Rejoignez-nous

Coronavirus

Un "non" à la loi Covid-19 affaiblirait la lutte contre la pandémie

Publié

,

le

Le ministre de la santé Alain Berset a une nouvelle fois défendu la loi Covid-19, combattue par référendum. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Rejeter les adaptations de la loi Covid-19, notamment l'introduction du pass sanitaire, compromettrait la lutte contre la pandémie. Le Conseil fédéral et les cantons ont défendu lundi le texte soumis au peuple le 28 novembre.

Une fois n'est pas coutume, les Suisses devront voter sur le même texte à quelques mois de différence. En juin, ils ont accepté par 60% la loi Covid-19. En novembre, ils devront se prononcer sur ses modifications de mars, qui contiennent la prolongation d'aides financières mais aussi et surtout l'introduction du pass sanitaire.

Le fameux sésame est au coeur des critiques des référendaires, aux premiers rangs desquels se trouvent les Amis de la Constitution. Il divise la société en deux classes, selon eux. Le traçage des contacts et l'extension des pouvoirs du gouvernement sont eux décriés comme menant à "une dictature fasciste".

Regarder les faits

Face à ces arguments, le Conseil fédéral et les cantons ont appelé lundi à regarder les faits. "Il serait faux de se laisser entraîner par les émotions. Les enjeux de la votation doivent être expliqués rationnellement", a lancé le président de la Confédération Guy Parmelin devant les médias.

"La loi est l'instrument principal de nos efforts contre les conséquences sociales et économiques de la pandémie. Quelque 70 milliards de francs ont déjà été débloqués, principalement pour le chômage partiel et les crédits cautionnés. Les PME, les grandes entreprises, les indépendants, les personnes des domaines culturel et sportif en bénéficient", a poursuivi le ministre de l'économie.

Les modifications de mars ont permis d’étendre les allocations pour perte de gain, les indemnités en cas de chômage partiel ainsi que les aides financières destinées aux crèches et au monde culturel, a-t-il énuméré. De plus, un parapluie de protection a été introduit pour les organisateurs de manifestations importantes.

Eviter les fermetures

Le certificat Covid a quant à lui permis à la population de retrouver une vie sociale aussi normale que possible, a expliqué le ministre de la santé Alain Berset. "Nous pouvons retourner aux restaurants, musées, cinémas. C'est un moyen efficace et accessible à tous permettant de limiter les rencontres aux personnes qui ne sont pas contagieuses ou ont très peu de risques de l'être."

Les activités économiques peuvent se poursuivre et les emplois être maintenus, a continué le Fribourgeois. "L'alternative, selon l'évolution de la pandémie, c'est de nouvelles fermetures et limitations pour la population, avec les effets négatifs que cela entraîne pour l'économie et la société", a complété Christian Rathgeb, président de la Conférence des gouvernements cantonaux.

Et de souligner que les expériences faites avec le certificat dans les cantons sont très positives. "Les règles sont généralement bien mises en oeuvre et acceptées par la population."

Le pass sanitaire facilite en outre les voyages en Suisse comme à l'étranger, a relevé Guy Parmelin. Il est particulièrement important pour le tourisme. "Une grande partie de la population mondiale n'a pas accès à un quelconque vaccin", a pointé de son côté Alain Berset. Le certificat restera nécessaire un temps pour pouvoir voyager. Il offre une certaine stabilité pour les mois à venir.

Valables jusqu'en mars 2022

Si le référendum est accepté en novembre, plus aucun certificat ne pourra être émis à partir du 19 mars 2022. Toutes les autres adaptations de mars tomberont également à cette date. Les autres mesures contenues dans la loi Covid-19 seraient maintenues.

Aucun plan B n'est prévu, a indiqué le conseiller fédéral. Il faudrait suivre la procédure normale, qui prendrait beaucoup de temps, pour reprendre certains points.

Les mesures sanitaires de lutte contre la pandémie, comme le port du masque ou les fermetures, pourront elles toujours être poursuivies ou réintroduites, a précisé le ministre de la santé. Elles sont réglées par la loi sur les épidémies, approuvée par le peuple en 2013. Et Alain Berset de prévenir: sans certificat, le risque est plus grand qu'elles reviennent sur la table.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Coronavirus

Le Covid-19 a fait baisser l'espérance de vie en Suisse

Publié

le

La pandémie de coronavirus a un impact sur l'espérance de vie (image symbolique). (© KEYSTONE/AP/Alexander Zemlianichenko)

La pandémie de coronavirus a fait chuter l'espérance de vie à la naissance en Suisse. Elle a reculé en 2020 à 81 ans pour les hommes et à 85,1 ans pour les femmes, en baisse respectivement de 0,9 et 0,5 an par rapport à 2019, a annoncé lundi l'OFS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Troisième vaccin: la Suisse a reçu les demandes plus tard que l'UE

Publié

le

Le directeur de Swissmedic Raimund Bruhin explique que les demandes d'homologation pour un 3e vaccin sont arrivées plus tard en Suisse qu'aux Etats-Unis ou dans l'UE. D'où un processus d'évaluation plus long. (archives) (© KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Le directeur de Swissmedic se défend de l'accusation d'être trop lent dans l'homologation d'un 3e vaccin contre le Covid-19. La Suisse dépend pour le vaccin de rappel des entreprises pharmaceutiques, explique Raimund Bruhin dans la NZZ am Sonntag.

"Swissmedic est tout sauf lent", souligne le directeur de l'Institut d'autorisation et de surveillance des produits thérapeutiques, ajoutant que les fabricants de vaccins décident eux-mêmes de la date de dépôt de leurs demandes. L'agence européenne des médicaments EMA et son homologue américaine ont reçu les demandes plus tôt.

Selon M. Bruhin, Swissmedic a reçu les demandes d'autorisation de mise sur le marché d'une injection de rappel de Pfizer et de Moderna à la mi-septembre. Les données requises sont toutefois transmises de manière échelonnée. Actuellement, l'évaluation est "bien avancée".

Non à une intervention politique

Le directeur de Swissmedic se prononce contre le fait de faire dépendre les homologations de critères politiques, comme cela a été le cas en Israël par exemple. Ceux qui procèdent de cette manière doivent ensuite assumer la totalité du risque sanitaire et la responsabilité juridique.

Il n'est pas question de s'en remettre à l'appréciation des autorités d'homologation étrangères en matière de 3e vaccin, poursuit M. Bruhin. La responsabilité incombe à Swissmedic. Il est en outre important de conserver la confiance de la population, d'autant plus que la Suisse n'est pas le pays le plus disposé à se faire vacciner.

Jusqu'à présent, les autorités helvétiques ne recommandent la vaccination de rappel qu'aux personnes dont le système immunitaire est affaibli, par exemple celles ayant subi une transplantation. Selon les données officielles, près de 7700 troisièmes doses ont été administrées en Suisse jusqu'à présent.

Les voix critiques se multiplient

Les experts dans les hôpitaux et maisons de retraite ont demandé à la Confédération de faire preuve de plus de célérité, au vu des cas d'infection survenus malgré une vaccination complète. Pour les plus de 70 ans, le bénéfice d'un 3e vaccin est tout à fait incontestée, a déclaré samedi dans la presse l'infectiologue Huldrych Günthard, de l'hôpital universitaire de Zurich.

Selon l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), une troisième vaccination pour tous est actuellement hors de question. Patrick Mathys, chef de la section gestion de crise et coopération internationale à l'OFSP, a expliqué jeudi qu'il y a actuellement "peu d'évidences sur le bénéfice d'un rappel pour tout le monde".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

De nombreux hôpitaux sont tombés dans les chiffres rouges en 2020

Publié

le

L'interdiction des opérations non urgentes durant la première vague de la pandémie a fortement pesé sur le chifffre d'affaires des hôpitaux (image d'illustration). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La pandémie de coronavirus a laissé des traces profondes dans les établissements de santé suisses. Seuls 28% des établissements de soins aigus ont enregistré des résultats positifs l'an dernier, contre 60% un an plus tôt, selon une étude publiée dimanche.

Le préjudice financier causé par la pandémie aux hôpitaux et aux cliniques est de 1,3 à 1,5 milliard, indique le cabinet d'audit PwC dans un communiqué. Ce montant ne comprend pas les contributions versées par les cantons pour aider les hôpitaux durant la pandémie.

L'interdiction des opérations non urgentes durant la première vague de la pandémie, au printemps, a particulièrement pesé sur le chiffre d'affaires des établissements, selon le rapport. Le résultat a reculé de 4,2% dans le domaine stationnaire. La baisse est moins forte dans le secteur ambulatoire, où elle atteint 0,5%.

Les revenus sont également légèrement inférieurs à 2019 en psychiatrie. Le recul est nettement plus marqué dans le domaine de la réhabilitation.

Pour cette étude, PwC a étudié en septembre dernier les rapports annuels de 45 hôpitaux de soins aigus et de treize cliniques psychiatriques.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

La rupture des chaînes d'approvisionnement inquiète Parmelin

Publié

le

Il est possible que les entreprises doivent encore recourir au chômage partiel l'année prochaine, estime Guy Parmelin (archives). (© KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

L'interruption de nombre de chaînes d'approvisionnement en pièces détachées des entreprises suisses, inquiète le président de la Confédération Guy Parmelin. Il est possible que les entreprises doivent encore recourir au chômage partiel l'année prochaine, selon lui.

"Ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de travail, mais parce qu'il y a un manque de pièces détachées ou de matériel pour finir les produits", déclare dans un entretien diffusé dimanche par le journal alémanique SonntagsBlick M. Parmelin, qui est également le ministre suisse de l'économie. "Si cette crise devait s'aggraver dans d'autres pays, la Suisse serait également touchée".

Face à ce contexte économique difficile, l'UDC vaudois s'alarme d'un échec de la loi Covid-19, soumise au verdict du peuple le 28 novembre prochain. "Un 'non' aura certainement des répercussions". La Suisse devra trouver quelque chose de nouveau dès le mois de mars pour remplacer le certificat Covid, souligne-t-il.

M. Parmelin pointe en outre des problèmes au niveau international. Il rappelle encore que l'extension de l'indemnisation du chômage partiel à 24 mois est comprise dans cette loi.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Les manifestants contre les mesures anti-Covid de retour à Berne

Publié

le

Des milliers d'opposants aux mesures contre le coronavirus se sont rassemblées samedi à Berne pour une manifestation nationale. La ville avait autorisé l'évènement. (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées samedi à Berne pour une manifestation nationale contre les mesures anti-Covid. Des discours ont été prononcés sur la Place fédérale, remplie de monde.

Les orateurs ont notamment exprimé leur refus du pass sanitaire, des déclarations acclamées par la foule, a constaté une journaliste de Keystone-ATS.

"Liberté!"

Plusieurs centaines de participants s'étaient réunis auparavant sur la place de la cathédrale, d'où ils ont rejoint la Place fédérale, menés par les sonneurs de cloche désormais habituels de ces cortèges. Certains manifestants scandaient le mot "Liberté!"

La police était présente en nombre, bien visible aux endroits stratégiques et avec des patrouilles à bord de véhicules en ville. Le périmètre du Palais fédéral a été clôturé. Aucun incident notable n'a pour l'heure été signalé.

Cette manifestation, autorisée la semaine dernière par les autorités de la Ville de Berne, devrait être la dernière, du moins le week-end, avant la votation fédérale du 28 novembre sur la loi Covid. Les autorités bernoises espèrent bien que, dans la foulée, les manifestations illégales des jeudis soirs cesseront aussi.

Une centaine de personnes, en majorité des jeunes, se sont elles rassemblées à quelques centaines de mètres de là, sur l'Helvetiaplatz pour une contre-manifestation. Tous portaient des masques, a noté un correspondant de Keystone-ATS.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture