Rejoignez-nous

Actualité

Un cadre d'Exit jugé à Genève

Publié

,

le

Pierre Beck, le vice-président d'Exit Suisse romande, estime n'avoir commis aucune infraction en aidant une octogénaire à s'en aller rejoindre son mari dans la mort. (©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

La question du suicide assisté a occupé lundi le Tribunal de police de Genève. Le vice-président d'Exit Suisse romande Pierre Beck se trouvait sur le banc des accusés. En avril 2017, il avait aidé une octogénaire en pleine santé à mourir. Le verdict sera rendu jeudi.

La vieille dame de 86 ans voulait quitter ce monde en même temps que son mari, gravement malade. Le couple avait fait appel à Exit. Pierre Beck, médecin à la retraite de 74 ans, avait accédé au voeu de l'octogénaire de rejoindre son mari dans la mort. Il lui a prescrit du pentobarbital de sodium, qu'elle a absorbé.

Pour cet acte, Pierre Beck a été reconnu coupable d'infraction à la loi fédérale sur les médicaments et les dispositifs médicaux (LPTh) par le Ministère public genevois et condamné à une peine pécuniaire de 120 jours-amende. M.Beck s'est opposé à cette ordonnance de condamnation, ce qui a amené l'affaire devant le Tribunal de police.

Un choix longuement pensé

Cette dame était très déterminée, très carrée, a expliqué Pierre Beck devant le tribunal. Elle avait fait le choix de mourir avec son mari. Elle ne supportait pas l'idée de vivre sans lui. Plusieurs fois, elle a souligné qu'elle se suiciderait de toute façon, si on ne lui permettait pas de mourir en même temps que son conjoint.

"Dans cette affaire, j'ai un peu outrepassé les critères de l'assistance au suicide fixés par Exit", a admis le prévenu. Le cas a fait l'objet de débats au sein de l'association d'aide au suicide et les avis étaient partagés. "J'ai finalement reçu un blâme", a souligné l'ancien médecin.

Le prévenu ne regrette cependant rien. Il n'a pas exclu que, placé dans une situation analogue, il reprendrait la même décision. "Je suis convaincu que cette dame souffrait intensément" et qu'elle allait passer à l'acte en se suicidant violemment une fois son mari disparu, a précisé Pierre Beck.

Le procureur Frédéric Scheidegger a, de son côté, demandé au tribunal de confirmer l'ordonnance de condamnation émise par le Ministère public. Aux yeux du magistrat, l'aide au suicide pour des raisons existentielles n'entre pas dans le cadre de ce que prévoit la législation suisse.

Le procureur estime en effet difficile de fixer des limites. Peut-on assister un adolescent en proie au spleen, faut-il avoir soixante ans ou plus pour obtenir l'aide au suicide, s'est-il interrogé. A ses yeux, dans ce domaine, les frontières ne peuvent pas être fixées selon la conscience de chacun.

Yves Grandjean, l'avocat de Pierre Beck, a rappelé plusieurs cas de suicide assisté où les personnes n'étaient pas mourantes et où nul n'a été inquiété, ni condamné. L'objectif est de proposer une fin digne aux gens qui le souhaitent. Le corps médical a encore peine à admettre que des personnes souhaitent mourir, a-t-il rappelé.

Atteinte à la paix des morts

Pour M.Grandjean, qui réclame l'acquittement de son client, prononcer une condamnation dans cette affaire relèverait d'une atteinte à la paix des morts. Selon lui, Pierre Beck n'a fait qu'agir en faveur "d'une décision mûrement réfléchie". Et l'avocat de rappeler que la souffrance psychique existe.

A l'issue des débats, le prévenu a lu des extraits d'une lettre que la défunte octogénaire lui avait écrite avant de mourir et qu'il a reçue le lendemain de son suicide. "Nous sommes partis pour un long voyage", raconte la vieille dame. Elle demande aussi aux gens qui pensent aujourd'hui à elle et son mari de sourire.

Source: ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Alpiq corrige à la baisse ses résultats au premier semestre

Publié

le

Le bénéfice brut opérationnel (Ebitda) avant effets exceptionnels a été ramené à 71 millions de francs, contre 80 millions précédemment. D'autres chiffres, comme le chiffre d'affaires net, ont été corrigés, ce qui ramène ce dernier à 16 millions, contre 54 millions auparavant (archives). (© KEYSTONE/OLIVIER MAIRE)

Le conseil d'Alpiq a corrigé les chiffres du rapport semestriel 2021 publié le 26 août. Il invoque des "écarts entre l'évaluation des couvertures financières conclues aux termes de certains contrats d'achat direct d'électricité et contrats sous-jacents.

Le bénéfice brut opérationnel (Ebitda) avant effets exceptionnels a été ramené à 71 millions de francs, contre 80 millions précédemment. D'autres chiffres, comme le chiffre d'affaires net, ont été corrigés, ce qui ramène ce dernier à 16 millions, contre 54 millions auparavant.

Alpiq explique qu'en raison de ces ajustements au rapport semestriel, plusieurs modifications ont dû également être apportées aux montants de l'exercice précédent comme l'Ebitda à fin décembre 2020, qui s'établit désormais à 282 millions, contre 293 millions avant la correction.

Le conseil précise que des mesures immédiates ont été prises pour renforcer les mécanismes de contrôle interne. Quant à la suite de l'exercice en cours, la direction table sur un résultat opérationnel positif, bien qu'inférieur à celui de l'année précédente, sans toutefois livrer de chiffres.

Elle estime que les prix de l'électricité et du CO2 couverts en francs sur les marchés de gros auront certes un impact positif sur le résultat 2021, mais que la révision de la centrale nucléaire de Leibstadt, reportée de 2020 à 2021, qui a pris beaucoup plus de temps que prévu, pèsera sur le résultat.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Résultat annuel mitigé pour Axpo

Publié

le

Les recettes totales du groupe ont en effet bondi d'environ 26% à 6,1 milliards de francs sur l'année écoulée, close fin septembre. Au niveau de la rentabilité, le résultat d'exploitation (Ebit) s'est par contre effondré de 34,8% à 516 millions (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

L'énergéticien Axpo a réalisé une performance mitigée sur son exercice décalé 2020-2021. Alors que la société argovienne a amélioré son chiffre d'affaires, sa performance opérationnelle s'est effritée. Le dividende reste inchangé.

Les recettes totales du groupe ont en effet bondi d'environ 26% à 6,1 milliards de francs sur l'année écoulée, close fin septembre. Au niveau de la rentabilité, le résultat d'exploitation (Ebit) s'est par contre effondré de 34,8% à 516 millions et la marge afférente s'est enfoncée de 8 points de base à 8,5%, a détaillé Axpo jeudi dans un communiqué.

Le bénéfice net a par contre accéléré à 607 millions de francs, en progression de 6,5% comparé à l'exercice 2019-2020.

L'énergéticien a souligné avoir fait face, pendant la période sous revue, à une forte volatilité des prix de l'électricité. Cette variation des prix a conduit a un report d'une partie des résultats de 272 millions de francs, conformément aux standards internationaux de comptabilité IFRS. Axpo estime de fait que sa performance économique sur la période sous revue "n'a été exprimée que partiellement".

Les actionnaires pourront se partager un dividende de 80 millions de francs, un montant stable par rapport à l'année précédente.

Pour le nouvel exercice 2021-2022, la direction table sur un résultat opérationnel "comparable", sans plus de précision. Le groupe estime pouvoir profiter d'une hausse des prix garantis de l'électricité et bénéficier d'un effet positif lié au report d'une partie des résultats. Les travaux de révision à la centrale nucléaire de Leibstadt, plus longs que prévu, vont par contre peser sur la performance financière.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Un nouvel incendie dans une cave du Lignon

Publié

le

© Incendie Secours Genève

Un feu a pris dans les caves, la nuit dernière, au 9 avenue du Lignon. Le Service d'Incendie et de Secours a été alerté vers 0h45: 22 pompiers professionnels, 6 véhicules dont une ambulance ont été mobilisés. A cela s’est ajoutée une dizaine de pompiers volontaires de la commune de Vernier et trois véhicules.

La fumée s’est répandue aux allées 7, 8 et 9 de l’avenue du Lignon. Huit personnes ont été contrôlées au nid de blessés installé par le SIS, mais aucune n’a été transportée aux HUG. Le feu était sous contrôle à 1h45.

Une enquête de police est en cours pour déterminer l’origine du sinistre. A noter, que les pompiers avaient déjà dû intervenir pour un feu dans les caves, à la même adresse, quasiment à la même heure, la nuit précédente.

Continuer la lecture

Actualité

Un nouveau millionnaire au tirage du Swiss Loto

Publié

le

Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi soir (Photo prétexte). (© KEYSTONE/THOMAS DELLEY)

Le Swiss Loto a fait un nouveau millionnaire mercredi. Un joueur a coché les six bons numéros et empoche 1 million de francs. Pour gagner le gros lot, il fallait cocher le 3, 13, 33, 38, 39 et 41. Le numéro chance était le 5, le rePLAY le 9 et le Joker le 146232.

Le gagnant a fait valider son bulletin à la Tour-de-Peilz (VD), a précisé la Loterie romande. Lors du prochain tirage samedi, 12,2 millions de francs seront en jeu, indique la Loterie Romande.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Coronavirus

Arrivées: l'OMS salue la décision suisse de lever les quarantaines

Publié

le

Le directeur général de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus appelle les gouvernements à adapter rapidement leurs dispositifs de santé face au variant Omicron dans les différents pays (archives). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) salue la décision du Conseil fédéral de lever les quarantaines pour les voyageurs venant de pays où Omicron circule. Son chef a appelé les Etats à adapter rapidement leurs dispositifs de santé publique face au nouveau variant.

Omicron "pourrait avoir un impact important" sur la pandémie, a affirmé mercredi à la presse Tedros Adhanom Gebreyesus. "Il est encore difficile" d'évaluer l'impact d'Omicron tant que des données plus larges ne sont pas obtenues. Alors qu'il est trop tôt pour donner une évaluation significative, le directeur général appelle tous les pays à davantage de surveillance de la pandémie pour obtenir davantage d'indications.

Les gouvernements ne devaient pas attendre que les hôpitaux se remplissent pour réévaluer leurs plans nationaux en fonction des conditions actuelles et de leurs dispositifs, selon lui. "Merci", a-t-il affirmé après la décision du Conseil fédéral de ne plus imposer de quarantaines aux personnes arrivant de territoires où Omicron circule.

Comme l'OMS le fait depuis des semaines, M. Tedros a répété que le nouveau variant semble provoquer davantage de réinfections et être moins dangereux que Delta. Sur les vaccins, l'organisation réitère que les mutations nombreuses d'Omicron semblent diminuer les anticorps neutralisants mais qu'il est trop tôt pour savoir si l'efficacité des vaccins est réduite. Elle pense toutefois que ceux-ci devraient toujours fonctionner.

Pfizer BioNTech a affirmé mercredi qu'une troisième dose de vaccin garantit une protection tout aussi importante contre Omicron. Pour autant, la cheffe scientifique de l'OMS Soumya Swaminathan maintient la recommandation d'un moratoire sur celle-ci, sauf pour les personnes immuno-compromises. Il faut d'abord immuniser ceux qui ne le sont pas encore.

Vers un échec sur l'objectif de vaccination

Autre problème, difficile de dire quelle est la part de cas Omicron parmi les nouvelles infections. En Afrique, où celles-ci ont progressé de 79% la semaine dernière, les nouvelles contaminations ont beaucoup augmenté dans les zones où Delta est peu présent.

Davantage d'indications devraient être obtenues "dans les prochains jours", a ajouté une épidémiologiste de l'OMS. Il faudra pouvoir évaluer rapidement comment Omicron peut ou non dépasser Delta dans les différents pays.

En revanche, l'OMS laisse déjà penser que l'objectif d'immuniser 40% de la population de tous les pays d'ici la fin de l'année ne sera pas atteint. Plus de 50 Etats ne devraient pas réussir en raison des problèmes d'approvisionnement, selon l'organisation.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture