Rejoignez-nous

L'invité de Radio Lac Matin

Pierre Maudet et son ex-bras droit dénoncés pénalement dans le dossier Uber

Publié

,

le

Pierre Maudet est empêtré dans de multiples affaires depuis six mois.

C’est une information Radio Lac: Pierre Maudet et Patrick Baud-Lavigne sont visés par une nouvelle dénonciation pénale à Genève. Quatre associations de taxis soupçonnent le conseiller d’Etat et son ancien bras droit Patrick Baud-Lavigne d’abus d’autorité, voire de corruption dans le dossier Uber. Elles ont saisi le Ministère public genevois jeudi.

Il faut remonter à 2015, année du voyage de Pierre Maudet à Abu Dhabi, pour comprendre la colère des chauffeurs de taxis. Le 20 juin, le département de la sécurité et de l’économie (DSE), par la voie de Patrick Baud-Lavigne, écrit à Uber pour lui annoncer qu’elle pourrait officier en toute légalité dans le canton de Genève, moyennant des aménagements. «Je vous confirme que la mise en place effective de l’ensemble des points évoqués dans votre email rend votre activité conforme à la loi sur les taxis genevoise, selon le département de la sécurité et de l’économie de Genève», écrit le chef de cabinet, selon la dénonciation pénale que nous nous sommes procurés.

Les aménagements proposés consistaient à ne plus faire usage de voitures équipées en taxi, « ce qu’elle n’avait en réalité pas réussi à réaliser de toute manière », précise la dénonciation, et de faire usage uniquement de chauffeurs disposant d’un permis professionnel et de voitures genevoises. « Ce n’était d’ailleurs que poudre aux yeux, Uber ayant poursuivi comme par le passé (et jusqu’à aujourd’hui d’ailleurs) à faire travailler pour elle des voitures venant de toutes parts et des chauffeurs sans permis professionnels genevois », poursuit le document.

Soupçons de financement de campagne

Or, vingt jours auparavant, le 20 mai précisément, la Chambre administrative de la Cour de justice genevoise avait prononcé la cessation immédiate des activités de la firme américaine. Un jugement qui sera d’ailleurs confirmé par le Tribunal fédéral le 7 janvier 2016. Mais faisant fi du verdict, le département de Pierre Maudet a continué d’autoriser Uber à travailler et cela en complète contradiction avec la position de son propre Service du commerce. Son directeur sera d’ailleurs remercié et remplacé par un proche du magistrat, Raoul Schrumpf, aujourd’hui prévenu d’abus d’autorité dans le volet de L’Escobar. Le DSE édicta même par la suite un avant-projet de loi pour modifier la loi sur les taxis en faveur d’Uber.

Ces éléments couplés à des soupçons de financement de campagne de la part du géant américain et de liens entre son CEO et Pierre Maudet (ils se seraient rencontrés en 2017 lors d’un voyage de la promotion économique genevoise en Californie), incitent les chauffeurs de taxi à faire le parallèle avec le dossier de l’ouverture express de L’Escobar. « Comment imaginer, écrivent les chauffeurs de taxis, qu’un magistrat et un haut fonctionnaire puissent passer «par-dessus» les décisions administratives d’un de leur propre service, sans un motif particulier? Comment imaginer que ces édiles puissent agir en marge d’une stricte application de la loi, mais surtout contre une décision de justice qui venait de confirmer le bien-fondé de la décision du SCom, si cela ne répondait pas à une autre motivation? »

Pierre Maudet « consterné »

Contactés, les services de Pierre Maudet estiment que le contenu de la dénonciation est « calomnieux ». « Le procédé qui consiste pour une corporation à saisir l’autorité pénale trois ans après les faits, sur la base de simples rumeurs présentées comme telles, est quant à lui parfaitement indigne, et Monsieur Maudet est consterné que cette manière de faire puisse trouver quelque écho dans la presse », concluent-ils.

L’avocat des quatre associations de taxis genevois, Me Jacques Roulet, était l’invité de Radio Lac Matin ce vendredi:

@raphaelleroy

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Soutenu par le PLR, l’UDC Pascal Dessauges se dit « le candidat du centre droit vaudois »

Publié

le

Dans le canton de Vaud, la campagne bat son plein. Le 17 mars aura en effet lieu l’élection complémentaire au Conseil d’Etat. Ils sont cinq candidats à briguer le siège laissé vacant par le socialiste Pierre-Yves Maillard. Parmi eux, l’UDC Pascal Dessauges. A noter, que, dans son combat pour retrouver une majorité de droite à l’Exécutif, le préfet du Gros-de-Vaud est soutenu par le PLR. De quoi lui faire dire qu’il est « le candidat du centre droit vaudois »:

Pascal Dessauges Candidat UDC au Conseil d'Etat vaudois

 

Continuer la lecture

Actualité

« A part quelques cas particuliers, le personnel de la Ville se porte bien »

Publié

le

La commission du personnel de la Ville de Genève subirait des pressions de la part de son employeur, selon la Tribune de Genève. Le maire Sami Kanaan réagissait ce matin sur notre antenne. L’occasion aussi pour le magistrat chargé de la culture de faire le point sur tous les projets en cours:

 

Continuer la lecture

L'invité de Radio Lac Matin

« On s’adresse aussi aux gens qui veulent des voitures économiques »

Publié

le

Le Salon international de l’automobile se tiendra à Palexpo du 7 au 17 mars. Le menu de cette 89 e édition a été présentée hier à la presse. Près de 180 exposants seront présents. Dont 34 nouveaux qui viennent combler les espaces laissés vacants par Ford, Volvo ou encore Jaguar. Pas de quoi entamer l’enthousiasme d’André Hefti, directeur du GIMS, comprenez Geneva International Motor show. On lui a notamment demandé si, à l’heure de la mobilisation mondiale en faveur du climat, un salon de la voiture ce n’était pas un peu dépassé.

L'interview d'André Hefti, directeur du GIMS

@marie_prieur

Continuer la lecture

Actualité

« On est face à des personnes vulnérables, à nous d’être professionnels »

Publié

le

La fondation romande Pro-XY soutient et relaie dans leur mission les proches aidants. Des dysfonctionnements ont été dénoncés par quatre ex-collaborateurs. De quoi inciter, la Direction générale de la cohésion sociale du Canton de Vaud à ouvrir une enquête administrative. Sophie Courvoisier, directrice de l’association Alzheimer Genève était mardi matin l’invitée de Marie Prieur:

Continuer la lecture

L'invité de Radio Lac Matin

« Dans les cafés, les gens veulent lire sur support papier, pas sur écran »

Publié

le

L'équipe de Micro en séance de rédaction. Fabien Feissli (3e à droite) est le fondateur du tri-hebdomadaire

C’est une première victoire. Hier, le journal Micro a atteint son objectif. Soit 90 000 francs récoltés grâce à une campagne de financement participatif. Cet argent va permettre de lancer ce journal tri-hebdomadaire en mai prochain. Les fonds paieront l’impression de 1000 exemplaires imprimés et livrés durant quatre mois.

Des exemplaires de Micro qui s’adressent principalement aux clients des bistrots et des cafés. Le crowfunding continue sur la plateforme « heroslocaux.ch ». L’objectif: atteindre 250 000 francs qui permettrait au titre de démarrer sereinement. Ce montant assurerait le financement des douze premiers mois du journal.

Pour en parler, Fabien Feissli, ancien du Matin et fondateur de Micro, était ce matin l’invité de la Radio Lac Matin:

Fabien Feissli Fondateur de Micro

@marie_prieur

Continuer la lecture