Rejoignez-nous

Emissions

Entreprises chinoises en Suisse : un nouveau péril jaune ?

Publié

,

le

On parle beaucoup ces temps d’entreprises suisses acquises par des investisseurs industriels chinois. Et de l’importance que prend l’économie chinoise dans le monde. Est-ce un danger pour la Suisse ?

A première vue non. Les acquisitions chinoises en Suisse ont augmenté l’an dernier, et elles ont diminué en Europe. Il y avait davantage d’incertitudes en Europe qu’en Suisse. Ça peut changer d’une année à l’autre.

On parle quand même de treize acquisitions en 2018. C’est six de plus que l’année précédente.

Oui, mais les entreprises acquises sont souvent en difficultés. La marque Bailly, très difficile à développer dans le monde. Ou Technosoft à Neuchâtel, pour en rester aux cas romands. Des entreprises qui n’ont pas trouvé d’autres repreneurs plus locaux à des prix qu’elles jugent décents.

Les Chinois sont moins regardants, plus généreux. Parfois euphoriques. A leurs yeux, ces entreprises acquises sont des têtes de pont en Europe. Ça n’a pas de prix. Ils ont des moyens et sont en phase d’investissement. A crédit d’ailleurs. Les entreprises chinoises ont des niveaux d’endettement souvent très élevés.

Vous voulez dire que cette vague pourrait bientôt retomber ?

Ou même s’inverser. Il y a un moment où l’endettement des entreprises chinoises devra diminuer. A l’occasion d’une crise par exemple. Bien des filiales à l’étranger seront revendues en urgence pour rentrer des liquidités.

Ce n’est évidemment pas souhaitable pour la Suisse, parce que certaines de ces entreprises devenues chinoises ne trouveront pas de repreneur. Elles seront liquidées. Ou quelques unes seulement resteront chinoises.

On a d’ailleurs déjà vu ce genre de retournement dans le passé.

Oui, s’en souvenir permet aussi de relativiser : dans les années 1960, les entreprises américaines reprenaient des entreprises européennes à tour de bras. Il y a eu ensuite la vague japonaise dans les années 1970, plus tard les groupes coréens. La vague actuelle est à la hauteur de la puissance de la Chine, mais le gouvernement chinois a identifié le danger. Il cherche aujourd’hui à dissuader les sorties de capitaux.

Il y a aussi davantage de réticences en Suisse qu’avant.

Oui, toute l’Europe débat de la protection des activités économiques stratégiques. Le problème, c’est qu’il n’y a pas de consensus sur ce que le stratégique recouvre précisément.

Et quelles nouvelles du groupe suisse Syngenta ? Acquis il y a deux ans par un conglomérat public chinois pour 43 milliards de francs ?

Oui, Syngenta et son important site industriel de Monthey. Eh bien les nouvelles sont bonnes pour l’instant. Syngenta a l’air de continuer son développement dans le monde à partir de la Suisse. Le marché chinois lui est ouvert, comme promis.

Mais c’est un cas très particulier. Par son importance. Et puis Syngenta, c’est de l’agrochimie, avec des pesticides. Un secteur de plus en plus sensible, qualifié de stratégique. La vente de Syngenta en 2017 a-t-elle été une bonne, ou une mauvaise chose ? Il faudra peut-être attendre pas mal d’années avant de s’en faire une idée définitive.

Francois Schaller Entreprises chinoises en Suisse : un nouveau péril jaune ?

L'invité

Alfonso Gomez, Conseiller administratif en Ville de Genève.

Publié

le

Les conseillers administratifs, maires et adjoint prêtent serment, ce 27 mai. Une cérémonie en la cathédrale Saint-Pierre, qui se déroulera dans des conditions particulières, crise sanitaire oblige. Parmi ses nouveaux élus, Alfonso Gomez, Conseiller administratif en Ville de Genève. Il était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

L'invité

Loïc Luscher, responsable communication du Servette FC

Publié

le

Le déconfinement se poursuit en Suisse, et après la réouverture des magasins, des cafés et des restaurants, peut-être très bientôt celle des stades. Le Conseil fédéral pourrait annoncer le retour des compétitions dès le 1er juin, avec 1000 spectateur au maximum, selon Tamedia. Loïc Luscher, le responsable communication du Servette FC était l’invité de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin, pour commenter cette nouvelle mais aussi faire un point sur la situation financière du club.

 

Continuer la lecture

L'invité

Anaïs Emery, nouvelle directrice générale du GIFF

Publié

le

Le secteur du cinéma est totalement à l’arrêt à cause du Covid-19. Alors que la réouverture des salles se profile, quel avenir pour ce secteur ? Anaïs Emery, la nouvelle directrice générale du GIFF, était l’invitée de Béatrice Rul, à 7h20, pour en parler.

 

Continuer la lecture

L'invité

Marie Pierre Theubet, présidente du Conseil municipal de la Ville de Genève

Publié

le

Le Conseil municipal de la Ville de Genève va finalement pouvoir siéger, ce mardi. Une plénière qui avait été interdite, dans un premier temps, par le Conseiller d’Etat, Thierry Apothéloz, car ne respectant pas les consignes sanitaires. Le Conseil municipal a donc dû revoir son ordre du jour: de 274 objets, il est passé à une cinquantaine. Marie-Pierre Theubet, sa présidente, était l’invitée de Béatrice Rul, à 7h20, dans Radio Lac Matin.

 

Continuer la lecture

Genève

Le nouveau Joël Dicker est arrivé

Publié

le

L’écrivain genevois, Joël Dicker, était notre invité, ce matin. Il revient sur la sortie retardée de son nouveau roman et ses semaines de confinement mais aussi sur le pitch de L’énigme de la Chambre 622.

Après La Disparition de Stephanie Mailer paru en 2018, l’écrivain suisse Joël Dicker est de retour en librairie avec un tout nouveau roman : L’énigme de la chambre 622.  Le livre, publié par les éditions De Fallois et dont la sortie était initialement prévue le 25 mars, sera mis en vente en Suisse dès demain, 19 mai 2020.

Une sortie décalée en raison du coronavirus

Au micro de Fabien Brizard, ce matin, le romancier genevois s’est confié sur cette sortie reportée en raison de l’épidémie de Coronavirus. Si le décalage de la sortie ne pose pas vraiment de problème pour Joël Dicker, il est attristé d’avoir dû annuler la tournée de dédicaces qu’il avait prévu entre avril et juin en Suisse, France et Belgique. L’écrivain regrette en effet de ne pas pouvoir aller à la rencontre de son public à l’occasion de la sortie de ce nouveau roman.

Radio Lac Matin Joël Dicker, L'énigme de la chambre 622

Cependant, il a réservé une surprise aux lecteurs et auditeurs de Radio Lac ! Vous pouvez remporter dès maintenant sur notre page Facebook votre exemplaire dédicacé de L’énigme de la Chambre 622.

Une intrigue dans une Suisse « pas si tranquille que ça »

Joël Dicker nous a également présenté la trame de L’Enigme de la Chambre 622. Et c’est à Verbier, dans les Alpes suisses, que se tient l’énigme de ce nouveau roman qui mêle triangle amoureux, jeux de pouvoir et jalousies…

joel-dicker-lenigme-de-la-chambre-622

Le pitch? Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier. Un meurtre qui ne sera jamais résolu par la police. Une question persiste : que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier?

Des années plus tard, à l’été 2018, un écrivain se rend dans ce même hôtel pour passer des vacances. Il se retrouve alors plongé dans cette affaire.

Un roman diabolique et époustouflant dans lequel Joël Dicker nous dévoile une énigme imaginée avec la précision d’un maître horloger suisse.

Une nouvelle pépite du romancier suisse que l’on ne saurait que vous conseiller d’acheter et de dévorer!

 

Continuer la lecture