Rejoignez-nous

Emissions

L’ex-numéro trois du Vatican reste en prison

Publié

,

le

Le cardinal Pell a été condamné en mars dernier par la justice australienne à six ans de prison pour avoir agressé sexuellement deux enfants de choeur dans les années 1990 (archives). (©KEYSTONE/AP/ANDY BROWNBILL)

La justice australienne a confirmé mercredi en appel la condamnation à six ans de prison du cardinal George Pell, ex-numéro trois du Vatican, pour viol et agressions sexuelles sur deux enfants de choeur dans les années 1990. Elle a ordonné son maintien en détention.

En costume sombre, le prélat de 78 ans a comparu devant la cour suprême du Victoria à Melbourne, baissant régulièrement la tête pendant que la juge lisait la décision rejetant son appel. La foule, massée a l’extérieur, a salué le verdict avec des applaudissements qui ont été entendus jusque dans la salle d’audience.

La juge a déclaré que le cardinal Pell serait admissible à une libération conditionnelle dans trois ans et huit mois, bien qu’il puisse encore former un nouveau recours devant la haute cour d’Australie.

Plus haut représentant de l’Eglise catholique jamais condamné pour viol sur mineur, le cardinal, qui clame son innocence, a été reconnu coupable en décembre de cinq chefs d’accusation, notamment d’avoir imposé une fellation en 1996 à un garçon de 13 ans et de s’être masturbé en se frottant contre l’autre.

Treize objections

« Pour de nombreux survivants [d’agressions sexuelles, ndlr], une condamnation prononcée contre un agresseur tout-puissant et très en vue accroît la confiance dans la conduite de la justice et la possibilité de dénoncer », a réagi la fondation australienne Blue Knot, un groupe de défense des enfants victimes d’abus sexuels.

Les avocats du cardinal avaient soulevé treize objections pour contester la condamnation. Ils soutenaient notamment qu’il était « physiquement impossible » que les faits allégués aient été commis par le prélat, alors que la cathédrale était bondée.

Ils ont émis des doutes sur l’ensemble du jugement, qu’il s’agisse de la chronologie des faits ou de la possibilité matérielle pour George Pell d’avoir commis les agressions dans l’encombrante tenue sacerdotale dont il était vêtu alors qu’il venait de célébrer l’office.

Surtout, ils estiment le verdict « déraisonnable », car basé exclusivement sur le témoignage d’une des victimes. L’autre est décédée en 2014 d’une surdose de drogue, sans jamais avoir affirmé avoir été victime d’une agression.

« Un poids a été levé »

Pour l’avocate du père de la victime décédée, « un poids a été levé ». Le père « estime que justice a été rendue aujourd’hui. Il est vraiment soulagé que George Pell soit derrière les barreaux ce soir », a ajouté l’avocate.

Les trois juges ont également rejeté à l’unanimité deux arguments de la défense du cardinal invoquant des erreurs de procédure au cours de son procès.

A la suite de la décision de mercredi, le premier ministre australien Scott Morrison a exprimé sa sympathie aux victimes. Il a déclaré que les « tribunaux avaient fait leur travail ». Le cardinal Pell va être déchu de sa médaille de l’ordre d’Australie, a-t-il ajouté.

Avant sa disgrâce cette année, M. Pell avait connu une ascension rapide. Nommé archevêque de Sydney en 2001, il était entré en 2003 dans le puissant collège des cardinaux et siégeait aux conclaves qui ont élu successivement les papes Benoît XVI et François.

Tout juste élu, le pontife argentin l’avait choisi en 2013 pour faire partie du conseil de neuf cardinaux (C9) chargé de l’aider à réformer la curie, le gouvernement du Vatican. En 2014, il était ensuite devenu secrétaire à l’économie, véritable numéro trois du Vatican.

Depuis sa condamnation, le cardinal Pell a été relevé de sa fonction de responsable financier du Vatican et perdu sa place dans le C9. Le Vatican a ouvert sa propre enquête sur Mgr Pell qui pourrait au final être défroqué.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A la une

Insolite: A Genève, on peut s’offrir un dinosaure

Publié

le

Une vente aux enchères exceptionnelle. Pour la première fois en Suisse, il est possible d’acquérir des objets de l’ère paléontologique, avec notamment un squelette complet de dinosaure estimé entre 200’000 et 300’000 francs. 

Parmi les autres objets mis en vente, une dent de requin mégalodon estimée à 800 francs, mais également un morceau de lune et même un fragment de météorite martienne. C’est la maison Piguet, à Genève, qui organise cette vente aux enchères.

Fabrice Van Rutten est spécialiste Arts de l’Antiquité chez Piguet. Il s’est chargé de mettre en place cette exposition et explique pourquoi ces oeuvres sont vendues aux enchères:

Fabrice Van Rutten  Spécialiste Arts de l'Antiquité chez Piguet

Pour chaque objet, une fourchette de prix est indiquée. Mais comment fait-on pour estimer des objets de la paléontologie? Bernard Piguet, commissaire priseur et directeur de l’hôtel des ventes Piguet:

Bernard Piguet  Commissaire priseur et directeur de l'hôtel des ventes Piguet

L’exposition est publique et gratuite, répartie sur deux sites. A Genève, 51 rue Prévost-Martin pour les objets paléontologiques, les bijoux, les montres et les objets d’art. Mais également à Cologny, 10 chemin de Faguillon, pour découvrir la Collection Manja Gideon, une exposition consacrée au mobilier et à l’art du XXI siècle.
La vente aux enchères – elle – se déroulera entre le 23 et le 26 septembre à Genève. Possibilité de participer à la vente sur internet, à l’adresse piguet.com

 

 

Continuer la lecture

L'invité de Radio Lac Matin

Olivier Rigot, associé gérant chez EMC Gestion de Fortune

Publié

le

Le franc atteint de nouveau des sommets.

Un franc fort, malgré les décisions de la BNS et qui pénalise, à terme, notre économie. Olivier Rigot, associé gérant chez EMC Gestion de Fortune était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, pour éclaircir cette situation.

Continuer la lecture

Emissions

Météo : la bise souffle à Genève

Publié

le

Ciel gris à Genève

La bise souffle aujourd’hui et soufflera encore demain. Les températures sont fraîches. 20° pour les maximales et du soleil cet après-midi. 

Demain : une journée ensoleillée, avec des températures oscillant entre 9 et 21°. 

Samedi : début de weekend gorgé de soleil, malgré quelques passages nuageux en fin de journée. Le temps sera couvert et sec. Les températures seront en hausse : 11° pour les minimales, 23° pour les maximales. 

Dimanche : des nuages parfois denses et quelques éclaircies passagères. Les maximales seront de 21°.

Lundi : le ciel sera nuageux tout au long de la journée. Il fera 22° à la mi-journée.

Mieux anticiper le phénomène El Niño 

El Niño est un phénomène météorologique qui revient tous les deux à sept ans, et qui pousse à la hausse mondiale des températures. Des modifications climatiques qui sont à l’origine de pluies torrentielles, de tempêtes et de feux de forêts dans les pays tropicaux. Bonne nouvelle, il sera désormais possible de l’anticiper un an et demi à l’avance, grâce à l’intelligence artificielle. 

Pour réaliser ces prévisions des calculs sont réalisés à partir d’analyses de données climatiques et de simulations d’épisodes d’El Niño. Une solution qui permet de meilleures prévisions, une localisation plus précise du phénomène et une réduction des risques liés à la sécheresse.

Continuer la lecture

Emissions

Acquittements après l’accident de Fukushima

Publié

le

L'accident nucléaire de Fukushima est le pire après celui de Tchernobyl en 1986 (archives). (©KEYSTONE/AP Tokyo Electric Power Co. via Kyodo News)

Trois ex-dirigeants de Tepco, l’opérateur de la centrale atomique accidentée de Fukushima, ont été acquittés jeudi par un tribunal de Tokyo. La cour a jugé qu’ils ne pouvaient être tenus coupables des conséquences de la catastrophe nucléaire survenue après un tsunami.

Ces trois anciens responsables de l’opérateur de la centrale de Fukushima Daiichi, dévastée le 11 mars 2011, étaient les seules personnes physiques à être jugées dans le pire accident nucléaire après celui de Tchernobyl en 1986. Ils étaient accusés de négligence ayant entraîné la mort pour ne pas avoir tenu compte d’informations faisant état d’un risque de tsunami dépassant les capacités de résistance de la centrale.

Cinq ans de prison ferme étaient requis contre l’ancien président du conseil d’administration de Tokyo Electric Power (Tepco) au moment du drame, Tsunehisa Katsumata (79 ans), ainsi que deux anciens vice-directeurs, Sakae Muto (69 ans) et Ichiro Takekuro (73 ans). Ils avaient plaidé tous les trois non coupables devant le tribunal de Tokyo.

Poursuites refusées deux fois

Les poursuites engagées contre les ex-dirigeants s’appuyaient sur le décès de 44 patients de l’hôpital de Futaba, à quelques kilomètres de la centrale, lors de leur évacuation d’urgence dans des conditions extrêmes, avec un bus qui a tourné en rond pendant plusieurs heures. Pour ces personnes âgées, l’épreuve s’est avérée insurmontable.

Les procureurs avaient refusé à deux reprises d’engager des poursuites contre les dirigeants de Tepco, arguant que les éléments du dossier étaient insuffisants. Mais un réexamen de l’affaire en 2015 par un panel de citoyens (une procédure peu utilisée au Japon) a tranché pour un procès au pénal.

Les trois accusés se voyaient reprocher par les plaignants d’avoir péché par inaction, alors qu’ils avaient connaissance du risque d’un tsunami majeur aux abords de la centrale construite en bord de mer.

Bien avant le drame, ces dirigeants ont eu en leur possession des données indiquant que la centrale atomique était située dans une zone avec une probabilité de raz-de-marée dépassant 15 mètres, une hauteur pour laquelle le site n’était pas conçu.

Réacteur en fusion

« Ils auraient dû suspendre l’activité de la centrale nucléaire » jusqu’à la mise en place de mesures anti-tsunami, dont la construction d’une digue, ont estimé les procureurs au tribunal de Tokyo, selon les comptes rendus d’audience publiés par les médias.

M. Katsumata a déclaré durant le procès qu’il n’était pas impliqué au quotidien dans les décisions concernant la sûreté et se reposait sur le travail de ses subordonnés chargés de ces questions.

Tepco n’a pas engagé de travaux pour protéger le site avant que ne survienne au large un puissant séisme de magnitude 9, responsable du gigantesque raz-de-marée qui allait noyer les groupes électrogènes de la centrale, arrêter le refroidissement du combustible et provoquer sa fusion.

Si le tsunami a causé la mort de 18’500 personnes dans le nord-est du Japon, l’accident nucléaire de Fukushima en lui-même n’a fait aucune victime sur le coup. Cependant, il est indirectement responsable de plusieurs milliers de « décès liés », reconnus par les autorités comme des morts dues à la dégradation des conditions de vie des personnes évacuées.

La catastrophe a forcé des dizaines de milliers d’habitants à abandonner leurs maisons proches de la centrale. Un grand nombre d’entre eux sont encore installés dans d’autres régions du pays, ne pouvant pas ou préférant ne pas rentrer chez eux, par peur des radiations.

Amendes symboliques

Si c’est la première fois que des individus sont jugés au pénal dans cette affaire, l’Etat japonais et Tepco ont déjà été sanctionnés par la justice à diverses reprises, à la suite de nombreuses plaintes en nom collectif.

En septembre 2017 notamment, Tepco avait été jugé responsable de l’accident nucléaire et condamné à une amende symbolique par un tribunal local. Six mois plus tôt, une autre instance avait condamné à la fois Tepco et l’Etat japonais pour négligence dans cette affaire, mais, là aussi, l’amende avait été symbolique.

Par ailleurs, Tepco indemnise les victimes du drame depuis des années, en recevant l’argent d’un fonds créé spécialement et alimenté par l’Etat et l’ensemble des compagnies d’électricité.

Source ATS.

Continuer la lecture

Emissions

CERN Open Days: le Live spécial de Radio Lac

Publié

le

Équipé d'une tenue orange, un des volontaires guide les premiers visiteurs à leur arrivée au terminal du Tram 18.

Les 14 et 15 septembre derniers, le CERN s’est ouvert au public lors d’un événement de grande ampleur qui a comptabilisé plus de 75’000 visiteurs sur le week-end.

L’Organisation européenne pour la recherche nucléaire peut être visitée à tout moment, mais c’est à l’occasion du deuxième long arrêt de l’accélérateur de particules que le personnel et les scientifiques travaillant sur le site de Meyrin ont accueilli des visiteurs de tous âges afin de leur faire découvrir le quotidien du CERN.

Radio Lac était partenaire de cette manifestation exceptionnelle qui se tient tous les cinq ans et se trouvait donc sur place pour une émission spéciale samedi 14 septembre de 10h à 14h. Pour les journées portes ouvertes, le CERN et tous ses volontaires ont cherché à partager de manière ludique avec le public les différents domaines et expériences qui font leur quotidien. Sur l’Esplanade des Particules, Philippe Verdier a accueilli pas moins de 16 intervenants sur le stand Radio Lac, qui explique aux auditeurs leur spécialité. En parallèle, notre reporter Tadeusz Roth s’est déplacé sur tout le site du CERN, à la rencontre des visiteurs, intervenants et employés, il vous fera vivre de l’intérieur les différentes expériences mises en place lors des portes ouvertes.

Suivez Radio Lac pendant cette émission, et laissez-vous porter au fil des podcasts pour vivre ou revivre les Open Days.

Introduction aux Open Days du CERN

Sur le stand de Radio Lac, les invités se succèdent au micro.

Radio Lac interroge les scientifiques et collaborateurs du CERN

Première femme à occuper la fonction de directrice du CERN, Fabiola Gianotti travaille depuis 1994 sur le site de Meyrin. Cette physicienne, véritable passionnée de science des particules, résume l’objectif de ces journées portes ouvertes et les différentes installations que le public a pu découvrir. Fabiola nous parle aussi de l’organisation du CERN, du futur de ce dernier, mais également de son financement.

Fabiola Gianotti, directrice général du CERN

Ana Godinho est la responsable de la communication pour les Open Days au CERN. Ce weekend, toutes les installations étaient ouvertes au public, Ana nous a expliqué pourquoi ces journées étaient un grand moment de partage.

Ana Godinho, responsable communication au CERN

Ce laboratoire unique au monde est un environnement international, et Ana Godinho nous éclaire sur cette organisation et ses missions.

Ana Godinho, responsable de la communication

Emma Sanders, la responsable des expositions et des visites au sein du CERN était également au micro de Radio Lac, afin de nous faire découvrir les différentes expositions, mais aussi de rappeler que le CERN se visite toute l’année, et est accessible à tous.

Emma Sanders, responsable des expositions

Emma Sanders, responsable des expositions

Les métiers du CERN sont aussi variés que parfois inattendus. Frédéric Hemmer, chef du département des technologies de l’information, nous explique pourquoi l’informatique est essentielle au sein du CERN. Il nous partage les objectifs du départements IT pour la conservation des données.

Frederic Hemmer, chef du département IT

Charlotte Warakaulle est responsable des relations internationales au CERN. Elle nous partage l’esprit international du CERN et nous présente les nombreuses nationalités présentes au sein de cette organisation.

Charlotte Warakaulle, responsable des relations internationales

Des activités ont été proposées tout au long de la journée dans plusieurs sites du CERN, comme ici dans l’espace Supraconductivité.

Parmi les sites les plus connus de la région, Charlotte Warakaulle expose les questions fondamentales que se posent les scientifiques du CERN.

Charlotte Warakaulle, responsable des relations internationales

Dans un esprit tout aussi international, Emmanuel Tsesmelis travaille au maintien des relations avec les états associés non-membres. Il nous explique les liens géopolitiques entretenus par le CERN pour le maintien de la paix, notamment dans les pays n’ayant pas de relations diplomatiques.

Emmanuel Tsesmelis, chef du projet SESAME

John Ellis est un physicien théoricien au sein du CERN. Ses travaux théoriques ont des applications concrètes pour l’avancée des technologies du laboratoire. Il nous explique l’intérêt de ces recherches théoriques au quotidien pour le futur du CERN.

John Ellis, physicien théoricien

Le transfert de connaissances peut paraître obscure pour le public, et pourtant, c’est grâce aux technologies du CERN que certains domaines comme la médecine et la conservation du patrimoine peuvent bénéficier d’outils très avancés. Anaïs Rassat est responsable communication et marketing et nous parle de ces différentes applications.

Anaïs Rassat, responsable communication et marketing

Thierry Stora est, quant à lui, physicien et responsable du projet MEDICIS. Il nous explique les applications de la science du CERN en collaboration notamment avec les hôpitaux universitaires de Suisse Romande.

Thierry stora, physicien

Le « Hi Lumi » est le projet de Haute Luminosité de l’accélérateur LHC au CERN. Le chef de projet Lucio Rossi nous montre l’intérêt et les objectifs de ce projet, ainsi que les travaux employés pour cette installation.

Lucio Rossi, chef du projet Hi Lumi

Lucio Rossi, chef du projet Hi Lumi

Pour comprendre l’antimatière, nous retrouvons Michael Doser, physicien spécialisé en antimatière. Fabriquée à base de matière dans les accélérateurs, l’antimatière est ensuite étudiée dans des décélérateurs. Les visiteurs ont pu découvrir ce weekend ces fameuses machines.

Michael Doser, physicien spécialiste en antimatière

Cédric Lombard est technicien au Proton-Synchrotron, il nous partage le plus simplement possible les expériences faites au sein du CERN et le fonctionnement du célèbre accélérateur de particules: le LHC.

Cédric Lombard, technicien au proton-synchrotron

Des visiteurs, équipés de casques oranges, découvrent l’accélérateur de l’intérieur.

Les clubs du CERN et l’organisation CERN Alumnis, c’est la mission de Rachel Bray, responsables des clubs. Les communautés scientifiques restent en lien entre eux et avec l’organisation grâce à ce programme créé en 2017. Nous en apprenons plus sur leur utilité dans la communauté du CERN avec Rachel Bray au micro de Radio Lac.

Rachel Bray, responsable des clubs du CERN

Les particules et le Boson de Higgs, qu’est ce que c’est ? Le physicien Nicolas Morange nous parle de l’expérience Atlas, qui a pour but d’analyser les constituants de la matière et apporter des réponses aux grandes questions de l’univers.

Nicolas Morange, physicien

Notre dernier invité, Patrick Geeraert, nous fait traverser le « Portail de la Science », quelques années en avance. Ce très grand projet aura pour but de permettre au public de découvrir tous les aspects du CERN, par le biais d’expositions, d’installation et de classes. Le chef de projet nous explique les grands objectifs de cette future installation.

Patrick Geeraert, responsable du projet Portail de la Science

 

Sur les différentes installations avec Tadeusz Roth

Tadeusz Roth s’apprête à découvrir les installations et les différents sites du CERN.

Grâce à notre journaliste en déplacement au cœur du site du CERN sur les activités proposées à l’occasion des journées portes ouvertes, vous pouvez revivre les animations et installations de ce weekend, mais aussi rencontrer les métiers parfois insoupçonnés.

Tadeusz s’est rendu en premier lieu dans les immenses entrepôts du CERN et y a fait la connaissance de Laura Bianchi, ingénieure en mécanique.

Tadeusz Roth et Laura Bianchi

Depuis le convertisseur d’énergie, Tadeusz nous décrit les expériences que peuvent vivre les spectateurs, notamment l’expérience Tesla, aussi impressionnante que fascinante.

Expérience Tesla

Notre reporter sur place a pu tester pour vous la visite du LHC en réalité virtuelle, expérience proposée au public lors des journées portes ouvertes. Cela permet à tous de pouvoir découvrir l’accélérateur de l’intérieur, depuis la surface, casque sur les yeux. L’expérience est bluffante.

Le LHC en réalité virtuelle

Visite en réalité virtuelle pour cette famille.

Nous avons pu voir le caractère international du CERN, plus de 100 nationalités y sont représentées. Au Village International du CERN, l’animation est bien présente, entre restaurants et concerts. Mélissa Rudolf, attachée de presse, nous rappelle que le CERN se visite toute l’année.

Le Village International

A Prévessin, Tadeusz Roth est en direct de la tour de contrôle du CERN. Arrivé à bord d’une navette autonome, il nous fait visiter ce centre dans lequel sont gérées les opérations et expériences, indispensables au bon fonctionnement des sites.

Le centre de contrôle du CERN

Une caserne de pompiers au sein du CERN, ce n’est pas une évidence pour tous, et pourtant, la gestion de tous les sites du CERN nécessite l’intervention quotidienne des pompiers. Tadeusz a rencontré Franck Chambolle, chef pompier, qui nous explique les particularités de son métier.

Franck Chambolle, pompier au CERN

Le programme de ces journées portes ouvertes étaient aussi chargé que varié, et petits et grands ont pu découvrir tous les travaux et applications du CERN. Radio Lac vous a fait découvrir cet univers grâce à nos intervenants ce samedi, à travers les activités proposées et les différents sites visités, et vous remercie de nous avoir accompagné tout au long de ce voyage dans le futur.

Le CERN peut se visiter toute l’année, en attendant les prochaines portes ouvertes et l’inauguration du Portail de la Science, prévues toutes deux dans environ cinq ans.

 

Continuer la lecture