Rejoignez-nous

Culture

Genève donne la parole aux enfants

Publié

,

le

Les petits Genevois ont pris la parole à l’occasion des 20 ans de la ratification par la Suisse de la Convention internationale sur les droits de l’enfant, au CICG. Reportage:

ENFANTS-REPORTAGE

 

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Des films et des débats au menu du festival des glaciers à Genève

Publié

le

KEYSTONE Byline LAURENT GILLIERON

Les glaciers vont mal. A Genève, un festival veut sensibiliser le grand public aux effets du réchauffement climatique.

C’est le Festival International du Film sur les Glaciers.

Une 6e édition organisée par l’association genevoise Mission Planète Terre à la Maison des Arts du Grütli. Au programme, une dizaine de films projetés, une table ronde et une rencontre avec des spécialistes. 

Il faut dire que l'actualité sur les glaciers n’a jamais été aussi alarmante. On apprenait la semaine dernière que les glaciers suisses n'avaient jamais autant fondu, 6% du volume de glace en moins en 2022.  

Cette année le festival veut mettre l’accent sur l’adaptabilité des villes face au réchauffement climatique. Olivier Prêtre-Bosson, fondateur du festival:

Olivier Prêtre-BossonFondateur du Festival International du Film sur les Glaciers

La fonte des glaces est d’autant plus réelle que même pour faire la programmation du festival, Olivier Prêtre-Bosson se retrouve aussi en difficulté:

Olivier Prêtre-BossonFondateur du Festival International du Film sur les Glaciers

La table ronde est organisée samedi soir au Grütli.

Rdv dès vendredi à la Maison des Arts du Grütli, l’entrée est gratuite.

Vendredi, des classes scolaires vont venir au festival, les enfants vont réaliser des micro-clips sur leur bonne pratique pour lutter contre le changement climatique.

Les infos sont à retrouver ici.

Continuer la lecture

Culture

Nouvelle conservatrice et directrice pour le Musée de Sainte-Croix

Publié

le

Le futur musée hébergera les automates et boîtes à musique du Centre International de la Mécanique d'Art CIMA (Archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le futur musée unique de Sainte-Croix a sa nouvelle conservatrice et directrice. L'historienne de l'art Diane Esselborn, 32 ans, est depuis 2016 conservatrice au Musée de St-Imier. Elle entrera progressivement en fonction.

Engagée à 20% dès octobre, Diane Esselborn pourra se familiariser avec les collections du musée, la thématique de la mécanique d'art et les artisans de la région, a annoncé jeudi le musée. Elle suivra aussi le développement de l'exposition permanente et le déroulement des travaux de transformation du musée, qui doit ouvrir en 2024.

Cet engagement à temps partiel lui permettra de mener à terme son projet actuel d'exposition au Musée de St-Imier. Dès le 1er février 2023, elle travaillera à 80% à Ste-Croix et assumera son rôle de conservatrice à la tête du futur Musée, qui regroupera trois institutions: la collection Baud de L'Auberson, le Musée des arts et sciences et le Centre international de la mécanique d'art (CIMA).

Etudes à Neuchâtel

Née à Genève en 1990, Diane Esselborn est titulaire d'un master en histoire de l'art et d'un master en étude muséale de l'Université de Neuchâtel. Avant de rejoindre le musée de St-Imier, elle a travaillé comme stagiaire et commissaire d'exposition au musée de Carouge puis comme régisseuse au Musée des Beaux-Arts de Lausanne.

L'historienne de l'art est l'auteure de plusieurs articles et publications scientifiques. Elle a a été recommandée à l'unanimité par le jury de sélection, convaincu par "ses qualités professionnelles, sa curiosité intellectuelle, son dynamisme et sa polyvalence", énumère le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Isabelle Huppert concocte le programme du Plaza

Publié

le

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert et rendant hommage aux personnages féminins qui l'ont inspirée. Le cinéma sera ensuite fermé pour deux ans pour des travaux de rénovation (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

A Genève, le cinéma Le Plaza programme de vendredi à dimanche une dizaine de films choisis par Isabelle Huppert. La comédienne française rend ainsi hommage aux personnages féminins anticonformistes qui l'ont inspirée.

Le programme, qui précède la fermeture du cinéma pour deux ans de travaux de rénovation, propose de voir ou de revoir "Elle et lui", de Leo McCarey, "Roma città aperta", de Roberto Rossellini, ou encore "Le boucher", de Claude Chabrol. L'entrée est libre, mais la réservation est obligatoire. La soirée d'ouverture de vendredi, en présence d'Isabelle Huppert, est complète.

https://leplaza-cinema.ch/

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Arts

« La baleine », le premier film de Tom Tirabosco

Publié

le

Tom Tirabosco

Le dessinateur genevois Tom Tirabosco présente son premier film, "La baleine", il sera projeté pour la première fois ce week-end à Genève

Tom Tirabosco se lance dans le film d’animation.

Le dessinateur genevois a imaginé un court métrage de 11 minutes. 

Il sortira en première suisse au festival Animatou de Genève ce samedi. 

Tom Tirabosco a travaillé avec le réalisateur Leandro Basso qui a donné vie à ses personnages. 

Mais de quoi parle cette histoire? La réponse de Leandro Basso et Tom Tirabosco:

Un film de Tom Tirabosco et Leandro Basso

Comment ont-ils fait pour donner vie aux personnages dessinés? La réponse de Tom Tirabosco:

Tom Tirabosco

"La baleine" est un animal cher au dessinateur genevois qui avait donné un spectacle sur ce même thème:

Tom Tirabosco

Quel effet cela lui a fait de voir ses personnages prendre vie?

Tom Tirabosco

Ce projet date d'il y a plusieurs années:

Tom Tirabosco

Pour découvrir "La baleine", rdv ce samedi 8 octobre au festival Animatou à Genève.

Continuer la lecture

Culture

Chantal Prod'Hom, cheffe du mudac, décorée par la Ville de Lausanne

Publié

le

Chantal Prod'Hom dans le nouveau bâtiment du mudac sur le site de Plateforme 10, le 14 juin dernier. Les autorités lausannoises saluent la contribution "majeure" de la directrice du musée au rayonnement culturel de la capitale vaudoise. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

L'actuelle directrice du Musée cantonal de design et d'arts appliqués contemporains (mudac), Chantal Prod'Hom, a été décorée par les autorités lausannoises. La Ville lui a décerné la Médaille d'or 2022 pour son engagement "remarquable" en faveur du développement du mudac et du nouveau quartier des arts Plateforme 10, ainsi que pour sa contribution "majeure" au rayonnement culturel de la capitale vaudoise.

Une cérémonie de remise du prix est prévue lundi à 18h30 dans le nouveau bâtiment du musée sur le site de Plateforme 10, en présence de la Municipalité in corpore, a communiqué celle-ci. Alors que Chantal Prod'Hom sera remplacée à la tête du mudac le 1er janvier 2023 par Beatrice Leanza, la Ville écrit que l'occasion était "immanquable d'honorer son riche parcours au c½ur de la culture muséale lausannoise et vaudoise et de l'en remercier."

Née à Lausanne en 1957, Chantal Prod'Hom est historienne de l'art. Elle a été formée à l'Université de Lausanne, où elle a également étudié l'archéologie, ainsi qu'à l'Université de New York, aux Etats-Unis.

Curatrice au Musée cantonal des Beaux-Arts (MCBA), elle devient dans les années 90 directrice du Musée d'art contemporain de Pully (VD), avant de prendre les rênes du mudac, alors institution communale installée dans la Maison Gaudard, en 2000. "Durant 20 ans, Chantal Prod'Hom a développé une véritable identité pour ce musée, plaçant Lausanne sur la carte internationale du design, avec des expositions sillonnant le monde entier", souligne la Municipalité.

Ambassadrice de Plateforme 10

Chantal Prod'Hom a aussi été présidente du conseil de direction de Plateforme 10 de 2015 à 2020. Dans le cadre de cette fonction, "elle s'est engagée sans relâche, portant publiquement, à l'international comme en Suisse, le projet culturel au nom des trois musées (mudac, MCBA et Photo Elysée, ndlr) et de leurs ambitions", poursuit le communiqué.

Regroupant depuis l'année dernière les deux principales distinctions décernées jusqu'alors, à savoir le Prix de Lausanne et la Médaille d'or de la Ville, la nouvelle version de la Médaille d'or a pour objectif d'honorer les personnalités "exceptionnelles" ayant contribué au rayonnement de la capitale vaudoise "dans une juste représentation entre les femmes et les hommes et dans des domaines reflétant plus largement l'ensemble de la population lausannoise".

La remise de la récompense est accompagnée de 10'000 francs. La lauréate pourra offrir cette somme à une association à but non lucratif lausannoise de son choix.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture