Rejoignez-nous

Radio Lac Matin

Les enjeux de la Conférence du désarmement à Genève

Publié

,

le

Alexandre Carette est membre du service communication de l'ONU, à Genève. Chaque mardi, il traite de la Genève internationale au micro de Radio Lac.

La Conférence a son siège ici à Genève. Elle se réunit dans une des plus belles salles du Palais des Nations, la salle du Conseil. Ou se dégage une ambiance très solennelle. Je voulais revenir sur cette institution car la Conférence a un mandat très important, surtout dans le contexte mondial actuel : puisque comme son nom l’indique elle couvre toutes les questions en matière de limitation des armes et de désarmement dans le monde. Elle est d’ailleurs la seule instance reconnue pour négocier des conventions internationales dans ce domaine. Cette instance a vu le jour en 1979 et remplace à l’époque le Comité du désarmement. Ces deux organes ont obtenu de très bons résultats à l’époque. Ils ont notamment négocié le traité de non-prolifération, un traité très important dans le domaine de la limitation des armes nucléaires ou encore la Convention qui interdit l’usage des armes chimiques.

Le problème, c’est que cette Conférence du désarmement est quasi paralysée depuis une vingtaine d’années.

Depuis presque 20 ans, elle cherche un programme de travail sur la base duquel elle pourrait continuer ses travaux. Il faut dire Philippe, que le fonctionnement de la Conférence est particulier puisqu’il repose entièrement sur le Consensus. C’est-à-dire que pour chaque décision, il faut que les 65 États membres qui composent la conférence soient d’accord. Alors c’est vrai que ce mode de fonctionnement permet d’aboutir à un Traité fort car il repose sur un accord large et massif lorsque tous les États s’entendent. Le revers de la médaille c’est qu’un seul état peut bloquer l’ensemble des travaux de la Conférence. Ce qui explique en partie la paralysie de la conférence actuelle.

Ce qui est vrai, c’est que vu le blocage de la Conférence, les négociations sur certains traités comme le futur traité interdisant la production de matières fissiles sont au point mort, en raison de divergences de points de vue. Et d’autres traités liés au désarmement adoptés récemment se sont négociés dans d’autres enceintes. C’est le cas notamment de la Convention sur les mines antipersonnel, de la Convention sur les armes à sous-munitions et du Traité sur le commerce des armes.

Malgré tout les délégations tentent toujours de trouver un consensus sur son programme de travail. Et là ce sont les présidents successifs de la Conférence qui ont un rôle de moteur à jouer. Et parfois sous l’impulsion d’un président, une nouvelle dynamique peut se mettre en en place, sans que pour l’instant l’une ait permis de relancer les travaux de la Conférence.

Les sujets à l'ordre du jour lors des réunions des membres de la Conférence

Ils discutent bien sûr des propositions mises sur la table concernant l’organisation de la Conférence mais d’une manière générale, ils profitent de cette enceinte pour commenter ou pour condamner des faits qui se sont passés dans le monde en lien avec le désarmement. Par exemple, la semaine passée, le Royaume-Uni a communiqué sur les résultats de l’enquête britannique suite à l’utilisation d’un agent chimique sur son territoire. C’est la fameuse histoire dont la presse a beaucoup parlé, de l’attaque contre un ancien espion russe et sa fille à Salisbury. Le Royaume-Uni estime qu’il s’agit là d’une attaque qui viole la Convention contre les armes chimiques. Et de nombreuses délégations ont ensuite débattu sur cette question. La Conférence a aussi longuement discuté il y a quelques mois des attaques chimiques présumées survenues en Syrie ou encore des tests balistiques opérés par la République populaire démocratique de Corée, le nom officiel de la Corée du Nord.

Les perspectives pour la Conférence les prochaines années ?

Il est difficile d’entrevoir un changement à court terme. La Présidente de la Conférence à la fin des travaux vendredi, en fin de soirée, a une nouvelle fois demandé aux États membres de tout faire pour trouver un accord sur un programme de travail lors de la prochaine session l’année prochaine. En 2019, une nouvelle fois, cette question devrait être au centre des débats.

Alexandre CaretteGenève internationale

Actualité

6 Minutes avec Christian Dandrès, conseiller national socialiste

Publié

le

La réforme de l’AVS avance aux chambres fédérales. Le Conseil des Etat a accepté l’allongement du départ à la retraite à 65 ans pour les femmes, mais aussi de relever la TVA à 8,1%. Mais il reste plusieurs divergences entre les deux chambres: notamment celle concernant le recours à la Banque nationale pour financer une partie de l’AVS. Des mesures qui ne convainc pas le conseiller national socialiste, Christian Dandrès, pour qui "on reste très loin du compte (...) les femmes auront toujours des salaires et des retraites qui sont inférieurs à celles des hommes et ce sont à ces problèmatiques là qu'il faut répondre alors que le débat se cristallise autour de ces mécanismes de compensation qui seront limités dans le temps".

Autre point d'achoppement pour Christian Dandrès, la suppression de l'âge légal de la retraite: "jusqu'à 70 ans pour compenser des retraites insuffisantes. On tient pas compte du fait que nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne par rapport à l'espérance de vie, si vous avez un travail stressant"

Une grande manifestation est déjà annoncée pour samedi, à Berne, pour dire non à cette réforme "AVS 21". L'objectif est de montrer que "la population n'est pas d'accord avec l'augmentation de l'âge de la retraite des femmes (...) alors qu'on a des pétitions, que des manifestations ont été faites (...) c'est impensable de revenir trois fois sur cette question".

Le conseiller national, Christian Dandrès, était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

 

Continuer la lecture

L'invité

Frédéric Esposito, directeur du Bachelor en relations internationales au Global Studies Institute

Publié

le

Les Etats-Unis s'apprêtent à commémorer les 20 ans des attentats du 11 septembre. Près de 3000 morts dans ces attaques simultanées, des avions s'écrasant dans les tours du World Trade Center, le Pentagone et dans un champ en Pennsylvanie. Frédéric Esposito, directeur du Bachelor en relations internationales au Global Studies Institute, était invité de Béatrice Rul, à 7h35, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

Radio Lac Matin

Radio Lac Matin en direct du Met Rooftop de l'hôtel Metropole !

Publié

le

Pour clôturer cette saison en beauté, toute l'équipe de Radio Lac Matin était en direct du MET Rooftop de l'hôtel Metropole à Genève ce jeudi 1er juillet.

 

L'été démarre bien sur Radio Lac.

Notre antenne passe à l'heure d'été à partir de lundi et pour vous mettre dans l'ambiance, nous étions ce matin en direct du magnifique MET Rooftop de l'hôtel Métropole.

Nos auditeurs étaient au rendez-vous pour passer un moment avec nous et partager le petit-déjeuner sur la jolie terrasse du Metropole avec une vue imprenable sur le lac.

De nombreux invités sur Radio Lac pour notre matinale en direct du MET Rooftop.

Sébastien Morand était notre premier invité de cette matinée pour nous parler de Cheetah Experience. Il nous a raconté son expérience en tant que volontaire au sein de cette initiative, dans une réserve en Afrique du Sud qui oeuvre pour la préservation des guépards dans cette région.

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopSébastien Morand nous parle de Cheetah Experience - partie 1
Radio Lac Matin en direct du MET RooftopSébastien Morand nous parle de Cheetah Experience - partie 2

 

Avec le cadre proposé par le MET Rooftop, on ne pouvait pas ne pas parler du tourisme à Genève dans notre émission. Et en ce début de saison estivale, nous avons fait un point sur la situation avec Sophie Dubuis, présidente de Genève Tourisme. Elle évoque le plaisir de retrouver une impression de normalité après une année sous le signe de la crise sanitaire, l'effet positif du sommet Biden-Poutine pour le tourisme genevois mais aussi la situation compliquée à laquelle le tourisme fait face.

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopL'invitée de la matinale: Sophie Dubuis, présidente de Genève Tourisme.

Nous avons ensuite reçu Séverine Mailler qui nous a présenté Le Campagnon, un concept de trois cartes-guides pour découvrir la campagne genevoise autrement. Autour de trois thématiques différentes, ces cartes vous proposent des randonnées en lien avec l'histoire, le patrimoine, la nature et le terroir du canton mais aussi des bonnes adresses et des activités à faire en cours de route. Un concept à la fois ludique et pédagogique.

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopSéverine Mailler nous présente Le Campagnon

Egalement avec nous, Frédéric Holh qui nous présente La Revue genevoise 2021. Le spectacle d'humour incontournable revient dès le 14 octobre prochain !

 

Pour poursuivre notre émission, nous avons reçu Sébastien Michéa, directeur de la restauration pour le Metropole et pour le restaurant du Parc des Eaux-Vives. Il nous parle de son travail au sein des deux établissements et nous met l'eau à la bouche en nous présentant les cartes de ces derniers.

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopSébastien Michéa, directeur de la restauration pour le Metropole et le Parc des Eaux-Vives

Nous recevons également Capucine et Faustine qui nous parlent de leur série Les Colocs. Une série humoristique qui raconte l'expérience de la colocation avec ses fous rires et ses frictions. Vous pourrez découvrir cette série sur La Télé et Léman Bleu dès le lundi 5 juillet.

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopLes colocs: Capucine et Faustine

Pour finir, l'équipe de la matinale a invité ses collègues, Margaux Rinaldi que vous entendez entre 10h et 14h et Benjamin Smadja de notre émission "On fait la route ensemble".

Ils nous ont raconté leurs souvenirs de vacances pour bien conclure cette émission !

Radio Lac Matin en direct du MET RooftopMargaux Rinaldi nous raconte ses souvenirs de vacances
Radio Lac Matin en direct du MET RooftopLes souvenirs de vacances de Benjamin Smadja

 

Merci à tous de nous avoir suivi pour cette émission spéciale en direct du MET Rooftop de l'hôtel Metropole et tout au long de cette saison. L'équipe de Radio Lac vous souhaite de belles vacances et vous donne rendez-vous à la rentrée !

 

Continuer la lecture

Radio Lac Matin

Mardi c’est Casile: Mavala

Publié

le

Xavier Casile est de retour ce mardi dans Radio Lac Matin avec sa chronique Made in Geneva pour nous parler de la marque Mavala.

Au début des années 60, la Mini Cooper est reine, les Beatles mettent le feu et Mavala "from Switzerland" devient une icône! Vous êtes vernis; voilà l'histoire de la marque installée à Carouge....

La marque Mavala vient des initiales de sa créatrice MAdeleine VAn LAndeghem, d'origine belge. La formule du durcisseur d'ongles dans son beauty case, elle s'installe en Suisse en 1959. Mavala scientifique est né, il s'agit du premier Durcisseur d'ongles pénétrant au monde.

Comment ça marche? Il corrige le bout de l'ongle, qui est la partie la plus fragile, celle qu'il faut fortifier. La formule durcit la plaque cornée en scellant entre elles les trois couches qui la composent. Résultats? Des ongles "durs comme l'acier" qui deviendront plus tard, grâce à la magie de la pub, "durs comme le diamant".

Jean Maute prend en main la société en 1961 qui reste à ce jour détenue par sa famille. 1964, les Mini Colors (bouteilles de vernis miniatures en référence aux mini jupes) arrivent et le Durcisseur débarque aux USA. La première école de manucure Mavala est créée à Londres en 1969 (le diplôme est même reconnu par l'Etat!). Depuis, Mavala propose aux femmes une gamme pour les mains, les pieds, les yeux, le corps, les cheveux et le visage. En 2019, Mavala a fêté ses 60 ans.

 

Made in GenevaMavala

Continuer la lecture

Actualité

Mardi c’est Casile: Les 8 symboles genevois incontournables

Publié

le

Xavier Casile est de retour ce mardi dans Radio Lac Matin avec sa chronique Made in Geneva pour nous parler des 8 symboles genevois incontournables.

Commençons par les Tricounis. Ces clous à pointes inventés par le genevois Félix Genecand en 1896 sont l'ancêtre des crampons. L’alpiniste amateur, bijoutier-sertisseur de formation, a révolutionné l'escalade et l'alpinisme avec cette invention. Le succès est rapidement devenu mondial et plusieurs armées en ont d'ailleurs équipé leurs chaussures. Près d'un siècle plus tard, les pointes sont encore produites à Bulle.

Autre symbole genevois, le Genève Home Informations (GHI). Né en noir et blanc en 1970, le journal gratuit est alors distribué deux fois par mois dans les boîtes aux lettres. D'abord composé de conseils pratiques, les petites annonces y font leur entrée un an plus tard. Désormais hebdomadaire, il est tiré à 270 000 exemplaires et possède son application sur l'App Store depuis 2013.

En 1899, les frères Dufaux alors âgés de 15 et 19 ans, imaginent un petit moteur pouvant se fixer sur le cadre d'un vélo et portant le nom de Motosacoche. Ainsi est né l’ancêtre du vélomoteur. Motosacoche se développera grâce à des investisseurs et emploiera pas moins de 1'200 personnes en Suisse. Elle restera parmi les entreprises qui ont marqué l’industrie suisse.

Créée en 1686, la compagnie des Vieux-Grenadiers de Genève compte aujourd'hui 262 ans d'existence et 120 hommes. Accompagnée d'une musique qui lui donne une prestance des plus spectaculaires, elle défile lors de manifestations patriotiques, historiques ou culturelles, en Suisse ou a l’étranger. Sa première sortie avec l'uniforme actuel date de 1896.

Fondé en 1918 par Ernest Ansermet, l’Orchestre de la Suisse Romande donne régulièrement des concerts à Genève et à Lausanne, parmi lesquels les concerts symphoniques de la Ville de Genève, le concert annuel en faveur de l’ONU ou encore les représentations lyriques du Grand Théâtre de Genève. 112 musiciens permanents composent l’OSR de nos jours.

La maison Davidoff vit le jour en 1930. De retour en Europe après divers voyages en Argentine, au Brésil et à Cuba, où il apprend la fabrication des cigares, Zino Davidoff propose à son père d'étoffer son commerce de tabac, déjà très populaire. Le magasin est aujourd'hui devenu une icône mondiale pour sa sélection de cigares haut de gamme et produits dérivés (parfums, maroquinerie, montres...).

Né de la passion de Philippe Stern pour les garde-temps, le Musée Patek Philippe est le temple de l'horlogerie du XVIe siècle à nos jours. Il est situé dans le quartier de Plainpalais, dans un magnifique bâtiment industriel et abrite plus de 2000 pièces comprenant des montres, garde-temps, automates et des objets en peinture miniature sur émail.

Élisabeth de Wittelsbach (1837-1898), dite Sissi l'impératrice, est assassinée le 10 septembre 1898 devant l'hôtel Beau-Rivage. Alors qu'elle s'apprêtait à embarquer sur le bateau Le Genève, Luigi Lucheni, un Italien de la mouvance anarchiste, lui porte un coup de lime dans le cœur. Le coup aura été fatal.

 

Continuer la lecture