Rejoignez-nous

Emissions

Suisse-UE : l’accord-cadre s’éclaircit

Publié

,

le

Berne est en pleine période de consultation sur l’Accord cadre institutionnel négocié avec Bruxelles. Et ça ne donne pas l’impression d’être inutile.

Non, on dirait même qu’il se passe quelque chose chaque semaine dans ce dossier. Et ce qui ressort à ce stade est un peu inattendu : OK pour cet accord-cadre, mais à condition que ce soit la fin des problèmes, et non pas le début. Donnez-nous des garanties.

Oui parce que jusqu’ici, ce sont surtout les risques et les dangers de l’accord qui ont alimenté le débat.

Absolument. Le risque de vider les mesures d’accompagnement de leur sens. De devoir mettre la citoyenneté européenne sur le même plan que la citoyenneté suisse s’agissant d’assurances sociales. De se retrouver quand même en dehors des programmes européens de recherche, etc.

L’impression que les Européens ont donné ces quinze derniers mois, c’est quand même qu’ils n’arrêteraient jamais d’exiger de nouveaux alignements de la part des Suisses. Alors ce qu’on entend et ce qu’on lit actuellement, c’est qu’une proclamation d’intention bien sentie de la part de Berne et de Bruxelles suffirait pour obtenir le consentement des Suisses. De simples garanties verbales qu’il n’y aura plus de nouvelles complications, voilà ce qu’il faudrait. Ce ne devrait pas être très compliqué à obtenir.

La quasi-totalité des partis politiques, des associations professionnelles, des partenaires sociaux ne se sont pourtant pas encore prononcés.

C’est vrai, mais le ton a été donné dans le sens d’une recherche de solution. Alors il y a au moins celle-là. A laquelle il est possible de s’accrocher, même si elle fait un peu alibi. Il deviendra de plus en plus difficile politiquement de dire non à l’accord-cadre sans proposer d’alternative.

Et puis c’est apparemment déjà la solution du Conseil fédéral. Roberto Balzaretti, le négociateur en chef côté suisse, était jeudi dernier à l’Université de Lausanne. Il a dit qu’une piste pourrait être d’accompagner l’accord-cadre d’une déclaration politique conjointe des Suisses et des Européens. Nous y revoilà.

C’est aussi ce que préconise « economiesuisse ». L’organisation des grandes entreprises, en particulier exportatrices et multinationales.

Oui, « economiesuisse » a tout de suite pris position et occupe bien le terrain pendant cette longue période de consultation. Toute sa conférence de presse annuelle de la semaine dernière a porté sur ce thème, d’ailleurs.

On sait qu’economiesuisse est un peu le sanctuaire en Suisse du soumissionnisme européen qui consiste à dire oui à tout par gain de paix. Eh bien economiesuisse évoquait aussi à Zurich la nécessité de calmer l’anxiété des Suises avec une déclaration politique rassurante. Npus y re-revoilà.

Peu importe pour « economiesuisse » que cette déclaration vienne de Berne, de Bruxelles ou même d’un seul commissaire. Comme s’il s’agissait d’une simple formalité destinée à être réinterprétée à la première occasion.

C’est un peu cela le problème avec « economiesuisse ». Un problème de crédibilité. Comme tout le monde en a d’ailleurs dans ce dossier. Dire par exemple que l’enjeu de l’accord-cadre est de 20 à 30 milliards de francs, dont l’économie serait privée en cas de non-accord, ça fait quand même un peu fake news de seconde main. On ne comprend en tout cas pas très bien pourquoi economiesuisse devrait rester aussi imprécise sur des estimations aussi cruciales.

https://www.radiolac.ch/podcasts/economie-avec-francois-schaller-04022019-071339/

Actualité

Le pilote genevois Marco Gentile raconté par ses amis

Publié

le

Photo Slatkine

Fraichement publié, un livre rend hommage au célèbre pilote de moto genevois, Marco Gentile, 30 ans après son tragique accident.

Ses potes et ceux qui l’ont côtoyé retracent sa carrière, en multipliant les anecdotes, les photos et les archives dans un ouvrage qui rend hommage au pilote, un véritable lion sur les circuits, et à l’homme rieur, bon vivant et mélomane.

Eric Emery « Marco Gentile, le lion séduit avant de rugir »

« Marco Gentile, le lion séduit avant de rugir » est sorti le 3 décembre aux éditions Slatkine.

Continuer la lecture

Actualité

Découvrez Kay Jam, l’artiste local aux sonorités folk

Publié

le

Le Lausannois Kay Jam sort son premier album. Douze titres aux sonorités pop et rock. 

L’envie de faire de la musique est venue très vite à l’esprit du jeune homme. En écoutant Nirvana ou Audioslave, il décide de prendre des cours de basse dès ses 15 ans. Une basse qui l’accompagne toujours aujourd’hui, puisqu’il a composé tous les titres de son album.

Enregistré entre la Chaux-de-Fonds et Lausanne, l’album éponyme de Kay Jam propose un univers mélangeant des sonorités entre la folk et la pop. Un premier clip est sorti il y a plus d’un an, Light in the Dark, qui dévoilait l’atmosphère du projet.   

A l’occasion de la sortie de ce premier projet solo, Kay Jam était l’invité de Benjamin Smadja:

Kay Jam Artiste

Kay Jam Artiste

RIen de mieux qu’un titre en live pour vous faire une idée de l’univers de Kay Jam. Découvrez Promises :

 

Le lausannois de 28 ans a, avant son premier album, collaboré avec de nombreux artistes, comme Sim’s, Shana Pearson ou encore Stevans.  En décembre 2018, il est même la première partie du duo  Marcus Miller et Selah Sue à Genève, devant plus de 1’500 personnes.

En plus de la sortie de l’album, l’artiste a déjà des dates de prévues notamment la cérémonie d’ouverture des JOJ aux Diablerets, le 10 janvier prochain. Une date de taille qui n’effraie pas encore le jeune homme, tout comme sa date le 11 janvier 2020 à la Parenthèse de Nyon.

En plus d’être un artiste talentueux, Kay Jam est professeur de guitare et de basse dans différentes écoles de Suisse romande.

Continuer la lecture

L'invité

Charles-Antoine Courcoux, historien du cinéma

Publié

le

La Reine des Neiges 2 sort ce mercredi, sur les écrans romands. Un film qui s’annonce comme un carton d’entrées après le succès du premier volet, il y a six ans. Mais qu’est-ce qui nous plaît tant dans ces films Disney ? Charles-Antoine Courcoux, historien du cinéma à l’UNIL, était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin pour nous donner quelques éléments de réponse.

 

 

Charles-Antoine Courcoux est l’auteur de Des Machines et des Hommes, aux éditions Georg, sur les liens entre masculinité et technologie dans le cinéma américain contemporain.

 

Continuer la lecture

L'invité

La chute du Mur de Berlin racontée de l’intérieur

Publié

le

Le 9 novembre 1989 signait la chute du Berlin et avec lui, la fin de la scission de l’Allemagne en deux états. Rainer Von Schack, binational suisse et allemand a vécu cette période. Il est revenu sur ses souvenirs, avec Béatrice Rul, dans Radio Lac Matin.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Données numériques : que deviennent-elles après notre décès?

Publié

le

Alors que l’Eglise catholique honore ses Saints chaque 1er novembre, nous nous penchons sur la mort… et sur nos données en ligne. Que se passe-il, après notre décès, avec toutes les données que nous stockons et publions ? Explications de Nicolas Capt, avocat expert en droit des médias et nouvelles technologies.

Le 1er novembre, jour de la Toussaint, l’Eglise catholique honore tous les Saints. L’occasion de se pencher sur la mort à l’ère du numérique. E-mails, réseaux sociaux, photos… Toutes ces données en ligne sont stockées sur des serveurs appartenant à Google ou Facebook, par exemple. Mais que deviennent-elles après un décès et quels sont les droits des proches ? Les explications de Me Nicolas Capt, avocat au barreau de Genève, expert en droit des médias et des nouvelles technologies.

Nicolas Capt Avocat

Au troisième trimestre 2019, Facebook comptait 2,45 milliards d’utilisateurs actifs chaque mois. Chaque jour, 1,62 milliard d’utilisateurs sont actifs dans le monde. Alors comment gérer au mieux son compte Facebook ou comment les proches peuvent-ils réagir lors d’un décès ? Nicolas Capt.

Nicolas Capt Avocat

L’idéal serait donc d’anticiper et de donner des instructions quant à l’utilisation de nos données personnelles dans notre testament. Bien évidemment lorsque cela est possible. Nicolas Capt.

Nicolas Capt Avocat

Et Nicolas Capt précise encore qu’il n’existe pas de solution idéale. Les droits applicables peuvent être contradictoires et les conditions d’utilisation peuvent varier d’une plateforme à une autre. Mais ne rien faire complique considérablement la tâche des héritiers.

Continuer la lecture