Rejoignez-nous

Politique

La Grève du climat manifeste contre les centrales de réserve

Publié

,

le

Credit Suisse s'est vu décerner l'espoir du jury avec le mégaprojet pétrolier EACOP de TotalEnergies en Ouganda. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Plusieurs manifestations organisées par la Grève du climat ont eu lieu vendredi en Suisse contre les centrales de réserve prévues ou déjà en construction. Les grévistes demandent un moratoire sur l'édification et l'exploitation de telles centrales à énergie fossile.

Plus de 8500 personnes sont descendues dans la rue dans huit villes suisses, a indiqué en soirée l'organisation Grève du Climat. A cette occasion, elles ont exigé qu'"aucune centrale à pétrole ni aucun terminal de gaz liquéfié ne soient construits, que l'électricité soit reconnue comme un droit humain et répartie équitablement et qu'un impôt sur les bénéfices excédentaires finance des transports publics bon marché".

"Ecocide = Génocide"

Quelque 300 personnes ont ainsi marché pour le climat dans les rues de Sion en fin d'après-midi. Plus tôt dans la journée, le public a pu s'informer sur la thématique et les solutions pour réduire leur impact carbone via une vingtaine de stands dressés sur la place de la Planta.

Le cortège s'est ébranlé vers 16h30 derrière une banderole jaune frappée du slogan "Ecocide = Génocide". Les manifestants, essentiellement des jeunes mais aussi des familles, ont défilé en scandant "1, 2, 3 degrés, c'est un crime contre l'humanité" ou encore "Les petits pas, ça suffit pas!" Ils ont notamment revendiqué l’interdiction des ventes de voitures thermiques neuves et l’abrogation des chauffages fossiles.

A Berne en début de soirée, plusieurs centaines de personnes ont défilé sur la Waisenhausplatz. Le mouvement écologiste exige aussi que la consommation d'énergie soit réduite en cas de pénurie, et que les branches économiques qui en utilisent beaucoup diminuent partiellement leur activité.

Là aussi, la manifestation rassemblait surtout des jeunes: "J'observe un rajeunissement des participants", a déclaré Myriam Roth, politicienne locale biennoise des Verts, à l'agence de presse Keystone-ATS.

Elles étaient quelques milliers à Zurich à défiler en vieille ville, et quelque 200 à Aarau, selon des journalistes de Keystone-ATS.

Prix de la meilleure nature morte

A Genève, une vingtaine d'activistes du climat se sont rendus devant Credit Suisse à 18h00. Ils ont dénoncé les investissements écocides de la banque à travers une remise de prix symbolique du Prix de la meilleure nature morte.

Des photos ont été exposées. Elles ont notamment mis en scène les dommages environnementaux soutenus par la banque en Argentine ou au Texas à travers des projets gaziers, en Colombie ou au Pérou avec l'expansion minière de Glencore ou encore l'espoir du jury avec le mégaprojet pétrolier EACOP de TotalEnergies en Ouganda.

A Lausanne, une poignée de militants s'est rassemblée autour d'un pique-nique canadien, tandis que la Grève du Climat était aussi présente ce vendredi à Bâle, Lucerne, St-Gall et Neuchâtel.

"Pas de nouvelles centrales à gaz"

En matinée, le collectif de la Grève pour le climat suisse s’est exprimé devant les médias à Berne à l’occasion de la Journée internationale de Grève pour le climat.

"Depuis le début de l’invasion russe en Ukraine, le terme de crise énergétique est sur toutes les lèvres. Or, il ne s’agit pas de crise énergétique générale, mais de crise fossile et nucléaire", a relevé le représentant valaisan Corentin Mottet. Le Conseil fédéral, qui a "déjà échoué à amorcer un changement socio-écologique lors de la crise du coronavirus", doit maintenant agir pour "briser la vague fossile", soulignent les grévistes.

Energie indépendante des conflits

La Grève pour le climat incite à diminuer la consommation d’énergie et à accroître les énergies renouvelables, "qui tournent indépendamment de la situation politique mondiale". Pour cela, trois mesures principales figurent à l’agenda des militants.

Ceux-ci demandent en premier lieu un moratoire sur la construction et l’exploitation de centrales à énergies fossiles comme celles de Birr (AG), Cornaux (NE) et Monthey (VS). A la base des revendications figure le terminal de gaz naturel liquéfié de Muttenz (BL), contre lequel le collectif invite à manifester le 25 mars.

Autre objectif, l’amorce d’un tournant énergétique via la rénovation de bâtiments et la construction d’infrastructures solaires et éoliennes. Une cible atteignable à condition d’avoir une main-d’½uvre suffisante, souligne le collectif, qui exige donc que les capacités de formation soient "fortement augmentées" dans les secteurs concernés.

Ces mesures doivent être mises en place dans une perspective socio-environnementale, insistent-ils. Selon eux, une réduction du temps de travail doit permettre une baisse des émissions de CO2 et de la consommation d’électricité.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

L'opposante bélarusse Tikhanovskaïa appelle Berne à plus s'engager

Publié

le

Une visite de la cheffe de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa est prévue cette semaine en Suisse (archives). (© KEYSTONE/AP Lehtikuva/MARKKU ULANDER)

L'opposante biélorusse Svetlana Tikhanovskaïa appelle la Suisse à soutenir la société civile au Bélarus. Elle souhaite que la représentation suisse à Minsk s'engage davantage.

La Suisse devrait poser des questions désagréables au régime du président bélarusse Alexandre Loukachenko, déclare Mme Tikhanovskaïa dans un entretien diffusé lundi par les journaux alémaniques du groupe de presse Tamedia. "La Suisse a du personnel diplomatique pour cela".

Mme Tikhanovskaïa demande que l'ambassadrice de Suisse au Bélarus "s'engage plus activement pour la libération des personnes détenues pour des raisons politiques dans les pires conditions".

A Genève, puis à Berne

Une visite de la cheffe de l'opposition biélorusse en exil est prévue cette semaine en Suisse. Elle doit d'abord se rendre lundi à Genève pour une réunion avec les ambassadeurs de l'ONU. Mardi, elle doit rencontrer à Berne des représentants du Parlement fédéral et du Département fédéral des affaires étrangères.

Svetlana Tikhanovskaïa a rencontré Ioulia Navalnaïa, la femme de l'opposant russe Alexeï Navalny, peu après la mort de ce dernier dans une prison russe. Les mouvements d'opposition ne collaborent pas souvent, relève Mme Tikhanovskaïa dans les journaux. Mais les conditions au Bélarus et en Russie sont différentes, ajoute-t-elle.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Succès populaire pour les portes ouvertes du Capitole à Lausanne

Publié

le

Véritable Maison du Cinéma, le Capitole à Lausanne accueille dans son écrin flambant neuf la Cinémathèque suisse, qui y dispose désormais de deux salles pour près de 900 places. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Le week-end de portes ouvertes au cinéma Capitole à Lausanne a attiré près de 10'000 personnes samedi et dimanche. Les films projetés dans l'établissement entièrement rénové et agrandi après trois ans de travaux ont tous affiché complet, selon les responsables.

Après la cérémonie d'inauguration officielle célébrée vendredi soir par quelque 700 invités pour la réouverture du mythique cinéma, la Cinémathèque suisse - locataire de ce nouvel écrin avec désormais deux salles pour près de 900 places - organisait ce week-end des portes ouvertes. Le public était invité à venir visiter librement les lieux flambant neufs et assister à des projections.

Samedi soir, "2001, l'Odysée de l'espace" de Stanley Kubrick était à l'affiche dans une version 70 mm, copie rare et neuve de l'originale, dans la grande salle historique. Tirée pour les 50 ans du film et supervisée par le réalisateur Christopher Nolan, elle n'a connu que de rares projections, notamment au Festival de Cannes (2018), à Londres, à Paris et désormais à Lausanne

Samedi soir toujours et au même moment, le même film dans une version restaurée numérique était projeté dans la nouvelle salle en sous-sol.

Dimanche après-midi, le rire était au rendez-vous avec la comédie d'Yves Robert, "Le Grand Blond avec une chaussure noire", avec l'acteur Pierre Richard. Les trois séances ont affiché complet.

Maison du cinéma

La Cinémathèque suisse démarrera ses projections régulières dès le 1er mars au Capitole avec notamment une rétrospective consacrée au réalisateur américain Spike Lee, les 100 ans de la maison de production zurichoise Praesens-Films et de nombreuses avant-premières, rappelle-t-elle dans son communiqué.

Inauguré en 1928, le cinéma, qui fêtera donc ses 100 ans dans quatre ans, vit une nouvelle "grande révolution" après les transformations de 1959. Entamés en 2021, les travaux de rénovation et d'agrandissement ont permis la création en sous-sol d'une deuxième salle de cinéma et d'un nouveau foyer à l'architecture contemporaine.

Les espaces rénovés de cette Maison du cinéma accueillent désormais aussi une salle de consultation des archives de la Cinémathèque suisse, une boutique et une petite librairie spécialisée, un café-bar et un ascenseur. Coût total de ces trois ans de chantier: 21,6 millions de francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Mort d'une femme dans une cellule: manif devant l'Hôtel de police

Publié

le

Le vieil Hôtel de police genevois au boulevard Carl-Vogt a été le théâtre de deux décès à la suite de garde à vue depuis le début de l'année (photo symbolique). (© Keystone/MARTIAL TREZZINI)

Quelque 100 personnes ont manifesté samedi en fin d'après-midi en face du commissariat de police du boulevard Carl-Vogt à Genève, où une femme de 21 ans est décédée jeudi dernier dans une cellule après avoir été arrêtée la veille. Le rassemblement s'est terminé par quelques jets d'oeufs et de farine sur la police déployée sur les lieux.

"La police n'a pas répliqué et il n'y a ni blessé ni interpellation", a indiqué dimanche matin à Keystone-ATS une porte-parole de la police genevoise. Les forces de l'ordre s'étaient positionnées devant le vieil Hôtel de police alors que les manifestants se situaient sur le trottoir d'en face.

Ce rassemblement a été organisé par Action antifasciste Genève et le collectif Le Silure, sous le slogan "Plus aucun mort en détention! Justice et vérité!". Il a duré une grosse heure à partir de 17h00 environ.

Dans un communiqué publié samedi soir, les organisateurs s'interrogent: "Comment se fait-il que de simples gardes à vue débouchent sur la mort des personnes arrêtées?". "Les autorités taisent les détails auxquels elles ont accès", dénoncent-ils.

La jeune femme est décédée dans une cellule du commissariat après une nuit de garde à vue. Elle a été trouvée inanimée jeudi matin après avoir été arrêtée pour vol mercredi soir. Le Ministère public a ouvert une enquête pour déterminer les causes de sa mort. Début janvier, un autre détenu avait été découvert sans vie dans sa cellule dans ce même Hôtel de police.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Quelque 120 personnes mobilisées contre la fermeture d'un centre

Publié

le

Sous le slogan "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. (© Keystone/LAURENT GILLIERON)

Quelque 120 personnes, dont une vingtaine de Roms, ont manifesté samedi après-midi au centre-ville de Lausanne pour s'opposer à la fermeture imminente de l'hébergement d'urgence de la rue de la Borde 47. Les milieux de défense des sans-abri exigent que ce site lausannois soit maintenu dans l'attente d'alternatives.

Sous la bannière "Plus une expulsion sans relogement", la manifestation était organisée par plusieurs partis de la gauche radicale, dont le POP et solidaritéS, le syndicat Sud (étudiant-e-s et précaires) et des organisations de défense des sans-abri. Leur objectif est "d'empêcher la Municipalité de mettre des familles entières à la rue", selon leurs revendications. Ils demandent la "pérennisation d'un projet d'hébergement alternatif".

Avec une vingtaine de Roms en tête, dont plusieurs enfants, le cortège a défilé dans les rues lausannoises en milieu d'après-midi. Sur deux grandes banderoles, on pouvait lire "Pas d'expulsion sans solution" et "Aidez-nous à rester au chaud avec nos enfants".

Bâtiment vétuste et insécure

Le vieil immeuble de la Borde 47 abrite actuellement quelque 80 personnes issues de plusieurs familles roms, dont une soixantaine accueillie depuis l'été passé en provenance d'autres hébergements d'urgence du dispositif lausannois et une vingtaine arrivée à Lausanne cet automne. "Celles-ci représentent la grande majorité des situations de familles sans-abri à Lausanne qui sollicitent les hébergements d'urgence", rappelle la Ville de Lausanne.

Elles devront quitter les lieux au début du mois de mars en raison de la vétusté, de l'insalubrité et de l'insécurité du bâtiment et de ses logements, qui seront démolis par son propriétaire privé, la Société coopérative d'habitation Lausanne (SCHL), expliquent les autorités lausannoises. La date était connue et communiquée dès le début de l'accueil de ces personnes. La Municipalité réfute ainsi le terme "d'expulsion".

La municipale en charge du dossier Emilie Moeschler assure que les situations sont en train d'être évaluées par la Ville et ses partenaires. "S'ils ne peuvent pas être accueillis dans le dispositif d'aide sociale au logement ou les hébergements d'urgence de transition à Renens, les femmes et les enfants sont prioritaires dans le dispositif d'hébergement d'urgence", a-t-elle indiqué à Keystone-ATS.

Nouveau lieu ouvert à Tivoli

La Ville annonce aussi qu'un nouveau lieu ouvrira le 1er mars à l'avenue de Tivoli. Il comprendra 42 lits pour y accueillir à la fois des femmes, des familles et des hommes.

Au total, selon les services de Mme Moeschler, ce sont désormais 235 places qui seront à disposition des sans-abri durant toute l'année (Tivoli 42 places, Sleep In 26, Marmotte 31, Saint-Martin 41, abri PC de la Vallée de la Jeunesse 60 et l'hébergement d'urgence de transition de Renens 35).

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le PS veut des mesures politiques contre la pauvreté

Publié

le

"La pauvreté est la conséquence de décisions politiques", a souligné la coprésidente du PS Mattea Meyer devant les quelque 580 délégués réunis en Congrès au Grand-Saconnex (GE). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le PS Suisse veut davantage lutter contre la pauvreté. "La pauvreté est la conséquence de décisions politiques", a souligné sa coprésidente Mattea Meyer devant les quelque 580 délégués réunis samedi en Congrès au Grand-Saconnex (GE).

Mattea Meyer a appelé les membres du parti à redoubler d'efforts pour que la 13e rente AVS soit acceptée le 3 mars en votation populaire. Des salaires minimaux, des places de crèche, des loyers abordables, des prestations complémentaires sont aussi des mesures qui permettent de mener une vie digne, a-t-elle poursuivi.

La lutte contre la pauvreté passe encore par des investissements pour faire face à la crise climatique, "la crise la plus importante", a-t-elle relevé, dénonçant l'UDC qui s'apprête à élire un président climatosceptique. Et face au conflit en Ukraine depuis deux ans et à celui au Proche-Orient, la coprésidente a plaidé pour la solidarité, les droits de l'homme et la démocratie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture