Rejoignez-nous

Emissions

Le véritable appel à la résistance est celui de l’UDC !

Publié

,

le

Vous nous parlez aujourd’hui de l’initiative de l’UDC qui sera soumise au peuple le 25 novembre prochain : tout le monde s’y oppose ?

On peut en effet parler, une fois encore, d’une mobilisation universelle contre l’initiative pour l’autodétermination lancée par l’UDC.

Tout le monde appelle à son rejet : le Conseil fédéral, le Parlement, les partis politiques, des centaines de personnalités et ONG, à en croire les médias, et, évidemment, les médias eux-mêmes.

Les mises en garde pleuvent de toutes parts : selon les partis bourgeois, l’acceptation de cette initiative serait catastrophique pour la crédibilité de la Suisse ; pire encore, elle serait « l’attaque la plus dangereuse contre les droits humains » selon la gauche.

Mais de quoi parle-t-on ? Quel est le texte qui a provoqué une telle frénésie au sein de l’établissement politico-médiatique ?

Eh bien, c’est un texte qui déroute par sa simplicité et, il faut bien le dire, par son évidence : « La Constitution fédérale est la source suprême du droit de la Confédération suisse ».

On ne voit vraiment pas ce que les opposants, en particulier nos autorités, pourraient trouver à redire à une proclamation aussi fondamentale.

Il est vrai que cela semble couler de source.

L’initiative ajoute : « La Confédération et les cantons ne contractent aucune obligation de droit international qui soit en conflit avec la Constitution fédérale. En cas de conflit, ils veillent à ce que les obligations de droit international soient adaptées aux dispositions constitutionnelles, au besoin en dénonçant les traités internationaux concernés. »

Et c’est ici que se font entendre les cris d’orfraies.

Les opposants dépeignent un tableau apocalyptique où la Suisse devrait renégocier voire dénoncer des centaines de traités si l’initiative passait.

Mais enfin, faut-il comprendre que notre Conseil fédéral et notre Parlement auraient signé et ratifié des centaines de traités qui seraient contraire à notre Constitution ?

Nos autorités passeraient-elles leur temps à conclure des traités anticonstitutionnels ?

Il semble que poser la question c’est y répondre…

Mais il y a mieux, Philippe : à en croire les partis de gauche, « la Suisse pourrait ne plus satisfaire aux normes de la Convention européenne des droits de l’homme » – c’est ce qu’a soutenu notre Conseillère fédérale Mme Sommaruga, voire même, c’est l’opinion d’Amnesty International, il pourrait y avoir des conflits avec la Convention de l’ONU sur la torture !

On croit vraiment rêver !

Les droits de l’homme ne sont-ils pas tous garantis par notre Constitution fédérale ? Celle-ci autoriserait-elle la torture ?

On a vraiment affaire à de vaines imprécations des partis et ONG de gauche qui sont d’autant moins sérieuses qu’en matière de garanties fondamentales, notre Constitution va bien plus loin que la CEDH.

Par exemple, le droit de grève est explicitement reconnu par notre Constitution alors qu’il ne l’est pas dans la CEDH. Il en va de même de la liberté de l’art ou de celle de la science. D’autres droits fondamentaux comme la liberté économique ne sont garantis que par notre Constitution.

Avec son appel délirant à résister contre ce qu’il surnomme l’initiative « anti-droits humains », le parti socialiste a perdu toute crédibilité.

Et l’affiche qu’il nous annonce relève d’une propagande d’un autre âge : sous le titre « la Suisse résiste » sont représentés côte à côte Trump, Poutine et Erdogan comme les communistes représentaient Marx, Lénine et Staline…

Sauf qu’il est vraiment difficile de comparer Trump ou Poutine au sultan Erdogan et qu’on ne voit en tout cas pas le lien avec nos droits populaires !

N’en déplaise aux bien-pensants, le véritable appel à la résistance, c’est celui de l’initiative lancée par l’UDC car, dans cette affaire, c’est bien notre démocratie directe qui est en jeu.

Mais ça, ce sera pour une prochaine chronique non conforme !     

Giorgio Campá Non conforme

Actualité

20 ans de prison pour le drame des Verrières

Publié

le

C'est dans cette maison des Verrières (NE) que s'est déroulé le drame en août 2017 (archives). (©KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L’auteur du double homicide des Verrières (NE) en août 2017 a écopé de 20 ans de prison. Le Tribunal criminel de Boudry l’a reconnu coupable vendredi de l’assassinat de son ancienne compagne et du nouvel ami de celle-ci.

Ce quinquagénaire avait abattu ses deux victimes avec une arme à poing durant la nuit du 4 au 5 août 2017, avant de se rendre à la police. Le drame s’était déroulé dans l’appartement de son ex-concubine. L’homme n’avait pas supporté que son ancienne amie refasse sa vie avec un autre.

Le Tribunal criminel du Littoral et du Val-de-Travers a retenu vendredi la thèse du double assassinat. La Cour a estimé que le prévenu avait fait preuve de « froideur » et agi de façon « odieuse ».

Le Tribunal n’a pas totalement suivi le procureur. Mercredi à l’issue de son réquisitoire, le représentant du Ministère public avait demandé une peine privative de liberté à vie à l’encontre du prévenu. De son côté, la défense avait plaidé la thèse du meurtre passionnel.

 

Source: ATS

Continuer la lecture

L'invité de Radio Lac Matin

François Paychère ; « je n’ai jamais vu ça! »

Publié

le

François Paychère, président de la Cour des comptes: « je n’ai jamais vu ça! »

« Jamais de l’histoire de la Cour des comptes, je n’ai vu une situation de blocage pareille ». François Paychére, président de la Cour des comptes, est formel et se montre étonné, voire stupéfait, du refus de collaborer du Conseil d’État afin de faire toute la lumière sur les notes de frais de ses membres.

« Je ne comprends pas ce refus. Comme tout citoyen, j’ai envie de savoir quel usage est fait de l’argent des impôts. La Cour des comptes est un instrument de transparence. » Et en l’occurence ce n’est pas sur son initiative que l’organe intervient mais à la demande de la commission de contrôle de gestion du parlement.

« En général, on arrive à créer une bonne relation de confiance même si lorsqu’on nous voit arriver, il n’y a pas forcément que des sourires ». Le président relève encore qu’à trois reprises le peuple a voulu renforcer les compétences de la Cour qui a pris une certaine ampleur. « Il s’agit de savoir fondamentalement comment l’administration s »organise » .

Mais cette cour n’ en fait-elle pas trop?

st-ce que Monsieur Paychère et son équipe ne se prennent pas pour les « Messieurs propre » et les justiciers de Genève? Le président répond en se référant à une déclaration du Général de Gaulle prononcée en 1958: » je ne vais pas commencer une carrière de dictateur à 62 ans, avait-il dit. J’ai le même âge et cela fait longtemps que je suis magistrat. Je me suis toujours référé à la loi et uniquement à la loi ».

C’est le Grand Conseil qui aura le dernier mot et décidera s’il veut exiger ou non l’ouverture des comptes par le Conseil d’État.

Cette obstination dans le refus peut-elle cacher un cadavre dans le placard? François Paychère se contient de e toute spéculation. Pour l’instant, il souhaite juste de pouvoir commencer à travailler.

https://www.radiolac.ch/podcasts/linvite-de-la-matinale-22032019-084840/

Continuer la lecture

La chronique immo

Ventes immobilières sur internet, comment ça marche ?

Publié

le

La presse s’est fait l’écho cette semaine de la mise en vente sur internet de 90 appartements dans le quartier de l’Etang à Vernier, situé en zone de développement. Une vente immobilière par internet est-elle contraignante pour l’acquéreur ? Quelles sont les règles applicables à la zone de développement ?

« Devenez propriétaire en 48h », c’est la promesse de la régie qui a mis en vente ces 90 appartements. C’est évidemment une formule marketing, la réalité juridique étant un peu différente. Le code civil suisse prévoit en effet qu’une vente immobilière doit impérativement être conclue en la forme authentique, soit devant notaire, pour être valable. Sans cela, impossible d’opérer un transfert de propriété qui doit nécessairement être inscrit au registre foncier. En l’espèce, il s’agit en réalité de se réserver le droit d’acquérir un appartement, ce qui est assimilé à une promesse de vente et donc soumis à la forme authentique.

Quelle est donc la validité d’un tel engagement ?

La forme légale n’étant pas respectée, tant l’acquéreur que le vendeur peuvent librement se départir de leur engagement. Il y a toutefois une réserve à cela, c’est la notion de responsabilité précontractuelle, qui vous oblige à vous comporter de bonne foi dans le cadre des négociations qui précèdent la conclusion d’un contrat. Concrètement, si on peut démontrer qu’une des parties n’avait en réalité aucune intention de conclure un contrat, elle pourrait être tenue de dédommager l’autre pour les frais engagés dans le contexte des négociations. Il ne faut donc pas prendre à la légère le fait de s’inscrire sur internet pour l’acquisition d’un appartement.
Je précise qu’il n’y a rien d’illégal ni de malhonnête à commercialiser des appartements par internet, il faut juste garder à l’esprit que les parties ne s’engageront juridiquement et de manière contraignante que par la signature d’un acte authentique devant notaire.

Quelles sont les particularités d’un achat en zone de développement ?

La zone de développement est un périmètre dans lequel l’Etat contrôle les prix de vente et de location des appartements pour qu’ils soient abordables pour le plus grand nombre. Concrètement, cela signifie que le promoteur doit soumettre l’intégralité du plan financier de l’opération à l’Etat pour qu’il vérifie les rendements réalisés par la location future des logements ainsi que la marge réalisée sur la vente des lots PPE. L’avantage évident pour l’acquéreur est de pouvoir acheter un bien immobilier à un prix en moyenne 20% à 30% inférieur au prix du marché, suivant sa localisation.

Y-a-t-il une contrainte particulière pour l’acquéreur ?

Oui. L’acquéreur devra impérativement être domicilié dans son logement pendant 10 ans et ne pourra le louer pendant cette période que pour de justes motifs impératifs (divorce, déménagement à l’étranger, changements de situation familiale etc.). Même à supposer qu’il puisse vendre ou louer avant les 10 ans pour un juste motif, l’Etat contrôlera là encore le prix de location et de vente pour éviter une spéculation sur ce genre de biens.
L’objectif de la loi est que les acquéreurs achètent un logement pour y habiter et non pour réaliser un investissement et c’est le corollaire du prix très avantageux qui leur est proposé à l’achat.
Compte tenu des taux hypothécaires actuels, ces appartements en zone de développement sont généralement une très bonne opportunité de devenir propriétaire.

https://www.radiolac.ch/podcasts/limmobilier-cedric-lenoir-22032019-084242/

Continuer la lecture

Le Club Sport

Football: la flexibilité tactique, atout majeur des Helvètes

Publié

le

Le coach national Vladimir Petkovic a su inculquer aux "Rouges" la faculté de changer de système de jeu en cours de match.

Capable de changer de système de jeu en cours de match, l’Equipe de Suisse aborde le tour qualificatif de l’Euro en pleine confiance avec le retour de son capitaine Stephan Lichtsteiner. Une sélection saluée par Michel Pont.

Cinq mois et cinq jours après sa brillante victoire sur la Belgique (5-2), l’Equipe de Suisse débute une nouvelle campagne qualificative. Celle qui devrait la mener à l’Euro, dont la phase se jouera dans une douzaine de pays différents. Avec un premier match samedi en Géorgie et un fait marquant : le retour du capitaine Stefan Lichtsteiner (35 ans, 104 sélections) qui n’avait plus joué depuis le 11 septembre dernier à Leicester face à l’Angleterre (défaite 0-1). On pensait alors sa carrière en équipe nationale terminée. On peut donc s’étonner du choix du coach national Vladimir Petkovic.

Michel Pont Ex-coach-assistant de l'Equipe de Suisse

 

Embolo de retour, Mehmedi malade

Si l’Equipe de Suisse peut aussi compter sur le retour de Breel Embolo (Schalke 04), d’autres internationaux ont dû déclarer forfait pour les deux premiers matches. Le dernier forfait en date étant celui d’Admir Mehmedi (Vfl Wolfsburg). Malade, il va rester en Suisse pour se soigner, avant de – peut-être – rejoindre ses coéquipiers plus tard. Quoi qu’il en soit, il joue de malchance. Lui qui revenait en forme – lui qui venait de marquer trois buts en lors du mois ecoulée dans le championnat allemand. Il était aussi susceptible de reprendre le poste de meneur de jeu en lieu eta place de Xherdan Shaqiri, blessé… Shaqiri dont le remplaçant n’est autre que Kevin M’Babu. Vladimir Petkovic a donc fait appel à un troisième arrière latéral droit, un défenseur aux caractéristiques assez semblables à celles de Lichtsteiner. Un paradoxe.

Michel Pont Ex-coach-assistant de l'Equipe de Suisse

Mais ces absences ne devraient avoir qu’un impact limité sur une équipe talentueuse et capable – qui plus est – de changer de systèmes de jeu au cours d’un même match.

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Une aventure x3ordinaire relate le quotidien avec la trisomie 21

Publié

le

Si aujourd’hui vous avez croisé des personnes portant des chaussettes dépareillées, c’est normal, il s’agit d’un soutient à la trisomie 21 dont le 21 mars est la journée mondiale.

Si la trisomie 21, ou syndrome de Down, est un syndrome lourd, seuls 20% des foetus qui en sont atteints arrivent à terme, elle est souvent peut connue du grand public, certains parents ont décidé de faire changer le regard des gens. C’est le cas d’Elisabeth, maman de jumeaux de 11 mois, Gabriel et Christian, qui est atteint de trisomie 21. La page qu’elle créé avec son mari, « Aventure x3ordinaire » sur Instagram et Facebook , raconte le quotidien de la famille. Elle témoignait chez Benjamin Smadja

Elisabeth Maman de jumeaux

Continuer la lecture