Rejoignez-nous

Suisse

L'UDC dit non à une 13e rente AVS mais oui à la retraite à 66 ans

Publié

,

le

Les quelque 350 délégués UDC ont donné leurs mots d'ordre pour le 3 mars. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Réunis samedi à Bürglen (UR), les délégués de l'UDC ont donné leurs mots d'ordre pour les votations fédérales du 3 mars. C'est non à une 13e rente AVS, mais oui à l'initiative des Jeunes PLR pour relever l'âge de la retraite AVS à 66 ans et plus.

La discussion sur les rentes a été nourrie et a mis aux prises plusieurs avis divergents parmi les quelque 350 délégués présents, notamment sur l'initiative des jeunes PLR. Le texte demande un relèvement de l'âge de la retraite à 66 ans pour tous, puis de lier la hausse à l'espérance de vie.

Le conseiller national UDC Thomas de Courten (BL) a dit rejeter ce texte qu'il considère trop rigide. Un professeur vit plus longtemps qu'un menuisier, a-t-il illustré. Plusieurs personnes ont également relevé que les problèmes de financement de l'AVS pourraient être résolus si la Confédération dépensait moins pour les réfugiés et l'aide au développement.

Mais pour Nicole Roth, présidente des Jeunes UDC de Bâle-Campagne, le système de retraite actuel est obsolète. "Si nous n'agissons pas, l'AVS court à la faillite". L'initiative sur les rentes pourrait être un début de solution. L'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher s'est aussi levé pour soutenir le texte.

Au final, les délégués ont approuvé cette initiative par 216 voix contre 102 et 2 abstentions. Ils ont suivi l'avis de la présidence du parti qui avait donné son mot d'ordre par 31 voix pour et 24 contre.

Non à une 13e rente

En revanche, l'initiative des syndicats pour une 13e rente n'a eu aucune chance. Les délégués l'ont rejetée par 301 voix contre 34 et 13 abstentions. Ils la jugent trop coûteuse. La facture se monterait à 5 milliards de francs par an. La trentaine de voix en faveur du projet sont venues des sections romandes et du Tessin.

Parmi la douzaine d'orateurs qui se sont exprimés, seul le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor a défendu le projet. "Nous sommes le parti du peuple", a-t-il déclaré, ajoutant que la gauche n'a pas le monopole pour défendre le pouvoir d'achat. Les rentiers ont droit à une rente qui leur permette de vivre dignement, nous leur devons ça, a-t-il plaidé.

Parmelin et Rösti contre

Mais le camp du non était bien relayé. Les deux conseillers fédéraux UDC ont plaidé contre cette initiative. Guy Parmelin a souligné que si la Confédération devait payer plus pour l'AVS, il faudrait économiser ailleurs. Voter non, c'est voter dans l'intérêt de la classe moyenne et des seniors, a renchéri Albert Rösti.

Daniel Lampart, économiste en chef de l'Union syndicale suisse (USS) invité pour défendre le projet, a rappelé en vain que les problèmes de pouvoir d'achat touchent pour la première fois aussi la classe moyenne. Ces gens attendent que la politique "fasse quelque chose pour eux".

Bien que le score samedi à Bürglen soit sans appel, l'UDC est divisée sur cet objet de votation. La section tessinoise a décidé de laisser la liberté de vote, tout comme celle du Valais romand. La section genevoise a décidé de soutenir l'initiative des syndicats. Et selon le dernier sondage SSR, le texte séduit plus de 60% des électeurs UDC.

Suisse-UE

Les relations de la Suisse avec l'UE ont constitué l'autre point fort de l'assemblée. La base a adopté par acclamation la "Résolution pour la défense de notre liberté et des droits du peuple - Non au traité de soumission à l'UE".

Le président sortant Marco Chiesa a vivement critiqué un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE. Le nouveau mandat de négociation décidé par le Conseil fédéral après l'échec de l'accord-cadre est de "la poudre aux yeux", "du vieux vin dans des nouveaux fûts".

Avec un tel rattachement institutionnel, la Suisse devrait "enterrer son indépendance et sa démocratie directe", a-t-il poursuivi. Quant à l'immigration, elle continuerait d'augmenter.

La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher a poursuivi dans la même veine. La Suisse risque la "soumission" et le paiement d'un tribut". L'entrepreneuse rejette l'argument selon lequel l'économie suisse serait désavantagée sans accord avec l'UE. Selon elle, la Suisse sait mieux que l'UE où se situent ses problèmes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Suisse

Les exportations horlogères chutent en mars

Publié

le

Tous les principaux marchés des montres suisses sont dans le négatif. Hong Kong (-44,2%) et la Chine (-41,5%) ont particulièrement pesé sur les exportations du secteur (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Les exportations horlogères suisses non ajustées ont baissé de 16,1% sur un an à 2,0 milliards de francs en mars, indiquent jeudi l'Office fédéral des douanes et de la sécurité des frontières (OFDF) et la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH).

Les montres en acier ont essuyé le plus fort repli en francs de 28,2% à 642,3 millions, suivi des garde-temps en métaux précieux, en recul de 11,6% à 696,9 millions. Les matières bimétalliques et les autres matières ont suivi la même tendance avec une baisse respective de 6,6% à 347,4 millions et 2,9% à 78,4 millions. Seuls les autres métaux affichent une hausse de 8,5% à 139,8 millions.

Par catégorie de prix à l'export, les montres dont le montant est supérieur à 3000 francs ont faibli de 9,9%. Pour celles dont la valeur est en dessous de 500 francs, le recul est de 18,6%. Entre les deux, soit de 500 à 3000 francs, la baisse est encore plus forte, à 38,2%.

Tous les principaux marchés sont dans le négatif. Hong Kong (-44,2%) et la Chine (-41,5%) ont particulièrement pesé sur les exportations du secteur, souligne un communiqué.

Pour le premier trimestre dans son ensemble, les exportations de garde-temps ont reculé de 6,3% sur un an.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Le commerce extérieur suisse s'est affaibli au premier trimestre

Publié

le

Les envois de biens suisses à l'étranger se sont - quand bien même légèrement - contractés (-0,8%) sur les trois premiers mois de l'année, comme lors du trimestre précédent. En termes réels, les exportations ont toutefois timidement augmenté (+0,6%) (archives). (© KEYSTONE/GEORGIOS KEFALAS)

Le commerce extérieur helvétique a montré des signes de faiblesse dans les deux directions du trafic de janvier à mars. Tant les exportations que les importations se sont contractées par rapport au dernier trimestre 2023 et après désaisonnalisation.

La balance commerciale boucle avec un excédent de 8,6 milliards de francs, selon le communiqué de l'Office fédéral de la douane et de la sécurité des frontières (OFDF) publié jeudi.

Les envois de biens suisses à l'étranger "se sont - quand bien même légèrement - contractés (-0,8%)" sur les trois premiers mois de l'année, comme lors du trimestre précédent. En termes réels, les exportations ont toutefois timidement augmenté (+0,6%). Depuis leur niveau record du troisième trimestre 2022, elles accusent néanmoins une tendance clairement négative.

Au cours de la période sous revue, huit des onze groupes de marchandises ont accusé une baisse de leurs exportations. La bijouterie et joaillerie (-3,8%), l'horlogerie (-3,6%) et les instruments de précision (-4,1%) ont souffert, affichant une baisse cumulée de 677 millions de francs.

Le secteur machines et électronique a essuyé un quatrième revers trimestriel consécutif (-0,7%), quand le groupe phare, les produits chimiques et pharmaceutiques, a stagné. Dans ces derniers, le chiffre d'affaires des principes actifs a chuté de 3,9 milliards de francs (-81,1%), ce segment enregistrant par ailleurs une troisième baisse trimestrielle d'affilée. A l'inverse, les expéditions de matières premières et de base se sont accrues de 1,5 milliard de francs ou de 26,3%.

Les importations désaisonnalisées ont pour leur part fléchi de 1,9% (réel: -0,2%). Une spirale négative se dessine aussi depuis l'avant-dernier trimestre 2022, mais l'évolution s'est toutefois stabilisée au cours des trois derniers trimestres.

Cette baisse est à mettre en particulier sur le compte des produits chimiques et pharmaceutiques. Les importations de médicaments ont chuté de 1,3 milliard de francs ou de 12,3% sur un trimestre. La bijouterie et joaillerie ainsi que les véhicules, notamment les utilitaires routiers, ont en revanche affiché une hausse.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

ABB a vu ses ventes stagner au 1er trimestre

Publié

le

Entre janvier et fin mars, le chiffre d'affaires d'ABB s est resté stable sur un an à 7,87 milliards de dollars, alors que le résultat opérationnel (Ebita) a progressé de 11% à 1,42 milliard (archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

Le groupe d'électrotechnique ABB a vu sa rentabilité nette reculer sur les trois premiers mois de l'année, alors que les ventes ont été maintenues. Les objectifs financiers pour l'ensemble de 2024 ont été confirmés.

Entre janvier et fin mars, le chiffre d'affaires du groupe zurichois est resté stable sur un an à 7,87 milliards de dollars, alors que le résultat opérationnel (Ebita) a progressé de 11% à 1,42 milliard, a-t-il annoncé jeudi dans un communiqué.

Le bénéfice net s'est quant à lui établi à 905 millions, en baisse de 12,6%.

Alors que les ventes sont inférieures aux prévisions des analystes interrogés par l'agence AWP, la rentabilité opérationnelle et nette dépassent les attentes du marché.

La direction avait laissé entrevoir pour l'ensemble de l'année une hausse du chiffre d'affaires de 5% et une marge Ebita d'environ 18%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Ventes en baisse pour Schindler au 1er trimestre

Publié

le

Les recettes de Schindler se sont révélées légèrement inférieures aux attentes des analystes, alors que les indicateurs de rentabilité les ont dépassées (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Evoluant sur des marchés difficiles, Schindler n'en est pas moins parvenu à améliorer sa rentabilité au 1er trimestre. Alors que le fabricant d'ascenseurs et escaliers mécaniques a vu ses ventes fléchir, le bénéfice net a crû de 9,4% à 232 millions de francs.

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (Ebit) a pour sa part progressé de 3,5% à 292 millions de francs, la marge correspondante ressortant à 10,9%, contre 10,1% entre janvier et fin mars 2023, a indiqué jeudi le groupe établi à Ebikon. En termes ajustés, l'Ebit a progressé de 9,6% à 298 millions. La discipline en matière de prix et les mesures destinées à améliorer l'efficience ont permis de faire face à des conditions difficiles dans le secteur de la construction.

Le chiffre d'affaires a ainsi fléchi de 4,4% à 2,67 milliards de francs, la vigueur du franc venant s'ajouter à un marché de la construction exigeant. A taux de change constants, les revenus ont cependant gagné 1,1%. Il en est allé de même pour les commandes, leurs entrées se tassant de 3,4% à 2,79 milliards, celles-ci progressant cependant de 2,5% en devises locales.

Les recettes se sont révélées légèrement inférieures aux attentes des analystes, alors que les indicateurs de rentabilité les ont dépassées. Sondés par l'agence AWP, les analystes avaient en moyenne anticipé un chiffre d'affaires de 2,72 milliards de francs, un Ebit de 280 millions et un bénéfice net de 212 millions.

Evoquant la suite de l'exercice, Schindler se veut confiant et confirme ses attentes pour l'ensemble de l'année. Les ventes devraient s'étoffer jusqu'à 5% et la marge Ebit devrait atteindre 11%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

La consommation d'électricité a encore baissé en Suisse en 2023

Publié

le

Les Suisses ont moins consommé d'électricité en 2022 et 2023 (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La consommation d'électricité en Suisse a reculé de 1,7% en 2023 par rapport à l'année précédente, à 56,1 milliards de kilowattheures (kWh), a indiqué jeudi l'Office fédéral de l'énergie (OFEN). La baisse correspond à la consommation annuelle de 200'000 ménages.

La consommation nationale s'est élevée à 60,3 milliards de kWh, desquels il faut déduire 4,2 milliards de kWh dus aux pertes liées au transport et à la distribution, précise l'OFEN dans un communiqué. En kWh, la baisse de 1,7% sur une année correspond à 1 milliard de kWh.

Le recul de la consommation a été plus marqué au premier et au deuxième trimestre, atteignant respectivement 3,8% et 2,5%. La consommation d'électricité en Suisse avait déjà reflué de 1,9% en 2022 par rapport à 2021.

Production en hausse

En parallèle, la production d'électricité en Suisse a crû de 13,5% en 2023, atteignant la valeur record de 72,1 milliards de kWh, contre 63,5 milliards de kWh en 2022. Après déduction de 5,4 milliards de kWh pour la consommation des pompes d'accumulation, il résulte une production nette de 66,7 milliards de kWh, indique l'OFEN.

Les installations hydroélectriques ont produit 40,8 milliards de kWh, soit 21,7% d'électricité de plus que l'année précédente. La production d'électricité des quatre centrales nucléaires a augmenté de 1%, à 23,3 milliards de kWh.

Les centrales hydroélectriques ont ainsi assuré 56,6% de la production totale d'électricité, les centrales nucléaires 32,4%, les centrales thermiques conventionnelles et les installations renouvelables 11%.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture