Rejoignez-nous

Actualité

Trois sur trois pour la Suisse

Publié

,

le

Nico Hischier, un des atouts de la Suisse (©KEYSTONE/MELANIE DUCHENE)

La Suisse poursuit son parcours sans faute dans le Championnat du monde à Bratislava. Pour leur 3e match, les hommes de Patrick Fischer ont disposé de l’Autriche 4-0.

La Suisse a beau être classée plusieurs rangs devant une nation qui a souvent fait le yo-yo entre la première et la deuxième division, elle n’arrive pas à s’éviter la trouille au ventre contre cette Autriche qui semble savoir comment fermer le jeu face à la sélection à croix blanche. Vainqueurs 3-2 ap à Copenhague l’an dernier et défaits 4-3 tab à Prague en 2015, les Suisses ne gardaient pas des souvenirs impérissables de leurs derniers duels avec l’équipe coachée par Roger Bader.

Alors pour débloquer une situation, rien de tel que d’appeler à la rescousse les meilleurs artisans de l’équipe. Lors du match contre la Lettonie, c’est Hischier qui était allé inscrire le but décisif à trois minutes de la fin. Là, après un premier tiers relativement mou, c’est Fiala qui a bénéficié d’un superbe travail préparatoire d’Hischier pour ouvrir le score d’une reprise instantanée. Cette réussite tombée à 33 secondes de la fin de la période initiale a lancé un moment helvétique bien plus engageant. Seulement, malgré 22 tirs à… 4 au cours du tiers médian, les Suisses ne sont pas parvenus à prendre leurs distances par rapport à de besogneux Autrichiens.

Il a fallu attendre la 54e et un tir puissant de Josi pour valider définitivement un succès qui ne souffre aucune discussion étant donné la différence de niveau entre les deux nations. Les deux derniers buts, tombés en supériorité numérique, ont donné au score des allures plus en phase avec le déroulement du match.

Du mieux aux face-offs

Si l’on regarde une partie comme on attaque un récit, on peut y voir plusieurs petites histoires gravitant autour de la trame principale. Parmi ces histoires parallèles, il fallait scruter le taux de succès aux engagements.

Dérangés par les Lettons dans les cercles de mises en jeu, les Suisses avaient à coeur de faire pencher la statistique en leur faveur. Surtout Christoph Bertschy, martyrisé par les Baltes dans cet exercice avec un 0/9 qui faisait tache. Le Lausannois s’est « racheté » avec un 6/10 après deux tiers tout en amenant cette énergie qui plaît à Fischer.

L’autre question de cette rencontre était bien entendu de voir où Fischer allait placer Sven Andrighetto au sein de l’alignement. Pour intégrer le Zurichois de Colorado, le sélectionneur a fait éclater la ligne Ambühl-Haas-Moser pour composer une triplette Andrighetto-Haas-Scherwey, Bertschy prenant le rôle de Haas au centre d’un quatrième trio avec le Davosien et le Bernois. C’est Noah Rod qui a évolué comme 13e attaquant.

Autre décision surprenante, Fischer a choisi d’inscrire treize attaquants et de sacrifier l’un de ses arrières. Victime malheureuse de ce remaniement: Joël Genazzi. Même si Andrighetto s’est entraîné avec l’équipe et qu’il a annoncé être frais, l’attaquant de l’Avalanche doit encore se mettre dans le rythme. Mais les premiers coups de patin rappellent que l’ancien du Canadien de Montréal possède clairement quelque chose en plus.

La Suisse n’aura pas beaucoup de temps pour récupérer puisqu’elle attaque déjà son quatrième match mercredi à 16h15 contre la Norvège. Une quatrième victoire de rang serait presque synonyme de quarts de finale. Les joueurs pourraient alors s’exprimer avec davantage de liberté.

Source ATS

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

La Confédération dégage un excédent de 3,1 milliards en 2019

Publié

le

La Confédération a achevé l'année 2019 avec beaucoup plus d'argent dans les caisses que prévu (archives). (©KEYSTONE/MARTIN RUETSCHI)

L’exercice comptable 2019 de la Confédération se solde finalement par un excédent ordinaire de 3,1 milliards de francs, a annoncé mercredi le Conseil fédéral. Le budget prévoyait seulement 1,2 milliard. Le gouvernement s’est montré une fois de plus trop pessimiste.

L’embellie est due pour moitié à une progression des recettes et pour moitié à un recul des dépenses. Les recettes supplémentaires proviennent avant tout de l’impôt anticipé (+1,3 milliard) et de l’impôt fédéral direct sur le bénéfice des entreprises (+500 millions). Le produit de la TVA est en revanche resté de 900 millions inférieur aux attentes.

Les dépenses ont diminué de 900 millions, par rapport au budget, ce qui correspond à la moyenne des dernières années. Les sommes consacrées à la prévoyance sociale et à la sécurité, en particulier, ont été moins élevées que prévu, de respectivement 600 et 300 millions.

L’argent dévolu à la migration a fléchi en raison de la baisse du nombre des demandes d’asile. Les dépenses d’armement ont aussi reculé. Seules les dépenses liées à la fiscalité ont augmenté de 300 millions car l’augmentation des recettes de la Confédération entraîne la hausse des parts qui reviennent aux cantons.

Au final, les recettes se montent à 74,5 milliards (73,6 milliards au budget). Les dépenses s’inscrivent à 71,4 milliards (72,3 milliards).

Les recettes extraordinaires se sont montées à 541 millions. Elles découlent de la vente aux enchères de licences de téléphonie mobile 5G (376 millions), d’amendes prononcées par la Commission de la concurrence (139 millions) et de la liquidation concordataire de Swissair (25 millions). Si l’on prend en considération ces recettes extraordinaires, l’excédent au compte 2019 atteint 3,6 milliards.

Situation stable

Le Conseil fédéral a par ailleurs défini le cadre financier du prochain budget. Les perspectives budgétaires pour les années 2021 à 2023 apparaissent stables.

Un excédent structurel de 1,1 milliard est attendu pour l’exercice 2021. Le Parlement ayant renvoyé au Conseil fédéral son projet pour éliminer la pénalisation fiscale des couples mariés, il n’est plus pris en compte dans la planification de l’exercice 2023.

La planification financière ne prend pas en considération les éventuelles charges ne bénéficiant pas encore du niveau de planification requis. Celles-ci se chiffrent à environ 1,5 milliard net pour 2022 et 2023, ce qui excède nettement la marge budgétaire disponible.

Le gouvernement pense à l’augmentation de la déduction des primes maladie, la réforme de l’imposition de la propriété du logement, la suppression des droits de timbre. Mais aussi à des réformes prévues par l’OCDE en matière d’imposition des entreprises internationales, dont les répercussions ne sont pas encore clairement définies.

Le budget sera en revanche allégé en 2020 et 2021 grâce aux bénéfices supplémentaires distribués par la Banque nationale suisse. Ces recettes ne pouvant compenser qu’en partie les éventuels surcroîts de charges, le Conseil fédéral entend préserver autant que possible la marge de manoeuvre budgétaire existante.

Toujours pessimiste

Le gouvernement peint régulièrement le diable sur la muraille en matière de budget. Depuis 2007, seul l’exercice 2014 a clos sur un résultat légèrement inférieur aux prévisions budgétaires. L’an dernier, la Confédération a dégagé un excédent ordinaire de 2,9 milliards au lieu des 300 millions budgétés. En 2017, le trou prévu de 250 millions s’est transformé en excédent de 2,8 milliards.

Pour 2019, les extrapolations réalisées au cours de l’année prévoyaient déjà une meilleure situation que prévu. Mais le résultat final dépasse de 500 millions la prévision dévoilée en octobre. Il doit être avalisé par le Contrôle des finances.

Source: ATS

Continuer la lecture

Actualité

Robert Assaël: « Il y a eu tentative de meurtre aux Trois-Perdrix à Genève »

Publié

le

Pour Robert Assaël, il y a eu tentative de meurtre à la sortie du Petit-Palace en août 2018 à Genève. L’homme de loi revient sur la violence des agresseurs.

Comme le révèle la Tribune de Genève ce matin : le procureur d’Annecy estime que les cinq agresseurs du Petit-Palace ont commis des actes de violence aggravée avec usage d’une arme mais pas une tentative de meurtre. Ils vont donc comparaître devant le Tribunal correctionnel et non devant la Cour d’assise.

Pour rappel, en août 2018 en Vieille-ville à Genève, cinq femmes se sont fait tabasser à la sortie d’une boîte de nuit, le Petit-Palace en Vielle-ville. Pour l’avocat des quatre femmes qui sont venues en aide à la principale victime, il y a eu intention de tuer. Écoutez Maître Robert Assaël.

Robert Assaël Avocat des victimes

L’avocat des victimes a écrit au procureur d’Annecy et la requalification juridique n’est pas définitive. Le Tribunal correctionnel est compétent jusqu’à pour une peine allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement. Pour Robert Assaël, la nuance est importante.

Robert Assaël Avocat des victimes

Les quatre victimes des agresseurs, venues prêter main forte à la première victime sont encore choquées. Elles attendent avec impatience le procès.

Robert Assaël Avocat des victimes

Le jugement devrait avoir lieu fin mai.

Continuer la lecture

Genève

Météo à Genève: préparez-vous le soleil reviendra dès demain

Publié

le

Source: Keystone ATS

Le ciel sera nuageux tout au long de la journée à Genève. La pluie sera continue mais en faible quantité. Il fera 8° au maximum.

Demain: il y aura du soleil du matin au soir. Les maximales seront en augmentation. Il fera 12°.

Vendredi: il y aura encore du soleil. Malgré les nuages présents sur une bonne partie de la matinée. Au maximum il fera 10°.

Les lacs en Suisse ont de plus en plus de mal à geler

À l’exception des années 1980, il n’y a plus eu de gel complet des lacs depuis plus de 30 ans. Et avec l’hiver particulièrement doux que nous vivons actuellement, cela ne devrait pas aller en s’améliorant.

Les baisses plus plus notoires sont observées dans les lacs de taille moyenne. Du côté des lacs plus petits moins profonds ou plus élevés, les gels complets sont encore plus rares. Les grands lacs ou les lacs profonds gèlent eux aussi très rarement. Le dernier gel date de l’hiver très rigoureux de 1962/963.

Au cours des 150 dernières années, la Suisse s’est réchauffée de 2°C et les vagues de froid ont considérablement diminué.

 

Continuer la lecture

Actualité

La Suisse vit son hiver le plus doux

Publié

le

Source: Keystone ATS

Sur son blog, l’agence météo fédérale annonce un hiver record depuis la création des relevés météo en 1864. 

Selon les experts, la température en moyenne nationale est de plus de 0°C. Cette douceur hivernale est historique et n’a été observée que quatre fois en 155 ans d’histoire des mesures en Suisse. Dans certaines régions de Suisse, il est même possible que les valeurs hivernales soient bien supérieures aux précédents records.

Hivers extrêmement doux de plus en plus fréquents

Ces 30 dernières années, les hivers extrêmement doux sont monnaie courante. Depuis le début des mesures en 1864 et jusqu’en 1990, la température hivernale nationale a toujours été négative. Et pourtant au cours de ces 30 dernières années, les hivers particulièrement doux se sont succédés à des intervalles de plus en plus courts. Le premier hiver avec une température nationale supérieure à 0°C s’est manifesté en 1990. Ce n’est que 17 ans plus tard que ces valeurs ont à nouveau été dépassées.

Difficile de dire à quoi cette augmentation est due selon Olivier Codeluppi, météorologue chez Météo Suisse, même si l’homme joue un rôle prédominant dans le réchauffement climatique:

Olivier Codeluppi Météorologue chez Météo Suisse

Des records régionalement marqués

Sur le site de mesures de Locarno-Monti au Sud de Alpes, la saison hivernale enregistrera une température moyenne de 6,7°C. Soit 0,4°C de plus que lors du dernier hiver 2006/2007. Le plus doux enregistré jusqu’à présent. Les hivers 2006/2007 et 2015/2016, avaient affiché une valeur de 4,4 °C.

A Genève, l’hiver suit lui aussi la tendance, comme l’explique Vincent Devantay:

Vincent Devantay Météorologue chez MétéoNews

Nouveau régime de température

Depuis 30 ans, la température moyenne de l’hiver en Suisse a été légèrement inférieure à -2°C. Auparavant, les températures moyenne s’approchaient des -3°C. En hiver elles stagnaient aux alentours de -2°C . La saison était alors qualifiée de douce.

Avec des valeurs extrêmes supérieures à 0 °C, les hivers des 30 dernières années sont entrés dans un nouveau régime de température. Les hivers froids avec des températures moyennes nettement inférieures à -4 °C à l’échelle nationale ont disparu de notre climat actuel.

Depuis la période préindustrielle, allant de 1871 à 1900, l’hiver en Suisse s’est réchauffé de presque 2°C. Les stigmates du changement climatique en cours, sont observés à travers l’augmentation marquée de la norme de la température en hiver, de la présence d’hivers extrêmement doux et par la disparition d’hivers vraiment rigoureux.

Ces changements climatiques affectent la faune et la flore du pays, pour qui les hivers sont très importants:

Vincent Devantay Météorologue chez Météo News

Continuer la lecture

Actualité

Les Suisses se disent préoccupés par la prévoyance vieillesse

Publié

le

La prévoyance vieillesse inquiète de plus en plus les Suisses. (©KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Pour 18% de l’électorat suisse, le besoin d’action politique le plus pressant en 2020 touche la prévoyance vieillesse, selon le dernier sondage en ligne de Vimentis. En 2e et 3e position, on trouve la politique d’asile (14%) et le changement climatique (12%).

Le changement climatique grimpe dans l’agenda politique des Suisses. L’an dernier, il se trouvait encore au neuvième rang, peut-on lire mercredi dans un communiqué de Vimentis. Dans le même temps, la satisfaction des Suisses face à la politique en général a baissé en un an, de 2% à 36%.

Nécessité d’agir

Revenant à l’environnement, 62% de citoyens suisses jugent qu’une action politique est nécessaire en raison du changement climatique, poursuit Vimentis. La Suisse devrait réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 1990, estiment près de 45% d’entre eux, conformément à la Convention de Paris sur le climat.

Environ la même proportion (43%) est en faveur de l’introduction d’une taxe sur le CO2 pour les entreprises. Et la moitié de l’électorat suisse (50%) est opposée à une interdiction des moteurs à combustion interne d’ici 2050, contre 37% qui y sont favorables.

L’interdiction des vols court-courriers, en revanche, est soutenue en principe par 49% de l’électorat suisse, pratiquement à égalité avec les opposants à cette mesure, à 48%.

Mieux intégrer les réfugiés

La politique d’asile préoccupe aussi les Helvètes. Près de 62% des sondés ne sont pas satisfaits de la politique actuelle de la Suisse dans ce secteur. Une nette majorité de 54% souhaite que des mesures supplémentaires soient prises pour intégrer les réfugiés admis temporairement et reconnus sur le marché du travail.

Quelque 43 % pensent que les entreprises ne devraient pas recevoir d’incitations financières pour accepter des réfugiés temporairement admis. Par conséquent, ils devraient être payés comme les travailleurs domestiques, à qualifications comparables.

Enfin, une faible majorité de 47% de l’électorat suisse estime qu’il paie trop d’impôts par rapport aux services fournis par l’État. Et pas loin de la moitié des sondés (49%) jugent que leur salaire est équitable par rapport à celui des autres personnes en Suisse.

L’imposition individuelle des conjoints séduit encore 67% de l’électorat suisse. Dans un autre domaine, près de 70% des sondés est favorable à ce que les chômeurs soient obligés d’effectuer des travaux d’intérêt général pour pouvoir bénéficier de l’aide sociale et des allocations de chômage.

Sondage en ligne

Ainsi 21’736 personnes ont participé au sondage en ligne du 13 novembre au 18 janvier. Les résultats de Vimentis représentent exactement les pourcentages de voix de 2019 (élections du Conseil national) des partis avec une marge d’erreur maximale de +/- 4%.

Vimentis a été créé en 2003 par des étudiants de l’Université de St-Gall. Mené une fois par année, il se veut politiquement neutre et se trouve sous le patronage des présidents des partis des Verts, du PS, du PLR, du PBD, du PDC, du PVL et de l’UDC.

Source: ATS

Continuer la lecture