Rejoignez-nous

Genève

Le Grand Conseil genevois critique la gestion de l'exécutif en 2020

Publié

,

le

Photo archives KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

Le Grand Conseil genevois a débuté jeudi ses débats sur les comptes 2020 de l'Etat qui présentent un déficit de 498 millions de francs. Avant d'attaquer l'analyse comptable, les députés ont passé en revue le rapport de gestion du Conseil d'Etat pour cette année particulière de pandémie.

"Le Conseil d'Etat a très bien mené la gestion de la crise sanitaire", a relevé le socialiste Alberto Velasco, rapporteur de majorité. Ce constat est partagé par le PLR Yvan Zweifel qui estime que le gouvernement a travaillé "en équipe", "avec célérité et du bon sens".

Ces éloges ont toutefois été rapidement nuancés. Selon Alberto Velasco, les politiques du logement, de la formation et de la santé ne sont pas à la hauteur: faute de moyens. Au contraire, le PLR Yvan Zweifel a fustigé la mauvaise utilisation des moyens mis à disposition, largement au-dessus de la moyenne des autres cantons, a-t-il relevé en demandant des réformes structurelles.

Crédits supplémentaires

Les critiques les plus virulentes à l'encontre de la gestion du Conseil d'Etat sont venues de l'extrême gauche qui constate que les inégalités se sont renforcées avec la crise. Le député d'Ensemble à Gauche Jean Burgermeister a accusé l'exécutif "d'avoir tourné le dos aux travailleurs précaires" pendant la crise sanitaire tout en privilégiant l'aide aux entreprises.

Une attaque balayée par Nathalie Fontanet, conseillère d'Etat à la tête des finances. "Personne n'a été laissé sur le bord du chemin", a-t-elle relevé en rappelant que 439 millions de crédits supplémentaires ont été votés pour les besoins sociaux, les entreprises et le système sanitaire.

Refus multiples

Avant le vote sur la gestion d'ensemble du Conseil d'Etat attendu vendredi matin, les députés ont passé en revue chaque politique publique, l'occasion pour les groupes de rappeler leurs priorités. S'agissant du logement, le PS a critiqué la mise à disposition d'appartements pour airbnb. Le MCG a insisté sur l'accès aux logements pour les résidents alors que l'UDC a dénoncé la destruction de la zone villa.

Cette politique publique a été refusée, de même que celles sur la sécurité. Le PLR a déploré l'abandon du projet de la prison des Dardelles. L'UDC s'en est pris à la hausse du nombre de mendiants dans les rues. Les politiques sur les états-majors et sur la cohésion sociale ont aussi été refusées.

Pistes cyclables

La politique publique concernant la mobilité, sujet brûlant à Genève, a aussi été très critiquée et refusée. L'UDC Christo Ivanov a déploré une politique qui, selon lui, privilégie les cyclistes et les transports publics en oubliant les automobilistes et les motards. Les nouvelles pistes cyclistes tracées en 2020 pendant la crise ont été fustigées par le MCG, l'UDC et le PLR.

Les débats se sont aussi agités lors de l'examen de la politique publique concernant les impôts et les finances. "Le Conseil d'Etat s'évertue à contrôler les charges mais refuse quasiment toute hausse d'impôts", a déploré la socialiste Caroline Marti. La gauche a critiqué une politique fiscale qui favorise les plus riches alors que la droite a rappelé que précisément 4% des riches contribuables paient 50% de la totalité des impôts.

Comptes

Le Grand Conseil devait enchaîner vendredi avec l'examen des comptes 2020. Les effets de la crise sanitaire et les coûts de trois grosses réformes (fiscalité des entreprises, augmentation des subsides d'assurance maladie et recapitalisation de la Caisse de prévoyance de l'Etat) laissaient craindre un déficit proche du milliard, mais des revenus supplémentaires ont permis de l'atténuer. Le budget 2020 prévoyait un déficit de 585 millions.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Noam Yaron part à l'assaut de son premier défi ce dimanche

Publié

le

Noam Yaron se lance ce dimanche dans sa folle traversée de 5 lacs en Suisse. Un projet qui se nomme "l'Odyssée des Lacs" et qui va durer une dizaine de jours.

 

Le vaudois est un coutumier de ce type de record.

L’an passé, il avait traversé le lac Léman en longueur, soit 75 km, en un temps record (19 heures, 53 minutes et 7 secondes.) Cette année, il a décidé de changer de format avec 5 lacs.

Ce dimanche, direction Lugano. En toile de fond de ces défis, des messages de préservation des eaux.

A quelques heures de sa première traversée, Noam Yaron est très impatient de se lancer dans le lac tessinois.

Noam YaronL'Odyssée des Lacs

Crédit photo: KEYSTONE Byline SALVATORE DI NOLFI

Continuer la lecture

Culture

Une fresque géante de Zep donne de la hauteur à Titeuf

Publié

le

Philippe Chappuis, alias Zep, a conçu le dessin à l'origine de la nouvelle fresque monunmentale qui orne une façade des immeubles du quartier des Palettes à Lancy (GE). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Titeuf et Nadia, les célèbres personnages de Zep, s'affichent sur une fresque géante peinte sur une façade de 50 mètres de haut d'un immeuble de l'Etoile-Palettes à Lancy. Inaugurée vendredi, cette oeuvre monumentale est visible de très loin à la ronde.

Une fresque géante de Zep a été inaugurée vendredi à l’Etoile Palettes, à Lancy. Elle a été réalisée sur un immeuble emblématique du quartier. Haute de 50 mètres, la fresque met en scène Titeuf, le personnage culte du dessinateur genevois.

ZepDessinateur genevois, créateur de Titeuf

 

Cette fresque a été conçue sur place en deux semaines par quatre peintres d'une société spécialisée de Lyon. En amont, un travail très pointu de quadrillage a permis de reproduire fidèlement sur la façade le dessin original de Zep.

Stéphane LorenziniArchitecte à l'origine du projet

 

Dix ans de travaux

L'ensemble Etoile-Palettes a été réalisé en un temps record - en une année - avec des éléments préfabriqués. Les immeubles avaient besoin d'une rénovation complète. Ces travaux d'envergure menés par 2dlc Architectes partenaires ont duré dix ans. La fresque géante est le symbole de ce renouveau. Son coût de 60'000 francs a été pris en charge par le propriétaire de l'immeuble Patrimonium Fondation de placement.

Image positive

"L'objectif était de donner une image positive à ce quartier dont on entend parfois parler en mal", a relevé M.Lorenzini qui a aussi été maire de Lancy. Titeuf et Nadia contribuent à créer la nouvelle identité de cet immeuble auquel les habitants sont très attachés. Des locataires sont là depuis sa construction qui remonte à 1966, a relevé M.Lorenzini.

Beaucoup étaient d'ailleurs présents à l'inauguration de la fresque vendredi. Les plus âgés ont félicité Zep pour cette belle réalisation alors que les plus jeunes ont profité de l'occasion pour obtenir une dédicace personnalisée dans leurs albums de Titeuf.

Rédigé avec ATS

Continuer la lecture

Genève

L'édition 2023 du Salon de l'auto à Genève est annulée

Publié

le

Le Salon international de l'automobile de Genève avait déjà été reporté plusieurs fois en raison de la pandémie de coronavirus (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Le Salon international de l'automobile de Genève (Gims) ne se tiendra pas à Genève en février 2023. Les organisateurs évoquent les incertitudes géopolitiques et économiques mondiales, ayant empêché de nombreuses marques de s'engager.

"En raison des incertitudes qui pèsent sur l’économie et la géopolitique mondiales, de même que des risques liés à l’évolution de la pandémie, les organisateurs ont décidé de se concentrer exclusivement en 2023 sur la planification de l'événement à Doha", explique Maurice Turrettini, Président de la fondation du Salon international de l'automobile de Genève, cité dans un communiqué.

Cette décision, prise par les membres du Comité et du Conseil de la fondation lors d'une réunion jeudi à Berne, a été adoptée pour ne pas mettre en péril la manifestation et la viabilité économique de la fondation. "L'impact est moindre en prenant la décision maintenant que plus tard", relève le directeur général du Geneva International Motor Show (Gims), Sandro Mesquita, lors d'un entretien avec Keystone-ATS.

Risques trop importants

Des nouveautés n'étaient pas encore disponibles pour la prochaine édition et en conséquence de la mauvaise conjoncture, il y a eu moins d'inscriptions pour 2023, explique M. Mesquita. "En ces temps incertains, de nombreuses marques ne sont pas en mesure de s'engager à participer à un salon en Europe en hiver".

"Le format développé et le projet pour Genève ont été très bien accueillis. Mais en fin de compte, les risques étaient bien trop importants", précise M. Turrettini. Pour Sandro Mesquita, il est essentiel, pour des questions de réputation, d'offrir un salon qui réponde aux attentes des visiteurs et qui propose la même tenue que d'habitude, ce qui n'était pas possible l'an prochain.

Pas encore de décision pour 2024

Le salon de Genève devait initialement se tenir du 14 au 19 février 2023 à Palexpo. La première édition à Doha, au Qatar, aura lieu en novembre 2023. "Notre plateforme de Doha présente le plus grand potentiel de succès l'an prochain. Son format, permettant notamment de mettre les véhicules en action, répond à une demande des marques", note M. Mesquita. L'événement est prévu tous les deux ans.

Sandro Mesquita souligne qu'aucune décision n'a encore été prise pour l'édition de 2024 à Genève. "Les premiers échos sont toutefois rassurants et la tendance positive. On attend une reprise plus intéressante pour le secteur automobile pour fin 2023/début 2024", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Rentrée: des effectifs en hausse et davantage d'élèves dans le spécialisé

Publié

le

Des effectifs en hausse au primaire et au cycle d’orientation pour la rentrée genevoise. Augmentation des besoins pour l'enseignement spécialisé également. Quelque 600 élèves ukrainiens seront accueillis dans les classes ce lundi. 

80'000 élèves vont reprendre le chemin de l’école ce lundi à Genève. Une rentrée marquée par des effectifs en hausse au primaire et au cycle d’orientation. Ils seront encadrés par 7'800 enseignants. Pour faire face à cette hausse, 608 nouveaux professeurs ont été engagés cette année.

Besoins spécifiques en hausse

L’enseignement spécialisé poursuit sa croissance entamée voilà plusieurs années avec près de 200 élèves supplémentaires, pour un total de 2218 enfants. Troubles du comportement, troubles autistiques et troubles du langage sont en augmentation. Un phénomène qui s’observe partout en Europe, selon la cheffe du département de l’instruction publique. Il présente de nombreux défis. Anne Emery-Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique

Des semestres au lieu des trimestres

L’enseignement primaire est marqué par des innovations pédagogiques, comme le découpage de l’année en deux semestres ou encore un nouveau bulletin scolaire pour les plus petits. Le détail avec la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique

Des rendez-vous obligatoires avec les parents sont désormais agendés : une réunion de parents fin septembre, des rendez-vous individuels en novembre.

Élèves Ukrainiens

Environ 600 élèves ukrainiens sont attendus ce lundi dans les classes normales et d’accueil du canton. Ils étaient 544 en juin. Durant l’été, un peu plus de 60 sont arrivés et une centaine sont attendus encore, selon la cheffe du DIP. Cette incertitude ne rend pas la tâche facile. Anne-Emery Torracinta.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique

Notez que le Grand Conseil accordé un crédit supplémentaire pour l’accueil des réfugiés ukrainiens en juin. Actuellement le canton compte 12 classes d’accueil primaire, 8 classes au CO et 10 dans l’enseignement secondaire II.

Numérique à la traîne

L’introduction du numérique en classe est modeste. La commission des finances a refusé la demande de crédit supplémentaire du DIP. Et Genève prend du retard selon la Conseillère d’Etat.

Anne Emery-TorracintaConseillère d'Etat chargée de l'instruction publique

Anne Emery-Torracinta promet de remettre l’ouvrage sur le métier d’ici deux semaines, soit renouveler sa demande à la commission des finances.

 

Continuer la lecture

Genève

Un peuplier de 30 mètres de haut s'abat sur un musée à Confignon

Publié

le

Un peuplier s'est abattu sur le musée la Halle aux tracteurs à Confignon. © Jean-Jacques Foëx

Le Service d'incendie et de secours (SIS) a réalisé plus de 120 interventions hier en raisons des orages. Un arbre de 30 à 40 mètres de haut s'est abattu hier sur la Halle aux tracteurs à Confignon. 

Les pompiers genevois n'ont pas chômé hier. Ils ont totalisé 120 interventions suite aux orages qui se sont abattus sur le canton. Le SIS est notamment intervenu pour des inondations et le déblayement de la voie publique. De manière générale, de fortes pluies se sont abattues sur la Suisse. Les plus fortes précipitations ont été enregistrées au Tessin, l'est de la région lémanique et la région bâloise. Des orages qui ont parfois provoqué de gros dégâts. Ecoutez le témoignage de Jean-Jacques Foëx, propriétaire du musée la Halle aux tracteurs de Confignon.

Jean-Jacques FoëxPropriétaire du musée la Halle aux tracteurs à Confignon

La halle principale, qui abrite des dizaines des tracteurs d’époque n’a que très légèrement été touchée.

Selon les pompiers, les communes les plus touchées ont été Bernex, Genthod, Vernier et Dardagny.

Continuer la lecture