Rejoignez-nous

Actualité

VD: nouvelle étape pour les métros m2 et m3

Publié

,

le

La présidente du gouvernement vaudois Nuria Gorrite présente les nouveaux développements pour les métros lausannois m2 et m3. (©KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le canton de Vaud va considérablement renforcer l’offre de mobilité à Lausanne. Il sollicite un premier crédit de 153,7 millions de francs pour le développement du métro m2 et la construction du m3 devisée à 582 millions. Cette nouvelle ligne est prévue en 2027.

« Il faut prendre la mesure du projet », a souligné jeudi Nuria Gorrite. Avec, notamment, la ministre des finances lausannoise Florence Germond, la présidente du gouvernement a présenté « l’immense » chantier qui vise à donner un nouvel élan aux métros de la capitale.

Double voie

Le m2 entre Ouchy et les Croisettes, aujourd’hui déjà victime de son succès, se verra enfin doté d’un tunnel à double voie sous la gare où il disposera d’une nouvelle station. La cadence passera sous la barre des deux minutes.

Le futur m3, qui reliera la gare à la Blécherette, fluidifiera le tronçon le plus chargé (Flon-gare) avec une cadence aux trois minutes, avant de desservir Beaulieu, les Plaines-du-Loup et le stade de football de La Tuilière.

Les montants avancés pour cette nouvelle étape « majeure » sont de taille: 228 millions de francs pour le développement du m2, 582 millions pour la construction du m3 et 42 millions du canton dévolus à l’interface de la gare. La Confédération devrait participer à hauteur de 161 millions.

Répondre à la croissance

Nuria Gorrite a esquissé un calendrier idéal. Entre 2025 et 2026 pour la mise en service du nouveau tracé du m2 et en 2027 l’entrée en service du m3. « Notre planning est jouable et il est nécessaire », a lancé la conseillère d’Etat, par rapport à la croissance économique et démographique du canton.

Et les chiffres à cet égard sont parlants. L’agglomération Lausanne-Morges devrait compter d’ici 2030 quelque 75’000 habitants et 45’000 emplois supplémentaires pour un canton de Vaud qui dépassera le million de résidents en 2040.

Attentes dépassées

Aujourd’hui déjà, malgré les améliorations successives apportées, le m2 est très souvent saturé aux heures de pointe. Les prévisions sont dépassées: tandis que l’on tablait sur 25 millions de voyageurs par an en 2030, le métro en transporte actuellement plus de 30 millions, a expliqué Nuria Gorrite.

Plus que jamais, Lausanne représente « un noeud » de transport à l’échelon cantonal comme national. Alors que le projet Léman 2030 va doubler les capacités entre Lausanne et Genève, le RER vaudois apportera sous peu son trafic supplémentaire à la gare.

Favorable au climat

A ces développements logistiques s’ajoutent des ambitions environnementales et sociétales. Il faut « une densification de qualité » couplée à volonté de lutter contre le réchauffement climatique. Une stratégie qui se concrétise par le report modal, de la route aux transports publics, a relevé la cheffe du département des infrastructures.

Ces transports publics doivent être attrayants et efficaces. La ville de Lausanne promet d’y mettre aussi des dizaines de millions de francs, entre autres afin « d’accompagner » l’arrivée du m3. Des places de la ville seront par exemple « requalifiées », a noté Florence Germond.

Même système

Le nouveau m3 sera du même type que le m2, c’est-à-dire automatique et sans chauffeur. Les deux systèmes seront « interopérables » de manière à réduire les coûts en facilitant travail et achats. Mais « on ne sait pas encore » si les nouvelles stations du m3 auront également leur signature musicale, à l’instar du m2.

Source : ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Avant-première : Radio Lac explore la Laver Cup

Publié

le

Les meilleurs tennismen de la planète sont à Genève pour la troisième édition de la Laver Cup!

Les joueurs les mieux classé du monde s’affronteront sur les courts de Palexpo. La troisième édition va commencer vendredi à Palexpo. Mais la Laver Cup, au fond c’est quoi ?

Laver Cup Définition et formule

 

Un « rebound ace » noir « medium fast »

Le tournoi va se dérouler avec la participation de Roger Federer, évidemment, de Rafael Nadal, également, mais en l’absence de Novak Djokovic; Stan Wawrinka n’est pas présent non plus. Cependant, la surface de jeu noire retenue pour la Laver Cup suscite bien des interrogations chez les « mordus » de la petite balle jaune. Pour les organisateurs ont-ils choisi cette couleur?

Mike Hoffmann Membre du comité exécutif de la Laver Cup

 

Sachez encore que 17’500 spectateurs pourront prendre place dans les gradins lors de chaque session, sans compter toutes celles et ceux qui pourront suivre les matches depuis la Fan Zone !

 

 

 

Continuer la lecture

A la une

Une peinture géante investit le gazon de deux parcs à Genève

Publié

le

« Beyond walls », comprenez Au-delà des murs, c’est le nom du projet que l’artiste Saype a installé à Genève. Deux peintures sur herbe géante au parc des Bastions et au parc La Grange. La ville de Genève a mis à disposition deux de ses parcs pour l’artiste français, installé à Bulle, qui était, il y a deux ans, à la perle du lac. Deux mains qui s’entrelacent comme un appel à ne pas se replier sur soi.

Saype artiste français vivant à Bulle

Après Paris et Andorre c’est au tour de Genève d’accueillir l’œuvre éphémère 100 % biodégradable de l’artiste Saype. Le dessin se compose de matériau complètement naturel. Pour Saype, seule l’entraide permettra au monde de faire face aux défis qui l’attendent.

Saype

Cette fois-ci, ce sont des fonds privés qui ont financé les peintures. Genève a mis à disposition ses parcs. En tant que ville de Paix, « Beyond Walls » a toute sa place selon le Conseiller administratif chargé de l’environnement urbain, Guillaume Barazzone.

Guillaume Barazzone Conseiller municipal chargé de l'environnement en Ville de Genève

L’oeuvre éphémère de Saype dure environ deux semaines. Elle sera ensuite reproduite à Berlin puis continuera son périple à travers le monde.

 

 

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Nombre de candidatures record pour le Conseil National

Publié

le

Cette nette progression est notamment imputable aux femmes, souligne la Chancellerie. La proportion de candidates dépasse les 40%. (©KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA VALLE)

Un nombre record de 4652 candidats se présentent à l’élection du Conseil national prévue le 20 octobre, selon les chiffres officiels fournis lundi par la Chancellerie fédérale. La hausse est de 20% par rapport au précédent scrutin.

Cette nette progression est notamment imputable aux femmes, souligne la Chancellerie. La proportion de candidates dépasse les 40%. Dans quasiment tous les cantons, le nombre de femmes a connu une augmentation plus forte que celui des candidats.

Le candidat le plus âgé a 88 ans alors que la plus jeune entrera dans sa majorité le 19 octobre, soit la veille du scrutin.

Le nombre de listes déposées a également fortement augmenté. Il passe de 422 en 2015 à 511 en 2019. Il s’agit de la plus forte progression enregistrée depuis 1971.

 

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Genève sans voiture : nos reporters racontent

Publié

le

A l’occasion de la semaine de la mobilité, les centres urbains européens et suisses organisent de nombreux événements pour sensibiliser les citoyens aux alternatives à l’automobile. Quelques jours après l’annonce du Grand Conseil de supprimer 4000 places de stationnement dans l’espace public genevois, les automobilistes ont toutes les raisons de réfléchir à leur mode de déplacement.

Radio Lac a choisi de vous faire partager ce matin, le trajet quotidien de nos reporters Sebastien Telley et Tadeusz Roth. Comment se déroule un déplacement court à vélo électrique ou avec l’offre des TPG ?

Sebastien Telley part de Carouge, Tadeusz Roth de Chêne-Bougeries en direction du quartier des Bains aux studios de Radio Lac.

Ils partagent leur expérience dans Radio Lac Matin avec Fabien Brizard

Départ de la maison - 6h48 Nos envoyés spéciaux en vadrouille

Tadeusz Roth – Chêne-Bougeries -> Plainpalais, à vélo électrique

Témoignage : L’heure du départ est fixée à 6h50.  A vélo, il y a toujours un stress lié au matériel, puisqu’il faut des gants, des lumières pour la sécurité et dans la mesure du possible un casque, même si ce n’est pas obligatoire. Et puis il ne faut pas oublier la batterie, puisque ma petite reine est électrique. Le trajet prend entre 10 et 15 minutes.

Peu avant 7h, les premiers ralentissements sont déjà là. Les premiers klaxons également alors que la plupart des routes sont vides, mais pas le chemin de Grange-Canal sur lequel je suis à cette heure-ci. Je bifurque sur la route de Chêne puis sur l’avenue de l’Amandolier avant de rejoindre la route de Malagnou qui le matin est baignée par le soleil. De là, un petit détour par le quartier de Contamines et de son joli parc, ensuite un crochet par le parc du Muséum d’histoire naturelle. De là, j’emprunte le boulevard des Philosophes jusqu’à Plainpalais

Sur un vélo, peu d’interaction. Les cyclistes s’expriment surtout à coup de sonnette ou parfois à coup d’insultes, notamment contre les automobilistes. Oui car le vélo est un moyen de transport dangereux. Il faut surtout prendre garde aux voitures, mais aussi aux scooters, aux piétons et même aux autres cyclistes qui font bien souvent preuve d’incivilité. Bref, il faut être vigilant.

Si on compare au tram, le vélo réclame donc d’être actif. Contrairement aux transports en communs, dans lesquels on peut être plus passif.

Le vélo reste un moyen individualiste. Peu pratique toutefois pour tenir un micro et un appareil photo en même temps.

Récit du voyage - 8h14 Nos envoyés spéciaux en vadrouille

Sébastien Telley – Carouge -> Plainpalais, en tram

Le trajet je le connais, je le fais tous les jours mais pas à des heures si matinales. Les bouchons viennent jusque devant chez moi et je suis bien content de marcher jusqu’à l’arrêt Carouge-Rondeau. Ces 5 minutes de marche permettent de se réveiller encore un peu mais aussi de profiter de la lune.

Cet été, le tram était toujours bondé puisque le 12 ne circulait plus jusqu’à Carouge en raison de travaux. Les utilisateurs devaient donc prendre le 18.
Depuis septembre, le tram 12 et le tram 18 offrent une cadence d’un tram toutes les 3-4 minutes. Les gens sont encore dans leur “mood” matinal. Musique sur les oreilles où les yeux plongés sur leur smartphone ou leur journal, le quai est silencieux mais bien rempli.

Prendre le tram 12, c’est aussi voyager un peu. Le Vieux-Carouge, le Pont-Neuf avec l’Arve et le Salève, le paysage change chaque jour. Un paysage garni en ce lundi 16 septembre de la pleine lune qui se termine gentiment. Une lune qui fascine une voyageuse “je m’amuse à chasser la lune, à la trouver le plus rapidement possible, c’est mon petit jeu le matin”, nous déclarera-t-elle.

Une autre voyageuse s’occupe en repérant les gens qui montent à la même heure au même arrêt, “j’arrive presque à dire s’ils ont un nouveau manteau”, dira-t-elle en rigolant.

Douze minutes plus tard, je descends du tram à Plainpalais. Toujours sur l’oeil de la lune qui s’aligne à la perfection sur l’exposition installée sur la plaine. Le tram 12 possède cet avantage de ne presque pas partager ses voies avec le trafic, le monde n’influence donc pas le trajet, même lorsqu’il pleut ! Le tout avec un billet à 3 francs pris par sms.

L’exposition de l’UNIGE dit « A la recherche de la petite soeur de la terre ». Le hasard fait que c’est la lune qui est pointée en ce lundi matin.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

75.000 visiteurs : record d’affluence au CERN

Publié

le

Aux abords de l'entrée du CERN, samedi 14 septembre
Radio Lac, média partenaire des journées portes ouvertes du CERN, vous propose depuis lundi des rendez-vous exceptionnels dont le live de ce samedi matin qui a permis à la communauté scientifique et aux Cernois de partager leurs aventures.

Record : 75.000 visiteurs en un week-end

Le chiffre est désormais confirmé par Arnaud Marsollier, porte-parole du CERN : 75.000 personnes dont de nombreux genevois ont répondu à l’invitation de l’organisation située à 7 km du centre de Genève.

Depuis hier matin, le CERN, l’Organisation européenne pour la recherche nucléaire, installé à la frontière suisse et française entre Meyrin et Prévessin-Moëns ouvrait ses portes gratuitement au public après inscription sur internet.

Lors du précédent week-end portes ouvertes, en 2013, près de 70.000. visiteurs étaient présents au rendez-vous.

Ce moment événementiel ne peut se dérouler que lorsque les installations sont arrêtées comme le fameux LHC, l’anneau de 27 kilomètres de diamètre destiné à explorer le coeur des particules de matières. Ce week-end, des milliers de personnes ont pu pénétrer dans cette installation enfouie à 100 mètres dans le sous-sol genevois.

Une organisation exceptionnelle

Ce week-end a nécessité une organisation hors norme dont la mobilisation de 3000 volontaires parmi les collaborateurs du centre pour faciliter au mieux l’expérience des visiteurs. Autour du CERN, plusieurs axes de circulation ont été coupés dont la route de Meyrin et la route de l’Europe qui rouvriront dans la soirée.

Le CERN se visite toute l’année

Sans pouvoir montrer toutes ses installations, le CERN reste accessible au public gratuitement tout au long de l’année. Les prochaines journées portes ouvertes se dérouleront en principe à l’horizon 2024-2025. Aucune date n’est encore officiellement fixée.

Continuer la lecture