Rejoignez-nous

Actualité

Une procureure vaudoise sur le banc des accusés

Publié

,

le

Le Tribunal d'arrondissement de Lausanne rendra son verdict en fin d'après-midi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN MERZ)

Une affaire de conflit du travail a amené jeudi la procureure Camilla Masson à comparaître devant le Tribunal de police de Lausanne. Elle a fait opposition à une condamnation par ordonnance pour tentative de menaces. Verdict en fin d’après-midi.

Les faits ne sont pas gravissimes, mais ils ont des conséquences lourdes pour les deux protagonistes. Une condamnation pourrait avoir des répercussions professionnelles pour l’accusée. Et la plaignante a passé 15 mois en arrêt maladie avant de retrouver un emploi dans le privé.

Sur le fond, on reproche à Camilla Masson, 47 ans, cheffe de l’office veveysan du Parquet, d’avoir trop vertement recadré une de ses subalternes, gestionnaire de dossiers. L’altercation du 16 décembre 2016 a conduit à un clash.

La subordonnée a craqué et quitté son poste sur le champ, obtenant un arrêt maladie. Le même jour, dans un courriel, sa supérieure lui a reproché son comportement « inadmissible » et l’a informée qu’elle s’exposait « à des mesures disciplinaires qui pourraient, le cas échéant, conduire à la perte de votre emploi ».

Choc et tremblements

Un choc pour la plaignante: « je ne m’attendais pas à recevoir ce mail. Je tremblais. Je n’avais rien fait pour mériter ça », a expliqué la secrétaire, mère de famille qui élève seule ses enfants.

Pour juger le dossier, le Parquet vaudois a fait appel à Marc Rémy, un procureur neuchâtelois. Ce dernier a retenu la tentative de menaces, estimant que l’accusée avait tenté d’effrayer la plaignante en la menaçant de licenciement. Il l’a condamnée à cinq jours-amende à 250 francs, avec sursis. Camilla Masson a fait opposition, ce qui a provoqué l’audience de jeudi, avec des échanges tendus.

Manque de remords

Jeudi, l’avocat de la plaignante, Me Youri Widmer, a réclamé une condamnation pour menaces et tentative de contrainte. Il s’est étonné « du manque de remords de Mme Masson, qui ne cesse de se victimiser ». Sa cliente a souffert de cette enquête. Elle a dû être suivie psychologiquement durant plusieurs mois.

Me Aline Bonard, conseil de l’accusée, a réclamé un acquittement intégral. « Il est grand temps que cette chasse aux sorcières malsaine cesse », a-t-elle dit. A ses yeux, la plaignante cherche à « s’en prendre au Ministère public dans son ensemble ». Sa cliente ne serait qu’un « bouc émissaire ». Le groupe Impact, qui gère les conflits de travail, a confirmé qu’il n’y avait pas eu de mobbing.

Avec l’aval d’Eric Cottier

Camilla Masson a expliqué que le mail litigieux avait été dicté et validé par le procureur général, Eric Cottier. La subordonnée devait être informée de l’ouverture d’une procédure et de ses éventuelles conséquences; c’est la règle à l’Etat de Vaud. Le président du Tribunal rendra son verdict en fin d’après-midi.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Vaud: Masques obligatoires dans les commerces avec 10 clients

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins vaudois dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le port du masque sera obligatoire dans tous les commerces du canton de Vaud lorsque plus de 10 personnes se trouvent dans le magasin. La mesure, qui entre en vigueur mercredi prochain, a été annoncée vendredi par le Conseil d’Etat.

Continuer la lecture

Actualité

Jura: Masques obligatoires dans les commerces

Publié

le

Le masque sera obligatoire dans les magasins jurassiens dès lundi (archives). (©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

Le Jura devient le premier canton suisse à rendre obligatoire le port du masque dans les magasins et commerces dès lundi et pour une durée de deux mois. Cette mesure concerne les personnes âgées de plus de 12 ans.

« Depuis une dizaine de jours désormais, le canton du Jura fait face à une recrudescence du coronavirus avec plus d’une vingtaine de nouveaux cas positifs confirmés », a expliqué vendredi le gouvernement jurassien. Cette obligation pourra être prolongée en fonction de l’évolution de la situation.

Pour faire face à l’augmentation des cas, les effectifs et moyens techniques de la ligne téléphonique d’urgence santé ont aussi été adaptés afin de mieux répondre aux sollicitations en forte augmentation pour les tests de dépistage, a précisé le canton. Les équipes de cette ligne s’occupent en effet aussi des tâches liées au traçage.

Continuer la lecture

Coronavirus

Un cas de Covid-19 dans une discothèque genevoise: des centaines de personnes en quarantaine ?

Publié

le

Une personnes a été testée positive au Covid-19 dans une boite de nuit à Genève. Plusieurs centaines de personnes pourraient être placées en quarantaine. 

Grosse inquiétude à Genève. Un cas de Covid-19 a été détecté dans une discothèque de la Ville. Selon nos informations, les autorités sont actuellement en train de contacter toutes les personnes présentes dans l’établissement, le week-end dernier, pour les informer et les inviter à se mettre en quarantaine en cas de symptômes. Plusieurs centaines de personnes seraient concernées selon la médecin cantonale.  Aglaé Tardin qui précise que le traçage des contacts a bien été effectué, ce qui a permis de retrouver, facilement, les personnes.  Rappelons que les boîtes de nuit ont pu rouvrir, depuis le 6 juin. Mais dès le 21 juin, 300 fêtards avaient dû être placés en quarantaine, à Zurich. Les cantons de Zurich et Berne ont depuis décidé de renforcer les contrôles dans les bars et les discothèques.  

 

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: un assistant pour connecter et sécuriser les aînés

Publié

le

Un petit assistant “Made in Swiss” pour connecter et sécuriser nos aînés, c’est le monde de demain… 

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

La période du Covid-19 et du semi-confinement nous aura rappelé, si besoin, toute l’importance de maintenir le lien avec les plus anciens et surtout de pouvoir veiller à leur sécurité, même à distance. A défaut de pouvoir leur rendre visite régulièrement, les assistants numériques se multiplient pour garder un œil ou une oreille virtuelle sur les personnes âgées dépendantes. En Suisse, un modèle se démarque, il a été développé par une startup zurichoise qui présente son assistant à commande vocale nommé Caru, comme un “colocataire intelligent”. Il s’agit en fait d’un boitier rond, blanc et lumineux que vous posez dans le salon, dans la cuisine ou sur votre table de chevet. Physiquement, il ressemble à peu de choses près aux autres assistants vocaux, sauf que là c’est en fait une version revisitée du bouton d’urgence, transformée en capteur intelligent, en dispositif communicant et en système d’alarme. 

Comment est-ce qu’il fonctionne ce “colocataire intelligent”?

Pour bien comprendre, prenons un cas concret: une nonanégaire vit seule dans son appartement, il lui suffit de dire bonjour Caru» pour que l’appareil enregistre son message vocal pendant 60 secondes. Message qui est aussitôt transmis à sa famille, via une application sur smartphone et les proches peuvent même y répondre directement. L’appareil permet aussi de passer un appel téléphonique ou d’envoyer un appel à l’aide en répétant simplement 2 fois “à l’aide”. Il est même possible d’analyser le comportement des utilisateurs et de détecter d‘éventuels écarts. Le capteur a déjà fait ses preuves puisqu’il est utilisé dans les centres de soins en Suisse et en Allemagne depuis fin 2018. Les investisseurs y croient aussi puisque la société vient de collecter 3 millions de francs supplémentaires. Comme quoi avec le monde de demain peut aussi faire preuve de bienveillance… 

 

Continuer la lecture

Actualité

Le monde de demain: le train supersonique du futur

Publié

le

Photo: Swisspod

Le train du futur se dessine en Suisse. C’est le monde de demain…

Benoît Rouchaleau Le monde de demain

Ou peut-être plutôt le monde d’après demain… Imaginez un train qui avalerait les 250 km séparant Genève de Zurich en seulement 17 minutes et pour un coût énergétique calculé de 6 francs par passager. Une révolution en comparaison aux 3 heures nécessaires aujourd’hui en voiture ou même aux 2H40 en train. Bienvenue dans la mobilité du futur imaginée par Swisspod, une jeune pousse biberonnée à l’Ecole polytechnique de Lausanne, et qui planche donc sur la mobilité longue distance de demain avec un projet de capsule supersonique, c’est un peu comme un train suspendu électromagnétiquement qui circulerait dans un tube dépressurisé, à la vitesse de 1200 km/h. L’idée serait de pouvoir transporter des marchandises et des personnes, jusqu’à 600 passagers par heure dans chaque sens de Genève à Zurich avec un départ toutes les 3 minutes.

Où en est-il ce projet de train en lévitation à très très grande vitesse ? 

A l’origine, c’est un concours annuel lancé par le patron de Tesla et de SpaceX, Elon Musk. C’est désormais une initiative relayée par la Commission européenne qui vise à accélérer le déploiement de ces trains supersoniques à travers le vieux continent et à laquelle s’est donc associée l’entreprise Swisspod. En Suisse, on s’attelle pour l’heure à mettre au point un prototype de capsule pour une commercialisation espérée pour 2025. Sans parler toutefois de la construction des tunnels. La prochaine étape, ce sera déjà de lever de fonds pour mettre en place une phase de tests. Une autre source de financement est lancée, Swisspod propose une opération de crowdfunding sur son site web. Moyennant quelques centaines ou dizaines de milliers de francs vous pouvez inscrire votre nom sur la 1ère capsule ou en financer le prototype. Une manière de prendre le train en marche… Attention, il passe vite. 

 

Continuer la lecture