Rejoignez-nous

Politique

Visite d’Etat du président allemand en Suisse

Publié

,

le

Le président de la République fédérale d’Allemagne Frank-Walter Steinmeier est reçu mercredi par le président de la Confédération Alain Berset pour une visite d'Etat. Après une première journée à Berne, M. Steinmeier se rendra jeudi à Fribourg.

Le président allemand sera accueilli l'après-midi à Berne, avec les honneurs militaires, par le Conseil fédéral in corpore. Puis des entretiens officiels se dérouleront au Bernerhof, où Alain Berset sera accompagné du vice-président Ueli Maurer, de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, des conseillers fédéraux Johann Schneider-Ammann et Ignazio Cassis.

Tant les relations bilatérales et la coopération entre les deux pays dans le contexte international que la politique européenne seront abordées. Un dîner de gala sera ensuite donné. Le lendemain, le 26 avril, la démocratie et le développement durable figureront au programme des visites.

Le président de la Confédération et président de la République fédérale prendront part à une table ronde à l'Université de Fribourg consacrée aux défis et perspectives de la démocratie au XXIe siècle. Ils se rendront ensuite sur le site d'innovation Bluefactory pour visiter, en présence de la conseillère fédérale Doris Leuthard, le pavillon solaire "NeighborHub".

Principal partenaire commercial

Les relations étroites entre la Suisse et l'Allemagne reposent sur 200 accords. Leurs économies sont fortement imbriquées. L'Allemagne est le principal partenaire commercial de notre pays, tant pour ce qui est des importations qu'en matière d'exportations.

En 2015, les entreprises allemandes comptaient quelque 121'000 salariés en Suisse, ce qui place l'Allemagne en tête dans ce domaine. De leur côté, les sociétés helvétiques employaient environ 425'000 personnes en Allemagne, tandis que le nombre de frontaliers allemands venant travailler en Suisse atteignait approximativement 62'000 en 2016.

Pour les ressortissants tant d'Allemagne que de Suisse, le voisin est considéré comme un pays d'immigration attrayant, puisque quelque 300'000 Allemands vivaient dans notre pays en 2017, et que le nombre de Suisses installés en République fédérale s'est accru ces dernières années pour se situer à 88'000 personnes à la fin 2017 (81'000 en 2012).

(Source ATS - Photo ©KEYSTONE/EPA/FRIEDEMANN VOGEL)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Alain Berset est élu président de la Confédération

Publié

le

Alain Berset, doyen de fonction après la démission d'Ueli Maurer et de Simonetta Sommaruga, dirigera la Confédération l'année prochaine (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Alain Berset présidera la Confédération helvétique pour la deuxième fois en 2023. L'Assemblée fédérale l'a élu mercredi par 140 voix sur 181 bulletins valables. Le socialiste fribourgeois de 50 ans succède à Ignazio Cassis.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Budget 2023: rallonge pour l'hébergement d'urgence et les précaires

Publié

le

Un collectif a manifesté mardi soir devant le Conseil communal de Lausanne pour rappeler que la rue tue, peu avant que ce dernier n'accepte une augmentation du budget octroyé à l'hébergement d'urgence. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Conseil communal de Lausanne a accepté mardi soir d'octroyer une rallonge de 200'000 francs pour "renforcer et développer les capacités d'accueil dans l'hébergement d'urgence" dans le cadre de l'examen du budget 2023. Il a aussi dit oui à un amendement augmentant de 150'000 francs la subvention à la centrale alimentaire.

Les 200'000 francs du premier amendement signé du PS et des Verts visent à faire un pas supplémentaire vers une augmentation du nombre de places et une ouverture des structures d'hébergement d'urgence toute l'année. Ils s'ajoutent aux 11,5 millions du budget alloué aux subventions aux institutions et aides individuelles.

Son objectif est également de renforcer les conditions d'hébergement pour les hivers 2022-2023 et 2023-2024. Le Conseil communal l'a accepté par 61 oui, 19 non et 5 abstentions. Une proposition d'Ensemble à gauche (EAG) demandant l'annualisation de 200 places d'hébergement n'a en revanche pas passé la rampe.

Emilie Moeschler, municipale en charge de la cohésion sociale, a rappelé la volonté de la ville de sortir de la logique saisonnière, mais aussi celle de développer des dispositifs pour sortir de l'urgence. Parmi eux, le nouveau projet de logements à Renens dévoilé en début de semaine. Il offrira prochainement 35 places à des personnes en emploi et vulnérables.

Pue avant le début du Conseil communal, un rassemblement organisé par le collectif "Personne à la rue" demandait à la Ville de prendre ses responsabilités en matière de sans-abrisme. A la fin de l'hiver dernier, la fermeture de certains hébergements d'urgence en été avait été dénoncée, notamment par des professionnels du terrain et le collectif 43m2. Celui-ci avait installé des campements sauvages à Beaulieu puis dans les jardins de la Haute école de travail social.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Jura bernois va faire son retour au Conseil national

Publié

le

Manfred Bühler préside l'UDC bernoise depuis juilllet 2021 (archives). (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

L'ancien conseiller national UDC du Jura bernois, Manfred Bühler, va succéder à Albert Rösti, élu au Conseil fédéral. Le Jura bernois retrouve ainsi un siège à la Chambre du peuple, d'où il est absent depuis trois ans.

Président de l'UDC bernoise, Manfred Bühler était le premier des viennent-ensuite lors des dernières élections fédérales de 2019. La minorité francophone, qui représente environ 10% de la population du canton, avait alors perdu son siège au Conseil national.

La partie francophone du canton a été constamment représentée à la Chambre du peuple de 1848 à 2011. Cette année-là, le député sortant UDC Jean-Pierre Graber n'avait pas été réélu. Premier des viennent-ensuite, il était revenu au Conseil national début 2015 après la démission d'Hansruedi Wandfluh.

Manfred Bühler, 43 ans, a déjà effectué une législature au Conseil national, de 2015 à 2019. Il pourra donc "à nouveau porter la voix du Jura bernois au Parlement", se félicite l'UDC du Jura bernois dans un communiqué.

M. Bühler siège également au Grand Conseil et est depuis sept ans maire de Cortébert. Il est l'un des deux candidats francophones figurant sur la liste principale de l'UDC bernoise pour les élections au Conseil national de l'an prochain, avec le maire de Saicourt Markus Gerber.

L'UDC Jura bernois estime se trouver "en très bonne position en vue" des élections fédérales de 2023. Elle promet de "s'engager sans compter pour que la région conserve une représentation au plus haut niveau et pour que le peuple suisse puisse vivre en liberté et en sécurité".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

🔴 Liveblog: suivez l'élection au Conseil Fédéral

Publié

le

;

Continuer la lecture

Politique

Berne soutient la destruction de la biodiversité, juge un expert

Publié

le

Malheureusement, en matière de protection des espèces menacées, la Suisse est à la traîne en Europe, déplore Thomas Wirth (image prétexte). (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Alors que la COP15 sur la biodiversité s'ouvre à Montréal, un expert se montre critique sur la politique suisse en la matière. Il accuse Berne de soutenir la destruction de la biodiversité et dénonce un blocage au Parlement.

Avec 162 subventions différentes et plusieurs dizaines de milliards de francs, la Suisse soutient toujours la destruction de la biodiversité, affirme Thomas Wirth, chef de projet Biodiversité au WWF Suisse dans l'édition de mercredi du quotidien La Liberté.

Et les moyens pour changer cet état de fait sont à ses yeux trop faibles. "En politique nationale, les idées dominantes visent à affaiblir encore plus la protection déjà insuffisante", résume-t-il.

Or un tiers des espèces est menacé en Suisse. La faute à un manque de mesures comme la protection de zones spécifiques et à une agriculture intensive, qui émet des quantités d'azotes et de pesticides trop élevées, assure Thomas Wirth.

Pression sur Berne

Alors que les dépôts d'azote dans les écosystèmes sont parmi les plus élevés au monde, le Parlement empêche toute tentative d'agir dans ce domaine, argumente-t-il. A ses yeux, Berne a, sous la pression de certains groupes comme l'Union suisse des paysans, adopté une politique internationale privilégiant une exploitation sans entraves au détriment de la protection de la biodiversité.

Réunis à Montréal pour une dizaine de jours dans le cadre de la COP15, 190 pays, dont la Suisse, doivent se mettre d'accord sur un nouveau cadre mondial pour sauvegarder la nature et ses ressources indispensables à l'humanité. Mais l'issue des négociations, portant sur une vingtaine d'objectifs destinés à sauvegarder les écosystèmes d'ici 2030, reste incertaine.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture