Rejoignez-nous

Culture

Les Etats disent oui au contrôle salarial

Publié

,

le

Le Conseil des Etats a finalement accepté d’instaurer des mesures pour la transparence des salaires entre femmes et hommes. Mais il ne veut l’imposer qu’aux entreprises de plus de 100 employés.

Le 28 février, après avoir accepté l’entrée en matière, la Chambre des cantons a décidé de renvoyer en commission cette loi très contestée à droite, pour un examen des alternatives, en particulier des modèles d’autodéclaration. Mardi, elle a finalement adopté par 27 voix contre 15 et 3 abstentions le projet du Conseil fédéral tout en l’édulcorant.

Le projet veut obliger les patrons à analyser tous les quatre ans les salaires dans leur entreprise et faire contrôler ce travail par des tiers. Les entreprises devraient ensuite informer leurs employés des résultats des analyses.

Par 26 voix contre 18, le Conseil des Etats a décidé de rendre ce contrôle obligatoire aux employeurs occupant 100 personnes ou plus. Une minorité emmenée par la gauche et soutenue par la démocrate-chrétienne Anne Seydoux (JU), aurait voulu fixer la barre à 50 personnes tout comme le Conseil fédéral.

Le projet actuel n’est pas ambitieux. « C’est le minimum du minimum acceptable en matière d’égalité », a expliqué Didier Berberat (PS/NE). Il faut éviter de l’affaiblir encore plus, selon lui.

Un effectif de 50 employés permet d’obtenir une analyse pertinente. Si l’on passe à 100 personnes, le pourcentage d’entreprises touchées chute de 2% à 0,85% et le taux de salariés concernés de 54% à 45%. Pour qu’elles soient efficaces, ces analyses doivent concerner plus de la moitié des employés de ce pays, a estimé M. Berberat.

Pas de déclaration autonome

Une minorité, composée des sénateurs ayant refusé l’entrée en matière lors de la session de printemps, a tenté d’imposer un modèle de déclaration autonome. Celle-ci aurait figuré dans les rapports de gestion des entreprises privées comptant plus de 100 collaborateurs. Ladite déclaration attesterait du respect de l’égalité salariale.

Cette solution permet aux employeurs d’utiliser l’instrument qu’il veulent, a argumenté Hans Wicki (PLR/NW). Elle se base sur la responsabilité personnelle et permet d’éliminer et éviter toute discrimination.

Trente-sept ans d’autocontrôle, depuis l’entrée en vigueur de la loi sur l’égalité, c’est suffisant, a répondu Anita Fetz (PS/BS). « Cette proposition est un placebo. Il ne faut pas se faire d’illusion », a-t-elle ajouté.

La méthode proposée n’est scientifique, a ajouté la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga. Elle ne fixe aucun critère. « Les femmes dans ce pays méritent une meilleure loi ». Le Conseil des Etats a suivi la ministre de la justice et rejeté le principe de l’autodéclaration par 25 voix contre 17 et 3 abstentions.

Le dossier passe au National.

(Source ATS / Photo ANTHONY ANEX)

Musique

Révélation de The Voice, Colour of Rice est l’invitée de Sophie et Fabien sur Radio Lac

Publié

le

Elle a conquis les coachs de The Voice en 2017 avec sa reprise de « Fast Car » de Tracy Chapman et boulversé le public à chacune de ses prestations, l’artiste helvético-japonaise Colour of Rice est l’invitée de Sophie et Fabien, ce matin sur Radio Lac.

 

Une artiste complète révélée par The Voice.

Révélée au grand public en 2017 suite à son passage dans The Voice, la jeune artiste a la musique dans le sang. Avec une maman musicienne, elle grandit baignée dans ce milieu. A neuf ans, elle chante dans une église un morceau tiré du film d’animation « Princesse Mononoké », c’est là qu’elle prend conscience de la possibilité de toucher les gens, de faire vivre des émotions à travers la musique.

Cependant, ce n’est qu’à 17 ans que Rani, de son vraie nom, apprend à jouer de la guitare, instrument qu’elle manie aujourd’hui avec virtuosité. C’est une révélation. Très vite, elle commence à composer et sort, en 2014, son premier album. Elle nous confie que la musique est un moyen pour elle de transmettre et exprimer ses émotions. Et le charme opère, on est transportés par sa voix puissante mais pleine de douceur.

 

Colour of Rice en direct dans Radio Lac Matin.

Lorsqu’elle arrive dans notre studio ce matin, c’est une jeune femme pétillante et impatiente de nous partager sa musique que nous découvrons. Proche de la nature, elle nous offre une branche de laurier, symbole de victoire (tout ce qu’on lui souhaite), provenant de son jardin.

Elle nous présente également avec fierté ses trois albums, objets soignés dont les photos de couverture nous font voyager. L’un d’entre vous à d’ailleurs eu la chance ce matin de remporter ces trois albums !

Les trois albums de Colour of Rice, remportés par un auditeur de Radio Lac Matin

Quelques accords plus tard, Rani est prête à nous interpréter l’un de ces tout nouveaux titres en live, « Hold You ». Une chanson qu’elle a composé pendant le semi-confinement comme un message aux personnes qu’elle aime et qu’elle aimerait pouvoir tenir contre elle. Un câlin virtuel, comme elle nous le dit. Et on se laisse envelopper, au rythme de sa guitare, par la poésie de ses mots et la douceur de sa voix.

Un moment presque thérapeutique pour un vendredi matin hivernal !

 

View this post on Instagram

 

A post shared by Radio Lac (@radiolac_ch)

 

Et sachez que ce titre a également sa version symphonique que vous pouvez aller écouter juste ici ! Pour découvrir Colour of Rice, on vous invite à aller la suivre sur Instagram et Facebook.

On vous laisse avec un dernier morceau de la jeune artiste, « Fly », et on vous souhaite un beau vendredi !

Continuer la lecture

Culture

L’illustratrice belge Dominique Goblet reçoit le Grand Prix Töpffer de la BD

Publié

le

Planche Dominique Goblet
Le Grand Prix Töpffer de la bande dessinée a été remis vendredi à la dessinatrice belge Dominique Goblet. L’illustratrice de 53 ans a été récompensée pour ses ouvrages qui ont, chacun à leur manière, « marqué la bande dessinée de notre temps », ont indiqué le canton et la Ville de Genève.

Le Prix Töpffer Genève, qui récompense le meilleur album de BD publié entre septembre 2019 et septembre 2020 par auteur genevois a été attribué à Pierre Schilling pour sa bande dessinée intitulée « Sur la road » (collectionrvb.com), dont la particularité a été d’avoir été publié exclusivement sur support numérique.

Le Prix Töpffer de la jeune bande dessinée, qui récompense un projet non publié par une personne âgée de 15 à 30 ans, est revenu cette année à Melchior Best pour Au creux de la paume. Cet ouvrage « plutôt avant-gardiste propose une narration accompagnée d’une association inspirante d’images et de techniques variées ».

Les prix Töpffer sont distribués depuis plus de vingt ans à Genève dans l’optique de soutenir l’art de la bande dessinée. Ils ont été ainsi nommé pour rendre hommage au Genevois Rodolphe Töpffer, qui est considéré par beaucoup au monde comme l’inventeur de la bande dessinée.

Continuer la lecture

Actualité

Didier Pittet: “Je lance un appel pour une Europe de la santé!”

Publié

le

Faut-il une Europe de la Santé? Oui, selon Didier Pittet.
Le Professeur, chef du Service de prévention et contrôle de l’infection aux Hôpitaux universitaires de Genève, vient de publier “Vaincre les épidémies” avec Thierry Crouzet. Un journal de bord qui retrace les six premiers mois de l’année vécus par l’épidémiologiste. Selon lui, cette pandémie doit pousser les autorités mais aussi les patients à s’interroger sur le monde d’après. C’est l’une des réflexions dont il a fait part à Benjamin Smadja et Laurie Selli dans un long entretien.

 

Continuer la lecture

Culture

Genève en mode « street art »

Publié

le

Marko 93, Double vision, 2020 © Marko 93

L’art urbain s’affiche à Genève…

Jusqu’à mi-mars, le Pont de la Machine, à Genève, accueille l’exposition “One, Two… Street art!”, à l’initiative des SIG. Dans une scénographie urbaine, les visiteurs pourront parcourir 5 espaces différents et plus de 70 œuvres, empruntées à des galeries, à des collectionneurs ou aux artistes eux-mêmes. C’est Benoît Rouchaleau qui nous sert de guide, aux côtés des 2 commissaires d’exposition.

Benoît Rouchaleau
Benoît Rouchaleau

Continuer la lecture

Culture

Décès d’Eddie Van Halen, fondateur du groupe du même nom

Publié

le

Eddie Van Halen est mort mardi après « un long combat » contre le cancer à l’âge de 65 ans, a annoncé son fils Wolf. Il était un guitariste et fondateur du légendaire groupe de hard rock des années 1980 Van Halen.

« Mon père, Edward Lodewijk Van Halen, a perdu son long et difficile combat contre le cancer ce matin », écrit Wolf Van Halen sur Twitter.

Figure du hard rock des années 1980, le groupe Van Halen avait été fondé à Pasadena, près de Los Angeles par Eddie et son frère aîné Alex (batterie), avec le chanteur David Lee Roth. Le groupe a été rendu populaire par son tube « Jump » vendu à des millions d’exemplaires dans le monde.

Eddie Van Halen était né aux Pays-Bas mais avait grandi à Pasadena. Il était considéré comme un guitariste virtuose et s’était notamment illustré par un solo de guitare mythique sur le « Beat It » de Michael Jackson, en 1983.

« Il était le meilleur père dont on pouvait rêver. Chaque moment que j’ai partagé avec lui sur scène et en dehors était un cadeau », a ajouté Wolfgang « Wolf » Van Halen. Ce dernier avait remplacé le bassiste original du groupe (Michael Anthony) en 2007, lorsque David Lee Roth avait retrouvé Van Halen pour une tournée, après une séparation de plus de vingt ans.

Après le départ de David Lee Roth, Van Halen avait continué à sortir des albums et à se produire avec les chanteurs Sammy Hagar puis Gary Cherone. Il n’avait toutefois jamais retrouvé la popularité de la première période.

Continuer la lecture