de Covid-19 », a déclaré devant la presse le président de la région, l’indépendantiste Quim Torra. Il a annoncé que ce confinement débuterait à midi, en restreignant les entrées et sorties de cette zone.

Continuer la lecture

Coronavirus

57 000 infections au Covid-19 aux Etats-Unis ces dernières 24h

Publié

le

Le gouverneur de Californie a décrété la fermeture des plages pour le week-end de la fête nationale. (©KEYSTONE/AP/Jose Carlos Fajardo)

Les Etats-Unis ont enregistré vendredi un nouveau record d’infections au coronavirus, avec 57’683 cas supplémentaires. Très critiqué pour sa gestion de la pandémie, le président américain Donald Trump s’offrait lui une soirée de feux d’artifice, loin de Washington.

Le sud et l’ouest du territoire des Etats-Unis voient une flambée de cas de Covid-19, qui « met tout le pays en danger », selon les termes d’Anthony Fauci, directeur de l’institut américain des maladies infectieuses. Ce dernier a admis que la maladie était désormais hors de contrôle, prédisant le nombre quotidien de contaminations pourrait bientôt atteindre les 100’000.

Les Etats-Unis, de loin le pays le plus touché au monde par la maladie, ont désormais détecté près de 2,8 millions de cas en tout, selon le comptage de l’université Johns-Hopkins. Outre les 57’000 nouvelles infections, 728 décès supplémentaires ont été comptabilisés vendredi, portant le nombre total de morts à 129’405.

Nombre d’Etats ont dû mettre le déconfinement sur pause, voire faire machine arrière, refermant à la hâte bars et plages. Et le gouverneur républicain du Texas, un fervent soutien à Donald Trump, a annoncé que le port du masque serait désormais obligatoire dans les lieux publics.

Très peu de masques portés

Quelques minutes après les sombres bilans dévoilés par l’université Johns-Hopkins, Donald Trump arrivait dans le Dakota du Sud, accompagné de son épouse Melania Trump. Il savait pouvoir compter sur un accueil chaleureux dans cet Etat peu peuplé, qu’il a remporté en 2016 avec plus de 60% des voix.

La gouverneure républicaine Kristi Noem avait indiqué par avance qu’elle n’entendait pas gâcher la fête, où 7500 personnes étaient attendues. « Nous avons dit à ceux qui sont inquiets qu’ils peuvent rester chez eux », avait-elle expliqué.

« Pour ceux qui veulent se joindre à nous, nous distribuerons des masques gratuits, s’ils décident d’en porter un. Mais il n’y aura pas de distanciation sociale ».

Dans le cadre majestueux du mont Rushmore, devant une foule scandant « Quatre ans de plus » et dans laquelle les masques étaient rares, Donald Trump a vanté une Amérique « exceptionnelle », sans s’attarder sur les chiffres alarmants du Covid-19. Il s’est posé, à quatre mois de l’élection présidentielle et à la veille de la fête nationale du 4 juillet, en défenseur de « l’intégrité » de son pays.

« Nous allons dire la vérité telle qu’elle est, sans nous excuser: les Etats-Unis d’Amérique sont le pays le plus juste et le plus exceptionnel ayant jamais existé sur terre », a-t-il lancé.

La crise est « gérée »

En plein débat sur les symboles de l’histoire du pays et alors que des statues de généraux confédérés ont été mises à terre par des manifestants antiracistes, il a dénoncé « une campagne visant à effacer notre histoire, diffamer nos héros, supprimer nos valeurs et endoctriner nos enfants ». Mais « les Américains sont forts et fiers », a-t-il lancé.

En mauvaise posture dans les sondages, le locataire de la Maison-Blanche ne s’est pas attardé sur les chiffres alarmants du Covid-19. Laissant son vice-président Mike Pence en première ligne face au spectaculaire rebond de l’épidémie, Donald Trump s’en tient depuis plusieurs jours à un seul message: la crise du coronavirus est « gérée », l’économie américaine repart « plus fort et plus vite » que prévu et l’année 2021 sera « historique ».

Au début de ce long week-end férié, l’ancien président démocrate Barack Obama a, lui, appelé à un sursaut. « Vaincre ce virus demandera la mobilisation de tous. Portez un masque. Lavez-vous les mains », a-t-il tweeté. « Et écoutez les experts, pas ceux qui essayent de nous diviser ».

Continuer la lecture

Actualité

Alain Berset défend le port du masque dans les transports publics

Publié

le

Alain Berset pointe un manque de discipline des Suisses face au coronavirus (archives). (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Outre la hausse des contaminations au coronavirus, la recrudescence des déplacements a été décisive pour rendre obligatoire le port du masque dans les transports publics, déclare Alain Berset. Le ministre de la santé pointe encore un manque de discipline des Suisses.

Beaucoup de personnes ne portent pas le masque dans les trains, les trams et les bus, bien que le Conseil fédéral l’ait expressément recommandé, lorsque la distance minimale de 1,5 mètre ne peut être respectée, remarque M. Berset dans un entretien diffusé samedi par le Blick.

L’obligation de porter des masques dans les transports publics, qui entre en vigueur lundi, était aussi un souhait des cantons et une recommandation des spécialistes, souligne le conseiller fédéral socialiste.

Lors du confinement, la question des masques n’était pas aussi importante, écoles, magasins et restaurants étant fermés, poursuit-il. À ce moment-là de la pandémie, il était crucial que le corps médical puisse en avoir, ajoute le ministre.

Le Fribourgeois note que la collaboration avec les cantons est étroite. « Pour le moment, nous avons la situation sous contrôle. Les contaminations touchent actuellement principalement les jeunes. Le nombre d’hospitalisations dues au virus est bas ».

Situation « très alarmante »

Selon lui, il était attendu que les cas d’infections allaient augmenter après le déconfinement. Contrairement à mars, les autorités savent actuellement, en règle générale, qui est contagieux, assure-t-il.

« Nous ne pourrons combattre le virus avec succès que si nous le faisons ensemble. Chacun d’entre nous doit aider. Si nous ne sommes pas unis, le virus va gagner », met en garde le conseiller fédéral.

La hausse des cas de contaminations au nouveau coronavirus en Suisse provoque l’inquiétude dans les milieux scientifiques. « La tendance actuelle va clairement dans la mauvaise direction », a alarmé vendredi soir Christian Althaus, épidémiologiste à l’université de Berne et membre du groupe de travail Covid-19 de la Confédération helvétique, dans l’émission de la télévision alémanique SRF « 10vor10 ».

Une action immédiate est impérative, a-t-il lâché, car la situation est très alarmante. Selon lui, la croissance des infections est à nouveau dans une phase exponentielle en Suisse et le nombre de cas pourrait rapidement doubler. Approuvant des déclarations d’autres scientifiques, il estime que des lieux, tels les bars et les discothèques, ont été rouverts trop rapidement.

Continuer la lecture

Actualité

Vaud: Masques obligatoires dans les commerces avec 10 clients

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins vaudois dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le port du masque sera obligatoire dans tous les commerces du canton de Vaud lorsque plus de 10 personnes se trouvent dans le magasin. La mesure, qui entre en vigueur mercredi prochain, a été annoncée vendredi par le Conseil d’Etat.

Continuer la lecture