Rejoignez-nous

Le meilleur des réveils

Couple : Evitez-vous bien des tracas en appliquant le Mirroring !

Publié

,

le

Je ne vous apprends rien si je vous dis que la communication, c’est essentiel en société. La façon dont vous vous exprimez, par la parole, mais aussi les gestes, joue énormément sur ce que va comprendre votre interlocuteur. Mais connaissez-vous le Mirroring ?

Vous avez sans doute remarqué, lorsque vous passez beaucoup de temps avec les mêmes amis, que vous finissez par partager certains éléments de langage qui vous sont propres ?  Si les mots sont les plus évidents, il est fréquent que cela porte sur d’autres choses. Il y a comme un effet caméléon, une imitation, non comme une moquerie, mais plutôt comme une forme de signe de reconnaissance.

Ce phénomène des synchronisation, c’est ce que les experts anglophones nomment le Mirroring. Cet effet miroir est souvent inconscient. Il trouve sans doute racine dans des comportements nécessaires à lavie en groupe.

Le Mirroring est régulièrement mis en avant dans des méthodes de psychologie du monde du travail pour devenir plus convaincant.
L’objectif est d’influencer votre interlocuteur en imitant, en quelque sorte, ses propres caractéristiques.

Sachez que selon les experts, utiliser certains principes du Mirroring peut vous aider à nourrir une communication plus apaisée au sein de votre couple. C’est particulièrement utile lorsqu’il s’agit d’œuvrer pour la désescalade d’une situation qui commence à être trop tendue.

Il est bien entendu important que le Mirroring ne tourne pas à la singerie, sinon l’autre aura clairement l’impression que vous vous moquez d’elle ou de lui. C’est unéquilibre subtil 😉

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le meilleur des réveils

Allergies saisonnières : les astuces pour survivre face aux pollens !

Publié

le

Les beaux jours riment forcément avec les allergies saisonnières : celles qui décident soudainement de transformer votre nez en fontaine et vos yeux en robinets ! En dehors du traditionnel traitement antihistaminique, voici quelques conseils pour affronter ces agresseurs printaniers avec le sourire :

Le kit de survie du "Pollenphobe" : Équipez-vous d'un arsenal anti-allergies digne d'un super-héros. Lunettes de soleil XXL pour protéger vos yeux des assauts polliniques, masque de protection comme si vous étiez prêt à affronter une invasion extraterrestre, et bien sûr, un mouchoir toujours à portée de main pour sauver votre honneur nasal.

La tactique de l'évitement ninja : Devenez un véritable maître de l'évitement! Étudiez les bulletins polliniques comme un stratège préparant une bataille. "Attention soldats ! Pollens de bouleau repérés dans la zone ! Retirez-vous vers des terres moins allergènes !"

Cliquez ICI pour retrouver les prévisions polliniques Suisse actualisées tous les jours 😉 

Le régime du warrior : Adoptez un régime alimentaire anti-allergies. À partir du printemps, dites adieu aux fromages bien affinés et aux vins divinement aromatiques. Optez plutôt pour des aliments riches en vitamines C et antioxydants. Votre corps vous remerciera, même si votre palais fera la moue.

La fuite en avant : Si les symptômes persistent, envisagez une retraite temporaire dans une capsule spatiale hermétiquement scellée. Non seulement vous échapperez aux pollens, mais vous pourrez enfin réaliser votre rêve d'être un astronaute. Double victoire !

La thérapie par l'humour : Riez de votre sort ! Après tout, quoi de mieux pour combattre les allergies que de les tourner en dérision ? Imaginez-vous en super-héros allergique, affrontant les méchants pollens avec votre arme secrète : le mouchoir de la justice !

En suivant ces conseils avec une bonne dose d'humour, vous pourrez affronter les allergies saisonnières comme un véritable champion. Alors, à vos masques, prêts, éternuez !

 

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Dans les coulisses de Watches and Wonders

Publié

le

Watches and Wonders 2023 s'est tenu du 27 au 2 avril à Palexpo, Genève (KEYSTONE/Valentin Flauraud)

Malgré la frénésie préparative de Palexpo, Matthieu Humair, CEO de l'évènement, m'accueille avec enthousiasme. "Bienvenue à Watches and Wonders Geneva Benjamin!" lance-t-il, alors que l'événement s'apprête à rythmer la vie des Genevois et des passionnés d'horlogerie du monde entier du 13 au 15 avril.

 

Palexpo se transforme en une "petite ville" où "54 maisons exposantes, dont 8 nouvelles cette année, un record," se donnent rendez-vous, explique Matthieu Humair. L'ampleur de l'événement est indéniable : "45 000 visiteurs attendus, 125 nationalités, 1600 journalistes, 6000 détaillants," et une portée digitale de "700 millions de personnes à travers les hashtags Watches and Wonders l'an dernier."

Le salon, qui se veut un "sommet horloger réunissant l'ensemble de l'industrie," s'ouvre pour la première fois au grand public du 13 au 15 avril. "Des expériences immersives, des visites guidées, un programme de conférences passionnant," détaille le CEO, soulignant l'effort des maisons pour "rivaliser d'intelligence" afin de mettre en avant leur savoir-faire.

L'intérêt de cet événement dépasse les frontières professionnelles. "Il y a vraiment un programme qui est fait pour tous les publics," insiste Humair, et cela inclut des conférences accessibles à ceux qui souhaitent apprendre les bases de l'horlogerie. "Watches and Wonders, c'est l'industrie qui parle ensemble d'horlogerie de façon commune, parce qu'ensemble nous sommes plus fort."

L'innovation est au cœur des préoccupations, avec un "Lab situé au cœur du salon" où startups et étudiants pourront présenter leurs projets aux maisons horlogères. "On devait en présenter cinq, mais ils sont tous magnifiques, donc on a fait le choix de tous les présenter" confie Matthieu Humair.

La ville de Genève elle-même s'anime au rythme de Watches and Wonders, avec des ateliers pour enfants et des présentations des métiers de l'horlogerie. Le point d'orgue sera une grande soirée le jeudi 11 avril, animée par une performance de Lost Frequencies, révélant ainsi la dimension festive de l'événement.

Matthieu Humair, en tant que CEO, exprime son excitation : "C'est très excitant, parce qu'on met en contact l'industrie. Pendant une semaine, c'est l'ensemble de l'horlogerie qui se rencontre." C'est une opportunité de "créer de nouvelles passions et de nouvelles vocations horlogères."

Enfin, une notification sur ma montre rappelle la convergence de l'artisanat traditionnel et de la technologie moderne. "C'est le temps d'être connecté, le temps qui s'arrête, le temps accéléré. Il y en a pour tout le monde," conclut Matthieu Humair.

Watches and Wonders s'annonce comme un événement incontournable, non seulement pour l'industrie horlogère mais aussi pour le grand public, qui pourra s'immerger dans le monde fascinant de l'horlogerie, du 13 au 15 avril, à Palexpo et en ville de Genève.

Avec IA

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Des vaches tailles mini au Bioparc de Bellevue

Publié

le

© Bioparc

Alors que les vacances de Pâques battent leur plein, le Bioparc Pierre-Chalande de Bellevue reste une valeur sûre pour les familles genevoises en quête de nature et de découverte. Ce n'est pas un zoo traditionnel, mais un sanctuaire pour animaux qui s'engage aussi dans l'éducation environnementale.

 

Le Bioparc s'est récemment enrichi de deux nouvelles résidentes, Astrid et Alice, les plus petites vaches du monde, de race Dahomey. Ces bovins miniatures, nés en Argovie et confiés par leur propriétaire, sont une attraction à la fois étonnante et pédagogique. Avec une taille ne dépassant pas le mètre et un poids variant entre 150 et 250 kilogrammes, ces vaches sont particulièrement appréciées des agriculteurs pour leur empreinte légère sur le sol.

La fondation ProSpecieRara, dont la mission est de sauvegarder les races d'animaux domestiques rares et menacées de Suisse, a confié ces animaux au Bioparc. Cet établissement, loin des clichés des zoos conventionnels, propose une expérience unique où les visiteurs peuvent apprendre et interagir avec des animaux dans un cadre respectueux de leur bien-être.

Le Bioparc ne se contente pas d'accueillir des vaches miniatures, il est aussi un refuge pour d'autres espèces. Janus, la tortue à deux têtes bien connue des Genevois et issue du musée d'histoire naturelle, y a trouvé un foyer temporaire pendant la durée des travaux de rénovation du musée. Accompagnée de ses soigneurs, Janus continue de fasciner les visiteurs par sa particularité biologique.

L'entree du Bioparc prise en photo le jeudi 8 juin 2023 à Bellevue près de Geneve (© KEYSTONE/Martial Trezzini)

En outre, le Bioparc joue un rôle éducatif important. Il sensibilise le public à des pratiques respectueuses de l'environnement, comme en témoigne la récente campagne contre l'abandon des poissons rouges dans les toilettes, une pratique nuisible pour les écosystèmes aquatiques.

Situé à Bellevue, le Bioparc de Genève offre non seulement une occasion de se rapprocher de la nature, mais aussi de contribuer à la préservation de la biodiversité. Les visiteurs sont invités à devenir membres et à soutenir les initiatives du parc.

C'est dans des lieux comme le Bioparc que la conservation prend vie et que les générations futures apprennent l'importance de cohabiter harmonieusement avec toutes les formes de vie, une sortie agréable mais aussi un acte de soutien à une cause essentielle pour notre planète.

Avec IA

Continuer la lecture

Expositions et spectacles

100 ans d'Auberges de Jeunesse Suisses au musée de Berthoud

Publié

le

Quatre garçons dans le vent jouent au babyfoot dans une auberge de jeunesse à Zurich-Wollishofen, le 31 juillet 1969 (© KEYSTONE/PHOTOPRESS-ARCHIV/Str)

Le Musée du château de Berthoud (Burgdorf en allemand) consacre jusqu'au 29 décembre une exposition au centenaire des Auberges de Jeunesse Suisses. Des photos et des vidéos prises par les hôtes de ces établissements emmènent les visiteurs dans un voyage dans le temps.

 

Le 28 avril prochain, les Auberges de Jeunesse Suisses fêteront leur 100e anniversaire. En 1924, la pose de la première pierre de ce type d'hébergement marqua également le coup d'envoi du tourisme des jeunes en Suisse.

Le Musée du château de Berthoud, qui abrite d'ailleurs une auberge de jeunesse depuis 2020, rend hommage à ce volet de l'histoire culturelle de la Suisse avec l'exposition "100 ans des Auberges de Jeunesse Suisses - manger bruyamment, ronfler et jouer ensemble".

Au début, les jeunes dormaient encore sur la paille et faisaient la cuisine et la vaisselle. Aujourd'hui, les auberges de jeunesse proposent outre la demi-pension et les chambres à plusieurs lits, des chambres doubles avec douche/wc et parfois même un espace wellness.

L'uniformité du linge de lit est depuis toujours le point commun des auberges de jeunesse, rappellent le Musée du château de Berthoud et les Auberges de Jeunesse Suisses. L'exposition présente toutes les variantes, de la couverture en laine au tout dernier linge de lit conçu par des designers dans le textile.

Au terme d'un jeu d'énigmes, les visiteurs pourront tester leurs connaissances sur les sites et bâtiments des auberges de jeunesse. L'organisation à but non lucratif enregistre environ 800'000 nuitées par an et mise sur un tourisme abordable pour les jeunes et les familles.

"Nous voulons permettre à chacun de découvrir le monde et de nouvelles cultures. Dans le même temps, notre objectif est de permettre à tous de voyager en mettant l'accent sur la durabilité", explique Janine Bunte, CEO des Auberges de Jeunesse Suisses, citée dans le communiqué.

Avec Keystone-ATS

Continuer la lecture

Le meilleur des réveils

Le lac de Saint-Léonard, un trésor souterrain qui fête ses 75 ans

Publié

le

© KEYSTONE/Laurent Gillieron

Après une pause hivernale bien méritée, le lac de Saint-Léonard, joyau naturel de la Suisse et plus grand lac souterrain d'Europe, a rouvert ses portes aux visiteurs en quête de sérénité et de merveilles cachées. Cet écrin de tranquillité, situé au cœur du Valais, célèbre cette année ses 75 ans d'ouverture au public, une occasion rêvée pour le redécouvrir.

 

L'expérience est unique et commence dès que l'on pénètre dans ce sanctuaire de calme: le silence y est roi, le réseau mobile inexistant et la faune discrète, à l'exception de quelques truites introduites pour surveiller la qualité de l'eau cristalline. Les visiteurs, glissant doucement sur les eaux calmes en barque, sont invités à un voyage hors du temps, loin du tumulte de la vie moderne.

L'histoire de ce lac souterrain est aussi fascinante que ses eaux sont claires. Longtemps resté immergé, ce n'est qu'au printemps 1943, en pleine Seconde Guerre mondiale, que le niveau de l'eau a suffisamment baissé, suite à des mouvements de roches, pour révéler ses premiers secrets. Mais ce n'est qu'en 1946, après des tremblements de terre dans la région, que le lac a véritablement révélé son ampleur, avec une baisse du niveau de l'eau de 15 mètres, rendant le site accessible pour l'émerveillement des visiteurs.

Les premiers à naviguer sur ses eaux furent les jeunes gondoliers de Saint-Léonard, qui ont contribué à forger la légende de ce lieu. Des histoires et mystères entourent le lac, comme celle qui veut que les jeunes filles célibataires y voyaient le visage de leur futur mari se refléter dans les eaux.

Au-dessus de cette merveille souterraine, les vignobles de Saint-Léonard veillent, promettant aux visiteurs une récompense vinicole après leur excursion aquatique. Une fois le téléphone rallumé et la barque amarrée, les dégustations des vins locaux ajoutent à la magie de l'expérience.

Le lac de Saint-Léonard, présent depuis des millénaires, n'est exploité que depuis 75 ans, mais son charme est intemporel. La région environnante, avec sa beauté naturelle et ses traditions viticoles, complète ce tableau d'une Suisse aussi riche en histoire qu'en paysages.

À l'occasion des vacances de Pâques, ou à tout moment de l'année, la redécouverte de ce trésor suisse est une invitation à l'émerveillement et à la détente. Le lac de Saint-Léonard n'attend que vous pour dévoiler ses mystères et sa tranquillité séculaire.

Continuer la lecture