Rejoignez-nous

Economie

Zurich Insurance voit son volume d'affaires bondir au 1er trimestre

Publié

,

le

Zurich Insurance a vu les primes brutes dans les activités Dommages et accidents (P&C) prendre l'ascenseur, mais les affaires d'assurance-vie ont pâti de la mortalité induite par la pandémie de Covid-19. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Zurich Insurance a vu son volume d'affaires bondir de 14% sur un an au premier trimestre à 11,0 milliards de dollars (près de 10,0 milliards de francs), à la faveur de la croissance de ses activités entreprises et d'une amélioration sur le front des tarifs.

Sur une base comparable, c'est-à-dire ajustée des effets de change et d'acquisition, la croissance s'est montée à 9%, indique mercredi l'assureur dans un communiqué. Elle a été particulièrement marquée en Amérique du Nord (+16% à plus de 3,9 milliards de dollars).

Le premier trimestre a connu un niveau relativement élevé de catastrophes naturelles et de sinistres liés aux conditions météorologiques, principalement en raison de la tempête Uri aux États-Unis. Cela devrait se traduire sur l'ensemble de l'exercice par une détérioration du ratio combiné d'environ un point de pourcentage, en supposant un niveau de dommages liés aux catastrophes naturelles "normal" pour le reste de l'année.

Si les primes brutes dans les activités Dommages et accidents (P&C) ont pris l'ascenseur, les affaires d'assurance-vie en revanche se sont contractées de 4% en glissement annuel, à 919 millions de dollars, mesurées en équivalent de primes annuelles.

Comme indiqué lors de la publication des résultats annuels, la pandémie de Covid-19 risque d'avoir une incidence négative en 2021, du fait de la hausse de la hausse de la mortalité observée dans des marchés clés comme la région Europe, Moyen-Orient, Afrique (EMEA), l'Amérique latine et les États-Unis au cours du premier trimestre, prévient Zurich Insurance.

L'assureur affichait à fin mars un ratio de solvabilité estimé à 201%, nettement supérieur aux 160% qu'il s'est fixés comme objectif et aux 182% dont il a fait état au bouclement de l'exercice 2020, une progression que le groupe explique par "des conditions de marché favorables", ainsi que le placement avec succès de dettes subordonnées pour un montant de 1,75 milliard de dollars.

Forte de sa performance trimestrielle, la direction du groupe zurichois se dit très confiante pour le reste de l'exercice.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Verdict sur le mariage pour tous et l'initiative 99%

Publié

le

Les Suisses doivent se prononcer dimanche sur le mariage pour tous (archives). (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

Les jeux sont presque faits sur les deux objets en votation ce dimanche. Le mariage pour tous devrait passer la rampe, alors que l'initiative 99% des jeunes socialistes échouerait.

La campagne autour du mariage pour tous s'est durcie dans la dernière ligne droite. Après des bébés-produits étiquetés, les opposants ont présenté des pères-zombies sur leurs affiches, accompagnées du slogan: "enfants avec un mort?".

Ils ont ainsi réussi à réorienter le débat autour de l'accès aux dons de sperme pour les couples lesbiens. Les enfants conçus de cette manière ne pourraient pas connaître leur père avant leur majorité. Leur bien-être en serait affecté, selon eux. Rejetant l'instauration d'un "droit à l'enfant", les opposants s'inquiètent également de futures revendications, comme la gestation pour autrui.

Le bonheur des enfants ne dépend pas de l'orientation sexuelle de leurs parents, mais de l'amour qu'ils leur portent, leur a opposé le camp du "oui je le veux". Il s'agit avant tout de mettre fin à des inégalités. La question n'est pas d'être pour ou contre le mariage et la procréation médicalement assistée, mais pour ou contre l'ouverture des mêmes droits à tous les couples.

Malgré l'offensive musclée des opposants, le projet affiche toujours une belle avance dans les sondages. Entre 63% et 67% de la population accepterait d'ouvrir le mariage aux couples homosexuels. Le seul suspense semble résider dans l'ampleur de la minorité silencieuse.

Jeunes socialistes peu convaincants

L'initiative "Alléger les impôts sur les salaires, imposer équitablement le capital" de la Jeunesse socialiste, ne devrait quant à elle pas convaincre les électeurs. Les derniers sondages lui donnent moins de 40% des voix.

Le texte vise les Suisses les plus riches, qui représenteraient 1% de la population. Il veut imposer à 150% les parts du revenu du capital - intérêts, dividendes, bénéfices réalisés sur les actions, gains en capital ou les loyers - supérieures à un certain montant.

À partir de ce montant, chaque franc supplémentaire de revenu du capital serait taxé comme 1,50 franc. Près de 5 à 10 milliards pourraient être reversés pour réduire l'imposition des personnes aux revenus les plus bas ou pour financer des prestations sociales comme des crèches, des subsides à l'assurance-maladie ou la formation.

Seuls le PS, les Vert-e-s et le PEV soutiennent le projet. Le Conseil fédéral et la majorité bourgeoise du Parlement n'en veulent pas, jugeant le texte imprécis et flou. La hausse d'imposition proposée se fonde essentiellement sur le type de revenu et non sur le montant, selon eux. L'initiative ne viserait pas seulement les plus riches, mais aussi la classe moyenne et les PME.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Lindt & Sprüngli intègre Caffarel à sa filiale italienne

Publié

le

L'absorption du chocolatier piémontais Caffarel, créateur du célèbre "Gianduiotto", par la filiale italienne de Lindt & Sprüngli va se traduire par des dizaines de licenciements. (archives) (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le groupe Lindt & Sprüngli a annoncé vendredi l'unification de ses deux entités italiennes sous une même raison sociale.

A compter de janvier 2022, Caffarel sera intégré dans la filiale italienne Lindt & Sprüngli S.p.A, une opération qui vise à consolider les synergies entre les deux entreprises.

"La fusion renforcera la collaboration existante entre les deux organisations", indique le chocolatier de Kilchberg dans son communiqué. Cette option a été retenue comme "la plus appropriée pour assurer la poursuite des activités de Caffarel" et préserver les emplois de sa filiale piémontaise, dont les difficultés des dernières années ont été accentuées par la pandémie de Covid-19.

Le site de production de Luserna San Giovanni continue d'être "fondamental pour le groupe", et les projets de développement prévus ne sont pas remis en question, souligne Lindt & Sprüngli, qui réaffirme son engagement à investir dans les deux marques, à consolider leur présence sur le marché italien et à préserver leurs qualités spécifiques.

Fondé en 1826 à Turin, le chocolatier artisanal Caffarel, créateur du célèbre "Gianduiotto", qui a donné son nom au "Gianduja", a rejoint le groupe zurichois en 1998.

Dizaines d'emplois supprimés

Sollicitée par AWP, la direction de Lindt & Sprüngli a confirmé la suppression d'emplois. Au début il était question de 90 licenciements dans l'administration et dans la production, a déclaré une porte-parole, validant les chiffres articulés en juin par le Corriere della Sera, qui parlait alors d'un quart de l'effectif du chocolatier piémontais.

"Dans le cadre des consultations requises par la loi, des négociations sont menées avec tous les employés et parties concernés afin de garantir un processus sans heurts", a ajouté la communicante, évoquant les négociations en cours avec les organisations syndicales.

Elle a également laissé entendre que d'autres licenciements sont à prévoir. "L'intégration de Caffarel dans Lindt & Sprüngli S.p.A, ainsi que la bonne acceptation du programme de départs volontaires, devraient cependant nous permettre de réduire encore le nombre de licenciements à venir", a indiqué la porte-parole.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

L'importateur rappelle ses masques: protection insuffisante

Publié

le

Les masques N95/FFP2 de la marque "myfixmask" offrent une protection insuffisante. (© WBF)

Des masques de la marque "myfixmask" N95/FFP2 offrent une protection insuffisante. Comme cela représente un danger pour la santé, l'importateur Yoobopo rappelle le produit, en collaboration avec le Bureau de prévention des accidents (BPA).

Leur effet filtrant n'est pas suffisant. Le fabricant du masque est la société Elis SHPK au Kosovo. Le produit ne doit pas être utilisé car il existe un risque de "dommages irréversibles pour la santé".

Seul est concerné le produit N95 Disposable Respirator / Protective Mask de la marque "myfixmask", fabriqué par Elis SHPK. Ces masques ont été mis en vente sur le site internet www.myfixmask.ch. Ne sont pas concernés des boites/produits, marqués avec "modèle 002", "modèle 003" ou suivants.

Les consommateurs concernés sont priés de ne pas utiliser les masques de la marque "myfixmask" portant le nom "N95 Disposable Respirator/Protective Mask", et de contacter Yoobopo SA pour échanger gratuitement ces masques contre des masques conformes aux normes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les policiers et ambulanciers ne sont pas des chauffards

Publié

le

Pompiers et policiers s'exposent à des sanctions "aussi disproportionnées qu'injustifiées", selon Olivier Feller (image d'illustration). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Les services d'urgence doivent pouvoir intervenir dans les conditions requises par leur mission y compris quand la vitesse est limitée à 30 km/h. Le Conseil national a adopté jeudi par 172 voix contre 20 une motion demandant une adaptation du programme Via sicura.

L'abaissement de la vitesse à 30 km/h soulève "un problème majeur" pour les pompiers, policiers ou ambulanciers, a relevé Olivier Feller (PLR/VD), l'auteur de la motion. Ils risquent de se voir accusés d'un délit de chauffard s'ils circulent à plus de 70 km/h sur les routes où la vitesse est limitée à 30 kilomètres à l'heure.

Dénonçant des sanctions "disproportionnées", M. Feller appelait à adopter sa motion pour montrer qu'il y a "urgence à agir". Un respect strict des limitations de vitesse risque en outre de rallonger les délais d'intervention.

Le Conseil fédéral demandait le rejet de la motion. Dans un rapport publié à la fin mars, il a proposé d'adapter le délit de chauffard dans la loi sur la circulation routière. Une révision de la loi est en cours, a assuré la ministre des transports Simonetta Sommaruga. Un message devrait être présenté au parlement encore cette année. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La BNS revoit à la baisse sa prévision de croissance pour 2021

Publié

le

La BNS a relevé ses pronostics d'inflation pour 2021 et 2022 d'une dizaine de points de base, à 0,5% et 0,7% respectivement, en raison du renchérissement des produits pétroliers et des difficultés d'approvisionnement. (archives) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La Banque nationale suisse (BNS) revoit à la baisse sa projection de croissance pour l'exercice en cours, autour de 3% contre environ 3,5% encore en juin.

L'institut d'émission invoque jeudi dans son examen périodique de la situation économique et monétaire un rétablissement moins marqué qu'attendu dans les branches dépendantes de la consommation, telles que le commerce, l'hôtellerie et la restauration.

Le produit intérieur brut (PIB) doit néanmoins retrouver avant la fin de l'année en cours son niveau d'avant-crise, malgré une sous-utilisation persistante des capacités de production.

Les experts de la banque centrale soulignent néanmoins que ces scénarios restent subordonnés aux aléas de la crise sanitaire, qui peut faire basculer l'évolution conjoncturelle dans un sens comme dans l'autre.

Les anticipations d'inflation pour l'année en cours et la suivante ont été relevées d'une dizaine de points de base, à 0,5% et 0,7% respectivement. La projection pour 2023 demeure inchangée à 0,6%.

Le renchérissement reste alimenté par les produits pétroliers et les biens concernés par les difficultés d'approvisionnement.

Le garant de la stabilité monétaire note enfin que les volumes de prêts hypothécaires comme les prix de l'immobilier résidentiel ont nettement pris l'ascenseur au cours des derniers trimestres, accentuant encore la vulnérabilité des marchés afférents. L'institution évalue régulièrement la pertinence d'une réactivation du volant anticyclique de fonds propres.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture