Rejoignez-nous

Culture

La migration au cœur de la saison 22-23 du Grand Théâtre de Genève

Publié

,

le

(KEYSTONE/imageBROKER/Kim Petersen)

Le Grand Théâtre de Genève (GTG) place sa saison 2022-2023 sous le signe des "mondes en migration". La programmation compte une centaine de dates de spectacles d'opéra, de ballet, de récitals et de concerts, dont certains n'avaient pas pu être montrés en raison de la pandémie de Covid-19.

Choisie bien avant la guerre en Ukraine, la thématique ne concerne pas que le monde d'aujourd'hui, mais elle constitue la trame historique de nombreux opéras, a indiqué mercredi Aviel Cahn, directeur général du GTG, à l'occasion de la présentation de sa prochaine saison. Elle est déclinée sur les supports visuels par les images d'une "beauté épique" du photojournaliste Paolo Pellegrin.

La saison 2022-2023 ouvre avec le chef-d'oeuvre "La Juive", de Fromental Halévy. Cet opéra, un des plus populaires du 19e siècle, parle d'intolérance religieuse et de fanatisme. Il sera mis en scène par David Alden, pour la première fois à Genève, et dirigé par Marc Minkowski. En parallèle, le GTG proposera la version concert de "L'Eclair", un opéra rare du même compositeur.

Maria Stuart et Ulysse

Après "Jenufa" ce printemps, la metteuse en scène Tatjana Gürbaca reviendra en automne pour monter "Katia Kabanova", également de Leos Janacek, avec la soprano Corinne Winters et l'Orchestre de la Suisse romande sous la direction de Tomas Netopil. Puis Christina Pluhar et son ensemble L'Arpeggiata proposeront un spectacle musical autour d'"Il Combattimento - Les amours impossibles", de Claudio Monteverdi.

Avec "Maria Stuarda", le chef d'orchestre Stefano Montanari, la metteuse en scène Mariame Clément et la scénographe Julia Hansen présenteront le deuxième pan de la trilogie de Gaetano Donizetti autour des reines Tudor. Début 2023, Michael Thalheimer pourra enfin monter "Persifal", annulé en 2021. L'occasion pour le chef Jonathan Nott de diriger son premier Wagner, a commenté Aviel Cahn.

Le collectif flamand FC Bergman proposera sa lecture du "Retour d'Ulysse", de Monteverdi, sous la direction musicale de Fabio Biondi. Prévue au printemps 2020, la création mondiale "Voyage vers l'Espoir", de Christian Jost, d'après le film suisse éponyme, pourra enfin être présentée. La saison se terminera avec "Lady Mcbeth de Mtsensk", de Dmitri Chostakovitch, suivie de "Nabucco", de Giuseppe Verdi.

De grands noms

Diana Damrau, Bryn Terfel, Nina Stemme, Simon Keenlyside et Anne Sofie von Otter: de grands noms figurent au programme des récitals, a indiqué M. Cahn. Et le directeur du GTG de se réjouir aussi du concert de Nouvel An-Gala Offenbach, avec Marina Viotti et Stanislas de Barbeyrac, sous la direction musicale de Marc Leroy-Calatayud.

Du côté du ballet, son nouveau directeur Sidi Larbi Cherkaoui programme trois spectacles. Le chorégraphe belge proposera en première mondiale "Ukiyo-e", en deuxième partie d'une soirée intitulée "Mondes flottants", lors de laquelle il partagera l'affiche avec Damien Jalet et sa reprise de "Skid". Puis il reprendra "Sutra", créé en 2008 avec des moines de Shaolin.

Artiste associé et survivant des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Damien Jalet reviendra au printemps avec "THR(O)UGH", tandis que Fouad Boussouf créera "VÏA", avec Ugo Rondinone à la scénographie. Le ballet du GTG se produira aussi hors les murs, notamment dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève.

Multiples collaborations

Le GTG poursuivra ses collaborations avec le monde culturel genevois et au-delà dans le cadre de la programmation La Plage. Au menu: des productions pour familles et jeune public, des créations, des films, des visites guidées ou encore des brunchs. "C'est important que la plus grande institution romande collabore et enrichisse la réalité culturelle de notre région", a souligné Aviel Cahn.

www.gtg.ch

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Le prix Premio récompense une compagnie genevoise

Publié

le

Foto: Compagnie Pluton / Ulysse Berdat & Alice Oechslin; ©Yoshiko Kusano

La Compagnie genevoise Pluton a remporté le Prix d’encouragement pour les arts de la scène Premio, remis pour la 21e fois samedi au Grütli à Genève.

Ce premier prix était doté de 15'000 francs. Le Collectif Foulles de Lausanne occupe la deuxième place et reçoit 5000 francs.

Lorena Stadelmann, de Courrendlin (JU), et Annakatharina Chiedza Spörri, de Berne, se partagent la troisième place. Elles reçoivent chacune 2500 francs, ont annoncé lundi les organisateurs. Huit demi-finalistes étaient en lice.

Tous les huit bénéficieront d'un soutien financier jusqu'à 100'000 francs pour leurs tournées. L'association Premio est soutenue par 53 institutions théâtrales de toute la Suisse et par les trois institutions de promotion Pro Helvetia, la Fondation Ernst Göhner et le Pourcent culturel Migros. La distinction Premio est considérée comme un tremplin important dans le passage de la formation à la pratique.

Continuer la lecture

Actualité

L'humoriste Dieudonné voit sa condamnation confirmée en appel

Publié

le

L'humoriste Dieudonné, défendu par l'avocat Pascal Junod, voit sa condamnation à une peine pécuniaire de 180 jours amende à 170 francs le jour pour discrimination raciale, injure et diffamation confirmée par la Chambre pénale d'appel et de révision de la Cour de justice de Genève (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

L'humoriste Dieudonné voit sa condamnation pour discrimination raciale, injure et diffamation confirmée en appel par la justice genevoise. Sa peine est maintenue à 180 jours-amende à 170 francs le jour.

Dans un arrêt daté du 28 avril, que Keystone-ATS a obtenu, la Chambre pénale d'appel et de révision de la Cour de justice de Genève rejette l'appel de Dieudonné contre le jugement du Tribunal de police, comme l'a révélé dimanche la Tribune de Genève. En seconde instance, la justice confirme l'intégralité du verdict de juillet 2021.

Dieudonné M'bala M'bala, 56 ans, était poursuivi pour avoir proféré des propos négationnistes lors de son spectacle "En vérité", qu'il avait présenté à Nyon (VD) et à Genève, en 2019. A la fin d'un sketch, un des personnages de l'humoriste franco-camerounais avait crié que "les chambres à gaz n'ont jamais existé".

La Chambre pénale d'appel et de révision est convaincue que "c'est avec conscience et volonté que l'appelant a tenu des propos négationnistes et discriminants envers les victimes de la Shoah de manière à porter atteinte à leur dignité humaine", écrit-elle. Dieudonné est donc reconnu coupable de discrimination raciale.

Griefs confirmés

L'humoriste était aussi jugé pour avoir injurié sur scène la Communauté intercommunautaire contre l'antisémitisme et la diffamation (CICAD), lui disant "d'aller se faire enculer", ainsi que d'avoir porté atteinte à l'honneur de son secrétaire-général Johanne Gurfinkiel, le traitant notamment de raciste. Dans une interview à la radio, il l'avait comparé à un "négrier juif".

En seconde instance, la justice genevoise confirme que "ces propos, qui constituent assurément une injure, ont manifestement été proférés dans le dessein de dire du mal de l'association en question". De même, elle estime que "c'est sans fondement que l'appelant affirme être critiqué parce qu'il est noir". Les griefs de M. Gurfinkiel reposent "sur le contenu de ses spectacles".

"Propos minimisés"

Au vu de la mauvaise collaboration de Dieudonné à la procédure et de son absence de prise de conscience, la Chambre pénale d'appel et de révision confirme la peine du Tribunal de police. Elle relève qu'il "n'a cessé d'occulter le but recherché par ses attaques et de minimiser la portée de ses propos, dont il a d'abord attribué la responsabilité à son co-auteur, avant de se cacher derrière le personnage de son sketch".

La CICAD salue la décision en appel qui confirme l'intégralité du dispositif de jugement de première instance. "C'est une victoire", a déclaré son secrétaire-général, interrogé par Keystone-ATS. De son côté, l’avocat de Dieudonné, Pascal Junod, a indiqué envisager de faire recours devant le Tribunal fédéral.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Actualité

Les plateformes de streaming devront investir en Suisse

Publié

le

Netflix, Disney+, Blue, ou encore Amazon et HBO laisseront une partie de leurs bénéfices en Suisse (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Netflix et les plateformes de streaming soutiendront le cinéma suisse. Le peuple a approuvé dimanche la nouvelle loi sur le cinéma par 58,4%. Ces services devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse au secteur.

Les cantons romands ont été les plus grands partisans de la loi. Les Vaudois l'ont massivement soutenue (76,1%). A Genève, le camp du oui l'a emporté par 74,6%. Les Neuchâtelois ont aussi clairement approuvé le texte par 70,5%. Quelque 64,7% des Jurassiens et 63,9% des Fribourgeois ont été convaincus par le texte.

Les Valaisans se classent derniers parmi les Romands (59%), un résultat similaire à celui de Berne (59,8%). Le score est toutefois meilleur qu'Outre-Sarine, où seule Bâle-Ville fait mieux (66,2%). Le même scénario se dessine Outre-Sarine. Au Tessin, la loi sur le cinéma a été approuvée par 58,1% de la population. Le texte a aussi convaincu Zurich, où 55,6% des votants ont glissé un oui dans l'urne.

Seuls sept cantons ont refusé le projet: Schaffhouse (57,8%), Schwyz (57,6%), Obwald (54,3%), Appenzell Rhodes-Intérieures (52,2%). Nidwald (50,4%), Thurgovie (50,4%) et Uri (50,2) ont de justesse refusé d'imposer les plateformes de streaming.

Au total, quelque 1, 25 million d'électeurs ont glissé un bulletin favorable. Le camp du non a réuni environ 893'300 de votes. La participation s'est élevée à 39,5% des votants.

Investissement de 4%

De plus en plus de personnes s'abonnent à Netflix, Disney + ou encore AmazonPrime pour regarder des films et des séries. Ces plateformes encaissent environ 300 millions de francs par année en Suisse, mais celle-ci n'en bénéficie nullement.

Le projet impose aux services de streaming et aux grandes chaînes de télévision étrangères, comme TF1 ou M6, qui diffusent des publicités spécifiques à la Suisse, d'investir 4% de leurs recettes dans le secteur helvétique. Elles seront ainsi mises sur un pied d'égalité avec les diffuseurs suisses qui versent déjà leur contribution, argumentent le Conseil fédéral et les partis du centre et de la gauche.

Une taxe de remplacement est prévue pour ceux qui ne veulent pas se soumettre à cette obligation. Les plateformes devront aussi programmer au moins 30% de films et de séries européens. Les pays voisins ont déjà pris des mesures pour obliger ces services à investir dans la production cinématographique locale, poursuivent les partisans. La France demande 26% et l'Italie 20%.

Les partis de jeunes du PLR, de l'UDC et du PVL, à l'origine du référendum, ont pour leur part mis en garde contre une répercussion des frais supplémentaires sur les consommateurs. Selon eux, l'Etat entend imposer des oeuvres dont les clients des plateformes ne veulent pas. Le quota représente une discrimination à l'égard des producteurs de pays hors de l'UE, dont les films, appréciés en Suisse, seront retirés des catalogues.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Les plateformes de streaming devront investir en Suisse

Publié

le

Netflix, Disney+, Blue, ou encore Amazon et HBO laisseront une partie de leurs bénéfices en Suisse (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Netflix et les plateformes de streaming soutiendront le cinéma suisse. Le peuple a approuvé dimanche la nouvelle loi sur le cinéma, selon une tendance de gfs.bern. Ces services devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse au secteur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le peuple se prononce sur le cinéma, le don d'organes et Frontex

Publié

le

Les Suisses doivent notamment se prononcer sur le renforcement de Frontex, sur lequel les camps bourgeois et rose-vert s'opposent (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le sort de la "Lex Netflix" se joue dimanche et le suspense reste entier d'après les sondages. Les deux autres objets en votation, l'augmentation de la manne suisse à Frontex et le passage au consentement présumé pour le don d'organes, devraient passer la rampe.

La nouvelle loi sur le cinéma veut contraindre les plateformes de streaming, comme Netflix, Disney+ ou AmazonPrime, à investir 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse dans le secteur cinématographique. Les grandes chaînes de télévision étrangères, comme TF1 ou M6, qui diffusent des publicités spécifiques à la Suisse, sont également concernées par cette obligation.

Une taxe de remplacement est prévue pour ceux qui ne veulent pas se soumettre à cette obligation. Le projet impose aussi qu'au moins 30% de la programmation soit dédiée à des séries et des films européens.

Pour les partisans, cette réforme est nécessaire. Les plateformes font d'immenses profits en Suisse, sans réinjecter un centime dans l'économie helvétique. Les pays voisins ont déjà pris des mesures pour obliger les plateformes à investir dans la production cinématographique locale. La France demande 26% et l'Italie 20%.

Pour la droite, cet investissement équivaut à un impôt extraordinaire. Les producteurs répercuteront les frais sur les consommateurs. Ils critiquent aussi le "paternalisme" de l'Etat qui entend imposer des oeuvres dont les clients des plateformes ne veulent pas. Le quota représente une discrimination à l'égard des producteurs de pays hors de l'UE.

Changement en vue sur les organes

Sur le don d'organes, le peuple devrait accepter un changement de paradigme. Les médecins partiront dès lors du principe que toute personne est favorable au prélèvement de ses organes. Pour exprimer son refus, il faudra s'inscrire dans un registre. En cas de doute, les proches de la personne défunte pourront toujours refuser.

Actuellement, la Suisse vit sous le régime du consentement explicite. Toute personne qui souhaite faire don d'un ou de plusieurs de ses organes après son décès doit le faire savoir, au moyen d'une carte de donneur par exemple. Sinon, les médecins posent la question aux proches, qui souvent refusent.

Passer au consentement présumé permettrait d'augmenter le nombre de donneurs d'organes et ainsi sauver des vies, selon le Conseil fédéral: plus de 1400 personnes sont en attente d'un organe en Suisse. Chaque semaine, une ou deux personnes décèdent faute d'avoir reçu un nouvel organe à temps.

Mais ce changement de système, soutenu par tous les partis sauf l'UDC et le PEV, pourrait mettre à mal le droit à l'autodétermination des personnes, selon le comité citoyen qui a lancé un référendum. Près de 6 millions de personnes devraient être informées qu'elles doivent, en cas de refus, s'opposer par écrit au don d'organes et inscrire leur nom dans un registre. Un objectif irréaliste, selon ces opposants, qui craignent des dérives.

Spectre d'un isolement

Dernier objet soumis au verdict populaire, le renforcement de Frontex devrait aussi facilement passer la rampe. Les partisans ont conforté leur avance au fil des sondages et remporteraient autour de 65% des voix. La crainte d'un isolement joue en leur faveur. En refusant d'augmenter la contribution suisse à 61 millions de francs, Berne prendrait le risque d'être exclue de Schengen.

Ses autorités n'auraient alors plus accès à de nombreuses bases de données européennes, cruciales dans la lutte contre la criminalité transfrontalière, argumente le Conseil fédéral, soutenu par tous les grands partis sauf la gauche. Les conséquences pour l'économie et le tourisme pourraient elles atteindre plusieurs milliards de francs.

Les organisations de défense des réfugiés à l'origine du référendum ne remettent pas en cause la collaboration avec l'Union européenne. Elles s'inquiètent avant tout du bien-être des migrants. Accorder plus de moyens à Frontex reviendrait à augmenter les violences aux confins de l'Europe.

L'agence de garde-frontières est régulièrement accusée de refoulements illégaux et de violations des droits fondamentaux. Elle doit également faire face à des problèmes de gestion internes. Dernier épisode en date: la démission fin avril de son patron. Des remous qui ne semblent pas pouvoir faire le poids.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture