Rejoignez-nous

Culture

Le Grand Prix du design pour Julia Born, Peter Knapp et Sarah Owens

Publié

,

le

Peter Knapp, Courrèges, collection "Space Age", Paris, printemps-été 1965. (© Peter Knapp/Office fédéral de la culture)

Le Grand Prix suisse de design 2021 est décerné à trois personnalités hors pair. L'Office fédéral de la culture a choisi de distinguer la graphiste Julia Born, le photographe et directeur artistique Peter Knapp et la conférencière et chercheuse Sarah Owens.

La Zurichoise Julia Born, 46 ans, axe son travail sur la conception éditoriale pour des institutions culturelles comme la Kunsthalle de Bâle, le Guggenheim Museum de New York ou la documenta 14 de Kassel et d'Athènes. Elle enseigne également le graphisme à l'Ecole cantonale d'art de Lausanne (ECAL) et à la Gerrit Rietveld Academie d'Amsterdam.

Selon Aude Lehmann, membre de la Commission fédérale du design et lauréate à trois reprises du Grand Prix suisse du design, Julia Born a réussi à "donner à ses projets une signature unique sans jamais s'y laisser enfermer", peut-on lire lundi dans un communiqué de l'Office fédéral de la culture. Dans son travail, "Julia Born est l’une des rares qui ne suit pas, mais qui mène", poursuit la membre du jury, originaire de St-Imier BE.

Un Suisse à Paris

Le photographe et directeur artistique Peter Knapp, 90 ans, qui vit entre Paris et Klosters GR, est reconnu pour "casser des codes qui semblent immuables avant d'en inventer de nouveaux". Selon la membre du jury Tatyana Franck, "la force de ses images révèle des évidences longtemps invisibles ou ignorées, qui s’imposent ensuite".

Peter Knapp arrive à Paris de sa Suisse natale en 1951, âgé de tout juste 20 ans. Directeur artistique du magazine de mode "Elle" de 1959 à 1966 puis de 1974 à 1977, il a rompu avec la peinture pour se consacrer principalement à la photographie de mode.

Pendant 20 ans, il a entretenu une étroite collaboration avec le créateur de mode André Courrèges, pour lequel il a travaillé en tant que photographe. Inspiré par le cinéma, il a joué avec le mouvement et l’espace extérieur.

Ses images ont contribué à façonner l’ère de la libération et de la redécouverte des femmes. Dans les années 1970, il a été photographe indépendant pour des publications de renom telles que Vogue, Sunday Times Magazine et Stern.

Inclusif et inspirant

Avec Sarah Owens, 44 ans, l'Office fédéral de la culture récompense "une formatrice et une chercheuse en design généreuse et engagée", selon les termes de la membre du jury Vera Sacchetti. "Par son travail, elle forme les prochaines générations de designers et nourrit le discours intellectuel sur le design en Suisse, à l’intérieur comme à l’extérieur du monde académique."

Sarah Owens a donné des cours dans diverses universités du Royaume-Uni avant d’entamer il y a plus d’une dizaine d’années une carrière académique à l’Université des arts de Zurich (ZHdK) où elle est actuellement professeure et responsable du domaine communication visuelle. Elle co-organise également le Black Film Festival à Zurich.

Depuis 2007, le Grand Prix suisse de design, doté de 40’000 francs par lauréat, distingue l’oeuvre de designers renommés qui attestent au plan suisse et international de la qualité et de l’importance du design helvétique.

Une exposition, consacrée à ce Grand Prix suisse de design, se déroulera en même temps que Art Basel et Design Miami/Basel. Elle présentera quelques-uns des travaux des lauréates et du lauréat au Centre des Congrès de Bâle du 20 au 26 septembre (entrée libre). La publication qui accompagne le Grand Prix suisse de design 2021 paraîtra à cette occasion.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un film ivoirien Grand Prix de la 35e édition du FIFF

Publié

le

Avec près de 33'000 entrées, cette 35e édition est "un immense succès", compte tenu du report de la manifestation en plein été et de la situation sanitaire, selon les organisateurs. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Pour la deuxième fois consécutive, le Festival international de films de Fribourg (FIFF) a remis samedi son prix principal à un film africain. Le long métrage ivoirien "La Nuit des Rois", de Philippe Lacôte, reçoit le Grand Prix de la 35e édition du FIFF.

Le Prix spécial du Jury va à la comédie noire "Bad Christmas", de Gastón Portal (Argentine, Uruguay), et le Prix du meilleur court métrage international au récit initiatique façon western loufoque "Monsters Never Know", de Yang Ming (Chine), a indiqué le FIFF dans un communiqué.

L’équipe d’organisation estime à près de 33'000 entrées la fréquentation de cette 35e édition. Le FIFF se prolonge dimanche avec une journée dédiée aux films primés, puis grâce à la diffusion en ligne d’une quinzaine de films.

Durant la cérémonie de clôture, les membres des jurys ont souligné la haute qualité des compétitions et le fait qu’aucun des films ne ressemblait à l’autre. Du film de conte africain ("La Nuit des Rois") à la comédie noire de Noël ("Bad Christmas"), ou encore le drame intime abordant la thématique de l’adoption ("True Mothers", de Naomi Kawase), les choix des jurys ont été aussi variés que les propositions cinématographiques.

"Quo vadis, Aida?", de Jasmila ´banic, un hommage aux victimes et survivants du massacre de Srebrenica remporte le Prix du Jury des jeunes COMUNDO et le Prix du public.

La cérémonie de remise des prix a été suivie de la projection surprise du film "Aline", première suisse de la version remaniée que la réalisatrice Valérie Lemercier a présentée à Cannes la semaine dernière, quatre mois avant la sortie dans les salles suisses. Cette fiction est inspirée de la vie de Céline Dion.

Avec près de 33'000 entrées, cette 35e édition est "un immense succès, compte tenu du report de la manifestation en plein été, dans une période de vacances et de grande chaleur, ajoutée à la situation sanitaire", selon les organisateurs. La prochaine est agendée du 18 au 27 mars 2022.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Le Festival de Locarno présente deux nouvelles premières mondiales

Publié

le

La Piazza Grande est encore libre à Locarno. Mais le mois prochain, les cinéphiles y assisteront à pas moins de 99 premières mondiales (Archives). (© Keystone/PABLO GIANINAZZI)

Le public du Locarno Film Festival aura droit à des exclusivités supplémentaires. Avec She Will et 100 Minutes, deux films annoncés mardi par les organisateurs de la 74e édition, ce sont 99 oeuvres qui seront montrées en première mondiale du 4 au 14 août.

Thriller psychologique, She Will est le premier opus de la réalisatrice franco-britannique Charlotte Colbert. Il ouvrira la catégorie Fuori concorso le 5 août à La Sala.

Le film raconte l’histoire de Veronica Ghent (Alice Krige) qui, après avoir subi une double mastectomie, part passer sa convalescence dans la campagne écossaise avec sa jeune infirmière Desi (Kota Eberhardt). La réalisatrice et les acteurs se prêteront au jeu des questions-réponses après la projection.

Quant à 100 Minutes, il s'agit du nouveau film du réalisateur russe Gleb Panfilov, Léopard d'Or en 1969 avec son premier long métrage. Il sera présenté le 13 août sur la Piazza Grande, indiquent les organisateurs dans un communiqué.

Le film apporte une nouvelle dimension cinématographique à la vie d’Ivan Denissovitch, héros littéraire au destin tragique qui a fasciné les lecteurs du monde entier et a valu à son créateur, Alexandre Soljenitsyne, le prix Nobel de littérature. C'est l’histoire de ces milliers de soldats soviétiques tombés aux mains des nazis pendant la guerre. Ceux qui en reviennent sont envoyés par Staline pour dix ans de travaux forcés dans les goulags sibériens.

205 films

Au total, le Locarno Film Festival présentera 205 films. Il y aura huit premières suisses et 19 premiers longs métrages.

Sur le plan pratique, jusqu'à 5000 spectateurs seront autorisés à se rendre chaque soir sur la Piazza Grande. Les festivaliers peuvent acheter leur ticket en ligne depuis la mi-juillet. La réservation des places est obligatoire et la Piazza Grande, le Palexpo et la Rotonda ne seront accessibles que sur présentation du certificat Covid. Les autres cinémas seront eux soumis aux règles sanitaires en vigueur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Film américain couronné au NIFFF, le fantastique suisse récompensé

Publié

le

Le fantastique suisse a brillé au NIFFF avec "Tides", l'ambitieuse production du Suisse Tim Fehlbaum qui a décroché deux récompenses majeures. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La 20e édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel (NIFFF) s'est achevée samedi sur une fréquentation de 29’000 spectateurs. Le prix du meilleur film est allé à la production US "Lapsis". Le Suisse Tim Fehlbaum a été doublement récompensé.

Pandémie oblige, cette édition a dû mettre en place une formule inédite, avec notamment 2000 visionnements en ligne. Elle a permis de renouer avec le "public en salles (limitées aux deux tiers des capacités) tout en consolidant l’accès à la programmation au travers de l’offre en ligne innovante et rapidement plébiscitée par le public", souligne le festival dans un communiqué. L’affluence générale s’élève à 34’000 festivaliers (Festival OFF).

Le jury a distingué "Lapsis" de l'Américain Noah Hutton, qui remporte le Narcisse H.R. Giger, doté de 10’000 francs. Cette piquante satire sociale raconte le boulot étrange d'un livreur, chargé de tirer des câbles entre des cubes métalliques sur des kilomètres de forêt.

Fantastique suisse

Le fantastique suisse a par ailleurs brillé avec "Tides", l'ambitieuse production du Suisse Tim Fehlbaum. Le film, qui confronte le spectateur aux conséquences de la catastrophe climatique, a décroché deux récompenses majeures: le Prix du Best Production Design, doté de 5000 francs et le Prix RTS du Public (achat des droits de diffusion par la RTS).

Le Méliès d'argent du meilleur long métrage fantastique européen est allé à "Boys From County Hell" (Irlande/Royaume-Uni), réalisé par Chris Baugh. Le film "The Feast" (Royaume-Uni) de Lee Haven Jones a remporté le Prix de la critique internationale.

"Litte Miss Fate" de Joder von Rotz empoche le Narcisse du meilleur court-métrage suisse, doté de 10'000 francs. Le Prix du meilleur film asiatique est allé à "Ok! Madam" du Sud-Coréen Lee Cheol-ha.

La cérémonie de clôture du festival, qui s'était ouvert le 2 juillet, a été conclue par son nouveau directeur général Pierre-Yves Walder, qui reprend les rênes du festival dès à présent.

"Je suis particulièrement heureux de prendre la tête du festival après une édition anniversaire qui a marqué les retrouvailles du NIFFF avec son public. Le genre fantastique est plus que jamais connecté à son époque et je me réjouis de poursuivre l’exploration de ses nombreuses déclinaisons", a-t-il déclaré.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Près de 100 premières mondiales au Festival de Locarno

Publié

le

Les spectateurs pourront découvrir en avant-première un bout d'histoire suisse avec le film "Monte Verità" de Stefan Jäger. (© )

Après une édition hybride en 2020, le Festival de Locarno sort renforcé de la crise, ont annoncé ses organisateurs jeudi au moment de présenter la programmation de cette 74e édition, qui se tiendra du 4 au 14 août. Près de 100 premières mondiales sont au programme.

Sur le plan artistique, financier et opérationnel, le festival se porte bien, a déclaré Marco Solari, président du festival de Locarno, lors d'une conférence de presse retransmise en direct du cinéma Rex de Berne. "L'enthousiasme de l'équipe" a joué un rôle important.

Quant aux films qui seront projetés cette année, le nouveau directeur artistique Giona A. Nazzaro l'a révélé avec un enthousiasme palpable. "L'ennui est interdit. Nous voulons célébrer le retour au cinéma". Le programme comprend 203 films, dont 97 premières mondiales, 8 premières suisses et 19 premiers longs métrages.

"Monte Verità" en première mondiale

Parmi les premières mondiales, on compte le film de Stefan Jäger, "Monte Verità", avec les acteurs suisses Max Hubacher et Joel Basman. Ce long métrage suisse, autrichien et allemand raconte l'histoire de marginaux qui s'installent sur la montagne suisse du Monte Verità au début du XXe siècle.

Côté suisse encore, le film "Soul of a Beast" de Lorenz Merz est en lice pour le Léopard d'or. Il y raconte l'histoire d'un père adolescent qui tombe amoureux de la petite amie de son meilleur ami.

Deux prix supplémentaires seront décernés pour la première fois cette année dans le cadre du Concorso Cineasti del presente, celui du meilleur réalisateur et celui de la meilleure actrice ou acteur. Deux coproductions suisses sont nominées dans cette catégorie: "Wet Sand" d'Elene Naveriani (Suisse/Géorgie) et "Zahorí" de Marí Alessandrini (Suisse/Argentine/Chili/France).

Jusqu'à 5000 visiteurs par jour

La venue de la musicienne américaine Kim Gordon (Sonic Youth) a également été annoncée jeudi. La présence de l'actrice française Laetitia Casta ainsi que celle du réalisateur, scénariste et acteur américain John Landis sont elles connues depuis un certain temps. Tout comme le film d'ouverture: "Beckett" de Ferdinando Cito Filomarino, qui sera présenté en avant-première mondiale.

Sur le plan pratique, jusqu'à 5000 spectateurs seront autorisés à se rendre chaque soir sur la Piazza Grande. Les festivaliers pourront acheter leur ticket en ligne dès la mi-juillet. La réservation des places est obligatoire et la Piazza Grande, le Palexpo et la Rotonda ne seront accessibles que sur présentation du certificat Covid. Les autres cinémas seront eux soumis aux règles sanitaires en vigueur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Bastian Baker invité vedette du cirque Knie

Publié

le

Photo KEYSTONE/Peter Schneider

La tournée 2021 du Cirque Knie mêlera voix, guitares et acrobaties

Après une année 2020 très compliquée pour cause de Covid et un report du début de la tournée 2021, le cirque national repart sur les routes suisses cet été, accompagné du chanteur lausannois, qui fêtera pour l’occasion son dixième anniversaire de scène sous le chapiteau du Cirque Knie. C’est la directrice artistique, Géraldine Knie, qui a recruté le célèbre artiste romand il y a déjà 2 ans. Le chanteur romand ponctuera les numéros de ses titres les plus célèbres.

Bastian Baker fera ainsi partie de toute cette tournée raccourcie qui mêlera voix, guitare, surprises musicales, rires, artistes internationaux, numéros d’acrobaties, motards téméraires et autres performances équestres. Avec l’eau et le feu qui constitueront aussi une partie importante du spectacle.

Géraldine Knie et Bastian Baker se sont confiés au micro de Benjamin Smadja et Laurie Selli


Comme le veut la tradition, la première de la saison aura lieu à Rapperswil, le 29 juillet. Ensuite, l’étape genevoise est prévue du 27 août au 19 septembre 2021, avant de s’installer à Lausanne, du 22 septembre au 10 octobre 2021. Les ventes de billet sont déjà ouvertes. Covid oblige, et conformément aux mesures de protection en vigueur, l’accès aux spectacles sera ouvert aux visiteurs qui ont été testés, guéris ou vaccinés et qui présenteront un certificat Covid.

 

Continuer la lecture