Rejoignez-nous

Elections

Entretien d’embauche – Willy Cretegny

Publié

,

le

Un Vaudois, vigneron, qui part dans la course au Conseil d’Etat genevois. Voilà, résumé en quelques mots, le profil de Willy Cretegny.

Il souhaite œuvrer pour une prospérité maîtrisée, garante de la protection de la terre. Son CV, atypique, a été passé au crible de Pascale Jeannet, directrice de Jeannet Associates, cabinet genevois de conseils RH.

Sa bonhomie sera-t-elle suffisante pour vous décider à l’élire à la tête de Genève ?

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Genève

Elections municipales: Meyrin et son projet Coeur de Cité

Publié

le

(Photo: KEYSTONE)

Le 15 mars, les Genevois sont appelés aux urnes pour élire leurs Conseils municipaux et administratifs. Aujourd’hui, focus sur Meyrin qui compte aujourd’hui plus de 25’000 habitants et qui fait face à une très grande croissance démographique.

Depuis cinq ans, la commune de Meyrin a vu sa population bondir de 23%. Une hausse de 4,6% a été enregistrée entre 2018 et 2019. Conséquence de cette hausse : le Conseil municipal aura deux sièges de plus pour la prochaine législature, soit 35 sièges. Pour le Conseil administratif, ils sont neuf candidats à se présenter.

L’avenir de la cité

Meyrin fait donc face à des défis en termes de densification. La zone de Cointrin est également au cœur des préoccupations, en ce qui concerne les problématiques de bruit et de pollution liés aux activités de l’aéroport. Et parmi les gros dossiers qui vont préoccuper la commune, il y en a aussi un autre : le projet Cœur de Cité. Il prévoit la construction d’une nouvelle mairie. Mais également un réaménagement des espaces publics dans le périmètre du Théâtre Forum Meyrin et du centre commercial Meyrin Centre. Le théâtre sera par ailleurs rénové et le parking du centre commercial enterré. Le projet se fera en deux temps. La deuxième phase prévoit la création d’un parc arborisé sur l’espace actuel du parking.

Un projet qui ne plaît pas à tout le monde

Le projet Coeur de Cité a pour objectif de créer des espaces vivants et agréables pour les habitants. Mais la rénovation du Théâtre Forum ne plaît pas à la droite. L’UDC Meyrin-Cointrin a lancé un référendum contre un crédit d’environ 3,2 millions de francs destiné à la préparation de la transformation. Selon le parti, la rénovation du théâtre ne devrait pas être une priorité. L’UDC qui a jusqu’à fin mars pour récolter les 1275 signatures requises.

Continuer la lecture

Genève

Onex face au défi du logement

Publié

le

(Photo: KEYSTONE)

Alors que les élections municipales approchent à grands pas dans le canton de Genève, nous nous penchons sur les thématiques importantes des différentes communes. Aujourd’hui, la commune d’Onex. Avec ses 19’000 habitants, elle fait partie des plus grandes communes du canton. Et comme pour beaucoup de villes, la question du logement fait partie des défis pour les prochaines années.

Pour pallier le manque de logement, des projets d’aménagement sont en cours à Onex : celui des Moraines du Rhône ou celui des Ormeaux. Des nouveaux quartiers, avec des nouveaux logements et des espaces et équipements publics. Mais pour Denis Pasche, président de l’AHOC, l’Association des habitants Onex-Cité, ils ne résoudront pas tout. Créer des tours par exemple en densifiant en permanence, n’est pas forcément le chemin à prendre. Denis Pasche.

Denis Pasche Président de l'AHOC

Onex est également touchée par les inégalités. Selon le rapport du CATI, le Centre d’Analyse Territoriale des Inégalités, la Cité-Nouvelle d’Onex présente à la fois la population résidente la plus élevée du canton et cumule de fortes inégalités. Un constat qui s’explique selon Denis Pasche, sans toutefois être alarmant.

Denis Pasche Président de l'AHOC

Dans l’ensemble, Denis Pasche estime qu’il fait bon vivre à Onex. Il s’exprime en tant que résident, mais également en tant que président de l’AHOC, lui qui côtoie donc les habitants lors des activités que propose l’association. Mais il y a tout de même une chose qui pourrait être améliorée dans la commune, selon lui.

Denis Pasche Président de l'AHOC

Les Genevois se prononceront donc le 15 mars dans les urnes. Sept candidats se présentent ou se représentent au Conseil administratif.

Continuer la lecture

Actualité

Lancy s’agrandit: le défi du lien intergénérationnel

Publié

le

Le quartier de l'Adret à Pont-Rouge

A Genève, les élections municipales approchent à grands pas. Le 15 mars les Genevois vont élire les Conseils municipaux et administratifs des 45 communes du Canton. Nous nous penchons  sur la Ville de Lancy, une commune en pleine mutation. Un défi de taille pour le bien-vivre ensemble et les liens intergénérationnels.

A Lancy de nombreux quartiers d’habitation sortent de terre au Petit comme au Grand-Lancy. L’Adret à Pont-Rouge, Surville le long de la route de Chancy, aux Semailles vers les Palettes ou encore le projet de Chapelle-Gui au-dessus de la gare de Bachet-de-Pesay.

Autant de nouveaux quartiers qui vont faire bondir le nombre d’habitants.

En 2030, la population devrait passer à 40’000 âmes, contre 33’000 actuellement, un enjeu de taille pour les futurs élus. École, crèches, espaces verts et autres infrastructures, autant de coûts auxquels la Commune va devoir faire face. 82 candidats sont en lice pour les 37 sièges du Conseil municipal. Six candidats dont deux femmes et le sortant Damien Bonfanti se présentent au Conseil administratif.

Comment conserver la convivialité et le bien-vivre ensemble dans une commune qui s’agrandit ?

Nous nous sommes adressées à l’association VIVA, qui veut dire valoriser et intégrer pour vieillir autrement. Elle s’occupe du bien-être des personnes âgées qui risquent d’être affectés par ces changements. Anne-Claude Juillerat Van der Linden est la présidente de Viva. Pour elle, il faut miser sur la vie au sein des quartiers.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de l'association VIVA

VIVA organise de nombreux projets intergénérationnels de manière régulière avec les écoles, sur cinq à six séances. Les aînés ont pu ainsi jardiner avec les élèves, faire du rap ou encore lire avec eux. Des activités qui contribuent à changer la perception de l’autre.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de l'association VIVA

Activités de mémoire

De nombreuses activités ont été organisée avec d’autres associations comme avec Lancy d’Autrefois qui s’occupe de collecter toutes les traces du passé de Lancy

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de l'association VIVA

Multiplier les contacts entre les générations serait bénéfique pour tous selon les dernières études sur le vieillissement. Anne-Claude Juillerat Van der Linden est aussi neuropsychologue et enseigne à l’Université de Genève.

Anne-Claude Juillerat Van der Linden Présidente de l'association VIVA

L’association VIVA reçoit une subvention annuelle de la Ville de Lancy. Elle compte plus de 70 membres.

 

Continuer la lecture

Actualité

Plus jeune, l’Assemblée fédérale comptera près de 40% de femmes

Publié

le

Avec 95 élues, soit 38,6% de l'Assemblée fédérale, le Parlement comptera un nombre record de femmes lors de la prochaine législature. Elles étaient 71 il y a quatre ans (29%) (archives). (©KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Avec 95 élues, soit 38,6% de l’Assemblée fédérale, le Parlement comptera un nombre record de femmes lors de la prochaine législature. Elles étaient 71 il y a quatre ans (29%). Tous les partis principaux, sauf le PDC, ont renforcé leur représentation féminine.

Au total, l’UDC compte 59 élus, le PS 48, le PLR 41, le PDC 38, les Verts 33 et les Vert’libéraux 16. Le PBD et le PEV, qui siégeront dans le même groupe que le PDC, ont obtenu chacun trois sièges. La gauche alternative a deux représentants. Un léguiste, un membre de l’UDF et l’indépendant Thomas Minder sont aussi élus.

Le pourcentage d’élues varie fortement selon les partis. Elles sont moins d’un quart à l’UDC (23,7%) et près de deux tiers chez les Verts (63,6%). Leur part ne dépasse pas les trente pourcents au PDC, au PLR et à l’UDC alors que celle-ci grimpe à 54,7% chez les socialistes. Les Vert’libéraux sont parfaitement paritaires.

Bastions masculins

La représentation féminine connaît aussi des grandes différences au gré des cantons. Deux d’entre eux, Fribourg (55,6%) et Bâle-Campagne (75%) ont élu plus de femmes que d’hommes. Cinq (AG, BS, GE, OW, TG) sont paritaires.

A l’inverse, certaines députations comptent une écrasante majorité d’élus en complets cravates. La « palme » revient au canton du Valais, avec 90% d’élus masculins. Soleure (87,5%), Schwyz (83,3%) et Neuchâtel (83,3%) talonnent le Vieux Pays.

Légèrement plus jeune

Globalement, la moyenne d’âge de l’Assemblée fédérale (49,7 ans) diminue de 1,7 an par rapport à 2015. Les conseillers nationaux ont en moyenne 48,6 ans, les sénateurs 54,4 ans. Le rajeunissement est plus fort au National (-1,7 an) qu’aux Etats (-1 an).

Entre les Verts (44,6 ans de moyenne d’âge) et le PDC (53,9), il y a presque 10 ans d’écart. Les autres partis se situent à l’intérieur de cette fourchette: vert’libéraux (48,3), PS (49,6), UDC (49,9) et PLR (51,2).

C’est cependant au sein des libéraux-radicaux qu’on trouve le plus jeune élus, avec le Zurichois Andri Silberschmidt (25 ans). Le doyen est le Vaudois Jean-Pierre Grin (UDC), 72 ans.

Singularité verte

L’écart est même plus fort à la Chambre des cantons où les Verts affichent un âge moyen de 41,6 ans, soit bien moins que le PS (59 ans), l’UDC (58 ans) et le PDC (58 ans). Avec 51,3 ans en moyenne, le PLR se situe entre les deux.

Les écologistes présentent un paradoxe. Alors que le Conseil des Etats est en moyenne cinq ans plus vieux que le National, les sénateurs verts sont eux 3,5 ans plus jeunes que leurs homologues de la Chambre du peuple.

Des grandes différences d’âges séparent les vingt-six députations cantonales. Les électeurs d’Appenzell Rhodes-Extérieures ont opté pour la jeunesse: leurs représentants ont une moyenne d’âge de 40,1 ans, soit cinq années de moins que ceux du canton de Neuchâtel, qui emmène un peloton de 22 cantons allant de 47,5 ans (Berne) à 56 ans (Soleure).

Le Valais (48,3), Genève (49,5), Fribourg (50,7) et Vaud (51,1) sont dans un mouchoir de poche. Détachés, les élus jurassiens (60,4 ans) et schaffhousois (60,5 ans) sont nettement plus grisonnants.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Levrat (PS) réélu et Gapany (PLR) élue

Publié

le

La PLR Johanna Gapany a devancé son adversaire direct, le PDC sortant Beat Vonlanthen, de 158 suffrages. (©KEYSTONE/ANTHONY ANEX)

Après des heures d’attente, suite à un problème informatique, Fribourg peut fêter l’élection de la première femme représentant le canton au Conseil des Etats. La PLR Johanna Gapany prend le siège du sortant PDC Beat Vonlanthen. Christian Levrat est arrivé en tête.

Le deuxième tour de l’élection au Conseil des Etats a finalement connu son dénouement dimanche à 21h15. Dans un bâtiment du site Miséricorde de l’Université de Fribourg, en présence d’une dizaine de journalistes et d’un député au Grand Conseil, la Chancellerie de l’Etat de Fribourg a proclamé les résultats, au bout du suspense.

Le PS sortant Christian Levrat (49 ans) et Johanna Gapany (31 ans) ont obtenu la majorité relative et sont donc élus, a fait savoir la chancelière Danielle Gagnaux-Morel. La journée électorale a souffert, irritant plus d’un politique, de problèmes informatiques, dès après 13h00, qui ont retardé la publication des résultats.

Petit écart

Christian Levrat et Johanna Gapany (PLR) ont obtenu respectivement 38’337 et 31’122 suffrages. Les deux Gruériens devancent le troisième candidat, le Singinois Beat Vonlanthen (62 ans), qui termine avec 30’964 suffrages, soit 158 suffrages derrière Johanna Gapany. L’ancien conseiller d’Etat siégeait à Berne depuis 2015.

Pour Johanna Gapany, qui a créé la surprise, le succès vient récompenser une solide campagne électorale, comme l’ont relevé les dirigeants du PLR fribourgeois entre les deux tours. Avec ses 31 ans, elle devient la benjamine du Conseil des Etats, en étant un peu plus jeune que la Verte genevoise Lisa Mazzone, élue aussi dimanche.

Johanna Gapany possède une formation d’économiste d’entreprise. Elle est députée au Grand Conseil fribourgeois et conseillère communale dans sa ville de Bulle. Elle formera le nouveau tandem avec le président du Parti socialiste suisse Christian Levrat, qui siège à la Chambre des cantons depuis 2012.

Levrat devant

Ce dernier, arrivé nettement en tête du 2e tour, à l’instar du 1er tour où il avait devancé Beat Vonlanthen de plus de 13’000 suffrages, s’est dit très satisfait de sa réélection, en ralliant l’Université de Fribourg en fin d’après-midi. « Je me réjouis de continuer », a précisé le citoyen de Vuadens.

Christian Levrat a souligné la marque de confiance des électeurs fribourgeois, ce qui lui permet de poursuivre son travail. « La législature s’annonce passionnante, après quatre ans où l’on n’a pas traité les dossiers les plus importants », a-t-il ajouté pour montrer sa motivation.

Johanna Gapany, face à l’incertitude entourant le dénouement de l’élection, a rejoint le chef-lieu de la Gruyère dès la fin de l’après-midi. Elle a été fêtée par les siens dans un café de Bulle. « C’est une grande reconnaissance, mais aussi une grande responsabilité », a-t-elle réagi dans une vidéo publiée sur le site de La Liberté.

Le PDC demande un recomptage

Quant à Beat Vonlanthen, il a quitté Fribourg en même temps pour se rendre à Niedermuhren, en Singine. La défaite est amère pour celui qui, il y a quelques semaines à peine, était donné comme relativement facilement réélu pour un nouveau mandat sous la Coupole fédérale. Les Fribourgeois ont ainsi confirmé la poussée en faveur des femmes.

Le taux de participation s’est élevé à 37,1% dimanche, contre près de 43% au 1er tour il y a trois semaines.

« Devant les graves problèmes rencontrés lors du dépouillement, le parti démocrate-chrétien s’interroge quant à la validité du processus électoral relatif à ce deuxième tour des élections fédérales. (…) Le PDC demande un recomptage », a fait savoir en fin de soirée le parti dans un communiqué.

La Chancellerie a assuré que les chiffres avaient été vérifiés et revérifiés.

 

Source / ATS.

Continuer la lecture

Willy Cretegny

Publié

,

le

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Le monde de demain: le train supersonique du futur

Publié

le

Photo: Swisspod

Le train du futur se dessine en Suisse. C’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Ou peut-être plutôt le monde d’après demain… Imaginez un train qui avalerait les 250 km séparant Genève de Zurich en seulement 17 minutes et pour un coût énergétique calculé de 6 francs par passager. Une révolution en comparaison aux 3 heures nécessaires aujourd’hui en voiture ou même aux 2H40 en train. Bienvenue dans la mobilité du futur imaginée par Swisspod, une jeune pousse biberonnée à l’Ecole polytechnique de Lausanne, et qui planche donc sur la mobilité longue distance de demain avec un projet de capsule supersonique, c’est un peu comme un train suspendu électromagnétiquement qui circulerait dans un tube dépressurisé, à la vitesse de 1200 km/h. L’idée serait de pouvoir transporter des marchandises et des personnes, jusqu’à 600 passagers par heure dans chaque sens de Genève à Zurich avec un départ toutes les 3 minutes.

Où en est-il ce projet de train en lévitation à très très grande vitesse ? 

A l’origine, c’est un concours annuel lancé par le patron de Tesla et de SpaceX, Elon Musk. C’est désormais une initiative relayée par la Commission européenne qui vise à accélérer le déploiement de ces trains supersoniques à travers le vieux continent et à laquelle s’est donc associée l’entreprise Swisspod. En Suisse, on s’attelle pour l’heure à mettre au point un prototype de capsule pour une commercialisation espérée pour 2025. Sans parler toutefois de la construction des tunnels. La prochaine étape, ce sera déjà de lever de fonds pour mettre en place une phase de tests. Une autre source de financement est lancée, Swisspod propose une opération de crowdfunding sur son site web. Moyennant quelques centaines ou dizaines de milliers de francs vous pouvez inscrire votre nom sur la 1ère capsule ou en financer le prototype. Une manière de prendre le train en marche… Attention, il passe vite. 

 

Continuer la lecture

Actualité

Pas question pour Pierre Maudet de démissionner pour l’instant

Publié

le

Il ne démissionnera qu’en cas de condamnation.
Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet s’est exprimé ce mercredi concernant la procédure du Minsitère Public genevois. Pierre Maudet qui a l’intention de se défendre, il s’est déclaré satisfait de l’intention de Ministère public de classer le volet Manotel de l’affaire.

« Il y a la reconnaissance que dans une bonne partie du dossier il n’y a rien », a souligné le conseiller d’Etat PLR. Le soulagement viendra quand je pourrais constater que je suis acquitté », a-t-il ajouté. Les avocats du magistrat Fanny Margairaz et Grégoire Mangeat plaideront l’acquittement plein et entier lors d’un éventuel procès.

Selon M.Maudet, l’annonce mercredi par le Ministère public de son intention de renvoyer en jugement les protagonistes de l’affaire ne change rien à son statut, « si ce n’est qu’il est fondamentalement allégé », a-t-il précisé. « Je me félicite que la justice puisse bientôt trancher ». Une étape où il pourra aussi se défendre.

Car selon les avocats du magistrat, l’instruction a été menée presque exclusivement à charge. L’accusation qui reste, soit le voyage controversé à Abou Dhabi en 2015, demeure « faible et la thèse est fragile », a souligné M.Mangeat. Quant au sondage reproché à l’élu, il relève du règlement de l’activité politique pour l’avocat.

Mercredi, Pierre Maudet a aussi affiché sa volonté de se constituer partie plaignante dans la procédure concernant le conseiller municipal PLR Simon Brandt, un de ses proches. Simon Brandt a porté plainte pour abus d’autorité après avoir été arrêté par la police et interrogé par le Ministère public, estimant avoir été maltraité.

Dans cette affaire, la cible était en réalité Pierre Maudet, a expliqué l’avocate du conseiller d’Etat Yaël Hayat, qui a été chargé de porter ce dossier. Le but de l’arrestation de Simon Brandt était d’extraire « des informations concernant un autre ». Il y a un « sentiment de détournement ».

Source ATS

Continuer la lecture

Actualité

Coronavirus: Berne rend les masques obligatoires dans les transports publics en Suisse

Publié

le

Les voyageurs des transports publics devront dès lundi porter un masque dans toute la Suisse, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Les voyageurs en provenance des régions à risque devront se mettre en quarantaine durant dix jours.

Depuis que le Conseil fédéral a levé la plupart des mesures visant à lutter contre le coronavirus, la fréquentation des transports publics a pris l’ascenseur. Dès lors, il est souvent difficile d’y respecter la distance prescrite.

Le Conseil fédéral a décidé de renforcer les mesures de protection et pris la décision de principe d’introduire l’obligation générale de porter le masque dans tous les transports publics. Ainsi, à compter du lundi 6 juillet, les personnes de 12 ans et plus devront porter un masque dans les trains, les trams et les bus, ainsi que dans les remontées mécaniques, les téléphériques et les bateaux.

Recommandé par les experts

Le port du masque dans les transports publics est déjà vivement recommandé aux heures de pointe, mais cette prescription n’est guère suivie. La décision du Conseil fédéral répond aux recommandations des spécialistes et aux souhaits de plusieurs cantons.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) recommandent également de porter un masque lorsque la distance nécessaire ne peut être respectée.

Quarantaine

Depuis mi-juin, le nouveau coronavirus a connu une recrudescence en Suisse après l’arrivée de personnes infectées en provenance de l’étranger. Dès lundi, toute personne franchissant la frontière depuis certaines régions doit se mettre en quarantaine durant dix jours. L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) tient une liste des régions en question, qu’il actualise régulièrement.

Les personnes concernées seront informées de façon ciblée dans les avions, les autocars et aux frontières. Une fois entrées en Suisse, elles doivent s’annoncer auprès des autorités cantonales. Les compagnies d’aviation et d’autocars devront par ailleurs refuser d’embarquer les voyageurs malades.

Pas d’entrées de la Serbie

La Suisse suivra presque toutes les recommandations de l’UE pour lever des restrictions d’entrée concernant 15 pays. Mais seulement à compter du 20 juillet, et pas pour la Serbie, a encore décidé le gouvernement.

L’Algérie, l’Australie, le Canada, la Corée du Sud, la Géorgie, le Japon, le Maroc, le Monténégro, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Thaïlande, la Tunisie et l’Uruguay ainsi que la Bulgarie, Chypre, la Croatie, l’Irlande et la Roumanie seront retirés de la liste des pays à risque. La Chine aussi si la réciprocité est garantie pour les personnes en provenance de Suisse.

Continuer la lecture

Actualité

Trafic aérien: les voyageurs victimes d’annulations de vols réagissent

Publié

le

Les annulations de vols commencent à faire réagir les voyageurs helvétiques, selon la Fédération romande des consommateurs. La FRC déplore le manque de transparence des compagnies aériennes. Elle réclame que les transporteurs informent plus rapidement, surtout sur les vols retour. 

Vous deviez voyager de Genève à Alicante le 7 juillet et votre vol est annulé? Eh bien vous n’êtes pas le seul. Ils sont nombreux les voyageurs qui ont vu leur réservation annulée au dernier moment avec une seule explication, le Covid-19. Or plusieurs compagnies qui opèrent à l’aéroport de Genève ont annoncé la reprise de leurs activités le 15 juin. D’où l’incompréhension des voyageurs. Valérie Muster, elle est juriste à la FRC.

Valérie Muster Juriste à la Fédération romande des consommateurs

Même les informations diffèrent que l’on soit sur le site ou sur l’application d’après la FRC. Le vol est tour à tour annulé ou complet. Y a-t-il un ordre de priorité ? Est-ce que les vols anciens seraient plus facilement annulés ? Une certitude: l’incertitude.

Valérie Muster Juriste à la Fédération romande des consommateurs

Vol retour problématique

La FRC s’inquiète surtout d’une annulation du vol retour. Que faire lorsque vol de l’aller annulé mais pas le vol de retour ? Cela crée de nombreuses inconnues qui ne sont pas bonnes pour la reprise économique.

Valérie Muster Juriste à la Fédération romande des consommateurs

Indemnités d’annulation

Le fait que les vols soient annulés 15 jours avant n’est pas un hasard et pas seulement à cause de l’évolution du Covid, selon la juriste de la FRC.

Valérie Muster Juriste à la Fédération romande des consommateurs

Un délai minimum de 14 jours doit être respecté si la compagnie veut éviter l’indemnisation qui va de 250 euros à 600 euros selon la destination.

La politique d’annulation ne dépendrait pas du prix du vol. Si l’on a payé 36 francs un vol en novembre 2019, on peut reprendre un vol sans payer de supplément en cas d’annulation, même si actuellement les tarifs sont bien plus élevés.

La réponse d’EasyJet et de SWISS

Contacté, EasyJet a répondu que depuis le retour de la demande clients et la levée des restrictions dans toute l’Europe, la compagnie a pu reprendre un petit nombre de vols. Il devrait être augmenté dans les semaines à venir. Des annulations sont cependant possibles avertit EasyJet, qui assure que les clients sont informés dans les meilleurs délais afin qu’ils puissent demander un transfert vers un autre vol gratuitement, obtenir un bon d’échange pour la valeur de leur réservation ou obtenir un remboursement via le formulaire en ligne. EasyJet a avancé sa date de mise en vente du programme hiver-printemps 2021 pour que les clients puissent reporter leur vol jusqu’au 4 mai 2021.

La compagnie confirme que les deux vols « aller et retour » sont dissociés, d’où le décalage en cas d’annulation. En revanche, pour les passagers dont le vol retour a été annulé alors qu’ils se trouvent déjà sur leur lieu de vacances, la compagnie les transfère sur le prochain vol disponible et couvre les frais d’hébergement, de bouche et autres frais indispensables au cas par cas. EasyJet renvoie à son site web « Covid Help Hub » .

Quant à SWISS, la compagnie indique concernant ses annulations que la situation est extrêmement dynamique. Il peut arriver qu’un pays ouvre d’abord son aéroport puis le ferme à nouveau après quelques jours ou semaines. La compagnie ne peut pas entièrement exclure qu’un vol ne puisse pas être effectué comme prévu. Les passagers des vols annulés peuvent se faire rembourser leur billet ou modifier leur réservation sans frais. Depuis le mois de juin, SWISS couvre 15 à 20% des dessertes initialement prévues. Elle va monter en puissance cet été et d’ici octobre, elle devrait atteindre le 40% de sa capacité pour plus de 85% des destinations mondiales desservies.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Forte augmentation des contaminations au Covid-19 en 24 heures

Publié

le

La pandémie de coronavirus reprend de l’ampleur en Suisse.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé mercredi 137 nouvelles infections au Covid-19 lors des dernières 24 heures.

Le nombre de nouvelles infections a plus que doublé par rapport à mardi, où la Suisse avait enregistré 62 nouveaux cas, contre 35 lundi et 62 dimanche. Le nombre total de cas de Covid-19 confirmés en laboratoire s’élève à 31’851.

L’OFSP a décompté 437 nouvelles infections sur les sept derniers jours. L’incidence se monte à 371,1 cas pour 100’000 habitants.

Un nouveau décès a été annoncé mercredi, ce qui porte le total à 1685. Les hospitalisations sont au nombre de 4042, soit six de plus que la veille.

Quant aux tests, 583’928 ont été effectués depuis le début de la pandémie, dont 6,5% étaient positifs. En 24 heures, le personnel soignant a effectué 11’264 tests et 53’214 ces sept derniers jours.

Avec ATS.

Continuer la lecture