Rejoignez-nous

Santé

Coronavirus: A Genève, l’OMS lutte contre les fake news

Publié

,

le

(KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Inquiète, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prend les choses en main face à l' »infodémie massive », avalanche d’informations, au sujet du coronavirus. Pour aider à dénouer le vrai du faux, elle a lancé une large campagne sur les réseaux sociaux, a-t-elle annoncé dimanche soir.

Cette initiative vise à répondre aux publications et remarques diffusées et partagées sur Facebook, Twitter et compagnie. Ainsi à la question de savoir si la consommation d’ail peut aider à lutter contre le coronavirus, l’OMS répond qu’il n’y a aucune preuve que cela soit le cas.

La fumée des feux d’artifice n’aide pas non plus à lutter contre l’agent pathogène, souligne l’organisation. Et la prise préventive d’antibiotique ne sert à rien: ceux-ci fonctionnent contre les bactéries pas les virus. Côté pratique, la prise en charge de lettres ou de colis en provenance de Chine est inoffensive, souligne l’OMS. Le virus ne survit pas longtemps sur de tels objets.

Sur une page internet spécialement dédiée au sujet, l’OMS conseille, entre autres, de se laver les mains régulièrement, même si les mains ne sont « pas visiblement sales ». Les malades doivent éternuer dans le creux de leur bras ou dans un mouchoir et jeter ce dernier dans une poubelle fermée. Le tout est illustré sous forme de petites vignettes facilement compréhensibles, publiées aussi sur les différents réseaux sociaux.

Trois cent soixante-et-un morts: le bilan du nouveau coronavirus dépasse désormais celui du Sras en Chine continentale où devait s’ouvrir lundi un hôpital construit en un temps record pour faire face à l’afflux de malades. Le bilan total est de 362 morts.

Dix jours après la mise sous cloche de Wuhan, la métropole géante à l’épicentre du virus qui s’est diffusé dans 24 pays, la Commission nationale de la santé a fait état d’un bilan de 361 morts, dont 57 décès supplémentaires lors de la seule journée de dimanche.

Il y a désormais en Chine continentale (hors Hong Kong et Macao) plus de morts dus à ce coronavirus qu’à l’épidémie de Sras (syndrome respiratoire aigu sévère), qui y avait fait 349 victimes en 2002-2003. Le bilan quotidien de 57 morts est également le plus lourd depuis le début de l’épidémie en décembre.

Le virus a en outre fait un mort pour la première fois en dehors de Chine: un Chinois de 44 ans originaire de Wuhan qui a succombé aux Philippines, avait annoncé dimanche matin l’OMS. Le bilan total s’établissant ainsi à 362 morts.

Télétravail

En Chine, si la série de 10 jours fériés s’est achevée théoriquement dimanche, le pays continuait à fonctionner au ralenti, beaucoup d’entreprises ayant prolongé d’office les congés d’une semaine ou permis à leurs employés de travailler à la maison. Et les places boursières, affolées par la paralysie du pays et des perspectives économiques en berne, ont rouvert en forte baisse, perdant près de 9%.

A Shanghai, capitale économique du pays, un immeuble de bureaux interdisait ainsi aux salariés d’accéder à leur lieu de travail, citant un arrêté municipal repoussant la reprise de l’activité au 10 février. A Pékin, où la quasi-totalité des habitants se recouvrent le visage d’un masque de protection, les quartiers d’affaires restaient largement déserts, avec une circulation automobile très inférieure à celle d’un week-end calme.

Des contrôles de la température corporelle ont lieu systématiquement aux entrées d’immeubles de bureaux ou de lieux publics comme les parcs. Le gouvernement a octroyé trois jours de congés supplémentaires dans l’espoir de retarder le retour vers les villes des centaines de millions de travailleurs migrants retournés dans leur province pendant le Nouvel An lunaire. Ces derniers ont cependant commencé à regagner progressivement les grandes métropoles du pays.

Un hôpital en 10 jours

Le nombre d’infections confirmées en Chine a grimpé à plus de 17’200, dépassant largement celui du Sras, qui avait tué au total 774 personnes, majoritairement en Chine continentale et à Hong Kong. La très grande majorité des décès et des cas de contamination par le nouveau coronavirus sont à déplorer à Wuhan et dans sa province, le Hubei, où quelque 56 millions d’habitants sont coupés du monde depuis le 23 janvier.

Face à un système hospitalier débordé, la ville devait accueillir lundi de premiers malades dans un hôpital comprenant un millier de lits construit dans le délai record de 10 jours. La construction de cet « Hôpital de la montagne du Dieu du Feu » a eu lieu à grand renfort de propagande, avec des images diffusées en boucle à la télévision. Un autre hôpital encore plus grand (1600 lits) est en construction dans la ville. Il doit ouvrir ses portes dans quelques jours

Cinq Suisses rapatriés

De nombreux pays ont multiplié les mesures de protection: Etats-Unis, Australie, Nouvelle-Zélande, Irak et Israël et les Philippines notamment ont interdit l’entrée sur leur territoire aux étrangers s’étant récemment rendus en Chine. Mongolie, Russie et Népal ont fermé leur frontière terrestre avec la Chine.

Parallèlement, les opérations de rapatriement d’étrangers se poursuivent: un deuxième avion français ramenant des passagers de 30 nationalités différentes, dont cinq Suisses, de Wuhan a atterri dimanche dans le sud-est de la France. Et un avion transportant 167 Marocains a atterri au Maroc.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Les anti-masques battent le pavé sur la place des Nations

Publié

le

Pendant que la Suisse enregistrait ce samedi 465 nouveaux cas de coronavirus, le double de personnes, si ce n’est plus, envahissaient la place des Nations pour dénoncer notamment le port du masque obligatoire. Selon les manifestants, cette obligation est une véritable contrainte. Pire, une atteinte à nos libertés fondamentales.

Et si la lutte avait commencé avant? Avant d’arriver sur la place des Nations tout du moins. Il est 14h30 passé, l’ambiance est déjà électrique devant la Gare Cornavin, dans le bus TPG qui se rend sur ladite place. Un litige oppose les anti-masques à la conductrice du bus qui – face au refus de certains passagers de porter le masque – refuse de démarrer. Le tout sous le regard hagard de certains touristes. Après la sortie des quelques contestataires, le bus finit par partir après dix longues minutes. Cent mètres plus tard, la tension monte de nouveau et la conductrice décide d’arrêter sa machine. Elle ne repartira jamais.

« Liberté liberté »

Pendant ce temps aux Nations, un millier de manifestants brandissent leurs pancartes, banderoles ou l’on peut notamment lire: « Stop corona-circus », « Moutons masqués, non! ». Les discours s’enchainent sur l’estrade centrale, chacun à leur tour, ils scandent leurs revendications. Des revendications auxquelles la foule répond soit par des applaudissements, soit par :« Liberté liberté ». Le tout sous le regard de Francois de Siebenthal, porte parole du comité référendaire anti loi SwissCovid et organisateur de la manifestation. Pour lui, c’est un coup d’Etat dont se rendent coupables les autorités:

François de Siebenthal porte parole du comité référendaire anti loi SwissCovid

L’OMS conspuée

Des personnes ont manié l’ironie en s’équipant d’un masque à gaz. Une autre avait dissimulé sa tête sous un masque à long nez en forme de bec que portaient certains médecins, en Europe, lorsqu’ils allaient soigner les malades atteints de la peste. La foule, assez hétéroclite, scandait régulièrement le mot liberté.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), située à quelques encablures du lieu du rassemblement, a eu droit à ses sifflets et ses huées. Selon les manifestants, l’Organisation Mondiale de la Santé n’est plus dirigée par les Etats mais est dans les mains de certains intérêts. C’est le cas de Francis qui souhaite un débat démocratique autour de la question du masque:

Francis Genevois et pour un débat démocratique autour du port du masque

De nombreux drapeaux flottaient au-dessus de la foule. Le drapeau suisse, bien sûr, et les drapeaux des cantons romands, mais aussi le drapeau tricolore français, l’étendard américain, ou encore le drapeau suédois, pays qui n’a pas confiné sa population et n’a pas imposé le port du masque pour affronter la pandémie.

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Coronavirus

Covid-19: sept décès dans un EMS à Siviriez

Publié

le

L'EMS de Siviriez dans le canton de Fribourg est touché de plein fouet par la pandémie de Covid-19, qui a déjà fait sept morts parmi ses résidents. (©Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Cinquante-trois personnes sont désormais infectées au Covid-19 dans la maison de retraite de Siviriez FR, où 37 pensionnaires avaient été testés positifs la semaine dernière. Sept personnes sont déjà décédées de cette contamination.

Trente-quatre personnes infectées sont des résidents et 19 des employés de la maison de retraite, a indiqué mercredi le canton de Fribourg. Comme environ un tiers du personnel de l’établissement est contaminé ou mis en quarantaine, le service médical cantonal de Fribourg a demandé que des résidents soient admis à l’hôpital.

Le groupe hospitalier de Fribourg a promis d’accepter neuf personnes. La Protection civile sera aussi engagée dès samedi pour venir en aide à cet EMS pour une durée de dix à quinze jours.

Six astreints recevront une formation spécifique vendredi. Ils seront quotidiennement engagés, dans les domaines des soins de base et de l’animation, de la logistique et de la cuisine.

Début septembre, 37 personnes avaient été testées positives au Covid-19 et deux d’entre elles avaient été conduites à l’hôpital. Le canton de Fribourg avait interdit les visites et opté pour une quarantaine collective fin août.

Une autre épidémie à Bulle

Une autre épidémie de Covid-19 est signalée dans un EMS à Bulle FR. Jusqu’à présent, 21 résidents et 13 employés y ont été testés positifs au Covid-19. Une personne est décédée.

Des cas isolés ont été découverts dans d’autres maisons de retraite du canton, principalement parmi les employés.

Continuer la lecture

Actualité

444 nouveaux cas de coronavirus en Suisse

Publié

le

Un nouveau décès a été signalé dimanche (archives). (©KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

La Suisse compte dimanche 444 cas supplémentaires de coronavirus en 24 heures, selon les chiffres de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Cinq personnes ont nouvellement été hospitalisées et un nouveau décès est signalé.

12’608 tests ont été effectués durant les dernières 24 heures. Avec 405 contaminations annoncées vendredi et 425 samedi, la Suisse a passé la barre des 400 cas en 24 heures pour la première fois depuis la mi-avril.

Sur les sept derniers jours, le nombre total d’infections est de 2246. Depuis le début de la pandémie, le total des décès s’élève désormais à 1733 et le nombre de personnes hospitalisées atteint 4595.

Au total, 44’401 cas de contamination au Covid-19 ont été confirmés en laboratoire sur 1’098’540 tests effectués en Suisse et au Liechtenstein.

Le pays dénombre par ailleurs 1641 personnes en isolement et 4924 individus faisant partie de leurs contacts ont été mis en quarantaine. S’y ajoutent 7’559 autres personnes revenant de voyage d’un pays à risque et qui ont dû aussi passer par la case de la quarantaine.

Continuer la lecture

Actualité

Les Baléares et la Belgique dans la liste des pays à risque

Publié

le

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a ajouté les Baléares et la Belgique à sa la liste des pays et zones présentant un risque élevé d'infection au coronavirus (archives). (©KEYSTONE/EPA/CATI CLADERA)

L’OFSP a ajouté les Baléares, la Belgique, Malte et l’Inde sur la liste des pays et zones présentant un risque élevé d’infection au coronavirus. Quiconque rentre en Suisse après avoir séjourné dans ces régions doit se mettre en quarantaine à son retour.

La Serbie et Singapour vont au contraire être retirés de la liste. La modification entrera en vigueur le jeudi 20 août 2020, a annoncé mardi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP).

La liste des pays à risque compte désormais 53 Etats et régions, contre 46 auparavant. Outre les destinations de voyage bien connues comme les Etats-Unis, le Mexique, la République dominicaine et l’Afrique du Sud, plusieurs pays des Balkans comme le Kosovo, le Monténégro, la Macédoine du Nord et la Bosnie-Herzégovine figurent également sur la liste. L’Espagne, sauf les Iles Canaries, se trouve déjà sur cette liste depuis le 8 août.

La quarantaine pour les personnes de retour de pays ou région présentant un risque élevé d’infection est en vigueur depuis le début du mois de juillet. Les personnes concernées doivent se présenter aux autorités cantonales dans les deux jours. Les autorités cantonales procèdent à des tests aléatoires pour s’assurer du respect de la mesure. Actuellement, 16’260 voyageurs de retour sont en quarantaine.

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse s’assure l’accès à un médicament contre le Covid-19

Publié

le

Après avoir réservé des doses d'un vaccin en cours d'élaboration, la Confédération s'assure l'accès à un médicament. (©KEYSTONE/Ti-Press/PABLO GIANINAZZI)

La Suisse s’est assurée l’accès à un médicament contre le Covid-19. Les autorités fédérales ont conclu avec une entreprise zurichoise un contrat de réservation du produit, qui doit encore passer des tests cliniques cet automne.

Si le médicament réussit les tests cliniques et qu’il est autorisé à la commercialisation, la Suisse bénéficiera d’un accès prioritaire aux 200’000 premières doses du médicament, a indiqué mardi l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). Berne s’assure aussi le droit d’obtenir jusqu’à trois millions de doses supplémentaires.

Une fois autorisé en Suisse, le médicament servira en premier lieu à traiter les personnes infectées par le nouveau coronavirus,précise l’OFSP. Dans certains cas, il pourrait aussi être administré à titre prophylactique pour prévenir une infection (immunisation passive), notamment chez le personnel hospitalier.

Fondée en 2004, Molecular Partners est une entreprise de biotechnologie issue de l’Université de Zurich dont le siège est à Schlieren (ZH). Elle développe sa propre classe de substances actives: les DARPins®.

La Confédération se prépare à différents scénarios en matière de lutte contre le nouveau coronavirus. Après la signature récente d’un premier contrat portant sur des doses de vaccin potentielles pour la population suisse, il importe maintenant de se concentrer également sur des approches thérapeutiques afin de traiter les patients gravement touchés, souligne encore l’OFSP.

Continuer la lecture