Rejoignez-nous

Politique

Une commission veut muscler le budget de l'armée

Publié

,

le

L'armée suisse doit pouvoir dépenser plus et ce dès 2023. Une commission du National s'active en ce sens. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Au vu de la guerre en Ukraine, l'armée suisse doit pouvoir augmenter rapidement ses dépenses. Une commission du National veut les porter à minimum 1% du PIB suisse d'ici 2030, soit sept milliards de francs.

La droite du Parlement n'aura pas attendu longtemps avant de faire valoir ses exigences en matière de sécurité. Moins d'une semaine après le débat sur l'Ukraine au National, la commission de politique de sécurité de cette Chambre dépose une motion chargeant le Conseil fédéral de proposer une augmentation progressive des dépenses consacrées à l’armée à partir de 2023.

Ces dépenses devraient atteindre au minimum 1% du PIB au plus tard en 2030, soit un budget militaire d'environ sept milliards de francs. La décision a été prise par 13 voix contre 9, indiquent mardi les services du Parlement.

Augmentation des défis

Pour la majorité, "la situation géopolitique actuelle met en évidence une augmentation des défis auxquels l’armée doit faire face, laquelle nécessite un relèvement des dépenses idoines." La part du budget affectée à la grande muette n'a cessé d'être réduite ces dernières années. Cela a entraîné un retard dans la modernisation de l’armée et une insuffisance dans l'équipement des formations.

En augmentant les dépenses progressivement, on accélèrera la modernisation de l'armée suisse, on comblera les lacunes existantes et mettra en oeuvre plus rapidement les projets d’acquisition d’armements. Cette augmentation est modeste et financièrement viable, selon la commission.

De son côté, une minorité estime que toute augmentation de ces dépenses doit être débattue dans un cadre plus large. Avant de prendre une décision, il faut mener une analyse détaillée du conflit actuel et de ses répercussions. Selon elle, il faut attendre le complément au rapport sur la politique de sécurité 2021 qui sera publié fin 2022.

Cyberdéfense aussi

La commission veut aussi être active sur les cyberattaques et les moyens d'y répondre. Elle a décidé de déposer un postulat sur la notion de subsidiarité dans le domaine. Le Conseil fédéral devra se pencher notamment sur la séparation des compétences militaires et civiles en matière de cyberdéfense, qui n'est plus défendable compte tenu des risques que peuvent représenter les cyberattaques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Droit de vote des étrangers: l'initiative a abouti à Genève

Publié

le

L'initiative vise à accorder tous les droits politiques au niveau cantonal aux habitants qui résident dans le canton depuis au moins huit ans (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'initiative constitutionnelle qui vise à étendre les droits politiques des étrangers au niveau cantonal a abouti à Genève. Elle prévoit d'accorder le droit de vote et d'éligibilité aux habitants qui résident à Genève depuis au moins huit ans.

Le Conseil d'Etat a constaté mercredi l'aboutissement de l'initiative "Une Vie ici, une voix ici ... Renforçons notre démocratie !" La vérification de signatures a permis de constater que 8162 signatures valides avaient été récoltées, dépassant ainsi les 8157 paraphes exigés par la Constitution.

L'initiative, portée par la gauche, les syndicats et diverses associations, possède une particularité singulière étant donné qu'elle ne fait aucune distinction entre les permis de séjour. L'enjeu de l'initiative est important car Genève environ 40% d'étrangers.

Si l'initiative est acceptée par le peuple, aussi bien un permis C qu'un demandeur d'asile ou un expatrié titulaire de papiers diplomatiques, pour autant qu'il ait vécu huit ans à Genève, aurait les mêmes droits politiques qu'un citoyen suisse.

Le député d'Ensemble à gauche Thomas Vanek a justifié la démarche samedi sur les ondes de la RTS, en expliquant que "l'essentiel des débats se fait à l'échelle cantonale. Et quand vous avez 40% des gens qui résident dans le canton qui sont exclus du débat politique, c'est un problème".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Les femmes romandes disent leur colère à Lausanne

Publié

le

Les manifestantes sont descendues dans la rue à l'appel des collectifs romands de la grève féministe. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Quelque 1500 personnes, dont beaucoup de femmes, se sont rassemblées samedi à Lausanne pour dire leur colère après le relèvement à 65 ans de l'âge de la retraite des femmes. Elles ont appelé à la mobilisation en vue de la grève féministe du 14 juin 2023.

"Les femmes sont fières, vénères et pas prêtes de se taire", ont scandé les participants, sous une fine pluie. Pour réchauffer l'atmosphère, quelques femmes ont entonné au micro, sur des airs connus, "On descend dans la rue, c'est la grève féministe. Sans nous, le monde s'arrête, c'est la grève féministe".

Les manifestants répondaient à l'appel des collectifs romands de la Grève féministe. Dimanche dernier, tous les cantons romands ont voté contre la réforme fédérale. "Nous sommes passés juste à côté d'une victoire. En Suisse romande, nous avons gagné", a relevé Michela Bovolenta, secrétaire centrale au Syndicat des services publics (SSP).

Huées pour Berset

Le conseiller fédéral socialiste Alain Berset, qui a porté la réforme, a essuyé quelques huées. "Il devrait avoir honte, honte d'entrer dans l'histoire en imposant un grave recul social. C'est une gifle, une violence envers nous toutes", a dit la syndicaliste.

L'égalité salariale et des retraites "dignes" étaient au coeur des revendications. L'objectif est désormais de faire de cette "rage" une force pour préparer la prochaine grève féministe du 14 juin 2023.

La dernière grande grève, celle de juin 2019, avait attiré plusieurs centaines de milliers de personnes dans les rues de Suisse, quelque 500'000 selon les chiffres des syndicats. "Il faut continuer à se battre, à lever le poing", a lancé une oratrice.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Des manifestations en Suisse aussi contre le régime iranien

Publié

le

A Berne, un manifestant s'est introduit sur le site de l'ambassade d'Iran et a enlevé un drapeau de son mât, avant d'être interpelé par la police. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Dans plusieurs villes du monde, les Iraniens sont à nouveau descendus dans la rue pour protester contre le régime de leur pays. En Suisse, près de 1800 personnes se sont jointes aux rassemblements de samedi. A Berne, la police a dû fait usage de balles en caoutchouc.

Un millier de personnes ont manifesté à Zurich, en partie sous une pluie battante, et près de 200 personnes à Berne devant l'ambassade d'Iran, ont rapporté des journalistes Keystone-ATS.

A Genève, environ 500 manifestants ont battu le pavé pour faire entendre leurs voix, selon un photographe de Keystone-ATS. Sous les nuages, les manifestants sont partis du quai Wilson pour rallier la place des Nations, a confirmé la police cantonale genevoise. Les manifestants sont ensuite restés sur la place pour faire état de leurs revendications.

Intrusion sur le site de l'ambassade

A Berne, la police a brièvement fait usage de balles en caoutchouc. Selon le communiqué de la police de police, en début d'après-midi, deux hommes sont successivement entrés sans autorisation sur le site de l'ambassade d'Iran à la Thunstrasse. L'un d'eux a enlevé un drapeau de son mât, comme l'a rapporté un photographe de Keystone-ATS.

Toujours selon le communiqué de la police, plusieurs personnes ont forcé une barrière et traversé la rue en courant vers le bâtiment de l'ambassade. La police a alors fait usage de balles en caoutchouc. La manifestation s'est ensuite dispersée. Elle n'était pas autorisée, selon le communiqué.

Samedi en fin de journée, la police n'avait pas connaissance d'éventuels blessés. Les individus qui avaient réussi à pénétrer dans l'enceinte de l'ambassade ont été emmenés dans un poste de police pour des contrôles. Selon le communiqué, ils ont pu être interpellés sans opposer de résistance. Une enquête est en cours, notamment pour savoir comment ils ont pu pénétrer dans l'enceinte de l'ambassade.

Dans 170 villes du monde

Dans les trois villes suisses, les participants ont appelé à la solidarité avec le peuple iranien, en informant les habitants et le gouvernement suisse que le régime en place à Téhéran ne disposait d'aucune légitimité, qu'il réprimait brutalement les manifestations pacifiques, qu'il a emprisonné de nombreuses personnes et qu'il en a abattu beaucoup, pouvait-on lire dans un communiqué.

A Zurich, des politiciens ont également fait acte de présence, dont le conseiller national Balthasar Glättli (Verts/ZH) et la conseillère nationale Min Li Marti (PS/ZH). Des manifestations de solidarité en soutien aux femmes en Iran ont eu lieu dans 170 villes du monde entier, selon les militants.

Ces manifestations durent depuis deux semaines en Iran et à l'étranger: elles ont été déclenchées par la mort de la Kurde Mahsa Amini. Cette jeune femme de 22 ans avait été arrêtée à Téhéran par la police des m½urs, apparemment parce qu'elle ne portait pas le foulard islamique selon les règles.

Selon des militants, elle aurait été battue par la police et serait donc décédée plus tard à l'hôpital. Depuis, des milliers de personnes manifestent dans tout le pays contre le cours répressif du gouvernement et des forces de sécurité ainsi que contre le système islamique.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Canton de Berne: une initiative veut réguler la population de loups

Publié

le

Une initiative populaire lancée dans le canton de Berne demande que le loup puisse être abattu plus rapidement que jusqu'ici (Archives). (© KEYSTONE/GRUPPE WOLF SCHWEIZ GWS)

Une initiative visant à réguler la population de loups a été lancée samedi dans le canton de Berne. Son libellé est quasi identique aux initiatives acceptées dans les cantons d'Uri et du Valais.

La Constitution cantonale bernoise doit stipuler que le canton édicte des prescriptions pour la protection contre les grands prédateurs et s'occupe de la régulation des effectifs. Encourager l'expansion de leur population doit en outre être expressément interdit.

Le lynx, le loup, l'ours et le chacal doré font partie des grands prédateurs, a déclaré samedi le député UDC Thomas Knutti, président de l'Association bernoise pour la protection de la faune sauvage et des animaux de rente contre les grands prédateurs. Cette dernière a lancé son initiative à l'occasion d'une manifestation de protestation à Heimberg (BE).

Plusieurs orateurs ont appelé à stopper "l'augmentation incontrôlée" des grands prédateurs. Sinon, l'existence de nombreux éleveurs d'animaux de rente serait menacée. Leur objectif est de permettre au canton de pouvoir autoriser à l'avenir rapidement et simplement le tir d'un loup. La tutelle de la Confédération dans ce domaine doit cesser.

Pression sur la politique fédérale

L'initiative vise aussi à augmenter la pression sur la politique fédérale, a reconnu Thomas Knutti. Et celui-ci de rappeler que plusieurs interventions visant à modifier la loi sur la chasse sont en suspens aux Chambres fédérales.

C'est justement pour cette raison que, pour l'Union cantonale bernoise des paysans, cette initiative tombe toutefois au mauvais moment. Cette dernière a fait savoir cette semaine qu'il fallait d'abord attendre les délibérations au niveau fédéral. Elle doute en outre qu'une majorité se dégage dans les urnes en faveur de l'initiative anti-loup. Or un non "pourrait mettre en péril les progrès réalisés au niveau national", craint l'Union cantonale des paysans.

Avant que le texte ne soit soumis au peuple, l'Association bernoise pour la protection de la faune sauvage et des animaux de rente contre les grands prédateurs doit d'abord récolter 15'000 signatures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Succession Maurer: Albert Rösti et Esther Friedli réfléchissent

Publié

le

Albert Rösti, qui a présidé l'UDC, avait été proposé comme candidat au Conseil fédéral lors de la succession d'Eveline Widmer-Schlumpf en 2015. Mais deux Bernois siégeaient déjà au gouvernement (archives). (© KEYSTONE/PHILIPP SCHMIDLI)

Aucun candidat ne s'est encore déclaré pour succéder à Ueli Maurer au Conseil fédéral. Mais plusieurs papables ont déjà renoncé, à l'image de Magdalena Martullo-Blocher. De leur côté, le Bernois Albert Rösti se tâte encore et Esther Friedli ne ferme pas la porte.

L'ancien président de l'UDC Suisse réfléchit à une candidature, mais il veut encore discuter avec sa famille et son parti, a-t-il déclaré samedi à la radio alémanique SRF. Il faudra encore du temps avant qu'une décision ne soit prise, a-t-il dit.

Depuis que le conseiller fédéral Ueli Maurer a annoncé vendredi sa démission pour la fin de l'année, le nom d'Albert Rösti est très souvent cité comme successeur possible. Agé de 55 ans, le Bernois de Kandersteg siège au Conseil national depuis décembre 2011. Aux dernières élections, il y a été le mieux élu de Suisse.

Une fois candidat

Agronome de formation, M. Rösti a présidé l'UDC Suisse d'avril 2016 à août 2020. En 2015, la section cantonale de son parti l'avait proposé pour succéder à Eveline Widmer-Schlumpf. Mais à l'époque, deux Bernois siégeaient déjà au Conseil fédéral, raison pour laquelle sa candidature avait été retirée.

La situation est différente cette fois-ci. L'ancien conseiller national Manfred Bühler, président du parti cantonal, a annoncé dès vendredi après-midi qu'il s'engagerait en faveur d'une candidature bernoise. La section dispose de "plusieurs personnes hautement qualifiées", avait-il dit, sans citer de noms.

Autre figure souvent citée par les observateurs, la conseillère nationale (depuis 2019) Esther Friedli. La compagne de l'ancien président du parti Toni Brunner ne ferme pas la porte. Mais "il est encore beaucoup trop tôt pour dire oui ou non à une éventuelle candidature", a déclaré la Saint-galloise de 45 ans à la NZZ am Sonntag.

Renoncements

Pour son partenaire Toni Brunner, il est clair en revanche qu'il ne sera pas candidat. S'il avait voulu devenir conseiller fédéral, il n'aurait pas démissionné du National en 2018, déclare l'agriculteur, cité par le journal. Il ne serait de toute façon pas disponible, vu qu'il siège dans la commission du parti chargée de rechercher le ou les candidats à l'intention du groupe parlementaire.

L'ex-président du parti, qui avait alors succédé à Ueli Maurer, ne cache pas sa préférence pour une candidature féminine. "Bien que le sexe (du candidat) ne soit pas une priorité pour l'UDC, il serait approprié d'avoir une femme sur le ticket", a-t-il déclaré.

Un choix

L'actuel président de l'UDC Marco Chiesa parle lui aussi d'un ticket. "Je pense qu'il y aura probablement un choix et non un ticket unique", a-t-il déclaré au Sonntagsblick. Interrogé sur l'origine des candidats, le Tessinois répond qu'"une seule chose est sûre: le candidat ou la candidate viendra de Suisse alémanique".

Marco Chiesa s'attend à une candidature de Zurich, "le canton économiquement le plus important et le plus peuplé", quasi toujours représenté au Conseil fédéral - justement par Ueli Maurer actuellement. L'UDC zurichoise n'entend d'ailleurs pas céder "son" siège sans se battre, comme l'a dit son président, cité par la presse dominicale.

Femme et Zurichoise, la ministre de la santé et ex-conseillère nationale Natalie Rickli est souvent citée. Elle veut d'abord en parler avec son parti, a-t-elle déclaré à la télévision alémanique. Egalement conseiller national zurichois, Gregor Rutz veut lui aussi d'abord discuter avec la direction de sa section cantonale.

Une candidature de Berne est aussi possible, selon M.Chiesa. Mais c'est le groupe parlementaire qui décidera en fin de compte, a-t-il souligné. La nomination du ou des candidats UDC au Conseil fédéral aura vraisemblablement lieu lors de sa séance du 18 novembre. Une semaine plus tôt, la commission de sélection soumettra une proposition à la direction du groupe.

Les sections cantonales du parti ont jusqu'au 21 octobre pour déposer les candidatures auprès de cette commission. L'élection de la nouvelle conseillère fédérale ou du nouveau conseiller fédéral aura lieu lors de la session d'hiver des Chambres fédérales, le 7 décembre.

Autres partis

Si aucun candidat ne s'est encore déclaré, ils sont plusieurs papables à avoir déjà décliné l'offre. Ainsi la Thurgovienne Diana Gutjahr a rejoint samedi les conseillers nationaux Magdalena Martullo-Blocher (GR), Franz Grüter (LU) et Marcel Dettling (SZ) qui avaient déjà dit non la veille.

D'autres poids lourds du parti ne se sont pas encore exprimés, à l'image du chef du groupe UDC aux Chambres Thomas Aeschi (ZG).

L'UDC pourrait ne pas être le seul parti à revendiquer le siège laissé vacant par Ueli Maurer. Si la droite et le centre ne contestent pas les deux sièges actuels de l'UDC au Conseil fédéral, il n'en est pas de même pour les Verts. Ainsi leur groupe parlementaire décidera le 18 octobre s'il présente ou non une "candidature de combat", a-t-il fait savoir vendredi déjà.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture