Rejoignez-nous

Suisse

L'UDC dit non à une 13e rente AVS mais oui à la retraite à 66 ans

Publié

,

le

Les quelque 350 délégués UDC ont donné leurs mots d'ordre pour le 3 mars. (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Réunis samedi à Bürglen (UR), les délégués de l'UDC ont donné leurs mots d'ordre pour les votations fédérales du 3 mars. C'est non à une 13e rente AVS, mais oui à l'initiative des Jeunes PLR pour relever l'âge de la retraite AVS à 66 ans et plus.

La discussion sur les rentes a été nourrie et a mis aux prises plusieurs avis divergents parmi les quelque 350 délégués présents, notamment sur l'initiative des jeunes PLR. Le texte demande un relèvement de l'âge de la retraite à 66 ans pour tous, puis de lier la hausse à l'espérance de vie.

Le conseiller national UDC Thomas de Courten (BL) a dit rejeter ce texte qu'il considère trop rigide. Un professeur vit plus longtemps qu'un menuisier, a-t-il illustré. Plusieurs personnes ont également relevé que les problèmes de financement de l'AVS pourraient être résolus si la Confédération dépensait moins pour les réfugiés et l'aide au développement.

Mais pour Nicole Roth, présidente des Jeunes UDC de Bâle-Campagne, le système de retraite actuel est obsolète. "Si nous n'agissons pas, l'AVS court à la faillite". L'initiative sur les rentes pourrait être un début de solution. L'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher s'est aussi levé pour soutenir le texte.

Au final, les délégués ont approuvé cette initiative par 216 voix contre 102 et 2 abstentions. Ils ont suivi l'avis de la présidence du parti qui avait donné son mot d'ordre par 31 voix pour et 24 contre.

Non à une 13e rente

En revanche, l'initiative des syndicats pour une 13e rente n'a eu aucune chance. Les délégués l'ont rejetée par 301 voix contre 34 et 13 abstentions. Ils la jugent trop coûteuse. La facture se monterait à 5 milliards de francs par an. La trentaine de voix en faveur du projet sont venues des sections romandes et du Tessin.

Parmi la douzaine d'orateurs qui se sont exprimés, seul le conseiller national valaisan Jean-Luc Addor a défendu le projet. "Nous sommes le parti du peuple", a-t-il déclaré, ajoutant que la gauche n'a pas le monopole pour défendre le pouvoir d'achat. Les rentiers ont droit à une rente qui leur permette de vivre dignement, nous leur devons ça, a-t-il plaidé.

Parmelin et Rösti contre

Mais le camp du non était bien relayé. Les deux conseillers fédéraux UDC ont plaidé contre cette initiative. Guy Parmelin a souligné que si la Confédération devait payer plus pour l'AVS, il faudrait économiser ailleurs. Voter non, c'est voter dans l'intérêt de la classe moyenne et des seniors, a renchéri Albert Rösti.

Daniel Lampart, économiste en chef de l'Union syndicale suisse (USS) invité pour défendre le projet, a rappelé en vain que les problèmes de pouvoir d'achat touchent pour la première fois aussi la classe moyenne. Ces gens attendent que la politique "fasse quelque chose pour eux".

Bien que le score samedi à Bürglen soit sans appel, l'UDC est divisée sur cet objet de votation. La section tessinoise a décidé de laisser la liberté de vote, tout comme celle du Valais romand. La section genevoise a décidé de soutenir l'initiative des syndicats. Et selon le dernier sondage SSR, le texte séduit plus de 60% des électeurs UDC.

Suisse-UE

Les relations de la Suisse avec l'UE ont constitué l'autre point fort de l'assemblée. La base a adopté par acclamation la "Résolution pour la défense de notre liberté et des droits du peuple - Non au traité de soumission à l'UE".

Le président sortant Marco Chiesa a vivement critiqué un rattachement institutionnel de la Suisse à l'UE. Le nouveau mandat de négociation décidé par le Conseil fédéral après l'échec de l'accord-cadre est de "la poudre aux yeux", "du vieux vin dans des nouveaux fûts".

Avec un tel rattachement institutionnel, la Suisse devrait "enterrer son indépendance et sa démocratie directe", a-t-il poursuivi. Quant à l'immigration, elle continuerait d'augmenter.

La conseillère nationale Magdalena Martullo-Blocher a poursuivi dans la même veine. La Suisse risque la "soumission" et le paiement d'un tribut". L'entrepreneuse rejette l'argument selon lequel l'économie suisse serait désavantagée sans accord avec l'UE. Selon elle, la Suisse sait mieux que l'UE où se situent ses problèmes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Culture

Le Festival du film de Locarno fait un saut à Lausanne

Publié

le

Giona Nazzaro, le directeur artistique du festival du film de Locarno, a ouvert un open air d'une semaine à Lausanne mardi soir. (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

A trois semaines du début du Festival de Locarno, des films sont à voir sur la Piazza Picola à Lausanne. Giona Nazzaro, le directeur artistique du rendez-vous tessinois, a fait le déplacement dans la capitale vaudoise, l'occasion d'évoquer la prochaine édition.

Depuis trois ans, Giona Nazzaro vient à Lausanne lancer un open air sur l'esplanade du quartier des arts, Plateforme 10. Mardi soir, 425 personnes, selon un porte-parole, ont pu voir "The Old Oak", un film du cinéaste britannique Ken Loach.

"Voir ou revoir un film, ce n'est pas le luxe d'une minorité bourgeoise. C'est l'idée que la culture, la rencontre et le dialogue nous permettent d'éviter de faire la guerre", a dit le directeur artistique à Keystone-ATS.

Pas de blockbuster cette année

A Locarno, la menace d'une nouvelle grève à Hollywood, qui avait pesé l'an dernier sur le festival, semble s'éloigner. L'absence de blockbuster cette année sur la Piazza Grande n'a pas de lien, souligne-t-il. "Il sort moins de grands films américains, sur qui repose tout le poids de l'industrie, surtout pendant l'été."

L'échec commercial du dernier film de George Miller "Furiosa" a créé la panique à Hollywood. Le prequel de "A Quiet Place" a ensuite bien marché. Suivi d'un nouvel échec, celui d' "Horizon"de Kevin Costner. La deuxième et la troisième partie vont du reste sortir directement en streaming.

"On partage des enthousiasmes"

L'édition 2024 est la première depuis l'arrivée de Maja Hoffmann à la présidence du festival. "On partage des enthousiasmes", a résumé Giona Nazzaro tout en soulignant qu'elle laisse la même autonomie à la direction artistique qu'auparavant.

"Quand j'ai essayé de convaincre le réalisateur britannique Ben Rivers de venir à Locarno, je l'ai tenue au courant de nos échanges. Elle a été ravie d'apprendre que le cinéaste chinois Wang Bing avait donné son feu vert. Sachant que j'avais envie de faire venir le réalisateur mexicain Alfonso Cuaron, elle lui en a parlé lors d'une rencontre à Londres."

Locarno fait la part belle aux films suisses cette année, avec une quarantaine qui ont été retenus. "Der Spatz im Kamin" ("Le moineau dans la cheminée") du réalisateur bernois de 42 ans Ramon Zürcher concourt en compétition internationale pour un Léopard d'Or, avec seize autres cinéastes.

Quatre films suisses seront projetés sur la Piazza Grande, dont, hors sélection, les premières suisses de deux longs métrages romands dévoilés à Cannes en mai dernier, "Sauvages" de Claude Barras et "Le Procès du chien" de Laetitia Dosch.

Effervescence et résistance

Pour Giona Nazzaro, le cinéma suisse vit un moment d'effervescence particulier : "De nombreux films tournés en Suisse ont l'ambition d'être vus par un public international et y parviennent".

L'an dernier, le Festival de Locarno avait primé un film iranien "Critical Zone" du réalisateur Ali Ahmadzadeh. Autre film iranien découvert sur la Croisette, "Les Graines du figuier sauvage", de Mohammad Rasoulof, sera projeté cette année en plein air : "Dans le cinéma iranien, il y a évidemment une nécessité. Il donne à voir cette force de résistance quand la liberté manque".

Plusieurs premiers films de réalisatrices

Si on revient à la sélection officielle, la moitié des films retenus ont été réalisés par des femmes, dont quatre premières oeuvres, le résultat d'un choix volontariste. "Il y a un déséquilibre structurel, que l'industrie du cinéma et de l'audiovisuel devrait affronter d'une façon non idéologique. Car ce n'est pas quelque chose qu'on peut ressoudre avec des conférences, avec des séminaires."

En choisissant plusieurs premiers films de réalisatrices, il s'agit d'une déclaration de principe : "Elles ne devront pas faire un deuxième ou troisième film - souvent plus difficile à réaliser que le premier - pour être en compétition, car elles y sont déjà." Et de citer les films lituanien "Toxic" et libanais "Green Line".

Pour clore cet entretien, Keystone-ATS a demandé au directeur artistique ce qui le réjouit particulièrement lors de cette prochaine édition : "De pouvoir proposer des films de la méga star indienne Shah Rukh Khan comme du cinéaste expérimental américain Stan Brakage (1933-2003). Il rêve que le public de l'un découvre les films du second et vice versa.

La venue de Shah Rukh Khan à Locarno mobilise d'ailleurs déjà ses nombreux fans, ce qui présage d'un casse-tête pour les organisateurs de la manifestation.

Le Festival du film de Locarno se déroule du 7 au 17 août.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Santé

Un implant en hydrogel pour prévenir l'endométriose

Publié

le

L'implant en hydrogel développé par l'Empa et l'EPFZ pourrait aider les femmes souffrant d'endométriose (photo symbolique). (© KEYSTONE/DPA/ANNETTE RIEDL)

Des scientifiques de l'EPF de Zurich et de l'Empa ont développé un implant en hydrogel qui peut contribuer à prévenir l'endométriose, une maladie qui touche de nombreuses femmes. Cette innovation fait également office de contraceptif.

Environ 10% des femmes souffrent d'endométriose. Les causes exactes de cette maladie ne sont pas encore claires. L'hypothèse est que, pendant les règles, le sang remonte le long des trompes de Fallope et pénètre dans la cavité abdominale. Ce sang contient des cellules de la muqueuse utérine (endomètre) qui se déposent dans la cavité abdominale et peuvent provoquer des inflammations, des douleurs et la formation de tissu cicatriciel.

Les scientifiques présentent dans la revue Advanced Material un implant en hydrogel capable d'occlure avec succès les trompes de Fallope et d'empêcher ainsi les menstruations rétrogrades.

"Nous avons découvert que l'implant devait être constitué d'un gel extrêmement mou qui n'ait pas d'impact sur les tissus et qui ne soit pas traité et rejeté comme un corps étranger", explique Alexandre Anthis, premier auteur de l'étude, cité mercredi dans un communiqué de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) et du Laboratoire fédéral d'essai des matériaux et de recherche (Empa).

L'avantage des hydrogels est qu'ils gonflent au contact d'un liquide. Ainsi, ce nouvel implant mesure au départ environ deux millimètres de long. Mais une fois implanté dans les trompes de Fallope via une procédure non chirurgicale utilisant un hystéroscope - un instrument permettant d'inspecter la cavité utérine - l'implant gonfle pour atteindre plus du double de sa taille d'origine.

Nombreuses inconnues sur le long terme

L'hydrogel agit alors comme une barrière contre les spermatozoïdes et le sang. L'implant peut être détruit tout aussi facilement et rapidement, soit avec une lumière UV, soit avec une solution spéciale, de sorte que les patientes n'aient pas à subir une opération invasive et risquée si elles décident d'inverser la procédure.

Selon M. Anthis, l'un des plus grands défis a été de trouver le bon équilibre entre stabilité et dégradabilité. Des expériences ex-vivo ont d'abord été menées sur des trompes de Fallope humaines et animales qui avaient par exemple été retirées dans le cadre du traitement d'un cancer de l'ovaire.

Ensuite, les scientifiques ont testé leur innovation sur un porc vivant. Après trois semaines, l'implant d'hydrogel était toujours en place et ne présentait aucun signe de réaction à un corps étranger. Un brevet a été déposé.

Il est difficile de dire comment l'implant d'hydrogel se comportera à long terme une fois en place dans les trompes de Fallope, en particulier lorsque les receveuses se livrent à des activités physiques intenses comme le sport.

En outre, on ne sait pas encore si le blocage des trompes de Fallope suffit à lui seul à prévenir l'endométriose, nuancent les auteurs. Jusqu'à présent, très peu de recherches ont été menées au point de rencontre entre la science des matériaux, l'ingénierie des procédés et la gynécologie.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Les promoteurs de "Sarco" veulent l'utiliser en Suisse en 2024

Publié

le

"The Last Resort" veut mettre en service la capsule "Sarco" d'ici à la fin de l'année en Suisse (archives). (© KEYSTONE/ENNIO LEANZA)

L'organisation "The Last Resort" a confirmé mercredi aux médias qu'elle entendait bien mettre en service la capsule d'aide au suicide "Sarco" en Suisse d'ici à la fin de l'année. Elle n'a annoncé toutefois ni de date ni de lieu.

Face aux journalistes réunis à Zurich, Fiona Stewart, membre fondatrice de l'organisation, a indiqué qu'elle s'attendait à ce que la mini-cabine soit utilisée pour la première fois d'ici à la fin de l'année. Toute précision supplémentaire serait un "manque de respect" pour la personne y faisant appel, a-t-elle ajouté.

Promoteurs sans doutes juridiques

Les avocats de l'organisation sont en contact avec plusieurs cantons, souligne cette dernière, sans préciser lesquels. "The Last Resort" n'a cependant aucun doute juridique, dit Mme Stewart. Ses avocats ont effectué les vérifications nécessaires, selon elle. Les candidats à l'utilisation de la capsule doivent se soumettre à un test psychiatrique.

La NZZ am Sonntag avait annoncé qu'elle allait être mise en service cette semaine en Valais. Lundi, le médecin cantonal valaisan Cédric Dessimoz a interdit l'utilisation de la capsule sur le territoire du canton. Il s'agit d'une mesure préventive dans l'intérêt de la santé publique, a-t-il confié à la RTS. Et d'ajouter que les autorités attendaient des informations plus conséquentes sur l'appareil et sur son usage.

Le Ministère public schaffhousois a émis, lui aussi, des réserves. La représentante de l'organisation d'aide au suicide n'a pas voulu commenter ces points de vue face aux médias.

En Suisse, le suicide assisté est autorisé sous plusieurs conditions dont un encadrement par un médecin. Il doit aussi être désintéressé. En cas d'incitation ou d'aide au suicide pour des motifs égoïstes, cet acte est passible d'une peine allant jusqu'à cinq ans de prison. Le Code pénal ne contient toutefois pas de réglementation précise de l'aide au suicide, indique l'Office fédéral de la santé publique.

"Ni médecin ni médecine"

Le but de "The Last Resort" est de rendre possible "une belle mort", a déclaré Mme Stewart. Pour ce faire, "ni médecin, ni médecine ne sont nécessaires", a estimé le co-président de l'organisation, Florian Willet.

L'organisation fondée il y a quelques mois est financée par des dons privés, indique-t-elle. L'utilisation de la capsule serait aussi autorisée aux personnes qui n'en sont pas membres. Elle coûterait 18 francs par suicide. La fabrication de la capsule, elle, coûte 15'000 euros, selon ses promoteurs.

Encore jamais utilisée

Précédemment, l'inventeur de "Sarco", le médecin australien et militant de l'aide au suicide Philip Nietschke, avait déjà prétendu que son usage était autorisé en Suisse. La capsule n'a toutefois encore jamais été utilisée.

Les organisations d'aide au suicide établies en Suisse, telles qu'Exit ou Dignitas, collaborent avec des médecins. La capsule "Sarco", en revanche, vise à permettre aux personnes souhaitant mourir de le faire en appuyant sur un bouton. Une importante quantité d'azote est alors libérée et supplante l'oxygène. La personne perd conscience après quelques inspirations d'azote et décède après environ 5 minutes, explique Philip Nietschke aux journalistes.

"Pas comparable" avec une exécution

Aux Etats-Unis, de l'azote a été utilisé pour l'exécution d'un condamné à mort. Le procédé a toutefois entraîné une agonie pleine de souffrance. Selon l'inventeur du "Sarco" cependant, ces souffrances sont liées au fait qu'un condamné se bat contre la mort. Il n'en irait pas de même d'une personne qui voudrait mourir.

La capsule a été testée ces douze derniers mois à Rotterdam (Pays-Bas), sans utiliser de cobayes humains ou animaux, a déclaré Fiona Stewart. En cas de mise en service, il serait demandé à la personne qui souhaite mourir si elle a conscience de ce qui arrive si elle appuie sur le bouton.

Seules les personnes en pleine capacité de discernement et de décision entrent en ligne de compte, souligne Mme Stewart. L'âge minimum fixé par l'organisation pour l'usage de la capsule est de 50 ans. Des exceptions sont possibles pour des personnes plus jeunes, si elles souffrent de maladies incurables, estime la représentante de "The Last Resort".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Irène Schweizer, la grande dame du jazz suisse, est morte

Publié

le

La grande dame du jazz suisse, Irène Schweizer, est décédée mardi à Zurich à l'âge de 83 ans. (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La grande dame du jazz suisse est morte : la pianiste Irène Schweizer est décédée à l'âge de 83 ans. Elle s'est éteinte mardi dans une institution à Zurich, a indiqué le label de disques Intakt Records à Keystone-ATS.

Du dixieland dans le restaurant de ses parents, Irène Schweizer est passée au free jazz qu'elle a joué sur les scènes du monde entier. La pianiste et percussionniste suisse a été primée à de multiples reprises.

Irène Schweizer a donné son dernier grand concert public en juillet 2019 au festival "Konfrontationen" à Nickelsdorf, en Autriche: un duo avec le batteur américain Hamid Drake est sorti depuis sur CD (Intakt Records) sous le titre "Celebration".

Née à Schaffhouse le 2 juin 1941, Irène Schweizer est l'une des personnalités les plus marquantes du jazz moderne, dont le travail a été salué par le Grand Prix suisse de musique 2018. Pianiste et percussionniste, elle se met à explorer les milieux du jazz de Londres et de Zurich dans les années 1960.

En 1968, elle rencontre à Zurich le batteur neuchâtelois Pierre Favre, avec lequel elle tissera une longue complicité artistique. Ensemble, ils apporteront une contribution importante au développement du free jazz et de la musique improvisée pour piano.

Ecriture sans fioritures

Charismatique, Irène Schweizer cultive une écriture musicale sans fioritures. Elle s'est produite en concert dans le monde entier, comme soliste ou avec différentes formations. Elle a aussi enregistré de nombreux albums en solo ou en duo (notamment avec Pierre Favre et Joey Baron).

Les duos d'Irène Schweizer avec des batteurs comme l'Américain Andrew Cyrille, le Néerlandais Han Bennink, l'Allemand Günter Sommer et plus récemment l'Américain Hamid Drake sont légendaires.

Figure centrale du mouvement féministe dans la musique en Europe ("Feminist Improvising Group", "Les Diaboliques"), elle est cofondatrice du festival Taktlos, du "Werkstatt für Improvisierte Musik Zürich" (WIM), et du label de jazz Intakt Records.

Malgré son succès à l'étranger, Irène Schweizer n'a jamais oublié la scène locale. Elle a continué de jouer aux côtés des musiciens suisses, comme la saxophoniste Co Streiff - Irène Schweizer a souvent joué de la batterie avec elle -, Omri Ziegele et Jürg Wickihalder.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

La Rega amène en Suisse des enfants ukrainiens atteints de cancer

Publié

le

La Rega a transporté en Suisse deux enfants ukrainiens atteints d'un cancer (archives). (© KEYSTONE/WALTER BIERI)

La Rega a amené lundi en Suisse deux enfants ukrainiens atteints de cancer, accompagnés d'une personne chacun. Il s'agit de patients de l'hôpital pédiatrique d'Ochmatdyt, qui a été la cible de missiles russes la semaine dernière.

Les deux enfants ont été transportés dans deux hôpitaux universitaires, a indiqué mercredi à Keystone-ATS la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS). Elle confirme les informations du Blick. L'un des deux enfants a moins de dix ans.

Lors de l'attaque de l'hôpital pour enfants en Ukraine, deux adultes ont été tués. Plus de trente personnes, dont au moins huit enfants, ont été blessées. La Suisse avait alors proposé son aide à l'Ukraine. Le centre national de coordination s'occupe de ce genre de situation. Il est géré par la Rega sur mandat de l'Office fédéral de la protection de la population (OFPP), précise la CDS.

Depuis septembre 2022, 25 vols d'ambulance ont eu lieu, transportant 49 personnes. Un patient a pu être rapatrié en Ukraine après un traitement réussi en Suisse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture