Rejoignez-nous

Culture

Une balade artistique le long de l’Aire pour valoriser sa renaturation

Publié

,

le

2021.05.25.Locorum.June Papineau@DR, crédit Kreand, @severin guelpa

Onze artistes franco-suisses présentent leur travail artistique le long de l’Aire dès le 29 mai. « Éphémère et durable » a pour but de valoriser le travail de remise au naturel de l’Aire à Genève. Le projet a été imaginé par cinq communes qui bordent le cours d’eau, en Suisse et en France. L’exposition durable a été réalisée avec des matériaux trouvés sur place.

A Genève, dès samedi le public est invité à se promener le long de l’Aire pour une balade artistique. Son but est de valoriser le travail de renaturation de la rivière qui a été remise dans son lit naturel et qui offre, depuis, des berges magnifiques. Cinq communes, des deux côtés de la frontière franco-suisse, ont uni leur force pour mettre sur pied ce projet appelé «Ephémère et durable». Les Municipalités d’Onex, de Confignon, de Perly-Certoux, de Bernex et de Saint-Julien ont participé à l’élaboration de cette balade au long cours. Onze artistes originaires de Romandie et de France voisine ont été sélectionnés, sur concours, parmi une vingtaine de participants. Seule contrainte: utiliser des matériaux trouvés sur les bords de l’Aire pour leurs créations. Le détail l’exposition avec la commissaire de l’exposition, Hélène Mariéthoz.

Hélène Mariéthoz
Commissaire de l'exposition Éphémère et durable
Hélène MariéthozCommissaire de l'exposition Éphémère et durable

Artistes visibles malgré la pandémie

Le projet né au début du Covid permettait aux artistes d’être visibles malgré la pandémie. «En plein air» devenait le nouveau mode d’accrochage pour ces artistes. Mais le chantier de renaturation de l’Aire à Certoux, qui s’est ouvert en décembre 2020 au lieu de l’automne 2021, a failli faire capoter le projet. Un passage a finalement été trouvé pour le public. Autre écueil : les conditions météo de ces dernières semaines, qui ont passablement bouleversé les plans des artistes. Hélène Mariéthoz.

Hélène Mariéthoz
Commissaire de l'exposition Éphémère et durable
Hélène MariéthozCommissaire de l'exposition Éphémère et durable

D’autres artistes ont dû différer la construction de leur création à cause des pluies diluviennes du mois de mai.

Hélène Mariéthoz
Commissaire de l'exposition Éphémère et durable
Hélène MariéthozCommissaire de l'exposition Éphémère et durable

Le travail de renaturation passe par une phase de destruction pour détruire le canal construit dans les années 60. Puis par une phase de construction.

Hélène Mariéthoz
Commissaire de l'exposition Éphémère et durable
Hélène MariéthozCommissaire de l'exposition Éphémère et durable

Accompagner la nature

Le but d’Ephémère et durable est de se fondre dans le paysage, avec tous ses aspects.

Les artistes ont mis en valeur le travail de l’homme et celui de la nature. Ils n’ont pas couvert la nature mais l’ont accompagnée.

Hélène Mariéthoz
Commissaire de l'exposition Éphémère et durable
Hélène MariéthozCommissaire de l'exposition Éphémère et durable

Ephémère et durable ouvre ce samedi au public. L’inauguration officielle aura lieu le 18 juin, en raison des mesures sanitaires. L’exposition est visible jusqu’au 26 septembre.

Toutes les infos sur le site Ephémère et durable

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le Grand Prix du design pour Julia Born, Peter Knapp et Sarah Owens

Publié

le

Peter Knapp, Courrèges, collection "Space Age", Paris, printemps-été 1965. (© Peter Knapp/Office fédéral de la culture)

Le Grand Prix suisse de design 2021 est décerné à trois personnalités hors pair. L'Office fédéral de la culture a choisi de distinguer la graphiste Julia Born, le photographe et directeur artistique Peter Knapp et la conférencière et chercheuse Sarah Owens.

La Zurichoise Julia Born, 46 ans, axe son travail sur la conception éditoriale pour des institutions culturelles comme la Kunsthalle de Bâle, le Guggenheim Museum de New York ou la documenta 14 de Kassel et d'Athènes. Elle enseigne également le graphisme à l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL) et à la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam.

Selon Aude Lehmann, membre de la Commission fédérale du design et lauréate à trois reprises du Grand Prix suisse du design, Julia Born a réussi à "donner à ses projets une signature unique sans jamais s'y laisser enfermer", peut-on lire lundi dans un communiqué de l'Office fédéral de la culture. Dans son travail, "Julia Born est l’une des rares qui ne suit pas, mais qui mène", poursuit la membre du jury, originaire de St-Imier BE.

Un Suisse à Paris

Le photographe et directeur artistique Peter Knapp, 90 ans, qui vit entre Paris et Klosters GR, est reconnu pour "casser des codes qui semblent immuables avant d'en inventer de nouveaux". Selon la membre du jury Tatyana Franck, "la force de ses images révèle des évidences longtemps invisibles ou ignorées, qui s’imposent ensuite".

Peter Knapp arrive à Paris de sa Suisse natale en 1951, âgé de tout juste 20 ans. Directeur artistique du magazine de mode "Elle" de 1959 à 1966 puis de 1974 à 1977, il a rompu avec la peinture pour se consacrer principalement à la photographie de mode.

Pendant 20 ans, il a entretenu une étroite collaboration avec le créateur de mode André Courrèges, pour lequel il a travaillé en tant que photographe. Inspiré par le cinéma, il a joué avec le mouvement et l’espace extérieur.

Ses images ont contribué à façonner l’ère de la libération et de la redécouverte des femmes. Dans les années 1970, il a été photographe indépendant pour des publications de renom telles que Vogue, Sunday Times Magazine et Stern.

Inclusif et inspirant

Avec Sarah Owens, 44 ans, l'Office fédéral de la culture récompense "une formatrice et une chercheuse en design généreuse et engagée", selon les termes de la membre du jury Vera Sacchetti. "Par son travail, elle forme les prochaines générations de designers et nourrit le discours intellectuel sur le design en Suisse, à l’intérieur comme à l’extérieur du monde académique."

Sarah Owens a donné des cours dans diverses universités du Royaume-Uni avant d’entamer il y a plus d’une dizaine d’années une carrière académique à l’Université des arts de Zurich (ZHdK) où elle est actuellement professeure et responsable du domaine communication visuelle. Elle co-organise également le Black Film Festival à Zurich.

Depuis 2007, le Grand Prix suisse de design, doté de 40’000 francs par lauréat, distingue l’oeuvre de designers renommés qui attestent au plan suisse et international de la qualité et de l’importance du design helvétique.

Une exposition, consacrée à ce Grand Prix suisse de design, se déroulera en même temps que Art Basel et Design Miami/Basel. Elle présentera quelques-uns des travaux des lauréates et du lauréat au Centre des Congrès de Bâle du 20 au 26 septembre (entrée libre). La publication qui accompagne le Grand Prix suisse de design 2021 paraîtra à cette occasion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

L’OSR a retrouvé la scène et son public (Vidéo)

Publié

le

Photo KEYSTONE/Martial Trezzini

L'Orchestre de la Suisse romande s’est produit mercredi soir au Victoria Hall à Genève pour un premier concert-test dédié à Beethoven

Au total, 373 personnes ont assisté au spectacle alors que la jauge maximale des lieux était fixée à 600, personnel compris. Le public devait soit être complètement vacciné, soit guéri, soit avoir été testé négatif.

Les 52 musiciens ont eu droit à une belle ovation pour leur reprise. 

Avec Keystone ATS.

Continuer la lecture

Actualité

Pierre Maudet bientôt sur les planches

Publié

le

Photo Archives KEYSTONE/Jean-Christophe Bott

Pierre Maudet en guest-star de Fribug!

L'ancien conseiller d'Etat genevois est annoncé à l'affiche de la revue revue satirique qui reprendra du service en fin d'année à l’Auberge communale d’Ecuvillens, à Fribourg. Pierre Maudet a accepté de rejoindre la revue satirique et de se lancer un nouveau défi. Les organisateurs parlent d’un retour aux sources pour l’étudiant Maudet qui a décroché son master dans le canton fribourgeois. Et d'une "personnalité qui a le goût inné du spectacle et le sens de l’autodérision."

Avant lui, d'autres personnalités du monde politique suisse ont déjà brûlé les planches à Fribug: comme Claude Frey, Charles Poncet ou Jacqueline de Quattro.

Il y aura 28 représentations à Ecuvillens. La première aura lieu le mercredi 24 novembre et la dernière, le vendredi 31 décembre. Le lundi 20 décembre, l’équipe de Fribug se produira dans la cité de Calvin, à la salle centrale de la Madeleine. Ce sera l’unique représentation genevoise.

Continuer la lecture

Actualité

Genève propose une Fête de la Musique adaptée aux circonstances

Publié

le

Photo archives KEYSTONE/Magali Girardin

A Genève, la Fête de la Musique, qui était passée à la trappe en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, aura à nouveau lieu cette année

La manifestation a été adaptée à la situation sanitaire du moment. Elle se tiendra exceptionnellement sur 4 jours, du 17 au 20 juin, et sera éclatée dans cinq quartiers de la ville.

Cette trentième édition propose quelque 250 concerts et spectacles de petite taille, a fait savoir lundi la Ville de Genève dans un communiqué. Les concerts commenceront tous à la même heure et seront plus espacés dans le temps, avec de grandes pauses entre chaque représentation.

L'aménagement des horaires a été établi pour éviter une trop grande concentration de foule, et permettre un meilleur déplacement, une meilleure circulation du public, a précisé la municipalité.

L'édition 2021 de la Fête de la Musique sera forte de 32 scènes, dont 13 en extérieur, réparties dans les quartiers de Sécheron, de Cornavin, de Jonction-Plainpalais, de Cité et des Eaux-Vives.

Les concerts et spectacles seront tous donnés devant un public assis et masqué. Aucune réservation n'est possible. Des stands seront proposés dans les parcs, avec des tables de 6 personnes, pour boire et manger.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture

Actualité

Montreux Jazz: Zucchero, Woodkid ou Rag’n’Bone Man en vedette

Publié

le

Photo KEYSTONE/Laurent Gillieron

Même en version réduite, le Montreux Jazz Festival (MJF) va accueillir des grands noms de la musique cet été. Zucchero, Woodkid, Rag'n'Bone Man ou encore Ibrahim Maalouf font partie des artistes qui se produiront sur le Léman entre le 2 et le 17 juillet

Ils y côtoieront de nouveaux talents et de nombreux artistes suisses dans une programmation "d'une grande mixité, fidèle à l'identité du festival", indique Mathieu Jaton, le directeur du MJF, interrogé par Keystone-ATS.

Ces artistes livreront pour la plupart des prestations adaptées à la configuration 2021 du MJF, repensée pour répondre aux normes sanitaires. "Nous aurons des concerts beaucoup plus intimistes, plus axés sur le jeu musical. C'est une sorte de retour aux sources", estime Mathieu Jaton.

Pour sa quatrième participation au festival, le chanteur italien Zucchero se produira par exemple en "trio rock" sur la scène érigée sur le lac, à 25 mètres du rivage et de gradins pouvant accueillir 500 spectateurs. Le trompettiste franco-libanais Ibrahim Maalouf sera lui accompagné d'un seul guitariste.

"Nous serons en plein dans la magie montreusienne", se réjouit Mathieu Jaton. Il s'attend à voir émerger du Léman plusieurs "pépites", citant notamment des chanteuses de la nouvelle génération comme Yseult, Nathy Peluso ou Arlo Parks.

Des Suisses seront aussi à l'honneur dans cet écrin, à l'instar du rappeur lausannois Arma Jackson. Une soirée sera également consacrée au trio alémanique composé de Sophie Hunger, Dino Brandao et Faber, qui s'est formé durant le confinement.

Entre 70 et 150 francs la place

La deuxième scène payante de cette édition, située dans la salle Belle Epoque du Montreux Palace, a aussi été retenue pour offrir des moments d'intimité, poursuit le patron du MJF. Dotée de 200 places assises, elle sera dédiée aux musiques jazz et soul.

En tout, ce sont près de 60 artistes qui défileront sur ces deux scènes, dont un tiers de Suisses. "J'ai été surpris de voir qu'autant d'artistes, surtout parmi les grands noms, adhéraient à notre projet", remarque Mathieu Jaton.

La billetterie sera ouverte mardi 8 juin. Les billets coûteront entre 70 et 80 francs, sauf pour les quatre têtes d'affiche - Zucchero, Woodkid, Rag'n'Bone Man et Ibrahim Maalouf - pour lesquelles il faudra payer environ 150 francs. Des prix inférieurs à ceux pratiqués lors d'une édition normale du MJF. "Nous voulons des concerts accessibles au plus grand nombre", relève le directeur.

Deux autres scènes, gratuites celles-ci mais soumises à réservations, seront installées dans le grand hall et les jardins du Montreux Palace. Elles accueilleront notamment des artistes émergents et les jam sessions.

Penser à l'avenir

Avec ses quatre scènes, le MJF pense pouvoir attirer entre 1200 et 1500 personnes par jour, soit dix fois moins qu'avant le coronavirus. Onze bars et points de restauration seront à disposition des festivaliers. Le protocole sanitaire sera communiqué à l'approche du festival et s'adaptera à l'évolution de la situation.

Ce 55e Montreux Jazz, dont le budget se monte à 8 millions de francs, n'est pas une "édition sparadrap", insiste Mathieu Jaton. "Nous ne voulions pas faire dans la demi-mesure, en remplissant par exemple des moitiés de salle. Nous sommes repartis de zéro pour créer quelque chose de nouveau, tout en respectant les valeurs du festival."

A l'instar des autres initiatives lancées depuis le début de la crise, le MJF souhaite apprendre de cette édition 2021 pour imaginer son futur. Mathieu Jaton cite par exemple la retransmission en live streaming de certains concerts de la scène du lac, qui seront ensuite accessibles gratuitement durant la durée du festival.

Avec ATS Keystone

Continuer la lecture