Rejoignez-nous

Actualité

Une application pour détecter les produits de beauté dangereux

Publié

,

le

La Fédération romande des consommateurs a lancé l’application FRC cosmétiques qui dit tout sur les substances chimiques.

L’application de la FRC est gratuite. Une fois chargée, elle permet de savoir si le savon, la crème, le dentifrice ou le maquillage que vous utilisez est dangereux pour votre santé. Elle a été développée en partenariat avec l’équivalent français de la FRC. Elle répertorie plus de 120’000 produits cosmétiques qui contiennent des substances chimiques souvent pas faciles à décrypter. Lionel Cretegny, il est le responsable des tests comparatifs à la Fédération romande des consommateurs.

Lionel Cretegny Responsable des tests comparatifs à la FRC

Grâce à l’application, on peut scanner la liste des ingrédients du produit qu’on vient d’acheter ou qu’on s’apprête à acheter.

Elle propose des catégories de produits, déodorants et parfums, dentifrice, soins du corps ou encore maquillage. Et des couleurs qui renseignent sur la dangerosité du produit. Du vert pour « sans danger pour la santé humaine » au rouge pour produits à éviter et plus nuancé avec la couleur jaune ou orange. La FRC évalue un risque compte tenu de l’exposition, plus elle est longue et plus les produits de beauté sera dangereux.  Ils sont connus pour être des perturbateurs endocriniens. De par leur petite taille, ils miment les hormones et peuvent avoir des effets indésirables sur la santé. Le risque varie également selon l’âge, d’où l’existence de 4 catégories distinctes dans l’application FRC. Lionel Cretegny.

Lionel Cretegny Responsable des tests comparatifs à la FRC

Étonnamment, le prix ne rime pas forcément avec qualité. De nombreuses grandes marques se retrouvent dans le rouge, malgré leur prix élevé. On retrouve Lionel Cretegny

Lionel Cretegny Responsable des tests comparatifs à la FRC

De même, des marques qui se targuent d’être naturelles ne le sont pas forcément. Il n’existe pas de label de contrôle, comme une certification bio selon la FRC. Il faut bien choisir sa crème de beauté. Au sein d’une même marque, on passe du vert au rouge.

L’application, elle est interactive:

Le consommateur peut participer à l’établissement de la base de données. Plus de 1200 produits ont déjà été ajoutés depuis son lancement. Environ 600 photos parviennent chaque jour à la FRC qui procède ensuite à leur analyse.

 

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Première réunion du nouveau comité de pilotage pour la patinoire

Publié

le

La fin du GSHC aux Vernets se rapproche lentement mais surement

Le projet de nouvelle patinoire a connu une petite avancée la semaine dernière avec une réunion du Comité de pilotage (CoPil) du projet.

Forcé de repartir de zéro suite à la nouvelle répartition des département, le CoPil a émis le préavis de ne se concentrer que sur l’emplacement de Trèfle-Blanc. En résumé, sous réserve d’un total renversement de situation venant du Conseil d’Etat, tout autre projet (emplacement de la voirie, parking des Vernets etc.) serait laissé tomber. Les explications du Conseil d’Etat à la tête du Département de la cohésion sociale Thierry Apothéloz.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

Le dernier projet en date est celui proposé par Olivier Plan, un projet 100% privé. Pour autant, le CoPil n’a pas encore retenu de modèle économique qui sera proposé au gouvernement genevois

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

 

« Il y aura un appel d’offres »

Cette première réunion du CoPil constitue donc une avancée dans ce dossier tortueux. Une avancée qui permet de formaliser: même si le projet d’Olivier Plan est actuellement le seul publiquement connu, un appel d’offres aura lieu pour cette nouvelle patinoire.

Thierry Apothéloz Conseiller d'Etat

Affaire à suivre…

 

 

Propos recueillis par Marie Prieur

Texte web: Sébastien Telley

Continuer la lecture

Actualité

Le Salon du Livre vous embarque dans son tram littéraire

Publié

le

C’est une nouveauté de l’édition 2019 du Salon du Livre.

Le vendredi 3 mai entre 18h et 19h, un apéritif sera servi dans l’un de ces anciens trams que vous avez probablement déjà vu passer si vous êtes un habitué du centre-ville genevois.

In vino veritas

Des vins de la région et des auteurs exclusivement suisses seront présentés. L’occasion de découvrir de la bonne littérature dans un environnement original. C’est en effet l’un des objectifs du Salon cette année : faire dialogue les lettres avec toutes les autres formes d’art, et sortir de la simple enceinte de Palexpo. Les places sont évidemment limitées, donc il faudra se dépêcher pour profiter de cette belle promenade.

Pour réserver vos places, c’est par ici.

Continuer la lecture

Actualité

Deuxième pique-nique géant pour le climat à Lausanne

Publié

le

Une nouvelle manifestation écologiste a eu lieu ce vendredi à Lausanne. Les militants d’Extinction Rebellion ont bloqué le Grand-Pont cette fois-ci, entre 12h15 et 13h15, pour un pique-nique géant. 350 personnes rassemblées, selon les manifestants, 250 selon la police.

Quoiqu’il en soit, cette deuxième action de la semaine dans la capitale vaudoise a davantage mobilisé que la première, lundi, sur le Pont Chauderon. Une manifestation dans le même esprit que la première : désobéissance oui, mais dans le calme.

Réactions sur le Grand-Pont

Continuer la lecture

Actualité

Ma vie courbettes : le dernier spectacle de Laurent Deshusses

Publié

le

Laurent Deshusses présente son nouveau spectacle au Théâtre Casino de Genève du 2 au 17 février : Ma vie de courbettes. Le jeu de mot est un hommage au film célèbre de Claude Barras. Laurent Deshusses a plus de 30 années de création et réalisation à son actif. En 1995, il écrit et joue la série « Les Gros Cons » qui totalise plus de 14 millions de vues sur les réseaux sociaux. En 2009, il crée et joue dans « Photo sévices », qui obtient le meilleur audimat pour les séries produites par la RTS.

Pour ce One Man Show, il s’est associé à Pierre Naftule, son partenaire de longue date.
Les représentations auront lieu mardi et vendredi à 20h30, mercredi, jeudi, samedi et dimanche à 19h.
Pour la billetterie, c’est ici.

Il était présent dans les studios de Radio Lac pour un entretien avec Benjamin Smadja :

Continuer la lecture

Actualité

Pâques : les coulisses de la chocolaterie Cailler

Publié

le

Nous sommes à la veille du week-end de Pâques !

Avec Noël, Pâques est la période du chocolat. Depuis deux mois, les oeufs et les lapins sont présents dans les magasins et chez les artisans. Le lapin est un peu plus difficile à confectionner qu’un oeuf et la main de l’homme reste nécessaire pour qu’un lapin ressemble à un lapin. A la maison Cailler de Broc en Gruyère, Marie Prieur est allée demander les secrets maison aux chocolatiers.

Les chocolatiers Cailler Les secrets de confection des lapins de Pâques

Le monsieur lapin porte des petits gants et ce qui est le plus fou pour les amoureux de chocolats, c’est le robinet !
Il y a un robinet avec du chocolat qui coule en continu.

Et puis Pâques, ce sont aussi les cloches

Et les cloches sont plus nombreuses en Suisse au cou des vaches que dans les clochers des églises mais quelque soit l’usage, le procédé de fabrication reste le même et c’est une tradition qui se perd.
Les fondeurs de cloches suisses se comptent sur les doigts des mains. En Valais par exemple, il n’en reste qu’un à Champéry, son père lui a enseigné le métier. Il s’appelle Hugues Perrin, il va lui aussi nous révéler ses secrets de fabrications.

Hugues Perrin Fondeur de cloches

Ce qui est fou c’est que les éleveurs de vaches ne représentent que 10% de sa clientèle. Ce sont avant tout des cadeaux, on s’achète une cloche pour se faire plaisir ou on en offre une. Parmi les clients réputés, le champion de rallye français Sébastien Loeb qui s’installe bientôt au bord du lac et l’ancien ministre Yohan Schneider-Amman.

Continuer la lecture