Rejoignez-nous

Elections

Entretien d’embauche – Willy Cretegny

Publié

,

le

Un Vaudois, vigneron, qui part dans la course au Conseil d’Etat genevois. Voilà, résumé en quelques mots, le profil de Willy Cretegny.

Il souhaite œuvrer pour une prospérité maîtrisée, garante de la protection de la terre. Son CV, atypique, a été passé au crible de Pascale Jeannet, directrice de Jeannet Associates, cabinet genevois de conseils RH.

Sa bonhomie sera-t-elle suffisante pour vous décider à l’élire à la tête de Genève ?

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

E.Stauffer vise C.Amaudruz et le Groupe Mutuel

Publié

le

Eric Stauffer accuse sur Radio Lac. Le candidat PBD – Genève d’abord s’est interrogé sur “les rapports entre la famille Amaudruz et le groupe Mutuel”.

Ce sont plus particulièrement les liens entre le groupe Mutuel et le groupe Minoteries SA, dont Céline Amaudruz est administratrice qui interpellent. Eric Stauffer était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20.

« J’ai une question à poser à Céline Amaudruz c’est qu’elle vienne expliquer devant la population genevoise quels sont les rapports de la famille Amaudruz avec le groupe Mutuel. Pourquoi le groupe Mutuel dans lequel la famille Amaudruz est très impliquée dans le Conseil d’Administration, dans les décisions, dans les investissements (…) pourquoi le groupe Mutuel investit 11,13 % dans une société familiale des Amaudruz le groupe Minoteries SA, où Céline Amaudruz est au membre du Conseil d’Administration. Pourquoi l’argent des assurés du groupe Mutuel sert à financer l’entreprise de la famille Amaudruz. J’aimerais bien que l’UDC Genève vienne expliquer aux électeurs, aux Genevois, aux familles qui n’arrivent plus à boucler leur budget pour cause de primes maladies exorbitantes. »

Contactée, Céline Amaudruz nous a répondu, par écrit. Elle rappelle que « le groupe Minoteries SA est une société cotée en bourse, dont les actions sont sur le marché et soumis à surveillance ». Les actionnaires sont également connus. « Le Groupe Mutuel juge, seul, dans quelles sociétés suisses, il souhaite investir. Dès lors qu’il détient des actions des Minoteries, je peux y voir la reconnaissance du fait que les Minoteries sont administrées de manière efficace car on imagine mal le Groupe Mutuel acquérir des actions d’une société qui perd de l’argent. »  

De son côté, le Groupe Mutuel, via Loïc Mühlemann, son responsable communication, assure, par écrit que « aucun membre de la famille Amaudruz ne figure au Conseil d’Administration ou au Conseil de Fondation du Groupe Mutuel et la famille Amaudruz ne possède aucun lien direct avec les dirigeants actuels du Groupe Mutuel. Les placements financiers du Groupe Mutuel répondent à une stratégie basée sur la performance de ceux-ci et correspondent totalement aux exigences légales. » 

Intégralité de l’interview d’Eric Stauffer, à retrouver, dans notre dossier spécial Destination Berne.

 

Continuer la lecture

Actualité

Pas d’ouverture prolongée des magasins le samedi à Nyon

Publié

le

Les Nyonnais ne veulent pas d'une extension des heures d'ouverture des magasins le samedi (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les magasins ne resteront pas ouverts une heure plus tard le samedi à Nyon. Les électeurs ont refusé dimanche à 52% des voix une extension à 19h00.

Après une campagne animée, qualifiée même d' »agressive » par le syndic Daniel Rossellat, les Nyonnais ont tranché: le nouveau règlement communal sur les jours et heures d’ouverture et de fermeture des commerces a été refusé par 2529 non contre 2258 oui. La participation a atteint 36,04%, a annoncé la ville.

Concurrence déloyale

La municipalité a pris acte « avec regret » de l’issue du scrutin. « Ce non est une défaite du dialogue, un résultat qui risque malheureusement de cristalliser les positions », a déclaré le syndic, cité dans un communiqué.

C’est – dit-il – une « mauvaise nouvelle » pour le commerce nyonnais qui doit faire face à la « concurrence déloyale » des commerces des communes avoisinantes et de France voisine, qui bénéficient d’horaires plus étendus. Sans oublier le commerce en ligne.

Renouer le dialogue

Il rappelle que cette extension de l’horaire s’accompagnait d’améliorations des conditions de travail, comme la généralisation des cinq semaines de vacances, un congé maternité de 16 semaines payées à 80% et un congé de naissance ou d’adoption de cinq jours. La municipalité a demandé aux partenaires sociaux de renouer le dialogue dans les meilleurs délais, et a proposé ses bons offices.

Le nouveau règlement – désormais recalé – répondait à une demande de la Société industrielle et commerciale de Nyon (SIC). Il avait été assez largement approuvé par le Conseil communal en avril.

Référendum

Mécontent du texte, le comité « Touche pas à mon samedi », composé de représentants du syndicat Unia, du personnel de vente, du PS, des Verts et du POP, avait lancé un référendum. A ses yeux, le résultat de la votation montre que la « population est attachée au respect des conditions de travail du personnel et soutient le commerce de proximité. Car l’extension aurait profité avant tout aux grandes surfaces ».

Le tourisme d’achat et le commerce en ligne présentent des défis importants pour de nombreux secteurs du commerce de détail. Mais les solutions à adopter ne doivent pas consister uniquement à étendre les horaires, expliquent les référendaires dans un communiqué.

Les partis membres du comité référendaire promettent de s’engager au Conseil communal pour que la municipalité mette en place « des mesures réellement utiles ». Ils citent notamment un renforcement de l’animation et une accessibilité « intelligente » du centre-ville ainsi que le soutien à un réseau de petits commerces.

Source : ATS

Continuer la lecture

Actualité

Nombre de candidatures record pour le Conseil National

Publié

le

Cette nette progression est notamment imputable aux femmes, souligne la Chancellerie. La proportion de candidates dépasse les 40%. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Un nombre record de 4652 candidats se présentent à l’élection du Conseil national prévue le 20 octobre, selon les chiffres officiels fournis lundi par la Chancellerie fédérale. La hausse est de 20% par rapport au précédent scrutin.

Cette nette progression est notamment imputable aux femmes, souligne la Chancellerie. La proportion de candidates dépasse les 40%. Dans quasiment tous les cantons, le nombre de femmes a connu une augmentation plus forte que celui des candidats.

Le candidat le plus âgé a 88 ans alors que la plus jeune entrera dans sa majorité le 19 octobre, soit la veille du scrutin.

Le nombre de listes déposées a également fortement augmenté. Il passe de 422 en 2015 à 511 en 2019. Il s’agit de la plus forte progression enregistrée depuis 1971.

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

La 5e Suisse veut le e-voting pour 2023

Publié

le

Cette année, le congrès des Suisses de l'étranger se tient à Montreux (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les Suisses de l’étranger veulent pouvoir voter électroniquement aux fédérales de 2023 et sont préoccupés par les relations entre la Suisse et l’Union européenne. Réunis en congrès annuel à Montreux (VD), ils ont largement adopté deux résolutions en ce sens vendredi.

Les élections fédérales de cet automne approchent et les Suisses de l’étranger ne digèrent toujours les arrêts des systèmes de vote du canton de Genève, de La Poste et la suspension du vote électronique au niveau fédéral pour des arguments de sécurité. Ils sont déçus de constater qu’aucun canton ne proposera cet instrument de vote pour ces élections.

Vendredi, les délégués de leur Conseil, au nombre de 98, ont ainsi très largement accepté une résolution pressant les autorités à agir, indique un communiqué. A leurs yeux, le vote électronique est un instrument « essentiel » pour exercer leurs droits démocratiques. Et de rappeler qu’ils sont nombreux à recevoir le matériel de vote des jours, voire des semaines après la tenue du scrutin.

Pas de paralysie

« Seul le vote électronique garantit que toute la Cinquième Suisse puisse voter », souligne le texte. Et hors de question pour les Suisses l’étranger de patienter longuement avant qu’un système fiable soit mis en place.

Ils tiennent à pouvoir utiliser l’e-voting aux élections fédérales de 2023, et attendent du Conseil fédéral qu’il prenne le leadership dans ce dossier et en assure le financement. Quant aux cantons qui n’ont pas de législation autorisant l’e-voting, ils sont appelés à s’adapter en vue de la même échéance.

Autre sujet d’actualité: l’accord-cadre entre la Suisse et l’Union européenne (UE). Le Conseil a adopté à une écrasante majorité une résolution sur le sujet. Le texte rappelle qu’ils sont 458’000 Helvètes à vivre au sein de l’UE, que leur présence au sein de ses pays membres « représente une chance pour la Suisse » et que l’évolution des relations entre les deux partenaires les inquiète.

Cinquième Suisse

Le congrès annuel des Suisses de l’étranger, qui se tient encore samedi à Montreux, se veut une plate-forme d’échanges et de réflexion offrant un regard international sur des sujets d’actualité touchant la Suisse. Aujourd’hui, environ 760’000 Suisses vivent à l’étranger et tous ont le droit de vote et d’éligibilité. Pour ce faire, ils doivent être inscrits dans le registre électoral d’une municipalité: 175’000 d’entre eux l’ont fait.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Le PLR Genève ouvre la campagne des fédérales

Publié

le

Alexandre de Senarclens, un des visages de la campagne estivale du PLR

Un été sans politique à Genève ? Le PLR décide de surfer sur la période estivale pour séduire les électeurs.

Les figures du PLR affichent des visages souriants dans les rues en souhaitant « un bon été » aux Genevois. Une campagne d’affichage non dénuée d’intentions électorales puisqu’on peut lire en petites lettres « Election au Conseil National le 20 octobre ». Même si cette communication semble véhiculer un message chaleureux et sans argument politique, la motivation est simple : sortir de la crise de l’hiver dernier au coeur des déchirements de l’affaire Maudet et montrer en apparence une famille politique unie et tournée vers son avenir.

Selon Olga Ciesco, spécialiste de la communication non verbale et étrangère à la politique genevoise, le résultat est plutôt réussi mais un regard direct aurait été préférable pour marquer les esprits.

Olga Ciesco Spécialiste de la communication non verbale

C’est une bonne affiche pour redorer le blason du PLR

Même en dehors des rangs du PLR, on salue un beau coup de communication. La période politique estivale habituellement molle est subitement réveillée par un message consensuel destiné à préparer le terrain de la campagne qui débutera fin août. Le député UDC, Christo Ivanov estime que les électeurs ne sont néanmoins par dupes de la manoeuvre et l’impact réel de cette campagne se mesurera à la rentrée.

Christo Ivanov Député UDC

 

Continuer la lecture

Willy Cretegny

Publié

,

le

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Culture du tabac en recul en Suisse

Publié

le

La surface des plantations de tabac est en recul constant en Suisse (archives). (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les surfaces de culture du tabac en Suisse sont en recul. Le nombre de producteurs est également en diminution, même si quelques cultivateurs débutants se lancent par-ci par-là.

Le tabac est actuellement cultivé sur 398 hectares, soit près de 4 km2, selon le service d’informations agricoles alémanique (LID), qui se base sur les données de Swiss Tabac, l’organisation faîtière des cultivateurs de tabac.

En 2003, cette surface était encore de 679 hectares et en 2018, de 420 hectares. Le nombre de planteurs a également baissé: en 2019, ils étaient 155, contre 331 en 2003. Les principales cultures de tabac se trouvent dans les cantons de Vaud et de Fribourg, qui totalisent 322 hectares sur 398. Les cantons du Jura, Thurgovie, Argovie, Berne et Schaffhouse comptent également des plantations.

Travail à la main

La culture du tabac est exigeante, beaucoup se fait à la main. La récolte demande une organisation intense, explique Francis Egger, de l’Union suisse des paysans: « La période est courte et il faut engager beaucoup de personnel en raison du travail manuel ». Les plantations de tabac nécessitent également beaucoup de savoir-faire et un sol adéquat.

Le recul de la production de tabac est dû à la diminution des exploitations agricoles en général et à la baisse observée pour d’autres cultures particulières, poursuit Francis Egger. Il existe toutefois encore des planteurs qui se lancent. M.Egger ne croit en revanche pas que les campagnes anti-tabac ou les cigarettes électroniques incitent les cultivateurs de tabac à jeter l’éponge.

Au vu de leur petite part de marché, cette évolution n’a guère d’importance pour les cultivateurs helvétiques. « Le tabac suisse couvre 4% de la demande indigène », explique M.Egger. Selon lui, le revenu d’une exploitation de tabac est de 4000 à 7000 francs par hectare. Une ferme de taille moyenne dispose d’environ trois hectares.

Après la Seconde Guerre mondiale, l’âge d’or de la culture du tabac en Suisse, le pays comptait plus de 6000 producteurs, écrit Swiss Tabac sur son site. La surface plantée était alors de 1450 hectares. Les premières plantations en Suisse ont été établies à la fin du 17e siècle au Tessin et dans la région de Bâle.

Fonds de financement

Aujourd’hui, les producteurs helvétiques obtiennent 16 millions de francs par an du fonds de financement du tabac indigène. Celui-ci est alimenté par l’impôt sur le tabac et les groupes cigarettiers qui achètent du tabac suisse. Les cultivateurs de tabac ne reçoivent plus de subventions fédérales depuis 1993.

Par paquet de 20 cigarettes vendu, 2,6 centimes vont au fonds de financement et 2,6 centimes au fonds de prévention du tabagisme. La part de marché du tabac suisse est minime: le taux d’auto-approvisionnement en tabac indigène était de 3,2% en 2015, selon les données de Swiss Cigarette.

Continuer la lecture

Football

Deux adversaires pour Servette : le gazon et Saint-Gall

Publié

le

Steve Rouiller déterminé avant le match contre Saint-Gall

Le championnat reprend ses droits après la pause de l’équipe nationale avec un double défi pour Servette dimanche (16h) au Stade de la Praille. Les Grenat devront faire face à une double opposition : la pelouse et les Brodeurs.

Défi sportif, d’abord puisque l’équipe genevoise aura fort à faire face aux troisièmes de Super League ; s’ils sont conscient de la valeur de leurs adversaires, les Servettiens doivent surtout se concentrer sur leur propre jeu pour espérer renouer avec la victoire. Cette victoire qui fuit les néo-promus depuis fin août. Etat des lieux avec le coach « grenat » Alain Geiger

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

Alain Geiger : « Le terrain est foutu depuis Liverpool ! »

Autre défi pour le onze grenat : les conditions de jeu en raison du piteux état du gazon qui a mal supporté les précipitations de ces derniers jours et la tenue du match Suisse – Irlande. Pour Alain Geiger qui s’est exprimé au sujet de l’état du terrain vendredi, Servette va devoir adopter un jeu plus direct face à Saint-Gall.

Alain Geiger Entraîneur du Servette FC

 

 

Steve Rouiller : « Gagner nos duels. »

La pelouse continue donc à poser bon nombre de problèmes aux footballeurs qui sont condamnés à évoluer dessus. Cette surface de jeu pâtit d’une maintenance extrêmement compliquée qui nécessite traitements de longue durée et entretien méticuleux. Gare au moindre impair dans le suivi : les conséquences sont immédiates et les remèdes prennent du temps à faire effet. Principaux utilisateurs, les joueurs ne peuvent que constater les dégâts ! Si le défenseur central Steve Rouiller déplore autant que son entraîneur les conditions de jeu avec lesquelles lui et ses coéquipiers doivent composer, il fait contre mauvaise fortune bon cœur.

Steve Rouiller Défenseur central du Servette FC

 

 

 

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

L’accord sur le Brexit discuté à Westminster

Publié

le

Le Parlement britannique a commencé à siéger pour une séance exceptionnelle entièrement consacrée à l'accord de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, prévue le 31 octobre. (©KEYSTONE/EPA UK PARLIAMENTARY RECORDING UNIT/UK PARLIA)

Le Parlement britannique a commencé à siéger samedi matin pour une séance exceptionnelle entièrement consacrée à l’accord de sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, prévue le 31 octobre.

Les députés devraient voter dans l’après-midi sur le deal révisé conclu in extremis jeudi entre Londres et Bruxelles. Le résultat s’annonce extrêmement serré, lors de cette première séance à se dérouler un samedi depuis la guerre des Malouines il y a 37 ans.

« Il est temps que la Chambre des Communes rassemble ce pays » en soutenant l’accord conclu avec les Européens, a déclaré le Premier ministre Boris Johnson, avant l’entame du débat. « Le parlement a aujourd’hui une chace historique de réaliser le Brexit. (…) Un Brexit réel! », a-t-il insisté.

Le dirigeant conservateur a ensuite défendu point par point le texte élaboré par les négociateurs britanniques et européens. Tout nouveau report serait « inutile, coûteux et destructeur », selon lui.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Violences et scènes de chaos à Barcelone

Publié

le

La police a répondu aux lancers de pierres des manifestants par des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes. (©KEYSTONE/EPA EFE/TONI ALBIR)

De violents affrontements entre militants indépendantistes radicaux et forces de l’ordre ont provoqué des scènes de chaos vendredi soir à Barcelone. Les heurts ont éclaté après une manifestation pacifique monstre contre la condamnation des dirigeants indépendantistes.

Après des heures de guerre de positions près du commissariat central entre radicaux, lançant des pierres ou des objets métalliques, et forces de l’ordre, répondant par tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogènes, les troubles se sont ensuite étendus au reste du centre-ville, ont constaté des journalistes de l’AFP.

De nombreux feux ont été allumés, notamment sur la place de Catalogne en haut des célèbres Ramblas, et des barricades élevées dans de nombreuses rues par des centaines de manifestants masqués ou casqués, criant « les rues seront toujours à nous ». La police a aussi utilisé un canon à eau à leur encontre.

Dans cette ville très prisée des touristes internationaux, la police régionale a conseillé en anglais sur son compte Twitter de « ne pas approcher » des zones du centre-ville en raison d' »actes violents et de sérieux incidents ».

Près de 500 blessés

Vers 01h00, heure suisse, la situation « paraissait plus calme », selon un porte-parole de la police régionale. Après des heurts lors du blocage de l’aéroport par plus de 10’000 personnes lundi, Barcelone avait déjà vécu des scènes de guérilla urbaine de mardi à jeudi, d’une magnitude moins importante que vendredi soir.

Nées de la frustration d’une partie de la base indépendantiste, deux ans après l’échec de la tentative de sécession de 2017, ces violences ont marqué un tournant pour le mouvement séparatiste qui s’est toujours targué d’être non violent.

Selon un bilan du ministre de l’intérieur Fernando Grande-Marlaska, avant que les violences ne s’exacerbent dans la soirée, 128 personnes ont été interpellées depuis le début de la mobilisation indépendantiste lundi, tandis que 207 policiers ont été blessés.

Au total, selon les services d’urgence, près de 500 personnes ont été blessées depuis le début de la semaine dans la région, dont 60 vendredi soir à Barcelone.

Avant que ces troubles n’éclatent, une manifestation monstre avait réuni 525’000 personnes, selon la police municipale, dans une ambiance festive, point d’orgue de la mobilisation entamée lundi contre la condamnation par la justice espagnole de neuf dirigeants indépendantistes à des peines de neuf à 13 ans de prison pour la tentative de sécession de 2017.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève-Servette s’offre un deuxième derby cette saison

Publié

le

Le gardien de Genève-Servette, Robert Mayer est mis à contribution par le Lausannois Bertschy. (©KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Genève-Servette s’est offert son deuxième derby lémanique de la saison en National League. Les Genevois ont battu 2-1 Lausanne au terme d’un match échevelé.

Depuis l’inauguration de leur nouvelle patinoire le 24 septembre, les Lausannois ont disputé onze matches en 24 jours. Un rythme de fou qui laisse des traces, surtout après leur démonstration de force mardi contre les Tchèques de Trinec qu’ils ont fini par battre au terme d’efforts colossaux.

Tout cela pour expliquer un début un peu émoussé des Vaudois. Une période qui a permis à Genève-Servette d’ouvrir le score grâce à Jeremy Wick. Le Canado-Suisse a jailli la canne à bout de bras pour surprendre Boltshauser (7e), qui avait été étonnamment préféré à Tobias Stephan.

Par la suite, le LHC a retrouvé un peu de sa superbe. Les Vaudois ont dominé la fin de la première période et surtout le tiers-temps intermédiaire. Mais un Robert Mayer absolument impeccable dans ses buts a sérieusement compliqué leur tâche.

D’autant plus que Bertschy et Jooris ont écopé d’une pénalité presque en même temps: 1’45 » à 5 contre 3 pour le meilleur jeu de puissance de la Ligue, c’était une aubaine pour Wingels et ses coéquipiers. Mais un Boltshauser attentif et un certain manque d’imagination n’ont pas permis aux Genevois de prendre le large.

Par la suite, le match s’est emballé. Les deux équipes ont connu tour à tour leur période de domination dans un derby enjoué et passionnant. Les Vaudois ont même tiré plus souvent au but que leur adversaire, mais les meilleures occasions sortaient des cannes genevoises à l’image du poteau de Maillard (31e).

La décision s’est dessinée quand Simon Le Coultre a sorti une passe en diagonale qui a complètement surpris la défense vaudoise. Winnik, parfaitement lancé, n’a laissé aucune chance à Boltshauser (49e). Un peu sur courant alternatif ces dernières semaines, les joueurs de Patrick Emond se sont un peu rassurés.

De surcroît, ils ont retrouvé leur défenseur-vedette, Henrik Tömmernes, qui a souffert pour son retour mais qui a été déjà largement utilisé par son entraîneur. Du côté de Lausanne, à l’image de Bertschy, on a beaucoup entrepris mais sans grand succès, avec un important déchet dans le jeu.

Source: ATS

Continuer la lecture