Rejoignez-nous

Culture

La migration au cœur de la saison 22-23 du Grand Théâtre de Genève

Publié

,

le

(KEYSTONE/imageBROKER/Kim Petersen)

Le Grand Théâtre de Genève (GTG) place sa saison 2022-2023 sous le signe des "mondes en migration". La programmation compte une centaine de dates de spectacles d'opéra, de ballet, de récitals et de concerts, dont certains n'avaient pas pu être montrés en raison de la pandémie de Covid-19.

Choisie bien avant la guerre en Ukraine, la thématique ne concerne pas que le monde d'aujourd'hui, mais elle constitue la trame historique de nombreux opéras, a indiqué mercredi Aviel Cahn, directeur général du GTG, à l'occasion de la présentation de sa prochaine saison. Elle est déclinée sur les supports visuels par les images d'une "beauté épique" du photojournaliste Paolo Pellegrin.

La saison 2022-2023 ouvre avec le chef-d'oeuvre "La Juive", de Fromental Halévy. Cet opéra, un des plus populaires du 19e siècle, parle d'intolérance religieuse et de fanatisme. Il sera mis en scène par David Alden, pour la première fois à Genève, et dirigé par Marc Minkowski. En parallèle, le GTG proposera la version concert de "L'Eclair", un opéra rare du même compositeur.

Maria Stuart et Ulysse

Après "Jenufa" ce printemps, la metteuse en scène Tatjana Gürbaca reviendra en automne pour monter "Katia Kabanova", également de Leos Janacek, avec la soprano Corinne Winters et l'Orchestre de la Suisse romande sous la direction de Tomas Netopil. Puis Christina Pluhar et son ensemble L'Arpeggiata proposeront un spectacle musical autour d'"Il Combattimento - Les amours impossibles", de Claudio Monteverdi.

Avec "Maria Stuarda", le chef d'orchestre Stefano Montanari, la metteuse en scène Mariame Clément et la scénographe Julia Hansen présenteront le deuxième pan de la trilogie de Gaetano Donizetti autour des reines Tudor. Début 2023, Michael Thalheimer pourra enfin monter "Persifal", annulé en 2021. L'occasion pour le chef Jonathan Nott de diriger son premier Wagner, a commenté Aviel Cahn.

Le collectif flamand FC Bergman proposera sa lecture du "Retour d'Ulysse", de Monteverdi, sous la direction musicale de Fabio Biondi. Prévue au printemps 2020, la création mondiale "Voyage vers l'Espoir", de Christian Jost, d'après le film suisse éponyme, pourra enfin être présentée. La saison se terminera avec "Lady Mcbeth de Mtsensk", de Dmitri Chostakovitch, suivie de "Nabucco", de Giuseppe Verdi.

De grands noms

Diana Damrau, Bryn Terfel, Nina Stemme, Simon Keenlyside et Anne Sofie von Otter: de grands noms figurent au programme des récitals, a indiqué M. Cahn. Et le directeur du GTG de se réjouir aussi du concert de Nouvel An-Gala Offenbach, avec Marina Viotti et Stanislas de Barbeyrac, sous la direction musicale de Marc Leroy-Calatayud.

Du côté du ballet, son nouveau directeur Sidi Larbi Cherkaoui programme trois spectacles. Le chorégraphe belge proposera en première mondiale "Ukiyo-e", en deuxième partie d'une soirée intitulée "Mondes flottants", lors de laquelle il partagera l'affiche avec Damien Jalet et sa reprise de "Skid". Puis il reprendra "Sutra", créé en 2008 avec des moines de Shaolin.

Artiste associé et survivant des attentats du 13 novembre 2015 à Paris, Damien Jalet reviendra au printemps avec "THR(O)UGH", tandis que Fouad Boussouf créera "VÏA", avec Ugo Rondinone à la scénographie. Le ballet du GTG se produira aussi hors les murs, notamment dans le cadre de La Bâtie-Festival de Genève.

Multiples collaborations

Le GTG poursuivra ses collaborations avec le monde culturel genevois et au-delà dans le cadre de la programmation La Plage. Au menu: des productions pour familles et jeune public, des créations, des films, des visites guidées ou encore des brunchs. "C'est important que la plus grande institution romande collabore et enrichisse la réalité culturelle de notre région", a souligné Aviel Cahn.

www.gtg.ch

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

La Suisse envoie le rappeur non binaire bernois Nemo à l'Eurovision

Publié

le

Nemo représentera la Suisse en demi-finale du 68e Concours Eurovision de la chanson, à Malmö, le 9 mai prochain avec le titre "The Code", qui même rap, drum and bass et opéra. (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

Nemo représentera la Suisse à Malmö (Suède) au 68e Concours Eurovision de la chanson avec le titre "The Code". Non binaire, l'artiste biennois y évoque le fait de ne se sentir ni homme ni femme et le chemin parcouru jusque-là pour trouver son identité.

La chanson écrite en anglais et composée par Nemo mêle rap, drum and bass et opéra, indique jeudi la radio-télévision alémanique SRF. Talent du rap révélé en 2016 en Suisse alémanique, l'artiste a aligné les succès ces dernières années. Le 9 mai prochain, Nemo défendra les couleurs de la Suisse lors de la demi-finale du grand événement musical européen.

Engagement pour la cause "queer"

"C'est un honneur incroyable de pouvoir représenter la Suisse à l'Eurovision Song Contest (ESC)", confie l'artiste alémanique de 24 ans, qui a grandi à Bienne et vit à Berlin. Sa chanson a été choisie à 50% par un jury de professionnels internationaux et à 50% par un panel de particuliers intéressés par l'ESC au cours d'un processus de sélection interne en plusieurs étapes.

Cité dans le communiqué, Nemo considère sa participation au concours comme "une chance immense de construire des ponts entre les cultures et les générations". "C'est pourquoi il est très important pour moi de m'y engager comme personne 'queer' pour toute la communauté LGBTQIA+."

Manifeste universel sur l'identité

"Dans 'The Code', il est question du véritable voyage que j'ai commencé lorsque j'ai pris conscience que je n'étais ni un homme ni une femme. Le chemin vers moi-même a été un long et difficile processus", explique Nemo qui en voit dans sa chanson le manifeste artistique. "Mais rien ne me fait plus plaisir que la liberté que j'ai gagnée en réalisant que j'étais non binaire."

La vérité de Nemo se situe "entre les 0 et les 1" du système binaire, ironise l'artiste en anglais dans sa chanson. En brassant habilement plusieurs genres musicaux, Nemo tisse des liens entre les mondes, écrit SRF. Son histoire personnelle devient ainsi un récit universel, celui du passage à l'âge adulte qui célèbre l'amour de soi, la vérité et l'authenticité.

Rappeur à succès dès ses 17 ans

"Meilleur talent" à 17 ans, le prodige a remporté quatre Swiss Music Awards un an plus tard. Après ses grands succès en dialecte bernois, "Ke Bock", "Du" ou encore "Himalaya", qui lui ont valu des disques d'or et de platine, Nemo a entamé une phase de transition en 2020. Le phénomène commence alors à écrire et produire pour d'autres artistes et publie désormais des chansons en anglais.

Si Nemo se qualifie pour la finale de l'Eurovision, l'artiste se produira une nouvelle fois deux jours plus tard, le 11 mai, à Malmö parmi 28 contributions venant d'autant de pays.

La Suisse "dans le coup" depuis 2019

Le grand show musical européen a plutôt réussi ces dernières années à la Suisse, depuis qu'elle en a professionnalisé sa sélection. Elle s'est qualifiée systématiquement pour la finale depuis 2019 et la 4e place finale du Bernois Luca Hänni. Le Fribourgeois Gjon's Tears a même terminé 3e en 2021. Les deux dernières ont moins souri à la Suisse avec les 17e et 20e places de Marius Baer et de Remo Forrer en finale. Il n'y a pas eu d'édition en 2020 à cause de la pandémie.

Retrouvez Nemo et toutes les performances de la Suisse depuis 1956 et le début de la compétition.

Continuer la lecture

Culture

Grand Prix suisse de design: trois artistes primés

Publié

le

Lucie Meier a eu un parcours professionnel fulgurant et fait partie aujourd’hui des designers de mode les plus influents au monde. (© OFC)

Le Grand Prix suisse de design est décerné cette année à trois artistes: la Valaisanne Lucie Meier, designer de mode et directrice artistique, le Tessinois Luciano Rigolini, photographe et producteur de films, ainsi que la Zurichoise Paola De Martin.

Née à Zermatt (VS), Lucie Meier a eu un parcours professionnel "fulgurant". Elle travaille aujourd'hui à Milan et Paris et fait partie "des designers de mode les plus influents au monde", écrit jeudi l'Office fédéral de la culture (OFC) dans un communiqué.

Dans un autre registre, l'artiste tessinois Luciano Rigolini, 74 ans, qui travaille entre Lugano et Paris, se consacre uniquement à la photographie depuis 2002. Enfin, l'Italo-Suisse Paola De Martin, 59 ans, se voit primée pour son activité de designeuse textile, d'historienne et d'enseignante à Zurich.

Depuis 2007, le Grand Prix suisse de design récompense des designers d'envergure nationale et internationale. Il est doté d'un montant de 40'000 francs.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Grand Théâtre: Pour Sami Kanaan, la grève est "tout à fait incompréhensible"

Publié

le

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)
Le conseiller administratif Sami Kanaan, en charge de la culture en ville de Genève, estime "totalement incompréhensible" la grève annoncée par le personnel du Grand Théâtre pour la représentation de l’opéra de Mozart "Idoménée" jeudi soir. "Je la regrette fortement, tant sur le fond que sur la forme", a-t-il déclaré dans une interview à la Tribune de Genève.

Et le magistrat d'expliquer: "Sur le fond, je comprends que les représentants du personnel et les syndicats veuillent se battre pour conserver les conditions de travail. Sauf qu'en l'occurrence, rien n'a encore été décidé quant aux modalités du nouveau statut. On fait un procès d'intention sur les futures conditions de travail. Le but de la réforme n'est pas de faire des économies", souligne-t-il.

"Ce qui m'amène à la forme. Lorsqu'on souhaite se mettre en grève, on l'annonce d'abord avec un préavis. Et si on n'est pas entendu, on peut aller de l'avant. Or, voilà qu'on décide d'une grève le mardi pour le jeudi sans crier gare. C'est irrespectueux en matière de partenariat social", relève Sami Kanaan.

Négocier par la suite

"On a dit et redit que l'objectif n'était pas de détériorer les conditions de travail, mais de réformer une situation aujourd'hui très insatisfaisante de différences de statut et d'inégalités criantes. On a acté le principe de la réforme, ce qui est le rôle du politique, et ensuite on négociera concrètement, en préservant les droits acquis pour les employés actuels", poursuit-il.

"Nous avons travaillé sur un nouveau statut qui sera présenté une fois que le Conseil municipal aura acté le principe d'un employeur unique, qui est la Fondation du Grand Théâtre (FGTG), une fondation de droit public. Les négociations avec les représentants du personnel et les syndicats pourront ensuite commencer. Le Conseil municipal pourra à nouveau se prononcer une fois qu'elles auront abouti".

Menace sur l'institution

Selon le conseiller administratif, il est faux de dire qu'il n'y a aucune garantie financière du canton. Un accord, qui mentionne le Grand Théâtre, a été signé avec ce dernier en 2022. "Une nouvelle loi a ensuite été votée par une large majorité du Grand Conseil. Une planification financière est établie. Jusqu'à présent, toutes les étapes ont été respectées".

"La réforme vise au contraire à faciliter l'arrivée du Canton dans le financement et la gouvernance du Grand Théâtre. Une des conditions est que tout le personnel soit employé par la fondation. Si les syndicats et les représentants du personnel refusent de discuter, on risque de laisser passer une opportunité. Et de menacer la pérennité de l'institution", a-t-il averti.

Sami Kannan souligne encore avoir envoyé mercredi avec le président du conseil de fondation de la FGTG Xavier Oberson "un message à l'attention de l'ensemble des personnels. Nous rappelons nos engagements et leur demandons de renoncer à cette grève qui prend en otage le public et nuit au Grand Théâtre. Nous espérons qu'ils accepteront".

Continuer la lecture

Festivals

Le Caribana Festival dévoile sa programmation 2024

Publié

le

Le duo Aliose sur une scène du Caribana Festival à Crans-Pres-Celigny en juin 2018 (KEYSTONE/Patrick Huerlimann)

Le Caribana Festival, pour sa 32ème édition, promet des soirées vibrantes du 5 au 8 juin 2024, sur les rives du Lac Léman. Sur fond de restructuration interne, les têtes d'affiche internationales et locales n'auront d'autre possibilité que de réjouir le public.

Mercredi 5 juin: Une soirée métal avec Parkway Drive et Cassyette

La première soirée du festival s'annonce électrique avec les Australiens de Parkway Drive. Connus pour leur metalcore intense, Parkway Drive s'est formé en 2003 et a depuis sorti plusieurs albums acclamés, dont "Horizons" et "Reverence", qui ont solidifié leur réputation sur la scène internationale.

 

Cassyette, la sensation rock du Royaume-Uni, rejoint l'affiche avec son style punk mêlé à des influences pop, ayant gagné en popularité avec des singles tels que "Jean" et "Push N Pull". Cure For The Ghost, un groupe local émergent avec un son post-hardcore captivant, unpeople, connus pour leur approche expérimentale du punk, et Bob Vylan, le duo britannique qui défie les genres avec un mélange de punk, grime et politique, compléteront ce tableau énergique sur la Scène du Lac.

Jeudi 6 juin: Pop britannique et chanson française

Tom Odell, le chanteur-compositeur britannique, apportera sa pop mélancolique et ses ballades au piano qui ont conquis les cœurs avec des hits comme "Another Love".

Birdy, avec sa voix douce et ses mélodies aériennes, ajoute à l'atmosphère avec des titres émouvants tels que "Skinny Love". Raphaël, le troubadour moderne de la scène française, viendra partager son répertoire poétique et ses mélodies accrocheuses qui incluent des succès comme "Caravane".

 

Adèle Castillon, actrice et chanteuse, présentera son univers pop alternatif, Sam Ryder, qui a gagné en notoriété avec sa voix puissante et sa participation à l'Eurovision, et NNAVY, la nouvelle étoile montante de la scène suisse, offriront des performances captivantes.

Vendredi 7 juin: Le rap à l'honneur avec Dinos, SDM et DYSTINCT

Dinos, le poète du rap français, connu pour ses textes introspectifs et ses albums comme "Taciturne", prendra la scène d'assaut. SDM, avec son flow unique et ses collaborations avec des grands noms du rap français, est prêt à électriser le public.

DYSTINCT, le rappeur belge aux influences orientales, fait sa première apparition en Suisse avec des titres comme "Ya Dellali". Zamdane, avec son rap mélodique et introspectif, So La Lune, connu pour ses productions léchées et ses textes poignants, HOUDI, l'étoile montante avec un style distinctif, et Mairo, avec ses rythmes entraînants, complètent l'affiche rap.

Samedi 8 juin: Clôture électro avec Martin Solveig et Ofenbach

Martin Solveig, le DJ et producteur de renommée mondiale, connu pour des hits comme "Hello" et "Intoxicated", promet un set dynamique.

Ofenbach, le duo parisien derrière des tubes comme "Be Mine", apportera une énergie contagieuse. La soirée sera également marquée par un back to back d'Etienne de Crécy, pionnier de la French Touch avec des albums comme "Super Discount", Boombass, membre de Cassius et figure emblématique de l'électro française, et DJ Falcon, collaborateur de longue date de Daft Punk.

Orphia, le projet électronique innovant, Kadebostany, connu pour son univers musical unique et théâtral, Netsky, le producteur belge de drum and bass, et LUUDE, le talent australien de la scène EDM, assureront des performances électrisantes pour finir en beauté.

Plus que des concerts

Le Caribana Festival se veut bien plus qu'un événement musical. Avec des installations artistiques, des découvertes culinaires et des activités diverses, l'équipe veut proposer une expérience complète. De plus, le festival continue son action Caribana We Care!, ayant atteint la neutralité carbone en 2023.

Pour plus d'informations, consultez le site officiel du Caribana Festival.

Avec IA

Continuer la lecture

Culture

La Lake Parade confirme son retour le 20 juillet 2024

Publié

le

Archives (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Après six ans d'absence et le succès populaire rencontré l'an dernier pour son retour, la Lake Parade poursuit sur sa lancée. La grand'messe électro revient le week-end du 20 juillet 2024. 

L'autorisation de la Ville de Genève vient de tomber: La Lake Parade va faire son retour les samedi 20 et dimanche 21 juillet 2024, sur un format quasi identique à l'édition de l'an dernier, qui avait attiré 150'000 personnes sur deux jours. "On garde la même recette qu'en 2023", confirme Christian Kupferschmid, fondateur et organisateur de la manifestation.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

Au menu: le traditionnel défilé de chars sur les quais dès 15H le samedi 20 juillet, avant la Lake Sensation, avec deux scènes principales et quinze scènes mobiles, à partir de 18H. Le concept plus familial, ambiance disco 80's, est reconduit le dimanche 21 juillet, en début d'après-midi. Et il a fallu jongler un peu avec les calendriers des autres manifestations.

Christian KupferschmidFondateur et organisateur de la Lake Parade

 

 

 

Continuer la lecture