Rejoignez-nous

Genève

Quels sont les enjeux du développement pour Genève? On en débat à l’occasion des Rencontres du Développement!

Publié

,

le

Quels sont les enjeux du développement économique, démographique et territorial pour Genève? C’est la question que se pose le département du territoire et sur laquelle vous êtes invités à venir débattre à l’occasion des Rencontres du Développement qui se tiendront du 24 au 27 septembre prochain.

Le développement territorial est un enjeu crucial pour le canton de Genève et les questions qui y sont liées animent les débats au sein de la population. C’est pour cette raison que le département du territoire invite les citoyens à prendre part aux discussions au sujet du développement de Genève au sens large, de la mutation urbaine du territoire et des enjeux environnementaux, sociaux et économiques à l’occasion des Rencontres du Développement dont Radio Lac est partenaire.

Des invités et des acteurs locaux pour débattre des problématiques du développement.

Pendant quatre jours, des acteurs locaux prendront part à des tables rondes sur divers sujets. La population genevoise a été invitée cet été à proposer des sujets pour ces rencontres et c’est cette consultation qui a permis de construire le programme des Rencontres du Développement et qui vont venir alimenter le dialogue pendant l’événement.

Huit événements marqueront le programme des Rencontres. Ces derniers se dérouleront en deux parties: d’abord, une conférence avec un ou deux intervenants présentant la thématique puis une table-ronde avec des acteurs locaux en prise celle-ci. Un échange avec le public présent est aussi prévu à la fin de la conférence et au cours de la table ronde.

Les huit thématiques au programme sont les suivantes:

  • Quel nombre limite d’habitant.e.s à Genève? Un débat sur la forte croissance démographique de ces dernières années et la façon de maintenir la qualité de vie dans ce contexte ouvrira les Rencontres le jeudi 25.09 entre 18h30 et 20h30.
  • Quel développement pour cultiver notre bien-être? Vendredi 26.09, de 12h à 14h, une conférence abordera la question de la conciliation entre développement, respect des habitant.e.s et prise en compte de leurs besoins et de leur bien-être.
  • Comment définir un quartier de qualité? Pour poursuivre, vendredi soir, à 19h, les Rencontres du Développement s’arrêteront sur la question des critères qui définissent qu’un quartier est durable et enviable.
  • Quelle architecture voulons-nous? Samedi à 11h30, le débat sera ouvert sur l’architecture des constructions modernes qui font rarement l’unanimité à Genève. Des architectes et urbanistes expliqueront comment ils travaillent, quelles sont les tendances qu’ils suivent et à quels enjeux ils doivent faire face notamment dans le contexte de transition écologique.
  • Quel avenir pour la ville intelligente? Le 26 septembre à 15h, le sujet des villes contemporaines et connectées sera débattu. Une conférence qui permettra de comprendre comment les données peuvent être au service du mieux vivre ensemble.
  • Repenser la mobilité, quelles solutions pour demain? Cette thématique très actuelle clôturera la journée de samedi.
  • Comment consommer de manière responsable? Dimanche 27.09 à 11h, c’est le thème de la consommation qui sera au coeur des débats.
  • Quelle stratégie économique est compatible avec la durabilité? Pour clôturer l’événement, les Rencontres s’arrêteront sur le sujet du développement durable et de son intégration dans les modèles économiques des entreprises.

Autre temps fort du programme, Antonio Hodgers, conseiller d’Etat chargé du département du territoire ouvrira l’événement, jeudi 25 septembre à 18h.

 

Un forum citoyen pour alimenter la réflexion.

Ces Rencontres du Développement seront aussi l’occasion d’installé un Forum Citoyen dont le travail se poursuivra jusqu’en 2021 et dont l’objectif sera d’alimenter la réflexion sur le développement de Genève et sa région.

Trente citoyens tirés au sort composeront ce forum et commencera son travail en parallèle du lancement des Rencontres fin septembre. Cette expérience, pilotée par le service concertation communication de l’office de l’urbanisme du département du territoire est inédite à Genève et se réalise en collaboration avec l’Université de Genève et un comité d’experts scientifiques.

La mission du forum est de répondre à la question « comment voulons-nous habiter le territoire genevois pour mieux vivre ensemble dans le respect de la nature et faire face au changement climatique? ». A la fin de ces travaux, en février 2021, l’avis produit par le Forum Citoyen sera remis au Conseil d’Etat.

Un événement adaptée à la situation sanitaire.

Afin que l’événement puisse se tenir dans le respect des normes sanitaires en vigueur, l’organisation a élaboré un plan de protection qui sera validé par les services du médecin cantonal. Il sera mis à disposition de tous les participants.

Parmi les mesures, on retrouve le port obligatoire du masque pendant toute la durée de l’événement ainsi qu’une inscription préalable obligatoire sur le site rencontres2020.ge.ch. Enfin, les lieux seront désinfectés après chaque événement.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Un genevois dans le grand bain des boissons énergisantes

Publié

le

Photo Brio Maté

La jeune entreprise genevoise Brio Maté s’attaque au marché très concurrentiel des boissons énergisantes

Ils ont développé un concept de boissons énergisantes, autour d’un ingrédient phare et encore peu répandu: le maté. Et leur boisson suscite déjà l’intérêt des grands distributeurs suisses. 

Présentation avec Benoît Rouchaleau. 

 

Face aux mastodontes du secteur et à leurs boissons enrichies en taurine ou en caféine, la petite entreprise genevoise a, elle, fait le pari de se démarquer en misant sur une plante d’Amérique Latine, le maté. Jérémy Girard, le CEO et co-créateur de Brio Maté.

Jeremy Girard
CEO et co-créateur de Brio Maté
Jeremy GirardCEO et co-créateur de Brio Maté

Depuis quelques années, le maté commence à se démocratiser. Les initiés le boivent habituellement chaud dans une calebasse avec une paille. Reste encore à initier le grand public à son goût particulier.

Jeremy Girard
CEO et co-créateur de Brio Maté
Jeremy GirardCEO et co-créateur de Brio Maté

Mais au-delà du discours sur les propriétés stimulantes, la jeune pousse Brio Maté c’est aussi l’histoire d’une passion commune entre les 3 fondateurs… 

Jeremy Girard
CEO et co-créateur de Brio Maté
Jeremy GirardCEO et co-créateur de Brio Maté

2 ans plus tard, leur maté énergisant est déjà en vente. En bouteille en verre ou en PET recyclable. Et estampillé “Made in Switzerland”, hormis le maté qui vient d’amérique latine. Leur public cible: les étudiants et les jeunes professionnels. Avec de grandes ambitions en Suisse d’abord mais aussi à l’international.

Jeremy Girard
CEO et co-créateur de Brio Maté
Jeremy GirardCEO et co-créateur de Brio Maté

Et signe d’un intérêt qui se confirme, Brio Maté vient tout juste d’être sélectionné par la plateforme romande Genilem pour être accompagné pendant 3 ans et ainsi les aider à développer leur idée et accélérer leur croissance.

Continuer la lecture

Actualité

VIDEO – Les autotests anti-Covid, comment ça marche ?

Publié

le

Test rapide
Depuis le 7 avril, des autotests sont disponibles en pharmacie, avec une limite de 5 par personne. Malgré des problèmes d'approvisionnement, les Suisses sans symptômes sont incités à les utiliser afin de dissiper tout doute alors que la demande d'un retour à une forme de normalité se fait de plus en plus entendre.

Mais sont-ils simples à utiliser et quel bilan après le résultat? Benjamin Smadja et Laurie Selli ont testé les tests!

Les autotests ne doivent être utilisés que quand l'accès à un test antigénique n'est pas possible. Il n'est pas nécessaire de fournir plus de cinq autotests par mois, a indiqué Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Les tests antigéniques rapides sont plus fiables que les autotests à faire chez soi. Et une personne qui obtient un résultat positif avec un autotest doit le faire confirmer par un test PCR, a précisé M. Mathys. Un autotest dont le résultat est négatif n’est pas une carte blanche pour ne plus respecter les gestes barrières.

Confirmation par test PCR nécessaire

Pour le président de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé, Lukas Engelberger, ces autotests ont le potentiel de changer fondamentalement la situation. Si tout le monde peut régulièrement effectuer un autotest dans sa salle de bain le matin, la charge sur les pharmacies et les centres de tests s'en verrait allégée, a-t-il indiqué à la Sonntagszeitung.

Depuis la mi-mars, la Confédération prend en charge les coûts de tous les tests, même s'il n'y a pas de symptômes présents. Son but est que 40% de la population soit testée chaque semaine.

Grosses arrivées mercredi et jeudi

Après des demandes répétées au groupe bâlois, Roche lui a indiqué qu'une grande quantité devrait arriver mercredi et jeudi, selon Mme Ruggli. "Après, ça devrait aller mieux", a-t-elle ajouté.

Selon Pharmasuisse, les pharmacies ont reçu huit millions de tests. Roche écrit pour sa part en avoir fourni neuf millions à des grossistes et des pharmacies. Vendredi, plus d'un demi-million ont été distribués aux clients en Suisse. La demande a donc été "en grande partie" satisfaite, selon l'entreprise.

Benjamin Smadja avec ATS

Continuer la lecture

Genève

Des cas de Covid-19 à l’OSR et au Grand Théâtre de Genève

Publié

le

Un cluster de Covid-19 a touché les musiciens de l'Orchestre de la Suisse romande et son directeur musical et artistique Jonathan Nott lors de la dernière production du Grand Théâtre de Genève, "Parsifal", de Wagner. Des cas ont aussi été détectés au sein de la maison lyrique, sans liens (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Un cluster de Covid-19 a touché les musiciens de l'Orchestre de la Suisse romande (OSR) et son chef Jonathan Nott lors de la dernière production du Grand Théâtre de Genève. Des cas ont aussi été détectés au sein de la maison lyrique, sans liens.

Quatre artistes du choeur et un collaborateur administratif ont été testés positifs, a réagi mardi le Grand Théâtre à la suite d'un communiqué de l'OSR annonçant un cluster. "Ces cas sont bien isolés et n'ont pas été en contact direct avec les musiciens", écrit l'opéra, précisant que les mesures de protection en vigueur ont été respectées et qu'aucun cas n’a été déclaré au sein des équipes techniques.

La représentation en streaming le 2 avril dernier de l'opéra "Parsifal", de Wagner, avait été annulée le jour-même. Les répétitions de l'opéra se sont déroulées dans le respect du plan de protection validé par le service du médecin cantonal, assurent les deux institutions.

Afin de préserver la santé de ses employés, le conseil de la Fondation de l'OSR a toutefois décidé de suspendre les activités musicales jusqu'à fin juin. "Seules les activités ne présentant aucun risque pour le personnel seront maintenues", a-t-il annoncé lundi.

Conditions strictes

De son côté, le Grand Théâtre indique que les répétitions de "Didon et Enée" se déroulent sous conditions strictes, tandis que le spectacle de ballet "Le Sacre", autour du "Sacre du printemps", de Stravinski", sera probablement produit avec un enregistrement sonore. La faisabilité de l'opéra "La Traviata", à la mi-juin avec l'OSR, est, quant à elle, en cours d'évaluation.

"La réalisation de ces prochains spectacles est également sujette aux décisions fédérales prévues pour mercredi ainsi qu’à l’évolution générale de la situation", conclut le Grand Théâtre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Genève

Le tribunal des mineurs croule sous les procédures

Publié

le

Le procureur général de Genève Olivier Jornot s'inquiète du travail croissant auquel est confrontée la justice des mineurs. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le tribunal des mineurs n'a jamais eu autant de nouvelles procédures à traiter qu'en 2020. La hausse est de 30% par rapport à 2019. C'est un point de préoccupation, a déclaré le procureur général du canton de Genève, Olivier Jornot, mardi.

Pour expliquer cette augmentation, le magistrat a notamment évoqué la problématique des MNA, ces personnes mineures non accompagnées, dépourvues de papiers d'identité. Depuis le début de 2020, et particulièrement à partir du mois de mai, ces MNA ont été impliqués dans des vols, des cambriolages ou même des brigandages.

La difficulté, pour la justice, vient du fait que certains de ces jeunes se prétendent mineurs, alors que leur apparence physique laisse à penser le contraire. Pour déterminer leur âge, un travail considérable doit être mené, qui fait appel parfois à la coopération internationale, ces personnes ayant séjourné ailleurs en Europe.

M. Jornot a en revanche écarté un possible lien entre la hausse du nombre de procédures traitées par la justice des mineurs et les confrontations plus fréquentes constatées ces derniers temps entre des jeunes et des représentants de l'autorité. Ce phénomène "n'est pas statistiquement déterminant", a-t-il fait remarquer.

Pas de paralysie prolongée

Concernant les chiffres de 2020, l'activité de l'appareil judiciaire a été fortement ralentie lors de la première vague d'épidémie de Covid-19, voilà tout juste une année. Il y a eu ensuite une certaine normalisation. L'institution judiciaire a pu affronter plus sereinement la deuxième vague de l'automne, sans être paralysée.

Des mesures différentes ont été prises afin de réduire l'impact sur les activités de la justice, a expliqué M. Jornot. Le fonctionnement des juridictions a été modifié. Par exemple, des audiences ont été remplacées par des échanges écrits quand c'était possible, a précisé le procureur général.

Concernant les projets d'avenir, la justice genevoise entend poursuivre ses efforts pour mettre en place un greffe universel, afin de faciliter la tâche des justiciables. Le passage du papier au numérique sera aussi une réforme à mener. Enfin, un immense travail reste encore à accomplir pour promouvoir la médiation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Incendie des Tattes: quatre personnes seront jugées

Publié

le

Photos Archives KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi

L'enquête du Ministère public genevois sur l'incendie qui s'était déclaré dans le centre de requérants d'asile des Tattes, à Vernier (GE), et qui avait fait un mort et de nombreux blessés, est terminée.

Quatre personnes, deux résidents du foyer et deux agents de sécurité, vont être jugées par le Tribunal de police.

Le pensionnaire algérien à l'origine du sinistre est poursuivi pour incendie par négligence. Il devra encore répondre d'homicide et lésions corporelles par négligence, tout comme les deux agents de sécurité. Ces derniers seront également jugés pour omission de prêter secours. Cette charge vise aussi le dernier accusé.

Le Ministère public a en revanche abandonné les poursuites contre l'Etat, la société de sécurité et l'Hospice général. L'information a été révélée lundi par la Tribune de Genève. Elle a été confirmée dans la journée par le porte-parole du pouvoir judiciaire genevois Olivier Francey.

L'incendie du foyer des Tattes avait marqué les esprits. Dans la nuit du 16 au 17 novembre 2014, le feu s'était déclaré dans le centre. Un requérant d'asile érythréen était mort par intoxication. Des dizaines de personnes s'étaient blessées en voulant échapper aux flammes et aux fumées.

Avec ATS Keystone.

Continuer la lecture