Rejoignez-nous

Cinéma & Séries TV

Prix du cinéma suisse: Des Quartz 2022 sous l'ombre de la guerre en Ukraine

Publié

,

le

(KEYSTONE/Walter Bieri )
"Olga" d'Elie Grappe a remporté vendredi le Prix du meilleur film de fiction 2022 et "Ostrov" celui du meilleur documentaire. La résonance entre ces films et la guerre en Ukraine aura pesé plus lourd que le nombre de nominations.

"Olga", le premier long métrage d'Elie Grappe, 28 ans et formé à l'ECAL, raconte l'histoire d'une jeune gymnaste ukrainienne qui se réfugie en Suisse au moment de la révolution pro-européenne de Maïdan en 2013 et 2014. Son film, coproduit par Point Prod et Jean-Marc Fröhle à Genève, rafle encore le prix du meilleur scénario et du meilleur son.

L'actrice d'"Olga" en Suisse

Bloquée plusieurs jours dans un abri anti-aérien à Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine, Anastasia Budiashkina, la jeune gymnaste de 20 ans qui incarne l'actrice principale dans "Olga", a réussi à rejoindre la Pologne puis la Suisse. Elle était présente vendredi soir à Zurich où elle s'est exprimée brièvement de façon émue et pudique sur l'agression de la Russie contre son pays.

Avec les derniers événements, "Olga" connaît une deuxième vie, car il est projeté en Angleterre, en Allemagne et aux Etats-Unis, où il est "utilisé" pour lever des fonds en faveur de l'Ukraine. "Il faut que nous restions éveillés, il faut continuer de participer aux dons et aux collectes", souligne Elie Grappe.

Dans le film, Olga est tiraillée entre son entraînement sportif à Macolin en vue des JO et les manifestations à Kiev où sa mère, journaliste, est impliquée. "Cette tension entre gymnastique et images documentaires de la révolution, c'est aussi ce que vit mon personnage. Ces deux imageries-là n'ont rien à faire ensemble et en même temps n'arrêtent pas de s'entrechoquer."

Pour le son, c'est à peu près le même champ lexical: le claquement de la barre de métal fait écho à ceux des coups pendant les manifestations, a-t-elle dit dans une interview à Keystone-ATS.

La métaphore d'Ostrov

Le documentaire "Ostrov" de la Russe Svetlana Rodina et de Laurent Stoop s'intéresse lui à une île russe sur laquelle la vie était autrefois florissante avant de s'éteindre avec la chute de l'URSS. Aujourd'hui, les habitants n'ont plus guère que leur foi dans le "sauveur" Vladimir Poutine.

"Avec la guerre en Ukraine, notre film est devenu une métaphore beaucoup plus profonde", a dit Svetlana Rodina sur les ondes de la RTS. "La Russie en attaquant l'Ukraine s'isole, se transforme en île".

"Pendant le tournage, nous avions des signes que la guerre était en préparation, mais sans vraiment le comprendre", a-t-elle poursuivi. "Nos protagonistes regardaient les actualités tous les soirs à la télévision russe et nous avons filmé cela plusieurs fois. Et chaque jour, un, deux ou trois sujets mentionnaient les soi-disant nazis en Ukraine".

Claudia Grob meilleure actrice

La pluie de nominations, attribuées à d'autres films, auront pesé moins lourd dans la balance. Dans "La Mif" (6 nominations), le Genevois Frédéric Baillif a travaillé avec les résidentes et la directrice d'un vrai foyer. Et cette dernière Claudia Grob a remporté le Quartz de la meilleure actrice.

Pourtant elle ne se considère pas comme une comédienne: "nous avons joué notre propre rôle, mais pas notre propre histoire", a-t-elle expliqué Keystone-ATS. Le meilleur second rôle féminin revient aussi à une actrice non professionnelle de "La Mif", Anaïs Uldry - Audrey dans le film. "La Mif" gagne encore le prix du meilleur montage.

Anaïs Uldry

Pablo Caprez récompensé

La meilleure interprétation masculine revient à Pablo Caprez (Gabriel) dans"Soul of a Beast" du réalisateur zurichois Lorenz Merz, nominé huit fois, un record. Ce film se voit encore décerner les prix de la meilleure musique et celui de la meilleure photographie.

Le Prix du Cinéma Suisse est décerné par l'Office fédéral de la culture (OFC), en collaboration avec l'association "Quartz" Genève Zurich et la SSR. Outre les mentions à la guerre en Ukraine et à la prochaine votation sur la Lex Netflix en mai, la forte présence d'acteurs et d'actrices non professionnels aura été frappante lors de cette édition.

Quant au prix d'honneur, le conseiller fédéral Alain Berset l'a attribué au cinéaste Fredi M. Murer. Il est le réalisateur entre autres de "L'Âme-soeur", "Pleine lune" et "Vitus".

Les cinq fictions nominées pour cette édition 2022 et quatre documentaires sur cinq ont été co-produits par la SSR dans le cadre du pacte de l'audiovisuel. Trois des cinq fictions retenues ("Olga", "La Mif" et "Azor") ont été réalisées ou produites par des Romands comme deux documentaires sur cinq ("Les Guérisseurs" et "Réveil sur Mars").

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cinéma & Séries TV

Artus dénonce, Kering réagit: Cannes en effervescence

Publié

le

(Capture Un p'ti truc en plus)

La polémique actuelle a éclaté bruyamment grâce à l'humoriste et acteur Artus.

Le 11 mai dernier, soit dix jours avant la montée des marches, il a mis le feu aux poudres.

Le 22 mai, Artus, réalisateur du film Un p’tit truc en plus - dont la majorité des acteurs sont en situation de handicap - gravira les marches de la 77e édition du Festival de Cannes.

Moment idéal de visibilité pour les couturiers bien évidemment.

Lors d'une interview sur une radio française, il a dénoncé le fait qu'aucune des marques qu'il avait contactées n'avait accepté sa requête, prétextant "un manque de stock".

“ Les grandes marques préfèrent habiller Brad Pitt que des personnes en situation de handicap".

Et a ajouté avec humour " ce n’est pas grave, les costumières réaliseront de belles tenues ".

Il était alors fort probable qu'une marque se manifesterait après son coup de gueule.

C'est chose faite ! Le 16 mai, Artus est revenu sur la polémique en remerciant le groupe Kering, qui a été le premier à répondre à son appel.

Rappelons-nous que les personnes en situation de handicap sont encore trop peu considérées.

Cette polémique est une opportunité de mettre en lumière une catégorie de personnes encore trop souvent négligée.

Vick Capt

Vick Capt est notre envoyée spéciale dans le sud de la France pour la 77ème édition du Festival de Cannes et nous partage les coulisses du plus prestigieux des festivals sur Radio Lac!  

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Mes deux points communs avec la comédienne Virginie Efira

Publié

le

(Licence CC, Cinemania film festival)

Ni son talent, ni sa renommée, mais sa taille et, comme elle, je n’ai aucun accès aux soirées cannoises.

C’est ce que l’actrice a avoué lors de son dernier entretien : “Je débarquais de Bruxelles, je logeais au camping des environs, je n'étais invitée à aucune soirée, mais j'étais très résistante aux humiliations.“

Évidemment, pour Virginie, les choses ont bien changé, puisqu'elle a été maîtresse de cérémonie.

De mon côté, je rame ! J’ai essayé un peu... sans succès...

Quand les cinéphiles profitent encore des projections de minuit, les fêtards arpentent la Croisette à la recherche des fameux sésames. Sponsorisées, ces soirées se déroulent sur les plages, dans les villas de luxe, sur les yachts ou dans les palaces.

Je croise Melinda et Bruna, la vingtaine, sublimes, perchées sur leurs talons de 12 cm, la même taille que leur jupe. “Mika donne un concert sur la plage, vous avez des invitations ?”

Le nec plus ultra, ce sont Les Terrasses d’Albane à l’hôtel Marriott. Les invités prestigieux et autres mondanités du cinéma s’y retrouvent pour des dîners d’exception et des concerts privés. Juliette Armanet et Eddy De Pretto ont déchaîné les passions pour cette 77e édition du Festival de Cannes.

Google, mon ami, as-tu des astuces ? Je tape “comment aller aux soirées pendant le festival ?”

Ne jamais y aller en groupe, trop dur à rentrer. Bon point : je suis seule.

Si vous êtes une fille (oui, c’est moi), osez la tenue sexy, talons, mini-jupe, c’est toujours plus facile… Oh, les filles, vous avez vos chances ! J’ai passé la date de péremption pour cette option.

S’inventer un nom et faire un esclandre à l’entrée si on ne vous laisse pas entrer ? Oh non, pas mon genre et c’est humiliant pour tout le monde...

Il ne me reste qu’une solution : publier cet article, qu’il soit lu, et qu’une âme charitable ait envie de me laisser assister à une soirée privée…

Allez, je croise les doigts !

Vick Capt

Vick Capt est notre envoyée spéciale dans le sud de la France pour la 77ème édition du Festival de Cannes et nous partage les coulisses du plus prestigieux des festivals sur Radio Lac!  

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Bienvenue dans le tumulte étourdissant des palaces !

Publié

le

Ce que l'on observe depuis l'extérieur des somptueux établissements cannois ne saurait être comparée à l'effervescence qui règne à l'intérieur. (CC / © Eric Borda)

Vick Capt est notre envoyée spéciale dans le sud de la France pour la 77ème édition du Festival de Cannes et nous partage les coulisses du plus prestigieux des festivals sur Radio Lac!  

Ce que l'on observe depuis l'extérieur des somptueux établissements cannois, où chaque année convergent les plus grandes stars du monde, se résume souvent à une parade de voitures luxueuses, de limousines, et de badauds pressés contre les barrières, armés de blocs-notes ou de smartphones, quémandant une signature ou dégainant leur appareil pour un selfie.

Pourtant, cette agitation en surface ne saurait être comparée à l'effervescence qui règne à l'intérieur des palaces avant les festivités du tapis rouge.

Les concierges accueillent les clients dans des loges vitrées dès leur arrivée.

Tiens, Jean-Michel Jarre vient de passer devant moi.

Pendant ce temps, les bagagistes poussent des chariots débordant de housses et de valises estampillées, suivis de près par les gouvernantes, dont les bouquets imposants dissimulent presque entièrement leur visage.

Ah, voilà Alexandra Lamy, rayonnante dans sa robe blanche estivale, arborant un sourire aussi lumineux que le soleil de la Côte d'Azur.

Les grandes maisons déploient leurs présents et délices à travers les étages.

Les maquilleurs, drapés de noir, chuchotent entre eux : "Il y avait du travail pour la sublimer", "Elle a fait des caprices, j'ai dû tout recommencer".

Les vigiles, équipés d'oreillettes et d'un regard de lynx, sont en alerte constante.

Pendant ce temps, les journalistes se pressent déjà à l'entrée, attendant patiemment l'arrivée des célébrités, prêts à capturer le cliché avant le tapis rouge.

Quant à moi, je reste un instant pour observer le spectacle qui s'annonce : des robes aériennes, des créatures filiformes, des visages plus ou moins familiers.

La plupart des célébrités se prêtent volontiers au jeu des photographes, signent des autographes à leur sortie, puis disparaissent dans leur voiture avec chauffeur.

Bravo à tous ceux qui œuvrent dans l'ombre pour que cette magie opère.

Vick Capt

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Relaxe en France pour Roman Polanski poursuivi en diffamation

Publié

le

Roman Polanski était poursuivi en diffamation par l'actrice britannique Charlotte Lewis, pour l'avoir traitée de menteuse alors qu'elle l'accuse de viol (archives). (© KEYSTONE/AP)

Poursuivi en diffamation par l'actrice britannique Charlotte Lewis, le cinéaste Roman Polanski a été relaxé mardi par le tribunal judiciaire de Paris.

Le réalisateur âgé de 90 ans, accusé d'agressions sexuelles et de viols par plusieurs femmes, dont Charlotte Lewis, avait qualifié d'"odieux mensonge" les accusations de cette dernière.

Les juges d'une chambre correctionnelle spécialisée dans les affaires de presse n'avaient pas à se prononcer pour déterminer si Roman Polanski a violé ou non l'actrice britannique mais seulement si le cinéaste a fait, ou non, un usage abusif de sa liberté d'expression dans un entretien publié par le magazine français Paris Match en décembre 2019.

Les propos poursuivis relèvent d'un "jugement de valeur sur le caractère versatile de la partie civile", ont estimé les magistrats. Le tribunal a discerné "un important décalage entre l'admiration et la reconnaissance (de la comédienne) à l'égard du réalisateur, dont elle a publiquement fait part jusqu'en 2010, et la dénonciation de la nature violente de leur relation au moment où elle a décidé de participer à la vindicte engagée contre lui".

Selon le tribunal, il n'y a dans les propos poursuivis "aucun fait susceptible de porter atteinte à l'honneur et à la considération de la partie civile". "C'est une décision importante", s'est félicitée à l'issue de l'audience Me Delphine Meillet, avocate de Roman Polanski. "On peut mettre en doute la parole d'une accusatrice", a-t-elle insisté.

"Un jour très triste"

Charlotte Lewis, en larmes, a fait part de sa "tristesse". "C'est un jour très triste pour les femmes qui dénoncent leur agresseur", a-t-elle dit. Son avocat, Me Benjamin Chouai, a indiqué que sa cliente allait "probablement" faire appel. "Ce n'est pas fini", a-t-il prévenu.

Interrogé dans Paris Match sur les accusations d'agression sexuelle et de viol portées contre lui par plusieurs femmes, dont Charlotte Lewis, le réalisateur de "Rosemary's Baby" avait répondu: "voyez-vous, la première qualité d'un bon menteur, c'est une excellente mémoire. On mentionne toujours Charlotte Lewis dans la liste de mes accusatrices sans jamais relever ses contradictions".

Le réalisateur avait qualifié d'"odieux mensonge" les accusations de la comédienne. En 2010, lors d'une conférence de presse au festival de Cannes, Charlotte Lewis avait raconté avoir été agressée à l'occasion d'un casting organisé chez Roman Polanski, à Paris en 1983, alors qu'elle était âgée de 16 ans.

"Contradictions"

Pour illustrer les "contradictions" selon eux de la plaignante, les avocats de Roman Polanski avaient exhumé lors du procès un entretien accordé par la comédienne en 1999 au tabloïd News of the World dans lequel elle faisait part de son admiration pour le réalisateur qui lui a confié en 1986 un rôle dans son film "Pirates".

"Il me fascinait et je voulais être sa maîtresse. Je le voulais probablement plus qu'il ne me voulait", aurait-elle confié au tabloïd britannique. La comédienne conteste en partie les paroles qui lui sont attribuées par le journal.

Pour les avocats de Roman Polanski, leur client a été "jeté en pâture sur la place publique" dans "le contexte étouffant de #MeToo", le mouvement de la libération de la parole des femmes.

Roman Polanski, qui a gagné notamment un Oscar et une Palme d'Or à Cannes pour "Le Pianiste", a été accusé d'agressions sexuelles et viols par une dizaine de femmes au fil de sa carrière, des affirmations qu'il a toujours contestées et qui ne l'ont pas empêché de travailler. Il est considéré comme un fugitif aux Etats-Unis depuis plus de quarante ans, après une condamnation pour des "relations sexuelles illégales" avec une mineure de 13 ans, Samantha Gailey (devenue Geimer).

En 1977, arrêté, accusé d'avoir drogué et violé cette adolescente, il avait passé 42 jours en prison avant d'être libéré et de gagner Paris. Il est visé depuis par un mandat d'arrêt international de la justice américaine.

Le cinéaste est appelé à comparaître en 2025 en Californie, lors d'un procès au civil pour viol d'une adolescente en 1973, des accusations qu'il conteste "avec la plus grande fermeté" selon son avocate parisienne.

Continuer la lecture

Cinéma & Séries TV

Tout ce qui brille… en noir !

Publié

le

On en plaisante pas avec le code de conduite sur le tapis rouge. (image d'illustration) (AP Photo/Daniel Cole)

Vick Capt est notre envoyée spéciale dans le sud de la France pour la 77ème édition du Festival de Cannes et nous partage les coulisses du plus prestigieux des festivals sur Radio Lac!  

C’est le grand jour, je me prépare à briller avec élégance sur les marches du Festival de Cannes !

En faisant ma valise, je me suis plongée dans le code de conduite impeccable de la 77e édition du Festival de Cannes, qui débute aujourd'hui, mardi 14 mai.

Le dress code est on ne peut plus strict pour fouler le tapis rouge.

Que vous soyez une célébrité ou non, l'élégance est de rigueur : smoking pour les messieurs et tenue de soirée pour les dames.

Une robe de cocktail, un tailleur sombre, un haut chic avec un pantalon noir, une "petite robe noire", un costume noir ou bleu nuit avec un nœud papillon feront l’affaire.

Les chaussures doivent être élégantes, talons ou pas (exit les baskets).

On se souvient aussi que Julia Roberts avait foulé le tapis rouge pieds nus, de Jennifer Lawrence qui chaussait des tongs ou encore de Kristen Stewart qui s’est déchaussée devant les photographes.

Je bourre ma valise de chaussures à talons. Question accessoires, bijoux, et maquillage, ai-je oublié quelque chose ?

Oh, bien sûr, mon smartphone pour immortaliser l'instant... Ah non, depuis 2018, les téléphones sont persona non grata sur le tapis rouge et récemment même dans les salles de projection.

"Selfies interdits", précise le règlement, même pour les stars. Thierry Frémaux, délégué général du Festival de Cannes, déplore que cela entraîne des désordres intempestifs et des ralentissements.

Je me souviens encore de l'année dernière, où Jerry Bruckheimer, le producteur de Top Gun: Maverick, avait capturé la scène aux côtés de Tom Cruise...

Aujourd'hui, nous voilà prévenus : six agents veillent au grain et des sanctions sont à prévoir. Donc, pas moyen d'immortaliser le moment... En route pour l'aventure, avec une touche de noir et d'éclat !

Vick Capt

Continuer la lecture