Rejoignez-nous

Culture

Une femme ouvre le feu au siège de YouTube

Publié

,

le

Une femme a blessé par balles trois personnes - dont une très grièvement - mardi au siège de YouTube près de San Francisco. Elle a semé la panique parmi les salariés avant de se suicider sur place, selon la police.

La police a identifié la tireuse présumée, et indiqué que ses motivations faisaient l'objet d'une enquête. Âgée de 39 ans,elle était originaire de San Diego, dans le sud de la Californie.

Mais, selon le San Francisco Chronicle, elle était furieuse contre YouTube, qu'elle accusait sur son propre site internet de censurer ses vidéos, dont certaines, très dures, montraient des animaux maltraités. Selon le Mercury News, le père de cette femme a confirmé qu'elle haïssait YouTube.

"Il n'y a pas de parole libre dans le monde réel et vous serez censuré pour avoir dit une vérité qui n'est pas soutenue par le système", affirme un post du site identifié par le Chronicle comme celui de la tireuse présumée.

Tireuse

Selon la police, la femme a tiré sur des personnes au siège de YouTube à l'heure du déjeuner, avant, semble-t-il, de se suicider avec son arme. Si les fusillades sont fréquentes aux Etats-Unis, il est très rare qu'elles soient perpétrées par des femmes.

De nombreux témoins ont décrit des scènes de chaos dans le bâtiment de cette filiale de Google, situé à San Bruno, à 20 km au sud de San Francisco, en plein coeur de la Silicon Valley où de nombreux groupes technologiques ont leur quartier général.

Selon un porte-parole de l'hôpital Zuckerberg General de San Francisco, qui a accueilli les trois blessés par balles, il s'agit de deux femmes de 32 ans et 26 ans, la première étant dans un état "sérieux" tandis que la seconde est atteinte moins gravement. Un homme de 36 ans est quant à lui dans un état "critique".

Signe de la panique qui s'est emparée des salariés au moment des tirs, une quatrième personne s'est blessée à la cheville en fuyant les lieux, a précisé la police. Celle-ci est est arrivée sur place vers 12h48 (21h48 en Suisse), deux minutes après le premier appel faisant état de tirs au siège de la plate-forme vidéo, qui abrite plus de 1000 salariés dans ces locaux.

Mains en l'air

En arrivant, la police a découvert le cadavre d'une femme "portant des blessures par balles qu'elle semble s'être infligée à elle-même" et qui semble être l'auteur des coups de feu. Selon les policiers, la tireuse présumée, qui a usé d'une arme de poing, "connaissait quelqu'un", laissant penser à un différend personnel.

Des images aériennes sur les chaînes américaines ont montré des chaises et des tables renversées dans une cour intérieure du bâtiment, où les salariés ont l'habitude de faire leur pause-déjeuner.

Sur d'autres images, on voit des salariés sortir du bâtiment les mains en l'air sous la surveillance de la police, une scène devenue presque habituelle aux Etats-Unis tant les fusillades sont fréquentes.

Tragédie

Le patron de Google Sundar Pichai a évoqué une "tragédie inimaginable" dans un message aux salariés et diffusé par le groupe. "Il n'y pas de mots pour décrire à quel point il était horrible d'avoir un tireur @YouTube aujourd'hui", a tweeté peu après la directrice générale de YouTube Susan Wojcicki.

Cette nouvelle fusillade intervient alors que le sempiternel débat sur les armes à feu aux Etats-Unis divise encore et toujours vivement l'opinion publique, notamment après la tuerie commise dans un lycée de Parkland, en Floride, le 14 février qui a fait 17 morts. Une tragédie qui avait d'ailleurs poussé le mois dernier YouTube à renforcer la chasse aux vidéos faisant la promotion des armes à feu.

Source : ATS

Crédit Photo: (©KEYSTONE/EPA/JOHN G. MABANGLO)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Bastian Baker prête sa voix pour les Minions 2

Publié

le

C'est l’une des sorties les plus attendues de l’année : les Minions reviennent pour un 2e volet!

La particularité cette fois-ci: un romand voit son nom au générique. Il s’agit de Bastian Baker qui prête sa voix à Jean Claude, un superméchant qui mène la vie dure aux petits bonshommes jaunes. Le chanteur vaudois double ce personnage pour la version française et la version allemande. Dans la version originale, c’est Jean-Claude Van Damme qui prête sa voix à Jean-Claude!

L’enregistrement a eu lieu en avril 2021, une période marquée par la pandémie de Covid, rappelez-vous.

Bastian Baker nous explique comment cela s’est passé :

Bastian BakerLe chanteur vaudois prête sa voix pour les Minions 2

"Les Minions 2 : Il était une fois Gru" sort sur les écrans romands ce mercredi 6 juillet.

Crédit photo:  KEYSTONE Byline GIAN EHRENZELLER

Continuer la lecture

Culture

Château d'Aigle: triple exposition sur les étiquettes de vin

Publié

le

Triple exposition au château d'Aigle sur les étiquettes de vin (Image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Château d'Aigle accueille jusqu'au 23 avril trois expositions consacrées aux étiquettes de vin. "La BD fait son vin" permet de découvrir le lien entre une vingtaine de créateurs de bandes dessinées et le fruit de la vigne.

Zep, Cosey, Derib, Bertschy, Juillard, Bilal ou encore Hugo Pratt ont tous créé des étiquettes pour des festivals de BD, pour des librairies spécialisées, pour des galeries d’art ou pour des amis. Parfois en reprenant une case d'un de leurs albums, parfois en dessinant l'un de leurs personnages dans une nouvelle situation.

Certains ont privilégié une création entièrement nouvelle, une manière de dévoiler une autre facette de leur talent, explique lundi le musée dans un communiqué. Bertschy a ainsi dessiné l'affiche du festival, cette fois-ci sans Nelson, son célèbre diablotin.

La deuxième exposition a pour titre "Je déguste et je décolle, 40 ans de Réserve de la Confrérie de l'étiquette". Cette association de collectionneurs d'étiquettes demande chaque année à un dessinateur de presse d'illustrer la cuvée réservée à ses membres. Barrigue, Burki, Chapatte et dix-sept autres illustrateurs ont joué le jeu.

Enfin, année du passage du Tour de France à Aigle oblige, le vélo est mis à l'honneur. La troisième exposition s'intéresse au cyclisme au travers des étiquettes de vin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Belluard Bollwerk renoue avec la forte fréquentation

Publié

le

Bilan réjouissant pour le 39e Festival Belluard Bollwerk: les trois quarts des représentations se sont jouées à guichets fermés, selon les organisateurs. (© Keystone/Julie Folly)

La 39e édition du Belluard Bollwerk s’est achevée samedi soir sur un bilan réjouissant. Au total, 26 projets artistiques ont "embrasé" Fribourg durant neuf jours, dont quatre premières suisses.

Après deux éditions marquées par la pandémie de coronavirus, "quelque 3125 billets ont été vendus et plus de 5000 personnes ont assisté aux diverses offres gratuites", se félicitent dimanche les organisateurs. Des visiteurs de toutes les régions linguistiques et de l'étranger ont rallié le festival, beaucoup pour la première fois.

Pour cette 39e édition, pensée "comme un volcan" par sa directrice Laurence Wagner, danse, théâtre, performances, musique, lecture et installations ont investi divers sites de la ville, de la Forteresse du Belluard à la scène de la Fortunée des Remparts en passant par la plaine d'Alterswil.

Les trois quarts des représentations se sont jouées à guichets fermés et étaient remplies à 95% de leur capacité. Le budget total atteint 900'000 francs, précise le communiqué.

Les femmes à l'honneur

Avec des artistes internationaux, le programme invitait au voyage, du Liban à la France, en passant par l'Italie, l'Autriche, la Belgique et les Etats-Unis. Le chorégraphe libanais Ali Chahrour présentait notamment son spectacle "Told by my Mother" en première suisse lors de l'ouverture du festival.

Autre première helvétique, la pièce "Carte Noire nommée Désir" de la metteuse en scène française Rébecca Chaillon, qui a aussi rendu hommage par une lecture aux penseuses et autrices qui l'ont inspirée. Le festival a également célébré des femmes pionnières dans le champ de la musique électronique, avec la présence de Michèle Bokanowski et de The Space Lady.

Dix projets inédits

Côté créations, dix projets inédits ont vu le jour pour la manifestation, à l'instar de "Yarns" du musicien Nelson Beer, qui a attiré près de 200 spectateurs dans l'église du Collège Saint-Michel. Le collectif français la Ville en Feu a surpris les passants en divers lieux, pour finir par un bain de soleil et un plongeon dans la rivière, samedi matin aux aurores.

Les artistes de la relève helvétique ont aussi eu leur plateforme, à l'instar de Rebecca Solari, du collectif Foulles, de Ludovic Vial, Manon Wertenbroek ou de la Cie Pluton. Quant au projet de médiation #nofilter, il a permis à des jeunes de Bruxelles et de Fribourg de vivre ensemble cinq jours de festival et de découvrir des pratiques artistiques.

La prochaine édition du Belluard Bollwerk marquera les 40 ans du festival. Les organisateurs annoncent d'ores et déjà le rendez-vous du 22 juin au 1er juillet 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la Pride de nuit a attiré plus de 4000 personnes

Publié

le

Des manifestants ont pris part samedi soir à Lausanne à une mobilisation queer, anticapitaliste, antiraciste et révolutionnaire pour une meilleure représentation des communautés LGBTQIA. (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Plus de 4000 militants ont défilé samedi en fin d'après-midi à Lausanne lors de la première Pride de nuit organisée en Suisse. La manifestation queer, féministe, antiraciste, écologiste et anticapitaliste s'est déroulée sans incident et dans une atmosphère festive.

Entre danse et slogans, le cortège haut en couleur a traversé la ville sous un soleil tapant, évoluant du parc de Milan à la place de la Riponne. "On est queer, fier et pas prêt de nous taire", ont clamé les participants, environ 4000 selon la police de Lausanne, 8000 selon les organisateurs.

"Solidarité avec les queers du monde entier". "Une solution, révolution", ont scandé les militants qui veulent mettre fin au système en place, l'estimant "rongé par le capitalisme".

Quinze ans sans pride

L'événement a été organisé par le collectif lausannois de la Pride de Nuit. La Ville n'avait plus accueilli de pride depuis 2006, a rappelé Seb Zürcher, membre du collectif, à Keystone-ATS.

S'inspirant des Prides de nuit nées à Paris en 2015 et qui ont essaimé en Europe, la mobilisation a pour but de raviver l'esprit des premières Prides et de lutter contre le "rainbow washing", souvent observé, notamment en juin le mois des fiertés. Soit une manifestation "radicale plutôt que marchande et dépolitisée", souligne Seb Zürcher.

Manifeste

"Nous voulions une manifestation inclusive, qui ne laisse personne sur le carreau et qui ne s'adresse pas seulement à ceux qui en ont les moyens", a expliqué Pauline, membre du collectif. Il s'agit aussi de visibiliser les réalités et la précarité des queers. Revendiquer les mêmes droits pour tous est d'autant plus important qu'à l'heure actuelle rien ne semble plus éternellement acquis, ajoute-t-elle, évoquant la question de l'IVG aux Etats-Unis.

Distribué pendant la parade, le manifeste de la Pride de nuit liste par ailleurs un grand nombre de revendications sur l'autodétermination, la précarité, le monde du travail, la santé, l'internationalisme et l'anti-impérialisme. Il a été signé par plus de 25 organisations telles que VoGay, la Grève Féministe, l'Organisation Suisse des Lesbiennes (LOS) ou encore la Grève du Climat Vaud et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Carine Ayélé Durand nouvelle directrice du MEG

Publié

le

CarineDurand_© Johnathan Watts

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a nommé Carine Ayélé Durand à la direction du Musée d’ethnographie de Genève (MEG). Conservatrice en chef responsable de l’unité des collections du MEG depuis 2015, elle assume la direction ad intérim du musée depuis février. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 1er juillet.

L'excellente connaissance de l’institution de Carine Ayélé Durand , son expertise dans les différents domaines d’activités muséales et ses nombreuses expériences internationales sont autant d’atouts pour permettre au MEG, musée résolument ouvert sur les enjeux de société, de poursuivre son évolution, relève la Ville de Genève jeudi dans un communiqué.

Droit des peuples autochtones

Titulaire d’un doctorat en anthropologie de l’université de Cambridge, Carine Ayélé Durand est également diplômée de l’université d’Aix-en-Provence avec un DEA en ethnologie et un magistère en négociations internationales. Agée de 46 ans, elle se consacre depuis plus de vingt ans à l’étude, la gestion et la mise en valeur des collections patrimoniales, aux expositions et aux arts visuels.

Le début de sa carrière est marqué en 2002 par la conception de l’exposition Inuit (2002-2003) au Muséum d’histoire naturelle de Lyon. Comme doctorante, son étude comparative de deux projets de collaboration entre musées européens et peuples autochtones a contribué à transformer en profondeur les pratiques muséales, en conformité avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007.

Dialogue et justice sociale

En qualité de conservatrice en chef du MEG, Mme Ayélé Durand a notamment assuré toute l’organisation logistique du transfert des collections vers les nouveaux dépôts patrimoniaux. En 2021, elle a signé le commissariat de l’exposition "Injustice environnementale - Alternatives autochtones", actuellement présentée au MEG. Ce dernier applique pour la première fois un principe juridique basé sur le consentement préalable des partenaires autochtones concernés.

Le rôle de la nouvelle directrice sera de positionner le MEG comme une institution muséale de référence face aux principaux enjeux contemporains, comme les inégalités sociales ou encore, les dégradations environnementales. Il s'agira de rendre plus accessibles au grand public des concepts complexes afin de promouvoir le dialogue et la justice sociale.

Carine Ayélé Durand succède à Boris Wastiau qui a quitté la direction du MEG le 1er mars 2022 pour reprendre la tête de l'Alimentarium.

Continuer la lecture