Rejoignez-nous

Culture

"Parasite" sacré meilleur film de l'année

Publié

,

le

Le film "Parasite" de Bong Joon Ho a été sacré meilleur film (©KEYSTONE/AP/Chris Pizzello)

Le film "Parasite" du réalisateur sud-coréen Bong Joon-ho est entré dimanche dans la légende des Oscars. Il est devenu le premier long-métrage en langue étrangère à obtenir le prix du "meilleur film", récompense phare d'Hollywood.

"On dirait qu'un moment très important dans l'histoire est en train de se jouer", s'est exclamée sur scène la productrice du film, Kwak Sin-ae, applaudie par le gratin de l'industrie du cinéma.

"Parasite" a déjoué de façon fracassante les pronostics qui voyaient un couronnement pour "1917", du Britannique Sam Mendes. Signe de l'engouement des professionnels, le film a aussi reçu l'Oscar du meilleur scénario original, tandis que Bong Joon-ho a été sacré "meilleur réalisateur".

Mélange de thriller, de comédie familiale déjantée et de satire sur les inégalités sociales, il a également été primé dans la catégorie du "meilleur film international", auparavant baptisée "meilleur film en langue étrangère".

Déjà primé à Cannes

"Je suis très heureux d'être le premier lauréat sous cette nouvelle appellation. J'applaudis et je soutiens la nouvelle orientation que ce changement de nom symbolise", a déclaré le réalisateur, qui s'exprimait en coréen via une interprète.

En recevant son Golden Globe le mois dernier, Bong Joon-ho avait lancé avec humour aux professionnels réunis pour l'occasion: "Quand vous aurez surmonté la barrière des deux centimètres de sous-titres, vous découvrirez des films étonnants".

L'Académie des Oscars, vivement critiquée pour le manque de diversité dans ses choix, a manifestement entendu le réalisateur sud-coréen, qui avait déjà reçu la Palme d'or au festival de Cannes l'an dernier.

Pas de grand soir pour "1917"

Donné comme le grand favori de cette 92e édition, "1917", film sur l'équipée de deux jeunes soldats dans les tranchées de la Première Guerre mondiale, construit comme un plan séquence long de deux heures, doit se contenter de trois prix: l'Oscar de la meilleure photographie pour Roger Deakins, et deux autres dans des catégories techniques (son et effets spéciaux).

Vive déception également pour le très respecté Martin Scorsese dont le thriller politico-mafieux produit par Netflix, "The Irishman", repart bredouille malgré dix nominations, parmi lesquelles Al Pacino et Joe Pesci, sans oublier le réalisateur lui-même. Martin Scorsese a tout de même reçu un hommage appuyé et émouvant de Bong Joon-ho, rappelant comment il avait "étudié ses films à l'école".

Maigre moisson enfin pour Quentin Tarantino, qui jouait pourtant à domicile avec "Once Upon a Time... in Hollywood", ode à son enfance à Los Angeles et au cinéma. Le film repart avec seulement deux Oscars au total, dont un à Brad Pitt en tant que second rôle aux côtés de Leonardi DiCaprio.

Phoenix et Zellweger

Si "Parasite" a créé la surprise, l'Académie a privilégié les grands favoris du côté des comédiens. C'est Joaquin Phoenix qui a été désigné meilleur acteur pour son rôle choc de "Joker" sombrant dans la folie et le meurtre, tandis que Renée Zellweger a reçu comme prévu la statuette dorée dans la catégorie meilleure actrice pour son incarnation de Judy Garland dans "Judy".

Très ému, Joaquin Phoenix, végétarien et militant écologiste de longue date, a une nouvelle fois consacré une partie de son discours à regretter une "vision du monde égocentrique" qui aboutit à la destruction de l'environnement.

Plus prosaïque mais tout aussi larmoyante, Renée Zellweger a quant à elle dédié sa statuette à Judy Garland qui "n'a jamais reçu cet honneur de son vivant".

L'Américaine Laura Dern a enfin été primée pour son rôle d'avocate impitoyable dans le divorce tumultueux mis en scène par "Marriage Story", le cadeau rêvé à la veille de son 53e anniversaire.

La diversité en question

Le triomphe de "Parasite" fera peut-être oublier les vives critiques adressées à l'Académie des Oscars pour le manque de diversité ethnique et culturelle dans sa sélection, un reproche récurrent.

La cérémonie s'était ainsi ouverte avec un numéro mené par la chanteuse noire Janelle Monae, iconoclaste assumée qui a souligné les absences criantes du millésime 2020: hormis la Britannique Cynthia Erivo ("Harriet"), tous les acteurs et actrices en lice cette année étaient blancs et aucune femme n'a été retenue chez les réalisateurs.

Pour protester à sa manière, la star oscarisée Natalie Portman avait fait broder sur sa cape le nom d'une demi-douzaine de réalisatrices qui ont selon elle été injustement snobées cette année.

Dans la catégorie du meilleur film d'animation, c'est le quatrième et dernier épisode de "Toy Story", favori des pronostics, qui l'a emporté, s'imposant notamment face au candidat français "J'ai perdu mon corps".

La cérémonie des Oscars a aussi été l'occasion pour le gratin d'Hollywood l'occasion de saluer la mémoire de Kirk Douglas, un des derniers monstres sacrés de l'âge d'or du cinéma, décédé mercredi à l'âge de 103 ans, et la légende du basket Kobe Bryant, décédée fin janvier avec sa fille et sept autres personnes dans un accident d'hélicoptère près de Los Angeles.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Musique

Mylène Farmer annule une de ses dates à Genève

Publié

le

Archives EPA/YOAN VALAT

Déception pour les fans de Mylène Farmer. La chanteuse française devait se produire 2 soirs à Genève mais l'une des dates a été annulée. 

Deux concerts étaient prévus au Stade de Genève les 16 et 17 juin 2023 dans le cadre de sa tournée «Nevermore». Live Music Production a annoncé ce mardi qu'elle ne viendra finalement que le samedi.

"La production de l’artiste et Mylène Farmer ne sont en aucun cas responsables de ce changement. Seul ce changement de jauge, suite à la sortie Covid, nous impose cette décision, malgré nous." Live Music Production

Les billets sont remboursables jusqu’au 30 septembre 2022.

Continuer la lecture

Actualité

Le festival du film alpin des Diablerets ouvre ses portes samedi

Publié

le

Le Festival international du film alpin des Diablerets, FIFAD démarre samedi aux Diablerets. Il s'annonce sous les meilleurs auspices, selon Benoît Aymon, directeur artistique et Solveig Sautier, directrice opérationnelle. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Festival international du film alpin des Diablerets (FIFAD) lève le rideau samedi sur sa 53e édition. Jusqu'au 20 août, plus de 50 films en provenance d'une douzaine de pays sont à découvrir dans la station des Alpes vaudoises.

Après deux ans chahutés par la pandémie, "on touche du bois, tout se présente très bien", a déclaré le directeur artistique du festival Benoît Aymon vendredi à Keystone-ATS. "Pour l'heure, aucune soirée n'est complète, mais certaines sont d'ores et déjà bien remplies. Nous sommes très contents des préventes", a ajouté Solveig Sautier, directrice opérationnelle.

Samedi, le coup d'envoi du festival sera donné en présence de Carine Bachmann, nouvelle directrice de l’Office fédéral de la culture et invitée d'honneur. Y participeront également les frères Anthamatten et de Jérémie Heitz - quatre Valaisans qui incarnent l’élite mondiale du ski-alpinisme, de l’escalade sportive et des pentes raides.

Des légendes

Le programme propose "une palette de films aussi riche que diversifiée", selon les organisateurs. Ils citent en exemple le documentaire du célèbre grimpeur tchèque Adam Ondra ("Pushing the Limits"), le portrait d'un artiste qui sculpte un violoncelle en glace ("N-Ice Cello") ou encore le récit d'une tempête de neige en Espagne ("Balandru, l'enfer gelé").

En charge notamment des affaires culturelles du canton de Vaud, la conseillère d’Etat Nuria Gorrite remettra, mercredi les prix du livre à deux monstres sacrés de la littérature: Jean-Christophe Ruffin pour son roman "Les flammes de pierre" et Pascal Bruckner pour son essai "Dans l’amitié d’une montagne". La ministre remettra également le Mérite Alpin du FIFAD à Nina Caprez et Cédric Lachat, un couple de légende dans le monde de l’escalade.

Reflet des préoccupations actuelles

Evoquant les thématiques de cette édition, Benoît Aymon relève que la montagne ne se résume de loin pas à l'alpinisme: le réchauffement climatique est de plus en plus fortement présent dans le festival. Tout comme les préoccupations autour du loup, constate le directeur artistique. Elles sont notamment évoquées dans "Naïs et les Loups", histoire d'une petite fille qui part avec son père sur la trace de ces canidés.

Et de souligner le travail énorme réalisé par les cinéastes animaliers d'aujourd'hui. Comme celui des réalisateurs de la "Panthère des neiges" Vincent Munier et Marie Amiguet. Ils présenteront dimanche soir leur film désormais culte, après avoir décliné les sollicitations de tous les festivals. Avec en prime une interview de Sylvain Tesson.

Tournages locaux

Le festival s'intéresse aussi aux productions locales. C'est le cas par exemple d'un film entièrement tourné dans le Chablais ("Les fichiers Muret").

Nouveauté de cette année, les cinés-concerts qui mettent en valeur le patrimoine des anciens, avec trois films d'anthologie tournés il y a une centaine d'années. Le public pourra également tester une expérience immersive inédite en descendant une Coupe du monde de ski ou tenter l’escalade du Cervin. Une réalité certes virtuelle, mais qui préfigure le monde de demain.

L'autre mention spéciale du directeur artistique concerne la création d'une catégorie courts-métrages: elle met en lumière des petits films souvent à tort peu valorisés et permet d'encourager les nouveaux talents, se réjouit-il.

Egalement en ligne

"On ne dit pas oui à tout", relève le directeur artistique. Cette année, sur les plus de 200 films reçus, nous avons dû en refuser environ trois quarts".

A noter qu'environ 80% des films au programme de cette édition peuvent être visionnés en ligne.

www.fifad.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Placebo annule sa venue à Rock Oz’Arènes

Publié

le

(archive)
Déception pour les fans de Placebo!

"Pour des raisons familiales sérieuses", le groupe Placebo est contraint d’annuler ses prochains concerts, dont celui prévu le 13 août au festival Rock Oz’Arènes, à Avenches, a annoncé mercredi soir ce dernier. "Nous mettons tout en œuvre pour remplacer le groupe", ajoute le festival.

La manifestation précise que selon ses conditions générales, les billets ne peuvent être ni échangés ni remboursés, même en cas de modification ou d'annulation d'un groupe.

Continuer la lecture

Culture

La force et la richesse des cinémas d'Afrique à Lausanne

Publié

le

L'actrice Rokhaya Niang et le réalisateur Moussa Sene Absa avaient été récompensés à Berlin pour le film "Madame Brouette", qui fait l'ouverture du festival lausannois (archives). (© KEYSTONE/AP/MARKUS SCHREIBER)

Le festival Cinémas d'Afrique donne un coup de projecteur sur la diversité et la force de la cinématographie africaine. Plus de 60 films sont à découvrir du 17 au 21 août à Lausanne, ainsi que des concerts et des performances artistiques.

Cette 16e édition réunit des nouveaux films, des oeuvres primées et des découvertes encore inédites. Ces créations "fortes et originales" sont issues des différentes régions et cultures du continent ainsi que des diasporas, expliquent les organisateurs.

"Madame Brouette" sera projeté en ouverture, en présence de son réalisateur Moussa Sène Absa. Le festival consacre une courte rétrospective - en quatre films - à cet artiste touche à tout, à la fois cinéaste, peintre, acteur, musicien ou encore écrivain.

Son film, "Madame Brouette", a été récompensé pour sa musique à la Berlinale en 2003. Mati, femme divorcée, assure sa survie en poussant sa brouette sur les trottoirs d'un marché de Dakar. Elle tombe amoureuse de Naago, policier corrompu. Un jour, des coups de feu éclatent et Naago s'écroule. Madame Brouette s'accuse du meurtre.

Inédits en Suisse

Sous la dénomination Panorama, le festival présente une sélection de longs et courts-métrages récents, pour la plupart inédits en Suisse. Plusieurs cinéastes seront présents et dialogueront avec le public. Lova Nantenaina (Madagascar) présentera "Aza Kivy (Etoile du Matin)" et Omar El Zohairy (Egypte) "Feathers (Plumes)", par exemple.

Le Nigérian Ike Nnaebue, considéré comme une étoile montante du cinéma africain, montrera son dernier documentaire "No U-Turn (Pas de retour en arrière)". Pour son film, qui a obtenu une "mention spéciale" à la Berlinale, il a suivi la route des migrants à travers l'Afrique.

Cinéma du Bénin

Avec Focus Bénin, le festival met en lumière le cinéma béninois, qui peine à acquérir une visibilité au-delà de ses frontières. Pourtant, ce pays compte une génération de cinéastes dynamique qui propose des oeuvres courtes et percutantes, dans la fiction et le documentaire, soulignent les organisateurs.

Le samedi, une table ronde réunira plusieurs réalisateurs autour du thème "Créer pour résister - Résister pour créer". Que peut le cinéma contre les maux qui minent le continent ? Que peut-il contre l'émigration, la mauvaise gouvernance et la corruption, se demanderont-ils.

Parcours et création

Des cinéastes, des acteurs et des producteurs parleront de leur parcours ainsi que du processus de création. Au programme également un Ciné-Slam, avec le slameur Doueslik, un Ciné-concert et des soirées DJs.

Après deux années chamboulées par la pandémie et les mesures sanitaires, la manifestation retrouve enfin sa formule complète, avec son chapiteau, des propositions de débats, ainsi que des moments d’échanges. Rendez-vous à la Cinémathèque suisse, au Casino de Montbenon et au Théâtre de verdure voisin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le film alémanique "Drii Winter" représente la Suisse aux Oscars

Publié

le

Le réalisateur Michael Koch et son épouse Stella Spangenberg posent avant la première de son film "Drii Winter" à la Berlinale en février dernier. (© KEYSTONE/EPA/CLEMENS BILAN)

Le film alémanique "Drii Winter" de Michael Koch représentera la Suisse aux Oscars. On saura en décembre 2022 si le film accède à la "short list" des films susceptibles d’être nominés dans la catégorie "meilleur film international".

"Drii Winter" peut déjà se prévaloir d’importants succès dans les festivals : il est le premier film suisse alémanique sélectionné par la Berlinale pour son concours international depuis de nombreuses années. Jusqu’à aujourd’hui, "Drii Winter" a été invité dans plus de 20 festivals, a précisé l'Office fédéral de la culture dans un communiqué vendredi.

Une histoire d’amour hors du commun

"Drii Winter" raconte une histoire d’amour hors du commun dans un décor alpin : dans un village de montagne reculé, le jeune amour entre Anna et Marco est mis à dure épreuve. Anna est née au village, tandis que Marco est un marginal récemment arrivé dans la vallée.

Mais lorsque Marco commence soudainement à perdre le contrôle de ses nerfs, toutes les tensions latentes de la communauté villageoise resurgissent. Anna se met alors à lutter contre tous les obstacles pour garder Marco et son amour.

Le Jury motive son choix par le fait que "le film de Michael Koch se distingue par des images fortes qui parviennent à maintenir la tension entre l’apparente simplicité de l’intrigue et la forte charge dramatique. "Porté par de remarquables interprètes amateurs, poursuit le jury, le film s’abandonne au rythme de la nature et nous présente des protagonistes qui font corps avec le monde frugal de la montagne."

La Première suisse à Locarno

La société de production zurichoise Hugofilm Features a coproduit le film avec la société allemande Pandora Film Produktion. La première suisse aura lieu le mardi 9 août, dans le cadre de la section Panorama Suisse du Festival du film de Locarno.

L’Academy of Motion Picture Arts and Sciences de Hollywood publiera sa "short list" le 21 décembre et annoncera le 24 janvier 2023 les cinq films nominés aux Oscars dans la catégorie "meilleur film international". La remise des Oscars aura lieu le 12 mars au Dolby Theater à Los Angeles.

La réalisatrice lausannoise Stéphanie Chuat préside le jury, choisi par l'Office fédéral de la culture pour sélectionner un film en partance pour Los Angeles. Le cinéaste Élie Grappe ainsi que les producteurs Joël Jent, Aline Schmid et Dan Wechsler complétent les rangs du jury.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture