Rejoignez-nous

Parlons économie

Crowdlending, Etablissements Publics pour l’Intégration et Climate Neutral Commodity

Publié

,

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous nous intéressons au crowdlending avec Dan Amar, CEO de Foxstone et David Duc, Directeur développement de Capvest Advisors. Nous recevons Rolf Gobet, Directeur des Services socioprofessionnels aux Etablissements Pour L’Intégration (EPI). Et pour finir, nous parlons du Climate Neutral Commodity, qui aide les organisations à réduire leur impact sur le climat, avec Christophe Riedi, Managing Partner et Paul Sébastien, co-fondateur de CNC

3 minutes pour comprendre: Le vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?

Foxstone est une compagnie de crowdfunding immobilier suisse qui réunit des investisseurs pour leur permettre d’acquérir ensemble des immeubles. Ce nouveau modèle d’affaires participatif offre à chacun la possibilité de déployer des capitaux dans des projets de construction, et notamment de logements. Devenir propriétaire d’une partie d’un immeuble et en recevoir une part des loyers ou prêter de manière participative et recevoir des taux intérêts, devient alors à la portée de tous. De son coté, prestataire immobilier suisse basé à Genève, Capvest Advisors, offre une large gamme de services dans l’immobilier privé et public.

Mais pourquoi un partenariat entre un spécialiste du crowdfunding et un investisseur? Pour donner accès à ce type de prêts aux particuliers, en le divisant en petites parts, puisqu’un montant de seulement 10.000 CHF permet d’y entrer. Pour le particulier qui souhaite intégrer le projet, le risque est très faible selon les deux partenaires. Comment ça fonctionne concrètement?

 

3 minutes pour comprendre
Le vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?
3 minutes pour comprendreLe vert est-elle la nouvelle couleur de l’investissement?

 

Genève bouge pour la planète: L’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?

Les Etablissements Publics pour l’Intégration (EPI) de Genève contribuent à l’intégration des personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion professionnelle et existent sous cette forme depuis le 1er janvier 2018. Issus au départ de la fusion de différentes institutions, les Etablissements publics socio-éducatifs pour personnes handicapées mentales, le Centre d’intégration professionnelle et de l’Atelier des Cordiers des Hôpitaux universitaires de Genève, cette fusion répondait d’une volonté des institutions politiques de réunir les forces pour contribuer efficacement à  l’intégration socio-économique des personnes en situation de handicap ou en difficulté d’insertion socio-professionnelle.

« Nous représentons environ un tiers des places dédiées dans le canton et des liens avec le tissu économique, qui se concrétisent essentiellement de deux manières : par la vente des produits issus de nos ateliers pour les entreprises mais aussi par la partie réinsertion pour aider les personnes à intégrer ou réintegrer le marché du travail. » explique Rolf Gobet, Directeur des Services socioprofessionnels aux Etablissements Pour L’Intégration.

Comment fonctionne un tel modèle économique? Est-ce une économie rentable?

 

Genève bouge pour la planète
L’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?
Genève bouge pour la planèteL’intégration professionnelle fait-elle oublier le handicap?

 

Genève innove: La fin des émissions de CO2?

Christophe Riedi et Paul Sébastien, les co-fondateurs de Climate Neutral Commodity, ont pour ambition d’accompagner l’industrie vers ses objectifs de neutralité carbone d’ici à 2050 en offrant une solution pour calculer et compenser l’empreinte d’une transaction de matières premières. Transparence et vérification de mesure de l’emprunte carbone via l’obtention de certificats de compensation, c’est tout l’objectif de cette initiative suisse.

Le détail du label avec nos invités.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Parlons économie

Déconfinement: Comment allier au mieux les impératifs sanitaires, économiques et psychologiques?

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, c'est une émission spéciale autour du déconfinement avec Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois en charge de la sécurité, de l'emploi et de la santé, Vincent Subilia, directeur général de la CCIG, Fernando Martins, patron du restaurant Le Portugais, Helena Rigotti, vice-présidente du Groupement Professionel des Restaurateurs et Hôteliers et directrice du Vino Olio Caffe et Claude Proz, directeur du Théâtre du Léman.

Le Focus : Que dire sur l’ouverture des terrasses de restaurants et des lieux culturels à Genève?

Une bonne nouvelle pour la population mais aussi pour les restaurateurs. A l'aube d'une passation de pouvoir avec Fabienne Fischer, la nouvelle conseillère d’État nommée à la tête du DEE, qui sera en charge de l'Economie et de l'Emploi, Mauro Poggia confirme cependant que d'ici juillet, les événements resteront soumis à une restriction de 100 personnes autorisées, avec un plan de protection.

Ce sera notamment le cas du plus grand tournoi de tennis organisé en Suisse romande, le Gonet Geneva Open, qui se disputera du 15 au 22 mai 2021, et qui espérait pouvoir accueillir du public pour la venue de Roger Federer. Bien que le tournoi se déroule en plein air et que beaucoup aimeraient voir le curseur à la hausse tant pour des raisons de viabilité que psychologiques, cette limite ne bougera pas: "C'est une problématique mais nous allons devoir recommencer gentiment. Il y a aujourd'hui une stabilité mais il ne faut pas baisser la garde, la réalité épidémiologique est là", explique Mauro Poggia, conseiller d’Etat en charge de la santé.

Dans l'incompréhension, Claude Proz, directeur du Théâtre du Léman, se dit "très heureux que les petits théâtres puissent rouvrir leur portes" mais s'estime lésé par les restrictions limitant à 50 personnes les événements en intérieur, et de manière générale totalement perdu à l'écoute des chiffres annoncés concernant les manifestations pilotes proposées par le Conseil fédéral cet été.

 

Parlons Economie
Parlons Economie

 

Dans une situation délicate depuis des mois Fernando Martins, patron du restaurant Le Portugais se dit également perdu, il confie: "Nous n'avons de terrasses donc pas la possibilité d'ouvrir notre établissement mais je n'ai pas d'animosité envers nos Conseillers d'Etat. Je suis pour la bienveillance des uns envers les autres, par contre, c'est vrai qu'il y a quelque chose de trouble dans les annonces. J'ai peur que mes collègues ayant investi toutes leurs économies puis fermé définitivement leurs établissements ne perçoivent pas d'aides. Je me pose aussi beaucoup de questions pour les cas particuliers qui ne vont pas bénéficier de l'aide destinée aux cas de rigueur. Je n'en veux pas à nos Conseillers d'Etat mais j'en veux beaucoup à notre Conseil fédéral."

 

Parlons Economie
Parlons Economie

 

3 minutes pour comprendre: Un programme santé auprès des entreprises?

Bilan Santé PME est un programme proposant un check-up rapide, global et pragmatique, pour permettre aux PME d’évaluer leur capacité à faire face aux imprévus et à atteindre leurs objectifs.

Destiné aux dirigeant·e·s de PME de moins de 50 collaborateurs, en lien avec la Chambre de commerce, d'industrie et des services de Genève, ce diagnostic est possible dans divers secteurs d’intervention tels que le commerce de détail, l'industrie, l'artisanat, la restauration, la santé, l'agriculture...

Caroline Boutillon-Duflot, fondatrice de Bilan Santé PME, explique qu'"il n'y a pas une solution pour une entreprise. Comment se réinventer, comment rester en lien avec ses clients, comment adapter son offre, il y a plusieurs questions mais pas une seule réponse et elle dépend surtout de l'énergie du dirigeant."

Parlons Economie
3 minutes pour comprendre
Parlons Economie3 minutes pour comprendre

Continuer la lecture

Parlons économie

Economie et santé, alliance d’expertises entre sociétés et retraite

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous parlons de la compatibilité entre l’économie et la santé avec Jean-Marc Leroux, CEO de CoreMedica Europe, Kareen Vaisbrot, cheffe de la division Politique patronale de Swissmem et membre de la direction et Nathalie Hardyn, Directrice du département politique de la CCIG. L’alliance d’expertises entre sociétés est également au coeur de la discussion avec nos invités Claude Devillard, Directeur du groupe Devillard et Alexandre Rossetti, Directeur de la Boîte à Images SA. Enfin, nous nous intéressons à la problématique de l’AVS et à l’initiative des jeunes PLR avec Davit Ghukasyan, Président des JLR Genève et Laurent Jullier, Spécialiste prévoyance à Alkimia.

3 minutes pour comprendre: Economie et santé sont-elles compatibles?

Pour ouvrir notre émission du jour, nous abordons le sujet de la compatibilité entre l’économie et la santé. CoreMedica Europe, dirigée par Jean-Marc Leroux, offre la possibilité d’effectuer soi-même à la maison ses collections de sang et fluides biologiques afin qu’ils soient testés dans des laboratoires accrédités à Genève. Dans le contexte actuel d’épidémie et en s’appuyant sur son expertise unique, la start-up a su rebondir pour proposer aux entreprises un test de dépistage anticorps du coronavirus au moyen d’un kit par prélèvement salivaire. Explications avec notre invité.

Selon Kareen Vaisbrot, soutenir la stratégie de dépistage au sein des entreprises est certes important, mais cet accompagnement doit s’inscrire dans un contexte plus global qui ne doit pas mettre en péril le système de santé. Nathalie Hardyn, Directrice du département politique de la CCIG, insiste sur l’importance d’une coordination à l’échelle nationale.

3 minutes pour comprendre
Economie et santé sont-elles compatibles
3 minutes pour comprendreEconomie et santé sont-elles compatibles

 

Genève innove: Comment maintenir une entreprise dans l’air du temps?

Nos invités Claude Devillard, Directeur du groupe Devillard et Alexandre Rossetti, Directeur de la Boîte à Images SA, ont décidé de s’unir pour voir plus loin. Un mariage qui permet aux deux PME de se renforcer mutuellement et d’ajouter des cordes à leurs arcs respectifs. Bénéficier de la réputation de longue date de l’un, du réseau de l’autre, tout en conservant sa propre identité et ses couleurs, tel est l'objectif de nos invités pour se réinventer.

Genève innove
Comment maintenir une entreprise dans l’air du temps?
Genève innoveComment maintenir une entreprise dans l’air du temps?

 

Le Focus : A quand la retraite?

C'est la question que nous nous posons avec Davit Ghukasyan, Président des Jeunes Libéraux-Radicaux Genève. Le parti souhaite relever l'âge de la retraite à 66 ans pour les hommes et les femmes. En effet, l'augmentation de l'espérance de vie engendre une augmentation des dépenses, et selon lui, le système actuel de l'AVS datant de 1948 et n'ayant pas connu de réforme structurelle depuis plus de 20 ans, n'est plus adapté à nos besoins actuels.

Entre les trois possibilités étudiées, à savoir une baisse des rentes qui aurait pour conséquence directe une rupture des engagements donnés, ou alors une augmentation des impôts ou des cotisations salariales qui ne résout pas le problème de l'espérance de vie, celle du recul de l'âge de la retraite serait la solution. Laurent Jullier, Spécialiste prévoyance à Alkimiam ajoute que le rapport entre les actifs et les rentiers était de six pour un en 1948 contre trois pour un aujourd'hui. Additionné à l'espérance de vie qui a augmenté de 10 ans en moyenne, cela pose effectivement un problème de financement à l'institution. L'initiative du JLR répond donc selon lui en partie à cette problématique.

Le Focus
A quand la retraite?
Le FocusA quand la retraite?

Continuer la lecture

Parlons économie

Situation de l’hôtellerie Genevoise, transition énergétique dans les bâtiments et digitalisation de la banque.

Publié

le

Cette semaine dans Parlons Economie, votre rendez-vous en partenariat avec la Chambre de commerce, d’industrie et des services de Genève, nous évoquons les conséquences directes de la crise sanitaire sur l'hôtellerie Genevoise et ses moyens de rebondir, avec Gilles Rangon, directeur de l’hôtel Eden, président de la Société des Hôteliers de Genève et Samuel Koenig, PDG du Holiday Inn Express Geneva Airport. Nous abordons le sujet de la transition énergétique de nos bâtiments avec Didier Faure, EPS Sales Manager de Siemens. Pour finir nous nous intéressons à la digitalisation de la banque pour les particuliers en compagnie de Marcel Schmutz, responsable digital banking pour la Suisse romande chez Crédit Suisse.

 

3 minutes pour comprendre: Comment l'hôtellerie Genevoise peut-elle rebondir?

Depuis plus d'un an maintenant, les temps sont difficiles pour l'hôtellerie genevoise. Genève possède une infrastructure hôtelière d’importance avec pas moins de 126 établissements dont 30 à 40 sont encore fermés et le constat est préoccupant concernant le nombre de nuitées effectuées en 2020, avec une chute de 67%, soit environ 1 million de nuitées péniblement atteintes contre plus de 3 millions les années précédentes.

Bénéficiaires de l'aide aux cas de rigueur, les hôteliers sont dans l'attente d'aides supplémentaires pour couvrir les pertes, maintenir l'équilibre et conserver les emplois qualifiés.

Dans l'attente d'une reprise de l'activité au cours de l'été, la reconversion reste compliquée pour le secteur, d'autant que la rentabilité émane des chambres.

Le passeport vaccinal reste le sésame selon nos invités, nous en parlons avec Gilles Rangon, directeur de l’hôtel Eden, président de la Société des Hôteliers de Genève, et Samuel Koenig, PDG du Holiday Inn Express Geneva Airport.

 

Genève bouge pour la planète: Comment rendre nos bâtiments moins énergivores?

La crise sanitaire a engendré une réduction des émissions de CO2 de 4 à 5% au niveau mondial. Pour atteindre la Stratégie énergétique 2050 de la Suisse, il s'agirait de renouveler l'équivalent de ce type de crise annuellement pendant 30 ans.

Une réduction durable des coûts énergétiques des bâtiments est donc essentielle. Didier Faure, EPS Sales Manager de Siemens, nous parle du contrat de performance mis en place par son entreprise. Il s'agit d'un modèle d’affaire garantissant la performance en accompagnant les propriétaires de biens immobiliers sur 10 à 15 ans: la garantie d'un retour sur investissement.

Le détail du contrat avec notre invité.

 

Genève innove: Demain, quelle relation avec votre banquier?

Le secteur bancaire ne cesse d'évoluer depuis l'arrivée du smartphone en 2007. Les besoins des clients changent, l'interaction numérique est de mise et le marché est prêt.

La crise sanitaire a évidemment accéléré le processus, notamment au niveau des paiements, mais elle a également eu un impact sur la diversification et la tarification des offres proposées. Notre invité, Marcel Schmutz, responsable digital banking pour la Suisse romande chez Crédit Suisse, nous parle de l'émergence des offres digitales gratuites ou personnalisées, en fonction des expériences clients souhaitées.

Continuer la lecture

Parlons économie

L’économie de la culture, la lutte contre les maladies infectieuses et un concept de nutrition innovante et saine.

Publié

le

Au programme de Parlons Economie cette semaine, nous abordons le sujet de l'économie de la culture et de l'impact de la crise sanitaire sur cette dernière à Genève en compagnie de José Ramirez, professeur à la HEG-Genève. Nous abordons ensuite la lutte internationale contre les maladies infectieuses mortelles qui est mise à mal par la pandémie de coronavirus. Nous recevons Françoise Vanni, directrice des relations extérieures et de la communication du Global Funds. Pour terminer, nous nous intéressons à la nutrition saine et innovante et vous faisons découvrir "Pearly Heath", un concept de smoothies sains et innovants avec la fondatrice de la marque, Haliba Habliz.

 

3 minutes pour comprendre l'économie de la culture.

Pour ouvrir notre émission du jour, nous abordons le sujet de l'économie de la culture. Cette économie mise à mal par la crise du Covid occupe en temps normal une place importante pour le canton de Genève puisqu'elle y représente 7,6% des emplois.

Bien que tous les secteurs de l'économie culturelle n'aient pas souffert de la crise - on a vu les domaines de la productions, des jeux ou des applications se développer - la crise du Covid-19 a fait ressortir les inégalités et la disparité des statuts dans ce secteur. On s'est rendu compte que certains professionnels du secteur se trouvaient dans des situations très vulnérables tandis que d'autres beaucoup moins.

Nous en parlons avec notre invité, José Ramirez, professeur à la HEG-Genève.

3 minutes pour comprendre
L'économie de la culture
3 minutes pour comprendreL'économie de la culture

 

Le Focus: La lutte mondiale contre les maladies infectieuses.

Avec Françoise Vanni, directrice des relations extérieures et de la communication du Global Funds, nous parlons de la lutte contre les maladies infectieuses et l'action du Global Funds en particulier en cette période de Covid-19.

Le rôle du Global Funds est de lutter contre les trois maladies infectieuses les plus mortelles au monde: le VIH, la tuberculose et le paludisme. Son action consiste à soutenir des partenaires locaux dans les pays en voie de développement afin de leur permettre de mettre en place les actions nécessaires pour lutter contre ces maladies. Depuis sa création, le fond a permis de sauver plus de 38 millions de vies.

Aujourd'hui, la pandémie de Covid-19 apporte de nouvelles préoccupations. D'abord celle d'une nouvelle maladie infectieuse avec un fort taux de mortalité qui touche le monde entier. Ensuite, cette épidémie a relégué la lutte contre les autres maladies au second plan. Les soignants notamment sont mobilisés avec la coronavirus mais c'est également le cas des budgets de la santé.

Explications de notre invitée, Françoise Vanni.

Le Focus.
La lutte internationale contre les maladies infectieuses
Le Focus.La lutte internationale contre les maladies infectieuses

 

Genève innove: La nutrition saine et innovante.

Côté innovation, on s'intéresse à la nutrition cette semaine avec "Pearly Health" en compagnie de sa fondatrice Haliba Habliz. Le concept de "Pearly Health", des smoothies sains et innovants. Leur particularité ? Ils se présentent sous forme de poudre que l'on mélange avec de l'eau pour obtenir une boisson fruitée et saine.

Ces smoothies, réalisés à partir de fruits et de légumes 100% bio et sans additifs, ni colorants, sont élaborés en partenariat avec des nutritionnistes afin de répondre à des besoins nutritifs spécifiques.

Le plus de ce concept est qu'il permet de réduire le gaspillage alimentaire tout en permettant au consommateur de gagner du temps !

Genève innove.
La nutrition saine et innovante
Genève innove.La nutrition saine et innovante

Continuer la lecture

Parlons économie

Etre couvert pour les accidents de ski, développer l’énergie renouvelable dans la région et investir dans les projets en Science de la vie au menu de Parlons Economie.

Publié

le

On ouvre notre émission de la semaine avec le sujet des assurances au sport d'hiver. Pour en parler, Christelle Jacotey, responsable du développement commercial chez Swiss Risk and Care est notre invité. Dans la seconde partie, nous nous intéressons à la transition énergétique avec deux exemples concrets de projets menés sur le bassin lémanique. Nous recevons Christian Brunier, directeur général des SIG pour parler de Genilac et Vincent Scattolin, président de la SPL qui nous présente Terrinnov.

Pour terminer, nous nous intéresserons au domaine des Sciences de la vie qui est actuellement sous le feu des projecteurs. Emmanuel de Watteville, General Partner Blue Ocean Ventures et responsable financement des startup à la Fongit nous expliquera pourquoi investir dans les stratups innovantes de ce domaine.

 

3 minutes pour comprendre: L'économie de la neige

Nous commençons cette semaine par un sujet d'actualité en cette période de vacances d'hiver. Chaque année de nombreux suisses profitent de cette période pour chausser leurs skis ou snowboards et dévaler les pistes. Malheureusement, chaque hiver on dénombre environ 76'000 accidents sur les pentes enneigées. Si ils sont généralement bénins, il est toujours intéressant de savoir comment nous sommes assurés avant le départ.

Nous abordons le sujet avec Christelle Jacotey, responsable du développement commercial chez Swiss Risk and Care. Si vous êtes suisse et salarié en Suisse, l'assurance obligatoire LAA, souscrite par votre employeur vous couvre en cas d'accident non professionnel. Elle prend en charge vos soins, le sauvetage, les béquilles, fauteuils roulants... et vous verse des indemnités en cas d'arrêt de travail.

Vous avez également la possibilité de souscrire à une assurance complémentaire LAAC, qui n'est pas obligatoire, et qui couvrira les lacunes de la LAA.

Pour les étudiants, les enfants, les retraités... toutes les personnes sans activité, elles sont couvertes par LAMAL. Cette assurance couvrira le sauvetage, les soins...

Dans tous les cas, notre invitée rappelle qu'il est indispensable de se renseigner sur les couvertures que vous avez et leurs conditions avant votre départ aux sports d'hiver. Vous pouvez également faire appel à un courtier en assurance afin de vous aider à trouver la couverture qui correspond le mieux à vos besoins.

3 minutes pour comprendre
L'économie de la neige.
3 minutes pour comprendreL'économie de la neige.

 

Genève bouge pour la planète: Des projets de transition énergétique

Nous avons la chance ce jeudi de recevoir deux acteurs majeurs de projets de transition énergétique dans la région lémanique pour nous parler de leurs mises en place.

©Frederico Beccari / Unplash

Tout d'abord, Christian Brunier, directeur général de SIG présente le projet Genilac. Un projet qui consiste à répondre aux besoins en chaleur et froid de la ville de Genève en utilisant une énergie durable: l'eau du lac et la géothermie.

Les SIG ont une volonté forte de répondre au défi écologique en proposant des énergies renouvelables. A Genève, c'est déjà le cas avec l'électricité et avec Genilac, la gestion du chaud et du froid se fera également sur un modèle plus durable.

D'un autre côté, nous découvrons le projet Terrinnov avec Vincent Scattolin, président de la SPL. Ce projet consiste en la création d'un nouveau quartier dans le secteur de Ferney-Voltaire constitué à la fois d'habitation et de locaux commerciaux qui sera entièrement alimenté grâce à l'énergie produite par le CERN. Une façon de récupérer et réutiliser cette énergie.

Le détail des deux projets avec nos invités.

Genève bouge pour la planète
Des projets de transition énergétique
Genève bouge pour la planèteDes projets de transition énergétique

 

Genève innove: Les Sciences de la vie à Genève et comment financer l'innovation ?

Le secteur des Sciences de la Vie est au coeur des préoccupations depuis plus d'une année en raison de la crise sanitaire mais Genève n'avait pas attendue cela pour être à la pointe de le domaine. En effet, ce secteur représente 6'000 emplois, 2% du PIB et environ 500 entreprises dans le canton.

©Michael Longmire / Unsplash

Cependant, si les stratups du secteur sont nombreuses, innover et développer des produits a un prix. Nous en parlons avec Emmanuel de Watteville, General Partner Blue Ocean Ventures et responsable financement des startup à la Fongit qui est spécialisé dans l'investissement sur les entrepreneurs qui développent des projets en Science de la Vie. Parmi ces stratups, on distingue deux catégories: la biotech, c'est-à-dire le développement de médicaments ou vaccins et la medtech, soit le développement d'appareils médicaux.

Notre invité nous explique l'importance de ce secteur pour l'économie genevoise et pourquoi il faut investir dans ces startups.

Genève innove
Financer l'innovation dans les Sciences de la vie.
Genève innoveFinancer l'innovation dans les Sciences de la vie.

Continuer la lecture