Rejoignez-nous

Culture

Beaucoup de grands noms au Montreux Jazz

Publié

,

le

Nick Cave, Jamiroquai, Massive Attack, Avishai Cohen, Gilberto Gil ou encore N.E.R.D se produiront lors du Montreux Jazz Festival du 29 juin au 14 juillet. Mais aussi Iggy Pop, Hugh Coltman et Queens of The Stone Age. Une édition riche en grands noms.

Pour cette 52e édition, Mathieu Jaton, directeur de la manifestation a évoqué mardi à Montreux (VD) une programmation "consistante, dense et teintée de rock, surtout sur la scène du Stravinski". Plusieurs des quelque 120 artistes qui se produiront lors des concerts payants connaissent déjà une renommée certaine.

Citons en vrac et de manière non exhaustive le rocker torse nu aux légendaires concerts Iggy Pop, le groupe de rock américain Queens of The Stone Age, le jazzman Gregory Porter, l'artiste brésilien et ancien ministre de la culture Gilberto Gil ou le très attendu Jack White.

Première en solo

Le natif de Detroit est déjà venu deux fois au Montreux Jazz mais le mardi 10 juillet sera sa première prestation en solo. Le guitariste et chanteur expérimental fait partie des coups de coeur de Mathieu Jaton. "J'aime quand les artistes surprennent et ce que Jack White réalise n'est jamais attendu, jamais facile", explique-t-il.

Autre coup de coeur du directeur: Nick Cave & The Bad Seeds. La voix grave du crooner fera vibrer les festivaliers de Montreux le 12 juillet et ce sera une première pour celui que d'aucuns qualifient de poète.

Deep Purple de retour

Toujours au Stravinski: Hollywood Vampires avec Alice Cooper et Johnny Depp seront de la partie ainsi que le metal de Nine Inch Nails, les ballades au piano de Jamie Cullum ou encore les Britanniques Deep Purple le 4 juillet.

Un dernier groupe dont l'histoire est indissociable de celle du Montreux Jazz Festival (MJF). En effet, son titre "Smoke on the water" a été composé en mémoire de l'incendie du Casino de Montreux en 1971.

Groove et funk

Parmi les chanteurs francophones, Charlotte Gainsbourg sera sur la scène du Lab, tout comme Brigitte ou Juliette Armanet. La chanteuse belge Selah Sue reviendra sur les bords du Léman mais pour sa part dans la salle du Jazz Club.

Sur cette même scène, Gregory Porter, John Cale, Avishai Cohen, Chick Corea ou le Brad Mehldau trio mettront l'ambiance. Les amateurs de rythmes funky pourront assister au show de Cory Henry le 11 juillet, soit le même soir que le concert de Hugh Coltman.

Une maison du jazz

Pour cette édition, les organisateurs annoncent une principale nouveauté: la House of Jazz. Située dans le bâtiment du Petit Palais, elle doit permettre au festival "de puiser encore plus dans ses racines musicales".

Au rez-de-chaussée: le Montreux Jazz Club qui se tenait jusque-là au Centre de congrès et qui va passer d'une capacité de 300 à 600 places. Différentes raisons expliquent ce choix. "Le club avait tellement de succès", raconte Mathieu Jaton.

"On sent par ailleurs un renouveau du jazz avec des artistes qui cassent un peu les codes. Le jazz reprend du poil de la bête", poursuit-il. "Dans ce lieu, on trouvera un mix de jeunes pousses et d'artistes chevronnés". A noter qu'à l'étage du Petit Palais se trouvera la scène gratuite de La Coupole avec des concerts, ateliers et jam sessions.

Budget identique

Le budget de cette édition atteint 28 millions de francs, soit le même montant que l'an dernier. En 2017, environ 230'000 personnes. ont fréquenté le Montreux Jazz Festival. A noter que l'annonce des quelque 250 concerts gratuits se fera le 31 mai prochain.

www.montreuxjazz.com

Source: ATS

Crédit Photo: (©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Château d'Aigle: triple exposition sur les étiquettes de vin

Publié

le

Triple exposition au château d'Aigle sur les étiquettes de vin (Image prétexte). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Château d'Aigle accueille jusqu'au 23 avril trois expositions consacrées aux étiquettes de vin. "La BD fait son vin" permet de découvrir le lien entre une vingtaine de créateurs de bandes dessinées et le fruit de la vigne.

Zep, Cosey, Derib, Bertschy, Juillard, Bilal ou encore Hugo Pratt ont tous créé des étiquettes pour des festivals de BD, pour des librairies spécialisées, pour des galeries d’art ou pour des amis. Parfois en reprenant une case d'un de leurs albums, parfois en dessinant l'un de leurs personnages dans une nouvelle situation.

Certains ont privilégié une création entièrement nouvelle, une manière de dévoiler une autre facette de leur talent, explique lundi le musée dans un communiqué. Bertschy a ainsi dessiné l'affiche du festival, cette fois-ci sans Nelson, son célèbre diablotin.

La deuxième exposition a pour titre "Je déguste et je décolle, 40 ans de Réserve de la Confrérie de l'étiquette". Cette association de collectionneurs d'étiquettes demande chaque année à un dessinateur de presse d'illustrer la cuvée réservée à ses membres. Barrigue, Burki, Chapatte et dix-sept autres illustrateurs ont joué le jeu.

Enfin, année du passage du Tour de France à Aigle oblige, le vélo est mis à l'honneur. La troisième exposition s'intéresse au cyclisme au travers des étiquettes de vin.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Le Belluard Bollwerk renoue avec la forte fréquentation

Publié

le

Bilan réjouissant pour le 39e Festival Belluard Bollwerk: les trois quarts des représentations se sont jouées à guichets fermés, selon les organisateurs. (© Keystone/Julie Folly)

La 39e édition du Belluard Bollwerk s’est achevée samedi soir sur un bilan réjouissant. Au total, 26 projets artistiques ont "embrasé" Fribourg durant neuf jours, dont quatre premières suisses.

Après deux éditions marquées par la pandémie de coronavirus, "quelque 3125 billets ont été vendus et plus de 5000 personnes ont assisté aux diverses offres gratuites", se félicitent dimanche les organisateurs. Des visiteurs de toutes les régions linguistiques et de l'étranger ont rallié le festival, beaucoup pour la première fois.

Pour cette 39e édition, pensée "comme un volcan" par sa directrice Laurence Wagner, danse, théâtre, performances, musique, lecture et installations ont investi divers sites de la ville, de la Forteresse du Belluard à la scène de la Fortunée des Remparts en passant par la plaine d'Alterswil.

Les trois quarts des représentations se sont jouées à guichets fermés et étaient remplies à 95% de leur capacité. Le budget total atteint 900'000 francs, précise le communiqué.

Les femmes à l'honneur

Avec des artistes internationaux, le programme invitait au voyage, du Liban à la France, en passant par l'Italie, l'Autriche, la Belgique et les Etats-Unis. Le chorégraphe libanais Ali Chahrour présentait notamment son spectacle "Told by my Mother" en première suisse lors de l'ouverture du festival.

Autre première helvétique, la pièce "Carte Noire nommée Désir" de la metteuse en scène française Rébecca Chaillon, qui a aussi rendu hommage par une lecture aux penseuses et autrices qui l'ont inspirée. Le festival a également célébré des femmes pionnières dans le champ de la musique électronique, avec la présence de Michèle Bokanowski et de The Space Lady.

Dix projets inédits

Côté créations, dix projets inédits ont vu le jour pour la manifestation, à l'instar de "Yarns" du musicien Nelson Beer, qui a attiré près de 200 spectateurs dans l'église du Collège Saint-Michel. Le collectif français la Ville en Feu a surpris les passants en divers lieux, pour finir par un bain de soleil et un plongeon dans la rivière, samedi matin aux aurores.

Les artistes de la relève helvétique ont aussi eu leur plateforme, à l'instar de Rebecca Solari, du collectif Foulles, de Ludovic Vial, Manon Wertenbroek ou de la Cie Pluton. Quant au projet de médiation #nofilter, il a permis à des jeunes de Bruxelles et de Fribourg de vivre ensemble cinq jours de festival et de découvrir des pratiques artistiques.

La prochaine édition du Belluard Bollwerk marquera les 40 ans du festival. Les organisateurs annoncent d'ores et déjà le rendez-vous du 22 juin au 1er juillet 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Lausanne: la Pride de nuit a attiré plus de 4000 personnes

Publié

le

Des manifestants ont pris part samedi soir à Lausanne à une mobilisation queer, anticapitaliste, antiraciste et révolutionnaire pour une meilleure représentation des communautés LGBTQIA. (© KEYSTONE/GABRIEL MONNET)

Plus de 4000 militants ont défilé samedi en fin d'après-midi à Lausanne lors de la première Pride de nuit organisée en Suisse. La manifestation queer, féministe, antiraciste, écologiste et anticapitaliste s'est déroulée sans incident et dans une atmosphère festive.

Entre danse et slogans, le cortège haut en couleur a traversé la ville sous un soleil tapant, évoluant du parc de Milan à la place de la Riponne. "On est queer, fier et pas prêt de nous taire", ont clamé les participants, environ 4000 selon la police de Lausanne, 8000 selon les organisateurs.

"Solidarité avec les queers du monde entier". "Une solution, révolution", ont scandé les militants qui veulent mettre fin au système en place, l'estimant "rongé par le capitalisme".

Quinze ans sans pride

L'événement a été organisé par le collectif lausannois de la Pride de Nuit. La Ville n'avait plus accueilli de pride depuis 2006, a rappelé Seb Zürcher, membre du collectif, à Keystone-ATS.

S'inspirant des Prides de nuit nées à Paris en 2015 et qui ont essaimé en Europe, la mobilisation a pour but de raviver l'esprit des premières Prides et de lutter contre le "rainbow washing", souvent observé, notamment en juin le mois des fiertés. Soit une manifestation "radicale plutôt que marchande et dépolitisée", souligne Seb Zürcher.

Manifeste

"Nous voulions une manifestation inclusive, qui ne laisse personne sur le carreau et qui ne s'adresse pas seulement à ceux qui en ont les moyens", a expliqué Pauline, membre du collectif. Il s'agit aussi de visibiliser les réalités et la précarité des queers. Revendiquer les mêmes droits pour tous est d'autant plus important qu'à l'heure actuelle rien ne semble plus éternellement acquis, ajoute-t-elle, évoquant la question de l'IVG aux Etats-Unis.

Distribué pendant la parade, le manifeste de la Pride de nuit liste par ailleurs un grand nombre de revendications sur l'autodétermination, la précarité, le monde du travail, la santé, l'internationalisme et l'anti-impérialisme. Il a été signé par plus de 25 organisations telles que VoGay, la Grève Féministe, l'Organisation Suisse des Lesbiennes (LOS) ou encore la Grève du Climat Vaud et Genève.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Carine Ayélé Durand nouvelle directrice du MEG

Publié

le

CarineDurand_© Johnathan Watts

Le Conseil administratif de la Ville de Genève a nommé Carine Ayélé Durand à la direction du Musée d’ethnographie de Genève (MEG). Conservatrice en chef responsable de l’unité des collections du MEG depuis 2015, elle assume la direction ad intérim du musée depuis février. Elle prendra ses nouvelles fonctions le 1er juillet.

L'excellente connaissance de l’institution de Carine Ayélé Durand , son expertise dans les différents domaines d’activités muséales et ses nombreuses expériences internationales sont autant d’atouts pour permettre au MEG, musée résolument ouvert sur les enjeux de société, de poursuivre son évolution, relève la Ville de Genève jeudi dans un communiqué.

Droit des peuples autochtones

Titulaire d’un doctorat en anthropologie de l’université de Cambridge, Carine Ayélé Durand est également diplômée de l’université d’Aix-en-Provence avec un DEA en ethnologie et un magistère en négociations internationales. Agée de 46 ans, elle se consacre depuis plus de vingt ans à l’étude, la gestion et la mise en valeur des collections patrimoniales, aux expositions et aux arts visuels.

Le début de sa carrière est marqué en 2002 par la conception de l’exposition Inuit (2002-2003) au Muséum d’histoire naturelle de Lyon. Comme doctorante, son étude comparative de deux projets de collaboration entre musées européens et peuples autochtones a contribué à transformer en profondeur les pratiques muséales, en conformité avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, adoptée en 2007.

Dialogue et justice sociale

En qualité de conservatrice en chef du MEG, Mme Ayélé Durand a notamment assuré toute l’organisation logistique du transfert des collections vers les nouveaux dépôts patrimoniaux. En 2021, elle a signé le commissariat de l’exposition "Injustice environnementale - Alternatives autochtones", actuellement présentée au MEG. Ce dernier applique pour la première fois un principe juridique basé sur le consentement préalable des partenaires autochtones concernés.

Le rôle de la nouvelle directrice sera de positionner le MEG comme une institution muséale de référence face aux principaux enjeux contemporains, comme les inégalités sociales ou encore, les dégradations environnementales. Il s'agira de rendre plus accessibles au grand public des concepts complexes afin de promouvoir le dialogue et la justice sociale.

Carine Ayélé Durand succède à Boris Wastiau qui a quitté la direction du MEG le 1er mars 2022 pour reprendre la tête de l'Alimentarium.

Continuer la lecture

Culture

Un air de Piazza Grande au Quartier des arts à Lausanne

Publié

le

Le tout nouveau Quartier des arts à Lausanne prendra des airs de Piazza Grande du 14 au 16 juillet avec des films projetés en plein air, choisis par Giona A. Nazzaro, le directeur artistique du Fetival du film de Locarno. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Du 14 au 16 juillet, le Quartier des arts à Lausanne prend des airs de Piazza Grande. Pendant trois jours, les amateurs du 7e art pourront assister en plein air à des projections XXL sur la façade du nouveau bâtiment mudac et Photo Elysée.

Pour lancer le Quartier des arts de Lausanne à peine inauguré, le directeur de Plateforme 10 n'a pas hésité à solliciter le Festival du Film de Locarno pour la projection de sept films - court et long métrage - à la mi-juillet. "Elargir notre projet au cinéma et pouvoir collaborer avec un festival aussi emblématique que Locarno, c’est pour nous une manière idéale de 'lancer' Plateforme 10", a dit Patrick Gyger, le directeur de Plateforme 10 à Keystone-ATS mercredi.

Populaire et artistiquement exigeant

"Au Quartier des arts, on est sur une grande place, peut-être pas la Piazza Grande, plutôt la Piazza Piccola", a-t-il dit sous forme de boutade. Le Festival de Locarno a également un positionnement qui intéresse Patrick Gyger pour Plateforme 10 : populaire et artistiquement exigeant.

Cette collaboration s'inscrit dans l'ambition de Plateforme 10 de s'ouvrir à d'autres formes d'art comme le cinéma, le théâtre ou la danse. "Nous travaillons déjà avec des acteurs locaux comme le théâtre de Vidy, le Romandie (musique actuelle) et le Festival de la Cité".

Carte blanche à Giona A. Nazzaro

"J'ai reçu carte blanche pour la programmation", a dit Giona A. Nazzaro, le directeur artistique du Festival du film de Locarno, depuis un train roulant en direction de Chiasso. Il se dit "ravi" de cette proposition, qui en présage d'autres autant à Lausanne qu'avec différentes institutions culturelles ailleurs en Suisse.

Buster Keaton et "Le Mécano de la ‘Général’" (1926), "monument de l’humour burlesque au temps du muet", ouvrira la manifestation le jeudi sous la thématique du train, en écho aux trois expositions proposées pour l'ouverture de Plateforme 10 "Train Zug Treni Tren". Giona A. Nazzaro sera sur place pour présenter cette copie restaurée, en collaboration avec la Cinémathèque suisse.

Araceli Lemos et Bertrand Mandico

Dans des propositions plus contemporaines, Giona A. Nazzaro met en avant "Agia Emy" (Holy Emy), le premier long-métrage de la réalisatrice grecque Araceli Lemos, diffusé l'an dernier à Locarno. "Ce film a ensuite continué sa route et a été multiprimé dans plusieurs festivals à travers le monde", a-t-il souligné.

La réalisatrice, que le directeur artistique de Locarno considère comme "étonnante", suit l'émancipation de deux jeunes femmes dans la communauté philippine d'Athènes.

Les Lausannois pourront encore découvrir le samedi soir "After Blue (Paradis sale)", aussi présenté l'an dernier à Locarno. Il s'agit d'un manifeste de science-fiction psychédélique et féministe, réalisé par le réalisateur français Bertrand Mandico : "un habitué de la Piazza Grande", selon Giona A. Nazzaro.

Billets pour Locarno offerts

Ce cinéma en plein air de 300 places assises, et entièrement gratuit, sera visible sur toute l’esplanade de Plateforme 10. Les voisins peuvent respirer, car la sonorisation des films se fera via des casques bluetooth - prêtés sur place après présentation d'une carte d'identité.

Les projections sont prévues dès 22h00 avec possibilité d'arriver sur place une heure plus tôt. En cas de mauvais temps, une information sera communiquée deux heures avant le début de la manifestation. En cas de pluie légère, des imperméables seront mis à disposition; en cas de forte pluie, la projection sera annulée.

Cerise sur le gâteau, chaque visiteuse et visiteur se verra offrir un bon pour une entrée sur la Piazza Grande pour la prochaine édition du Festival de Locarno, la 75e. Celle-ci se tient du 3 au 13 août prochain.

Informations plateforme10.ch et locarnofestival.ch

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture