Rejoignez-nous

Parlons économie

La force des partenariats pour conduire les projets de relance à Genève.

Publié

,

le

Cette semaine dans Parlons économie, nous abordons plusieurs thématiques liées aux partenariats entre public et privés et leurs avantages pour mener à bien plusieurs projets.

Nous recevons tout d’abord Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative de la Ville de Genève, Vincent Subilia, directeur de la CCIG et Fabrice Eggly, directeur communication de M3 Groupe pour parler de l’initiative menée pour dynamiser le centre ville en cette période de fêtes et attirer les consommateurs dans les commerces après une période de fermeture.

Dans la seconde partie de notre émission, nous nous posons la question comment rendre notre ville plus intelligente en compagnie de Patrick Poutier, SmartCity Manager à l’Etat de Genève. Pour finir, nous nous penchons sur le défi de la mobilité douce avec Eric Simanin, responsable de projets au département politique de la CCIG et Yann Grand, directeur de Genève Roule. Nos invités nous parlent des enjeux du partenariat entre la CCIG, Donkey Republic et Genève Roule pour promouvoir la mobilité douce.

3 minutes pour comprendre: Soutenir nos commerces et développer l’attractivité du centre ville en période de fêtes.

Après la fermeture du mois de novembre en raison de la situation sanitaire à Genève, les commerces genevois vivent une situation très compliquée. Dans ce contexte, la ville de Genève ainsi que la CCIG ont souhaité apporter leur aide et leur soutien aux commerçants en les accompagnant dans leur réouverture. Pour cela, une initiative pour développer l’attractivité du centre ville a été menée. Ainsi, la ville s’est illuminée et parée d’un magnifique sapin, place du Molard, pour apporter de la lumière et l’esprit des fêtes.

Nos trois invités, Marie Barbey-Chappuis, conseillère administrative de la ville de Genève, Vincent Subilia, directeur de la CCIG et Fabrice Eggly, directeur communication de M3 Groupe nous expliquent comment ils ont oeuvré ensemble pour créer cette attractivité et apporter du soutien aux commerçants.

3 minutes pour comprendre
Soutenir nos commerces et développer l'attractivité du centre ville en période de fêtes
3 minutes pour comprendre Soutenir nos commerces et développer l'attractivité du centre ville en période de fêtes

Genève bouge pour la planète: Comment créer une ville plus intelligente ?

Parmi les sujets soulevés fréquemment en 2020, celle de la transition vers des villes plus intelligentes et plus écologiques est au centre de tous les débats. Notre invité, Patrick Poutier, SmartCity Manager à l’état de Genève, nous explique la problématique que les villes doivent résoudre et qui s’articule autour de deux aspects majeurs:

  • l’urbanisation massive impliquant des problèmes de pollution, de ressources et de mobilité
  • la question du réchauffement climatique

Face à ces deux enjeux, le projet Smart Geneva a pour but de fédérer les acteurs locaux et leurs initiatives pour transformer le territoire de manière intelligente.

De nombreuses expérimentations existent à Genève comme celle de l’entreprise GeniLac qui utilise la géothermie pour refroidir les bâtiments en été et les refroidir en hiver, celle des TPG et de leurs arrêts connectés pour faciliter la mobilité ou encore celle de Genève roule qui équipe des vélos en libre-service de capteurs pour mesurer la pollution.

Notre invité nous en parle plus en détails.

Genève bouge pour la planète
Comment créer une ville plus intelligente ?
Genève bouge pour la planète Comment créer une ville plus intelligente ?

 

Genève innove: La mobilité douce à Genève.

Pour clôturer cette émission, nous recevons Eric Simanin, responsable de projets au département politique de la CCIG et Yann Grand, directeur de Genève Roule pour nous présenter le récent partenariat entre la CCIG et l’entreprise Donkey Republic qui propose un service de vélo en libre-service à Genève.

©Donkey Republic

Avec ce partenariat, la CCIG va sponsoriser les vélos en libre-service mais également proposer à ses collaborateurs un plan de mobilité interne. Pour la CCIG, les plans de mobilité sont aujourd’hui un enjeu pour les entreprises et c’est pourquoi la chambre propose un webinaire pour toute entreprise qui le souhaite.

Genève innove
La mobilité douce à Genève.
Genève innove La mobilité douce à Genève.

Parlons économie

Bien-être durable, économie circulaire et soutien aux commerçants au menu de Parlons Economie.

Publié

le

Si l’année 2021 ne commence pas avec les meilleures nouvelles suite à l’annonce d’un nouveau semi-confinement dès lundi, Parlons Economie a choisi de parler d’espoir et d’initiatives positives dans cette période. Ainsi nous abordons notre émission en parlant de la croissance à Genève et de la place que prend la question du bien-être dans cette notion en compagnie de Karine Byland, responsable de projets au Département politique de la CCIGGiovanni Ferro-Luzzi, Professeur d’économie à la Haute Ecole de gestion de Genève et à l’Université de Genève et Sylvain Weber, chargé de projets de recherche à l’Institut de recherche appliquée en économie et gestion (IREG). Nous poursuivons avec Felix Staehli, co-fondateur de Impact Hub Genève avec qui nous parlons de l’économie circulaire et des changements à opérer dans nos modes de consommation pour aller vers une économie plus durable. Enfin, pour terminer, nous recevons le co-fondateur de la plateforme Covid Héros, Tobias Kuster ainsi qu’une commerçante bénéficiaire de cette plateforme, Diane Mier y Teran, fondatrice du restaurant EnvieVegan. Ils nous détaillent le fonctionnement de cette plateforme et son intérêt pour les commerçants. 

Le Focus: Le bien-être durable, quelle croissance pour Genève ?

Pour ouvrir l’émission du jour, nous abordons le sujet vaste de la croissance et en particulier celle de notre canton, Genève. En effet, depuis 2019, la CCIG conduit une étude, pilotée par un comité scientifique et chargée d’étudier la croissance à Genève afin de déterminer des scénarios de réflexion et des outils d’aide à la décision sur comment aborder la croissance à Genève.

Nous débattons du sujet avec nos invités, Karine Byland, responsable de projets au Département politique de la CCIG, Giovanni Ferro-Luzzi, Professeur d’économie à la Haute Ecole de gestion de Genève et à l’Université de Genève et Sylvain Weber, chargé de projets de recherche à l’Institut de recherche appliquée en économie et gestion (Ireg).

Pour nos invités, la croissance ne se limite pas à la simple analyse du PIB qui est souvent le principal indicateur pris en compte mais peut être aborder sous de nombreux angles qu’ils soient philosophiques, sociaux, culturels ou économiques.

A Genève, on constate que la croissance économique est honorable en raison du dynamisme de la région qui attire de nombreuses entreprises et des travailleurs de toute la région transfrontalière. Mais cette croissance économique implique aussi des aspects moins positifs comme l’augmentation des inégalités, la saturation du marché du logement, la surcharge des transports publics…

L’objectif de l’étude menée par la CCIG est donc de comprendre les mécanismes de la croissance et ses conséquences mais aussi de répondre aux interrogations des entreprises à ce sujet.

A ce jour, on constate que la croissance est surtout liée au bien-être global et économique des personnes. Il est important pour les entreprises de se préoccuper des attentes des clients et des collaborateurs, il faut notamment veiller à l’équité au sens large.

Le détail avec nos invités:

Le Focus
Bien-être durable: Quelle croissance pour Genève ?
Le Focus Bien-être durable: Quelle croissance pour Genève ?

 

Genève bouge pour la planète: L’économie circulaire du bassin lémanique.

Dans cette partie de notre émission, nous nous intéressons aux initiatives locales qui vont dans le sens du développement durable et aujourd’hui, nous abordons la thématique de l’économie circulaire avec Felix Staehli, co-fondateur de Impact Hub Genève. Une économie qui se base sur le principe « rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme ».

Notre invité nous explique qu’adopter une démarche circulaire dans son mode de consommation est à la portée de tous et que par de petits changements dans notre quotidien, nous pouvons tous y contribuer. Il s’agit de trouver des alternatives plus durables et circulaires. Par exemple, lorsque vous souhaitez changer de voiture, vous pouvez racheter un nouveau véhicule en concession (économie « classique ») ou choisir de vous diriger vers des plateformes de partage comme Mobility (économie circulaire). La seconde main est aussi un exemple d’un mode de consommation circulaire.

Bourse au livre, un exemple de seconde main

En revanche, notre invité souligne que pour que l’économie circulaire devienne le nouveau mode de consommation de masse, cela nécessite un changement de paradigme et l’implication de nombreux acteurs pour la rendre accessible et compréhensible pour le consommateur. Cette économie est en effet basée sur le travail collaboratif entre les différents acteurs.

Felix Staehli nous donne des clés pour adopter l’économie circulaire.

Genève bouge pour la planète
L'économie circulaire du bassin lémanique.
Genève bouge pour la planète L'économie circulaire du bassin lémanique.

 

Genève innove: La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.

Pour finir cette première émission de 2021, nous parlons de la plateforme Covid Héros avec son co-fondateur, Tobias Kuster et Diane Mier y Teran, fondatrice du restaurant EnvieVegan et commerçant bénéficiaire de la plateforme.

Logo de la plateforme Covid Héros

Cette plateforme née en mars 2020, lors du premier semi-confinement, a permis de venir en aide à de nombreux commerçants pendant les deux premières vagues de l’épidémie et, même si l’on aurait préféré ne plus en avoir besoin en 2021, va continuer son action pour ce second semi-confinement.

Son principe: permettre l’achat de bons à faire valoir dans les commerces et restaurants au moment de la reprise. Par la vente des ses bons, Covid Héros permet aux commerçants de recevoir des liquidités immédiates. La plateforme donne également la possibilité de faire des donations directement au commerçant ou restaurateur de votre choix pour l’aider à traverser la crise.

Cette initiative permet d’aider les commerçants mais n’est bien sûr pas suffisante. Aujourd’hui, les commerçants demandent des mesures d’aide qui donnent lieu à des indemnisations conséquentes afin d’éviter la casse sociale après la crise.

Nos invités nous donnent des précisions.

Genève innove
La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.
Genève innove La plateforme Covid Héros et son soutien aux commerçants et restaurateurs.

Continuer la lecture

Parlons économie

Le commerce de détail et le tourisme: deux secteurs face à la crise sanitaire à Genève.

Publié

le

Nouvel épisode de Parlons Economie aujourd’hui. Au programme, nous parlerons sécurité sur le cyberespace à l’occasion du premier anniversaire du CyberPeace Institut avec son CEO, Stéphane Duguin et sa finance and fundraising manager, Jeannie Cointre. Nous poursuivons avec Céline Eigenmann, propriétaire de la boutique de vêtement Wunderchic à Genève. Au lendemain de l’annonce de la réouverture prochaine de son commerce, elle nous explique sa situation et ce qu’elle attend à présent du canton. Pour renforcer son témoignage, Philippe Rubod, fondateur et CEO de Swiss Hospitality Global nous fait part de ses idées pour relancer l’économie à Genève. Il sera aussi au coeur de notre focus car son secteur, l’hôtellerie et le tourisme, est fortement impacté lui-aussi et peine à redemarrer dans le canton.

Genève innove: Comment sécuriser le cyberespace ?

La question de la sécurité est omniprésente dans les débats concernant le cyber espace et c’est pour répondre à ces problématiques que le CyberPeace Institut a vu le jour il y a un an à Genève.

Nous célèbrons cet anniversaire dans Parlons Economie en compagnie de son CEO, Stéphane Duguin et Jeannie Cointre, Finance et Fundraising Manager. Ils nous rappelent le rôle de l’institut: oeuvrer pour la paix dans le cyberespace.

Pour Stéphane Duguin, CEO du CyberPeace Institut, Genève était naturellement indiquée pour accueillir la structure en raison de son ecosystème international connu pour rassembler les nations et fournir des plateformes neutres pour traiter des problématiques de grande ampleur. De plus, la Genève internationale offre un écosystème dynamique tout indiqué. D’ailleurs, Genève accueille plus de 50% des activités mondiales liées à la gouvernance d’internet nous précise Stéphane Duguin.

Mais alors comment s’y prend-t-on pour faire règner la paix sur le cyberespace?

Avec le développement des promesses d’internet, les risques se multiplient aussi et il faut développer l’importance des outils de défense, que cela soit d’un point de vue technique (antivirus, sécurisation des données…) ou d’un point de vue éducation (identifier les fake news…). L’enjeu pour le CyberPeace Institut est d’intégrer le droit « humain » au sein du cyberespace et ainsi d’enquêter sur les cyber-attaques et de rechercher les responsabilités  afin d’avoir une vision globale des menaces existantes pour mieux les prévenir.

Nos invités nous détaillent ce fonctionnement:

Genève innove
Jeannie Cointre, Finance and Fundraising Manager et Stéphane Duguin, CEO du CyberPeace Institut
Genève innove Jeannie Cointre, Finance and Fundraising Manager et Stéphane Duguin, CEO du CyberPeace Institut

 

3 minutes pour comprendre la réouverture des commerces non essentiels dès samedi 28 novembre

Au lendemain des annonces du Conseil d’Etat confirmant une réouverture des commerces dits « non-essentiels », nous recevons Céline Eigenmann, propriétaire de la boutique de vêtements Wunderchic qui nous confirme acueillir la nouvelle comme un soulagement.

Pour la plupart des commerçants, la sentence de l’année 2020 tombera au moment du bilan de fin d’année. C’est à ce moment là que certains n’auront d’autre choix que de fermer boutique en conséquence de la perte d’activité liée à la crise sanitaire.

Céline Eigenmann témoigne que le manque de liquidités est une grande source d’inquiétude et que la gestion de sstocks a été très compliquée sur 2020 en particulier dans son secteur, la mode. En effet, les deux périodes de fermeture sont survenues en tout début de saison soit juste après un investissement important pour entrer de nouvelles collections dans sa boutique. La fermeture du mois de novembre est particulièrement rude car il s’agit généralement du meilleur mois de l’année. Il va maintenant être compliqué, nous explique la propriétaire de Wunderchic, de rentabiliser les investissements du stock de début novembre qui risque d’être soldé ou bradé pour pouvoir être écoulé. De plus, réinvestir dans de nouveaux produits et de nouvelles collections demande des liquidités qui se font plus rares.

En revanche, la commerçante salue la décision de permettre l’ouverture des commerces jusqu’à 20h le samedi. Une disposition qui selon elle permet de mieux s’adapter à la demande de la clientèle et de récupérer un peu de chiffre d’affaire avant les fêtes.

3 minutes pour comprendre
Céline Eigenmann, boutique Wunderchic, rue des Eaux-Vives à Genève
3 minutes pour comprendre Céline Eigenmann, boutique Wunderchic, rue des Eaux-Vives à Genève

Notre invité Philippe Rubod, fondateur et CEO de Swiss Hospitality dont le secteur d’activité est également fortement impacté, avance une proposition pour soutenir les acteurs de l’économie impactés par les décisions sanitaires: si les 40’000 fonctionnaires du canton de Genève n’ont pas accepté une réduction de 1% de leur salaire, peut-être pourraient-ils consentir à consacrer ce 1% pour co-financer le redémarrage de l’économie. Pour lui, les personnes ayant été moins impactées par la crise peuvent participer à un effort de solidarité pour aider ceux qui en ont beaucoup souffert.

 

Le Focus: Quel avenir pour l’hôtellerie et le tourisme à Genève ?

Si le secteur du commerce peut souffler après les annonces, un autre secteur reste en sursis dans cette crise: le tourisme. Partout dans le monde, ce secteur a été fortement impacté par les événements sanitaires de 2020 mais à Genève en particulier, il peine à redémarrer.

Nous abordons ce sujet avec notre invité, Philippe Rubod, fondateur et CEO de Swiss Hospitality Global. Il analyse la situation genevoise et la difficulté du tourisme à voir la clientèle genevoise comme étant le résultat d’une politique touristique principalement orientée vers le domaine professionnel et les voyages d’affaire.

Pour notre invité, il est temps d’identifier les erreurs commises dans la politique touristique du canton et de faire un diagnostic pour apporter des réponses et relancer le secteur. La mission de la gouvernance public est dans ce cadre de créer des conditions favorables pour ceux qui veulent créer et entreprendre à Genève et ainsi voir naître des projets attractifs.

Le Focus
Philippe Rubod, fondateur et CEO de Swiss Hospitality Global
Le Focus Philippe Rubod, fondateur et CEO de Swiss Hospitality Global

Continuer la lecture

Parlons économie

Comprendre comme garantir l’intégrité numérique, aider les commerçants à faire face à la crise et focus sur l’initiative sur le matériel de guerre.

Publié

le

Aujourd’hui dans Parlons Economie, nous plongeons au coeur des enjeux d’aujourd’hui avec nos invités. Pour commencer, nous chercherons à comprendre l’importance de la garantie de l’intégrité numérique dans un monde en digitalisation constante. Nous sommes avec Bertrand Reich, président du PLR Genève qui souhaite inscrire la sauvegarde de l’intérgité numérique dans la Constitution cantonale et Maxime Provini, cofondateur de OCAVE SA qui nous explique quelles données possèdent son entreprise et comment elle les utilise. Nous poursuivons avec la situation des commerçant en pleine deuxième vague de Covid-19. Pierre Brunchwig, associé-gérant de Bon Génie Grieder Brunschwig Group nous dresse le tableau d’un secteur en grande difficulté et avec peu de visibilité pour la suite.

Pour finir, nous revenons ensuite sur l’un des objets des votations du 29 novembre, l’initiative sur le matériel de guerre visant à interdire son financement. Nous faisons le point sur cette initiative avec Nathalie Hardyn, responsable politique de la CCIG et Philippe Cordonnier, repsonsable romand de Swissmem.

3 minutes pour comprendre: Faut-il garantir l’intégrité numérique ?

A l’ère du numérique, le PLR genevois souhaite inscrire la sauvegarde de l’intégrité numérique de chacun dans la Constitution cantonale. Pour notre invité, Bertrand Reich, président du PLR Genève, l’essor des technologies pose aujourd’hui de nouveaux défis et risques pour la vie privée des individus et le droit actuel est peu précis sur ce sujet. Il y a un manque de protection des individus et donc un besoin de règlementer l’utilisation des données privées.

L’enjeu est de plus en plus important en particulier avec l’arrivée de nouveaux services numériques comme les dossiers médicaux numériques ou la gestion digitale de certaines démarches administratives. C’est pour cette raison que le PLR genevois propose d’inscrire l’intégrité numérique dans la Constitution cantonale comme une première étape vers des mesures fédérales voir européennes.

3 minutes pour comprendre
Faut-il garantir l'intégrité numérique ?
3 minutes pour comprendre Faut-il garantir l'intégrité numérique ?

 

Genève innove : Comment le commerce de détail fait face à une crise qui dure ?

Nous l’évoquons régulièrement dans Parlons Economie, le commerce de détail traverse une période compliquée tant sur le plan économique qu’humain et cette seconde vague de Covid-19 ne vient pas améliorer les choses, bien au contraire…

Pierre Brunschwig, associé-gérant de Bon Génie Grieder Brunschwig Group, alerte sur une situation difficile et un manque de visibilité qui inquiète les commerçants. Il y a, aujourd’hui, un besoin que les politiques et l’exécutif réflechissent pour la suite car le semi-confinement tous les trois mois n’est pas une solution viable pour les commerçants. Notre invité demande un plan B pour faire face à d’éventuelles prochaines vagues.

Si la préoccupation sanitaire et en particulier celle de la place dans les hôpitaux a été l’unique préoccupation ces derniers mois, il est temps aujourd’hui de trouver un équilibre car la santé des populations passent aussi par leur bien-être et c’est un drame humain qui se joue chez les commerçants à ce jour.

Genève innove
Comment le commerce de détail fait face à une crise qui dure ?
Genève innove Comment le commerce de détail fait face à une crise qui dure ?

 

Le Focus : L’initiative sur le matériel de guerre

Le 29 novembre prochain, les citoyennes et citoyens suisses vont s’exprimer sur une initiative populaire « Pour une interdiction du financement des producteurs de matériel de guerre ». Nous recevons Nathalie Hardyn, responsable politique à la CCIG et Philippe Cordonnier, responsable romand de Swissmem pour un focus sur cet objet.

Tout d’abord, quel est l’enjeu de cette proposition ? Il s’agit d’une initiative portée par le « groupe pour une Suisse sans armée » et qui prévoit d’interdire le financement de tout le matériel de guerre, sans distinction, c’est-à-dire d’interdire d’octroyer des crédits aux producteurs d’armes et également de détenir des actions liées aux entreprises produisant du matériel de guerre.

Nathalie Hardyn nous explique que la CCIG est contre cette initiative car il existe déjà une loi qui interdit la fabrication et le financement de certains types d’armes comme les armes nucléaires par exemple et qu’aller plus loin dans cette réglementation en interdisant toute entreprise à réaliser plus de 5% de son chiffre d’affaires annuel dans la production d’armes pourrait pénaliser les entreprises suisses.

Philippe Cordonnier, responsable romand de Swiss meme nous explique. Aujourd’hui en Suisse, de très nombreuses PME travaillent dans le domaine des machines et, bien que la plupart de leur production soit de l’ordre de l’équipement civile, elles contribuent aussi en petite partie à la production de matériel pouvant être considéré comme du matériel de guerre. La plupart du temps, l’industrie du matériel de guerre recquiert des technologies d epointes et cette activité permet donc aux entreprises d’innover, de se spécialiser puis d’adapter ces technologie au domaine civile. Le problème avec l’initiative est que les PME se verraient interdire cette production qui est pourtant essentielle à leur développement et à l’innovation en Suisse.

Plus de détails avec Nathalie Hardyn et Philippe Cordonnier:

Le Focus
L'initiative sur le matériel de guerre
Le Focus L'initiative sur le matériel de guerre

Continuer la lecture

Parlons économie

Semaine de l’entrepreneuriat – Comment entreprendre à Genève?

Publié

le

La semaine prochaine, du 16 au 21 novembre se tiendra la semaine de l’entrepreneuriat à Genève, un événement organisé en partenariat avec la CCIG et l’Université de Genève. A l’occasion de cet événement qui prendra une forme inédite, nous avons rencontré les organisateurs ainsi que plusieurs jeunes entrepreneurs genevois qui nous ont présenté leur projet.

Au programme, Constanze Moeller, coordinatrice de la Semaine de l’Entrepreneuriat et chargée de projets à la communication d’UNIGE et Laurent Miéville, initiateur de l’édition genevoise et directeur du bureau transfert technologie UNIGE – HUG – HES-SO Genève nous présenteront l’édition 2020 de cette semaine dédiée à l’entrepreneuriat. Nous recevrons ensuite Maël Azokly, président de l’association Azuni et co-président de l’initiative E-Space, un projet qui propose des masterclass pendant la manifestation ainsi que Ary Jmor, entrepreneur et fondateur de Siropbot puis Ezgi Gozlugol et Ezia Oppliger, étudiantes en bachelor sciences bio médicales et co-initiatrices du projet « Ose ».

 

Semaine de l’entrepreneuriat: un projet pour encourager les genevois à entreprendre.

Entreprendre peut paraît un bien grand mot quand on ne sait pas par où commencer. L’objectif de la semaine de l’entrepreneuriat est de donner les clés à toutes les personnes qui souhaitent entreprendre, qui ont une idée ou un projet pour qu’elles osent se lancer. Nos invités, Constanze Moeller, coordinatrice de la Semaine de l’Entrepreneuriat et Laurent Miéville, initiateur de l’édition genevoise de cet événement nous explique que leur but est de généraliser la culture de l’entrepreneuriat et de développer des réseaux d’entrepreneurs. En effet, Genève propose un terreau fertile pour les start-up avec un grand réseau de coachs, de structures d’accompagnement, d’incubateurs… La ville est propice au développement des projets et le rôle de la semaine de l’entrepreneuriat est de permettre aux entrepreneurs d’entrer en contact avec ce réseau et de pouvoir développer leurs projets.

Au cours de la semaine, de nombreux thèmes liés à l’entrepreneuriat seront abordés sous forme de conférence virtuelle. Le contenu sera varié avec des sessions plus générales comme « Comment créé une entreprise à Genève » ainsi que des conférences qui rentreront plus en détails dans des sujets précis comme le financement, le crowdfunding…

Pour s’adapter à la situation sanitaire, l’événement a du faire preuve d’agilité et revêtir un nouveau visage digitalisé afin de proposer le contenu au plus grand nombre. De cette nécessité de s’adapter est née la plateforme liberezvosidees.ch où prendra vie l’événement.

 

Les étudiants au coeur de la semaine de l’entrepreneuriat.

L’une des vocations de la Semaine de l’Entrepreneuriat est de faire le lien entre université et vie professionnel à travers l’entrepreneuriat car entreprendre c’est avant tout travailler. A ce titre, l’événement soutient les initiatives des étudiants de l’Université de Genève.

Nous avons reçu Maël Azokly qui préside l’association Azuni, une association estudiantine qui prépare les étudiants à entreprendre dans le monde actuel et leur donne envie de se lancer. Pour lui, le secret de l’entrepreneuriat est de dépasser ses peurs, d’être curieux et de faire sans avoir peur de se lancer.

Dans le cadre de la Semaine de l’Entrepreneuriat, une initiative étudiante baptisée E-Space prendra vie. Il s’agit d’un événement hybride au sein de la manifestation qui se tiendra du 17 au 19 novembre et qui aura pour vocation de proposer des masterclass sur l’entrepreneuriat. Parmi les sujets abordés dans ces masterclass, un focus sera fait sur « comment s’adapter à une société disruptive? » ainsi que sur la question du futur du monde du travail. Deux problématiques très actuelles pour les jeunes qui arrivent sur le marché du travail.

Parlons Economie
Mael Azokly, co-président de l'initiative E-Space
Parlons Economie Mael Azokly, co-président de l'initiative E-Space

 

Deux initiatives genevoises qui ont le vent en poupe.

Qui parle mieux d’entrepreneuriat que les entrepreneurs eux-même ? Nous avons reçu Ary Jmor, fondateur de Siropbot ainsi que Ezgi Gozlugol et Ezia Oppliger, co-initiatrices du projet « Ose » pour nous parler de leurs projets et de leurs parcours.

Ary Jmor, 28 ans a commencé par lancer Siropbot comme un projet personnel. Il s’agissait alors d’un bot (comprendre robot conversationnel) pour trouver des restaurants. Puis petit à petit, avec le feedback de ses proches, il a amélioré son application et l’a développer jusqu’au jour où des entreprises externes se sont intéressées à son projet.

Il nous explique:

Parlons Economie
Ary Jmor, fondateur de Siropbot
Parlons Economie Ary Jmor, fondateur de Siropbot

Ezgi Gozlugol et Ezi Oppliger sont quand à elles étudiantes en sciences bio-médicales et c’est en recoupant deux de leurs cours qu’elles ont eu l’idée de développer « Ose », un préservatif en cellulose bactérienne. Cette matière issue de la fermentation acétiques des cellules peut être utilisée comme bio-polymère. Dans le projet des deux étudiantes genevoises, elles l’utilisent pour remplacer le latex. Ce nouveau préservatif présente l’avantage  d’être fait dans une matière biocompatible et donc ne provoque pas d’allergie contrairement au latex.

Elles nous ont détaillé leurs travaux:

Parlons Economie
Parlons Economie

La semaine de l’entrepreneuriat se tiendra du 16 au 21 novembre 2020 en direct sur la plateforme www.liberezvosidees.ch. Vous retrouvez tous les programmes des conférence dès aujourd’hui sur le site et dès lundi vous pourrez suivre toutes les sessions en direct sur le site. L’événement est ouvert à tous sans inscription.

Continuer la lecture

Parlons économie

Endiguer la fast-fashion, comprendre l’exportation en Suisse et le rôle des statistiques au menu dans Parlons économie

Publié

le

Dans notre émission du jour, nous retrouvons Vincent Subilia, directeur général de la CCIG pour évoquer l’exportation en Suisse, son importance pour l’économie et l’impact de certains objets des dernières votations sur le sujet. Nous poursuivons avec une initiative pour lutter contre la fast-fashion et rendre notre consommation de la mode plus durable avec Nadia Khattab, co-fondatrice de La Garde-Robe à Genève, un service de location de vêtements entre particuliers. Enfin, focus sur les statistiques qui sont devenus essentielles à nos vies ces derniers mois mais qui sont parfois dures à comprendre. Décryptage donc avec Hervé Montfort, directeur de l’OCSTAT, Office Cantonale de la Statistique de Genève et Olivier Rigot, associé gérant chez EMC gestion de fortune.

3 minutes pour comprendre: Comment s’organisent les exportations en Suisse?

La Suisse a toujours été un pays dont l’économie se nourrit de son ouverture au monde. En effet, c’est un pays très exportateur à l’étranger, un franc sur deux provient de l’exportation, et en Europe notamment.

Dans cette logique d’exportation les Chambres de commerce jouent un rôle capital car elles sont les émettrices des documents nécessaires à l’export de marchandises. Nous recevons dans Parlons Economie, Vincent Subilia, directeur général de la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève pour évoquer ce rôle crucial.

A Genève, l’export est vraiment clé pour l’économie du canton car celui-ci à une typographie particulière de par sa frontière avec son voisin français. La CCIG est donc sollicitée pour accompagner les entreprises exportatrices en délivrant des attestations qui garantissent la provenance des marchandises et leur conformité à l’export. Parmi ces attestations et certificats, on retrouve plusieurs typologies adaptées à diverses situations comme par exemple le carnet ATA pour une admission temporaire en franchise de douane, inventée par la CCIG ou encore le CITES, pour l’export de marchandises à base de produits animaux.

Peut-on parler exportation sans évoquer les résultats des votations de dimanche dernier dont plusieurs objets ont un impact direct sur cette dernière ? Si notre invité se réjouit du « non » largement majoritaire en ce qui concerne l’initiative de limitation, il émet des réserves quand à l’adoption de l’initiative « zéro perte » et celle du salaire minimum.

L’initiative populaire pour une immigration modérée proposée par l’UDC constituait en effet une menace pour l’exportation car elle mettait à mal les accords bilatéraux avec l’Union Européenne. Le « non » majoritaire face à cette initiative renforce donc l’importance du lien entre la Suisse et son partenaire européen nous confie Vincent Subilia.

En revanche, en ce qui concerne l’initiative « zéro perte », elle présente un risque selon notre invité car Genève est déjà un canton gourmand d’un point de vue fiscal et une augmentation des impôts est un mauvais signal pour les entrepreneurs du canton qui subissent déjà la crise de plein fouet. Il en est de même pour l’adoption d’un salaire minimum qui risque de mettre certaines entreprises de petite taille dans des situations délicates et de les obliger à réduire le temps de travail de leurs employés ou même de licencier.

3 minutes pour comprendre
Comment s'organise les exportations suisses ?
3 minutes pour comprendre Comment s'organise les exportations suisses ?

 

Genève bouge pour la planète: La location de vêtement peut-elle endiguer la fast fashion ?

Parmi les industries dont la consommation et le bilan carbone sont les plus mauvais, on retrouve la mode et plus précisément la fast-fashion. Cependant, la mode éthique et durable est une tendance qui a le vent en poupe. De plus en plus de femmes mais aussi d’hommes cherchent à se tourner vers une mode plus éco-responsable. Ainsi, on voit en Suisse un fort attrait pour les produits de second-main, les vide-dressing se multiplient et de plus en plus de consommateurs disent préférer ce type d’achat à celui dans des enseignes de fast-fashion.

C’est aussi sur cette tendance que surfe notre invitée, Nadia Khattab, co-fondatrice de La Garde-Robe à Genève qui, quant à elle, propose un service de location de vêtements entre particuliers. Partie du constat qu’en Suisse, les femmes ne portaient en moyenne que 20% de leur dressing, Nadia Khattab a eu l’idée de permettre à chacune de pouvoir proposer à la location et/ou louer ses vêtements. Pour une grand occasion ou pour aller au bureau, pour une durée de quatre jours à deux semaines, la Garde-Robe propose des vêtements de créateurs pour pouvoir changer de style au gré de ses envies tout en gardant une démarche responsable et sans se ruiner !

Elle nous en parle dans Parlons Economie.

Genève bouge pour la planète
La location de vêtements peut-elle endiguer la fast fashion ?
Genève bouge pour la planète La location de vêtements peut-elle endiguer la fast fashion ?

 

Le Focus: Quels rôles jouent les statistiques ?

Ces derniers mois, nous avons été inondés de chiffres, de statistiques, de prévisions. Qu’elles soient économiques ou sanitaires, les statistiques font partie de notre quotidien mais quel est leur rôle ? Que nous révèlent-elles ?

Nos invités, Hervé Montfort, directeur de l’OCSTAT et Olivier Rigot, associé gérant chez EMC gestion de fortune, nous en parlent plus en détails. Avec eux, nous évoquons notamment les statistiques qui concernent le PIB qui a connu une baisse drastique cette année, en particulier à Genève où il recule de 9%. Hervé Montfort nous explique que ce recul, plus important que dans le reste du pays, est dû au fait que les secteurs habituellement rentables pour le canton font partie des plus impactés par la crise. On parle ici du tourisme d’affaires dont la valeur ajoutée est en très net recul ainsi que de l’hôtellerie-restauration ou encore le secteur horloger.

Les chiffres nous montrent aussi que face à cette crise, nous avons tous été impacté de la même façon, partout dans le monde. Ils nous permettent aussi de constater des changements dans les habitudes de consommation, de travail… qui risquent d’avoir des conséquences à long terme sur l’organisation des villes par exemple ou les modes de consommation.

Le Focus
Quels rôles jouent les statistiques ?
Le Focus Quels rôles jouent les statistiques ?

Continuer la lecture