Rejoignez-nous

Culture

Abramovitch affronte la justice à Fribourg

Publié

,

le

La justice fribourgeoise se penche sur une affaire impliquant Roman Abramovitch, le célèbre oligarque russe propriétaire du club de foot britannique Chelsea. Le multimilliardaire de 52 ans est venu en personne à Fribourg.

L'homme d'affaires est arrivé une dizaine de minutes avant le début de l’audience, a constaté l'ats sur place. Cet événement hors du commun, qui débute ce mercredi, était encadré par un important dispositif de sécurité. Il est également suivi par une ribambelle d'avocats.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) mène une procédure civile à l'encontre de Gazprom, de Roman Abramovitch et d'Evgeny Shvidler. Selon des médias de divers pays, elle réclame le remboursement d'une dette datant d'il y a des années, plus les intérêts, soit des dizaines de millions de francs.

Avant d'aboutir à cette audience devant le Tribunal civil de la Sarine, la procédure a été un serpent de mer international s'étirant sur une longue période. Pour saisir l'objet de ce conflit, il faut plonger dans ses ramifications financières labyrinthiques.

Cherche remboursement

En 1997, la BERD accorde un prêt à la banque russe SBS Agro, dans le cadre d'un programme d'aide au développement de petites entreprises en Russie. Mais SBS Agro fait faillite peu après.

Toutefois, en guise de garantie, la BERD dispose d'une créance due par la société Runicom à SBS Agro. Runicom est alors une firme enregistrée à Fribourg, qui commercialise du pétrole pour la compagnie Sibneft.

La BERD se tourne donc vers Runicom pour obtenir remboursement, mais sans succès. Roman Abramovich et Evgeny Shvidler, qui sont à l'époque aux commandes de la société, affirment que Runicom a déjà remboursé son emprunt, auprès d'une banque tierce liée à SBS Agro.

Une traque sans relâche

La BERD actionne la justice russe, qui lui donne tort dans un premier temps. Tenace, elle finit quand même par y obtenir gain de cause en 2002. Mais elle n'obtient toujours pas remboursement car Runicom dépose le bilan.

La BERD ne lâche pas le morceau: elle lance une procédure en terres fribourgeoises, étant donné que Runicom y était enregistrée. Elle soupçonne que des actifs financiers lui aient filé sous le nez par un tour de passe-passe, dans lequel Sibneft aurait joué un rôle.

Le géant gazier Gazprom est aussi visé par la procédure en justice, car il a avalé Sibneft en 2005. La multinationale a racheté cette année-là les parts de Roman Abramovitch dans Sibneft pour quelque 17 milliards de francs.

Gazprom conteste alors la compétence de la justice fribourgeoise, arguant que le for juridique de cette affaire se trouve en Russie. Mais en 2014, le Tribunal fédéral déboute la multinationale sur ce point, ce qui ouvre la voie à ce procès sur sol suisse.

(Source ATS)

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Culture

Un Salon du livre décentralisé et intimiste a séduit le public

Publié

le

© Salon du livre en ville / Pierre Albouy
Le Salon du livre en ville a fermé ses portes dimanche après une nouvelle édition intimiste et éparpillée à travers Genève. Une centaine d'auteurs, artistes et intervenants ont participé à cette édition qui "a séduit le public", selon les organisateurs.

Parmi les temps forts, un hommage a été rendu à Blaise Ndala, récompensé par le prix Kourouma pour son roman "Dans le ventre du Congo". Avec ce roman "incisif", l'auteur congolais "embrasse, d'un siècle à l'autre, la question de l'équation coloniale" écrivent les organisateurs dans un communiqué publié dimanche.

Invitée d'honneur, l'écrivaine Maylis de Kerangal a de son côté "porté haut et fort la thématique de la traduction sous toutes ses formes à travers les formats originaux du livre en conversation teintés de musique et de danse".

Durant ces quatre jours, l'entrée était gratuite. Une inscription et un certificat sanitaire étaient toutefois nécessaires.

Continuer la lecture

Culture

Salon du livre en ville: les nouveautés de la rentrée littéraire d’automne !

Publié

le

Sponsorisé

Du 21 au 24 octobre, des lieux culturels et iconiques de la ville de Genève accueilleront le salon du livre en ville. Pluriel et éclectique, le programme palpitant distillé cette année aura un goût d’inédit. L’écrivaine Maylis de Kerangal, invitée d’honneur de cette édition, sera entourée d’une centaine d’auteurs et autrices, artistes et intervenants. Cette année, la manifestation fera la part belle à la traduction, la musique, la danse et l’oralité dans des formats  inédits et dans des lieux emblématiques genevois comme le rappel Natacha Bayard. La directrice du salon du livre faisait la route avec Benjamin Smadja et Laurie Selli

Difficile de ne pas y trouver son bonheur, il y en aura pour tous les goûts. Nina Bouraoui, Micheline Calmy-Rey, Claire Castillon, André Comte-Sponville, Patricia Darré, Víctor del Árbol, Grégoire Delacourt, Luca Di Fulvio, David Diop, Manon Fargetton, Alexandre Jollien, Sarah Marquis, Catherine Safonoff, Mohamed Mbougar Sarr, Joy Sorman, Jean-Philippe Toussaint, Bernard Werber, et bien d’autres vous donnent donc rendez-vous en ville ! Le programme complet est en ligne ici.

La bande dessinée n'est pas en reste puisque le 9e art se décline entre découvertes et performances. Un tour de force réalisé par son programmateur, Gilles de Diesbach, qui était l'invité de Benjamin Smadja et Laurie Selli.

Les rencontres du salon du livre en ville sont gratuites, l’inscription se fait en ligne dans la limite des places disponibles et le respect des règles sanitaires.

 

Continuer la lecture

Culture

Les communes genevoises invitées à financer plus l'animation socioculturelle

Publié

le

CREDIT: KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI

Le Conseil d'Etat genevois met en consultation auprès de l'Association des communes genevoises (ACG) un avant-projet portant sur une nouvelle répartition du financement de la Fondation genevoise pour l'animation socioculturelle (FASe). Les communes paieraient plus, mais auraient aussi plus de compétences.

L'Etat se déchargerait de 20,2 millions de francs sur les communes, en plus des financements communaux actuels. Le solde de 3,6 millions de francs resterait supporté par le canton, indique mercredi le Conseil d'Etat dans un communiqué.

Le pilotage des politiques d'animation socioculturelles à portée cantonale en matière de cohésion sociale continuerait d'être assuré par l'Etat. La composition du conseil de fondation de la FASe serait aussi adaptée, avec une présidence attribuée aux communes.

Pour assurer le financement de ce transfert, l'avant-projet de loi prévoit de nouvelles dispositions dans la loi sur le développement de l'intercommunalité et le renforcement de la péréquation intercommunale, avec l'instauration d'une contribution spécifique.

Continuer la lecture

Culture

Catherine Meurisse récompensée du Grand Prix Töpffer de la bande dessinée 2021

Publié

le

Photo archives KEYSTONE/Laurent Gillieron

Le Grand Prix Töpffer de la bande dessinée 2021 a été attribué à Catherine Meurisse. L'autrice française a été récompensée pour l'ensemble de son oeuvre, a annoncé mardi la Ville de Genève, à l'origine de cette distinction, octroyée depuis 2018.

Catherine Meurisse, 41 ans, est une artiste qui a travaillé pendant une quinzaine d'années pour des titres de presse comme Le Monde, Libération, Les Echos, l'Obs. Elle a également exercé son talent à Charlie Hebdo, échappant à l'attentat qui avait décimé la rédaction de l'hebdomadaire satirique, en 2015.

Parallèlement, Catherine Meurisse a publié de nombreuses bandes dessinées comme Mes Hommes de lettres, Drôles de femmes, Scènes de vie hormonale ou les Grands Espaces, un ouvrage qui évoque son enfance à la campagne. Son dernier album, intitulé La jeune femme et la mer, interroge la place de l'humain dans la nature.

Catherine Meurisse recevra son prix le 3 décembre aux côtés des lauréats du Prix Töpffer Genève et du Prix Töpffer de la jeune bande dessinée, a précisé la Ville de Genève.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Les jeunes de droite s'opposent à la "loi Netflix"

Publié

le

La loi sur le cinéma prend en otage les producteurs de films et ignore complètement les besoins des gens, critiquent les jeunes PLR, UDC et PVL (archives). (© KEYSTONE/AP Netflix/Disney+/Hulu/HBO Max/Amazon/Paramount+)

La "loi Netflix" est une tromperie. Elle passe complètement à côté des besoins des consommateurs, notamment des jeunes, dénoncent les jeunesses des partis de droite. Elles ont lancé vendredi le référendum contre la loi sur le cinéma.

Face à l'explosion des plateformes en ligne, le Parlement a concocté un projet pour protéger la création cinématographique suisse indépendante. Les services de streaming (Netflix, Disney+, etc) et les diffuseurs étrangers, comme TF1 ou M6, devront affecter 4% de leurs recettes brutes réalisées en Suisse au secteur. Ils seront également obligés de programmer 30% de films européens.

Pour Matthias Müller, président des jeunes PLR Suisse, l'investissement équivaut à un impôt extraordinaire. Les producteurs répercuteront les frais sur les consommateurs et augmenteront le prix des abonnements.

"C'est injuste - surtout pour les jeunes générations", estime-t-il. "Une part non négligeable des utilisateurs se dirigeront vers des sites de téléchargement illégaux", argumente encore la vice-présidente des jeunes Vert'libéraux, Virginie Cavalli.

Liberté et discrimination

Chacun devrait être libre de décider ce qu'il veut regarder ou non, critique l'alliance "non à la taxe sur les films". L'Etat essaie de nous dicter ce que nous devons regarder, précise Matthias Müller.

Certains services de vidéo à la demande ne pourront jamais atteindre le quota des 30% de films européens. L'offre sera moins bonne, avance Samuel Hasler de l'UDC. Pour Virginie Cavalli, ce quota représente une discrimination à l'égard des producteurs de pays hors de l'UE.

Il est faux de ne soutenir que la culture européenne et suisse. Cela "dénote un manque d'ouverture des politiques publiques appliquées par la Suisse qui n'est pas tolérable", précise-t-elle. Cette loi crée un avantage concurrentiel inacceptable. L'octroi du soutien devrait se baser sur la qualité des films et non sur leur provenance.

Cette loi est hostile à l'innovation et à Internet, estime le parti pirate qui se rallie aux jeunes partis bourgeois. Il protège d'anciens modèles de travail.

Tâche de l'Etat

Par ailleurs, la promotion de la culture est une tâche de l'Etat, souligne le conseiller national Philipp Kutter (Centre/ZH). La Confédération et la SSR soutiennent déjà le cinéma suisse à hauteur de 100 millions de francs par an.

Et les films subventionnés ne s'adressent qu'à un public de niche, relève le conseiller national UDC Mike Egger (SG). Les offres de streaming sont mieux accueillies par le public que les films suisses. De plus, la loi est une attaque massive contre la liberté économique des entreprises.

Hypocrite

De son côté, cinésuisse, l'association faîtière de la branche suisse du cinéma et de l'audiovisuel, décrit un référendum "peu crédible et hypocrite". Les entreprises internationales ne doivent pas transférer à l'étranger tout l'argent qu'elles gagnent ici. Sans obligation, l'industrie cinématographique suisse perdra progressivement de son importance au niveau international.

"Les jeunes poussent les entreprises internationales à faire encore plus de profits", déclare Mathias Aebischer, président de cinésuisse. Par ailleurs, il n'y a pas d'indication que le prix des abonnements pourrait augmenter.

Les jeunes UDC, PLR et PVL ont jusqu'au 20 janvier 2022 pour récolter 50'000 signatures.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture