Rejoignez-nous

Politique

Qui sont les cinq socialistes qui veulent succéder à Alain Berset?

Publié

,

le

Alain Berset devant le drapeau Suisse à Berne (Archive) (© KEYSTONE/Peter Klaunzer)

Il sont cinq à être sortis du bois pour succéder au socialiste Alain Berset au Conseil fédéral: le sénateur zurichois Daniel Jositsch, le conseiller national bernois Matthias Aebischer, le conseiller d'Etat bâlois Beat Jans, le conseiller national grison Jon Pult et le conseiller national vaudois Roger Nordmann. Découvrez leurs portraits

Roger Nordmann, le Vaudois âgé de 50 ans a une riche expérience en politique. Cet ex-député communal lausannois a été élu au Conseil national en 2004, après un bref passage au Grand Conseil vaudois. Il entend "bâtir des ponts" entre les régions, lui qui parle aussi excellemment l'allemand et le dialecte alémanique, notamment. M. Nordmann est marié à la municipale lausannoise des finances Florence Germond. Ils ont deux enfants.

Jon Pult, 39 ans le 12 octobre, siège au Conseil national depuis 2019. Il y préside la commission des transports et des télécommunications. Double national italo-suisse, il est aussi vice-président du PS. Il a travaillé plusieurs années comme conseiller en communication dans une PME. Avec sa candidature, le Grison veut mettre en avant la diversité et la cohésion.

Beat Jans, 59 ans, a siégé au Conseil national de mai 2010 à décembre 2020. Il est ensuite entré en février 2021 au gouvernement de Bâle-Ville, qu'il préside. Il fait valoir son expérience au sein d'un exécutif cantonal, "particulièrement précieuse" pour la fonction de conseiller fédéral.

Matthias Aebischer, 55 ans, est membre du Conseil national depuis 2011. Il préside actuellement la commission judiciaire. Il est très connu en Suisse alémanique comme ancien journaliste, animateur et producteur à la radio télévision alémanique SRF. Il a été de 2001 à 2015 chargé de cours à l'Université de Fribourg dans le domaine des médias et de la communication. Il est le conjoint de la conseillère nationale Tiana Angelina Moser (PVL/ZH).

Daniel Jositsch, le sénateur zurichois bénéficie d'une longue expérience politique: âgé de 58 ans, le professeur de droit pénal à l'Université de Zurich est conseiller aux Etats depuis huit ans. Il avait siégé auparavant au Conseil national durant huit ans également. L'actuel président de la société des employés de commerce a dit qu'il n'accepterait une élection que si le groupe parlementaire le nomme candidat.

D'AUTRES ONT RENONCE

Mustafa Atici, premier candidat potentiel à être sorti du bois, cet entrepreneur né en Turquie ambitionnait de devenir le premier conseiller fédéral provenant de la migration. Il s'est toutefois retiré de la course après l'annonce de la candidature de Beat Jans au profit du président du gouvernement de Bâle-Ville.

Eva Herzog, conseillère aux Etats de 61 ans, renonce à une troisième candidature au Conseil fédéral. La Bâloise avait échoué en décembre dernier face à la Jurassienne Elisabeth Baume-Schneider pour sept voix. Elle avait déjà fait acte de candidature en 2010 pour succéder à Moritz Leuenberger, mais n'avait pas été retenue par son groupe. L'an prochain, elle est promise à la présidence du Conseil des Etats. "En cas d'élection, j'ai l'intention d'y représenter la population, la Suisse urbaine et ouverte et l'égalité des genres", a-t-elle écrit sur le réseau X.

Jean-François Steiert, conseiller d'Etat fribourgeois socialiste a annoncé dans le Temps renoncer à briguer la succession d'Alain Berset. Outre la lourdeur de la tâche, le ministre fribourgeois de 62 ans estime qu'il vient d'une région, la Suisse occidentale, déjà largement représentée au Conseil fédéral. Il avait siégé au Conseil national de 2007 à 2017.

Priska Seiller-Grad, conseillère nationale zurichoise a confirmé le 4 septembre qu'elle ne briguerait pas la succession d'Alain Berset. La fonction de conseiller fédéral est sans aucun doute une tâche très intéressante et pleine de défis, mais elle entend privilégier "(ses) libertés personnelles".

Samira Marti, la conseillère nationale de Bâle-Campagne vient d'être nommée coprésidente du groupe socialiste aux Chambres fédérales, avec le Vaudois Samuel Bendahan. Elle dirigera le processus de sélection des candidats socialistes, avec la conseillère nationale bernoise Nadine Masshardt.

Nadine Masshardt, la présidente de la Fondation alémanique pour la protection des consommateurs a elle aussi décliné. Elle dirigera le processus de sélection avec Samira Marti.

Faliva Waeerfallen, la conseillère nationale bernoise a renoncé dès le mois de juin. Elle préfère se consacrer à sa campagne pour le Conseil des Etats lors des élections fédérales d'octobre. Elle va tenter de conserver pour le PS le siège laissé vacant par l'ancien maire de Bienne Hans Stöckli.

Avec Keystone-ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Il faut parler de l'UE aux Suisses, estime le président du National

Publié

le

Eric Nussbaumer est le président du Mouvement européen Suisse (archives). (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le Conseil fédéral n'en fait pas assez pour expliquer l'Union européenne (UE) aux Suisses, estime le président du Conseil national Eric Nussbaumer. "Comprendre l'Europe n'est pas facile", déclare-t-il dans un entretien diffusé samedi par la Schweiz am Wochenende.

L'éducation politique doit être renforcée à l'école et dans l'enseignement extrascolaire, demande le socialiste de Bâle-Campagne. Il pointe notamment la voie bilatérale que la Suisse a empruntée avec l'UE. Le peuple est appelé à s'exprimer sur le sujet et l'européanisation est plus complexe qu'on ne le pense et le rythme est élevé, ajoute-t-il.

Le président du Conseil national constate que la Suisse passe d'une votation populaire à l'autre. Après chaque campagne de votation, tout est terminé, poursuit-il. "Nous devrions briser ce cycle", pour créer suffisamment "de compréhension pour les processus de politique européenne".

Le socialiste, président du Mouvement européen Suisse, est favorable à un rapprochement de la Suisse avec l'UE.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

International

Trump promet à Zelensky de "mettre fin à la guerre" en Ukraine

Publié

le

Donald Trump affirme fréquemment qu'il serait capable de mettre un terme au conflit en Ukraine très rapidement à son retour au pouvoir, mais sans jamais dire comment. (© KEYSTONE/AP/Efrem Lukatsky)

L'ex-président américain Donald Trump, qui a parlé au téléphone avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky, a promis de "mettre fin à la guerre" entre l'Ukraine et la Russie en cas de retour à la présidence. "Je vais apporter la paix dans le monde", a-t-il assuré.

"En tant que votre prochain président des Etats-Unis, je vais [...] mettre fin à la guerre qui a coûté tant de vies" en Ukraine, a déclaré le candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre sur sa plateforme Truth Social.

Donald Trump affirme fréquemment qu'il serait capable de mettre un terme au conflit en Ukraine très rapidement à son retour au pouvoir, mais sans jamais fournir de détails, comment il y parviendrait.

Ses fréquents éloges appuyés au président russe Vladimir Poutine, de même que ses critiques des autres pays membres de l'OTAN, suscitent l'inquiétude parmi les alliés occidentaux de l'Ukraine.

Aide militaire américaine

Les Etats-Unis de Joe Biden représentent de loin le premier donateur d'aide militaire à Kiev. Une victoire de Donald Trump pourrait mettre toute aide future en péril et affaiblir la position de l'Ukraine sur le champ de bataille.

M. Zelensky a confirmé l'appel téléphonique, au cours duquel il a félicité le milliardaire pour son investiture officielle la veille en tant que candidat du parti républicain à la présidentielle.

"J'ai souligné le soutien vital des deux partis et des deux chambres du congrès américain pour protéger la liberté et l'indépendance de notre nation", a-t-il déclaré sur le réseau social X (ex-Twitter).

"Nous nous sommes mis d'accord avec le président Trump pour discuter, lors d'un entretien en personne, sur les mesures à prendre en vue d'une paix juste et durable" en Ukraine, a-t-il ajouté.

Le président ukrainien a également condamné la tentative d'assassinat "choquante", qui a visé Donald Trump samedi en Pennsylvanie.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Des élections chaotiques à l'Assemblée nationale française

Publié

le

La macroniste Yael Braun-Pivet, réélue la veille au perchoir, mène la série d'élections de postes-clefs au parlement. (© KEYSTONE/EPA/TERESA SUAREZ)

Un "bourrage d'urnes" au Parlement français: l'élection des vice-présidents de l'Assemblée nationale a donné lieu aux premières passes d'armes de la 17e législature vendredi. Un vote a été annulé en raison d'un trop grand nombre de bulletins par rapport aux votants.

A l'issue des deux tours, six vice-présidents ont été élus, dont deux de la France insoumise mais aucun du Rassemblement national. Les trois postes de la questure sont revenus dans la soirée à Brigitte Klinkert (Renaissance), Christine Pirès Beaune (PS) et Michèle Tabarot (LR).

Mais les premières opérations de vote se sont déroulées de manière houleuse, un scrutin ayant dû être annulé, après l'apparition suspecte de dix enveloppes surnuméraires dans les urnes.

Une source parlementaire a confié à l'AFP n'avoir "aucun précédent en tête" d'une telle situation. "Honte à ceux qui ont pratiqué cette fraude", a tonné dans l'hémicycle le député PS Jérôme Guedj, demandant une enquête et la révision des modalités de vote.

"Triste du spectacle qu'on donne"

Salle des Quatre-colonnes, où les députés rencontrent la presse, les élus se montraient désabusés. "Je suis un peu triste du spectacle qu'on donne", a réagi Jean-René Cazeneuve (Ensemble pour la République, ex-Renaissance). "Le soupçon par rapport au bourrage d'urnes existe", a relevé le porte-parole de la droite républicaine, Vincent Jeanbrun.

Après un nouveau vote, quatre des six vice-présidents ont été élus au premier tour: les Insoumises Nadège Abomangoli et Clémence Guetté, qui sera la première vice-présidente, la candidate d'Horizons et vice-présidente sortante Naïma Moutchou, et Xavier Breton (droite républicaine).

Au second tour, le ministre de l'industrie démissionnaire Roland Lescure et la députée LR Annie Genevard ont été élus, le RN ne parvenant pas à faire gagner ses deux vice-présidents sortants, Sébastien Chenu et Hélène Laporte.

Chantre d'une représentation équilibrée de chaque force politique dans les instances de l'Assemblée nationale, le groupe de Marine Le Pen avait annoncé qu'il voterait pour Mmes Abomangoli, Guetté, Moutchou, Laporte et MM. Breton et Chenu.

"Magouilles" dénoncées

"Toutes les forces politiques doivent être représentées au bureau", a souligné autour de minuit Mme Le Pen, dénonçant les "magouilles" des autres groupes qui se sont "accaparé l'intégralité des postes". Elle a annoncé que son groupe ne participerait pas à l'élection des secrétaires.

"Le RN avait perdu. Ce qu'il a cherché à faire là avec son pseudo-coup d'éclat", c'est "masquer le fait qu'ils sont perdants d'office, laisser entendre qu'il pourrait y avoir des retours d'ascenseur", a commenté la députée LFI Sarah Legrain.

Dans l'hémicycle, la macronie n'a pas manqué de relever ce soutien inattendu du RN à La France insoumise. "LFI étant élue avec les voix du Rassemblement national, ils pourraient au moins leur serrer la main", a lancé le ministre de l'intérieur démissionnaire Gérald Darmanin.

La macronie, qui avait en 2022 concédé deux vice-présidences au RN, dans le souci d'une représentation équitable des groupes, a cette fois-ci fait le choix de s'entendre avec la droite pour permettre l'élection de Yaël Braun-Pivet. Les deux camps briguant au passage un nombre de postes disproportionnés par rapport à leurs poids à l'Assemblée nationale.

"Matchs différents"

Le risque pour le camp présidentiel est de se mettre à dos l'ensemble des oppositions, en échange d'une alliance avec LR loin de lui assurer une majorité absolue, l'ensemble pesant 213 députés (contre 289 nécessaires).

Selon des sources concordantes, la droite demande également la commission des finances, qui se jouera samedi. Pour que ce poste revienne à la droite républicaine, il faudra que la majorité sortante prenne part au vote, ce qui est contraire aux usages. "Une honte", a dénoncé Manuel Bompard (LFI).

Pour le président français Emmanuel Macron, cette alliance pour le perchoir est le premier pas vers la constitution d'un gouvernement qui aurait le soutien de la droite, ce qui permettrait de doucher les espoirs de gouverner de la gauche.

Les responsables du Nouveau Front populaire semblaient toutefois ne pas vouloir renoncer vendredi. "Ce sont des matchs différents ([entre l'Assemblée et Matignon]. On est là, on continue et on y croit", a assuré la patronne des écologistes Marine Tondelier sur franceinfo.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trump promet une "victoire incroyable" aux républicains

Publié

le

Donald Trump a promis jeudi une "victoire incroyable" des républicains à la présidentielle de novembre. (© KEYSTONE/EPA/ALLISON DINNER)

Donald Trump a promis jeudi une "victoire incroyable" des républicains à la présidentielle de novembre, clôturant en star une convention d'un parti en ordre de marche derrière sa candidature.

Cette démonstration d'unité s'est confirmée durant toute cette grand-messe organisée depuis lundi à Milwaukee, dans la région des Grands Lacs, contrastant avec la fébrilité culminant chez les démocrates, de plus en plus nombreux à appeler le président Joe Biden à se retirer.

Cinq jours après avoir été la cible de tirs lors d'un meeting de campagne, l'ancien président de 78 ans est donc remonté sur scène, sous haute sécurité, prononçant un discours d'environ 90 minutes en grand patron incontesté de la droite américaine.

Pansement sur l'oreille

Pansement bien visible sur l'oreille droite, il a formellement accepté l'investiture du Parti républicain, dont les quelque 2400 délégués lui avaient apporté leurs voix dès lundi.

"Je me présente pour être le président de toute l'Amérique, pas de la moitié de l'Amérique", a-t-il lancé dans cette allocution dont les accents rassembleurs sont toutefois restés minoritaires par rapport à ses thèmes de prédilection: la criminalité, l'immigration, l'inflation...

Le républicain est revenu sur la tentative d'assassinat dont il a été victime en Pennsylvanie, en confiant qu'un tel récit lui était "douloureux".

"Il y a juste quelques jours, mon voyage avec vous a failli tourner court. Et pourtant nous sommes là ce soir", a déclaré le candidat aux milliers de militants présents qui, pour beaucoup, considèrent qu'il a bénéficié d'une intervention divine.

Lorsque les tirs ont retenti, "j'ai immédiatement compris que c'était très sérieux, que nous étions attaqués", a-t-il relaté. "Le sang coulait partout. Et cependant, d'une certaine manière, je me sentais en sécurité, parce que j'avais Dieu à mes côtés", a raconté le septuagénaire.

Il s'est encore attardé sur cette séquence désormais historique où on le voit être évacué par les agents du Secret Service, le poing levé et la joue ensanglantée.

Une image devenue un atout électoral que la convention républicaine n'a cessé de mettre en avant, car illustrant selon les républicains le courage d'un homme qu'on cherche à abattre et qui ne se résigne jamais.

Donald Trump a fait observer une minute de silence pour Corey Comperatore, un pompier de 50 ans tué par une des balles qui le visaient. Il a aussi embrassé le casque de l'uniforme de la victime.

Meeting samedi dans le Michigan

Le reste de son discours a été plus classique, empruntant des passages répétés à l'envi dans ses meetings politiques.

Il a ainsi réitéré sa volonté de favoriser l'exploitation du pétrole aux Etats-Unis et d'empêcher les migrants d'entrer dans le pays dès le "premier jour" de son mandat. Des thèmes plus fédérateurs que l'avortement par exemple, qu'il s'est gardé d'évoquer.

Joe Biden, très fragilisé politiquement et à l'isolement car souffrant du Covid, a paradoxalement été largement épargné par Donald Trump, qui a préféré développer son programme s'il revenait à la Maison Blanche.

Le candidat, qui avait claqué la porte de l'Accord de Paris sur le climat durant son premier mandat, s'est engagé à mettre fin aux grands projets climatiques de Joe Biden, qualifiés d'"arnaque".

Au sein de l'auditoire se trouvaient les principaux ténors républicains. Mardi soir, ses ex-rivaux aux primaires étaient venus publiquement lui prêter allégeance.

Terry Arnold, une femme venue de Seattle, dit avoir été transportée par le discours de Donald Trump. "C'était vraiment enthousiasmant et j'ai trouvé cela unificateur", commente-t-elle à l'AFP . "Il y avait de l'exaltation, de l'espoir. Et ce soir il semblait vraiment plein d'énergie. Plus tôt dans la semaine, il m'a semblé -et c'est normal- un peu fatigué, avec ce qu'il a traversé".

La soirée s'est achevée dans un traditionnel grand lâcher de ballons aux couleurs du drapeau américain.

Donald Trump a été rejoint sur scène par sa famille proche, dont sa femme Melania et ses fils qui ont loué à la tribune les qualités de leur père.

Egalement présent dans le premier cercle, J.D. Vance, le sénateur atypique choisi par le candidat pour le seconder dans la campagne.

L'élu de 39 ans, opposé à l'aide à l'Ukraine et pratiquant un discours populiste anti-immigration, deviendra vice-président des Etats-Unis si Donald Trump l'emporte en novembre.

Donald Trump a prévu de reprendre sa campagne dès samedi, avec un meeting dans le Michigan, une semaine exactement après les tirs qui l'ont visé.

Les dizaines de milliers de visiteurs sont repartis avec leurs bagages remplis de produits dérivés "Trump" -casquettes, affiches, tee-shirts - prêts à prêcher la parole de leur champion miraculé à travers le pays.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture

International

Trump dit accepter l'investiture du Parti républicain à l'élection

Publié

le

Alerte Info (© )

Trump dit accepter l'investiture du Parti républicain à l'élection de novembre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / afp

Continuer la lecture