Rejoignez-nous

Economie

UBS modère ses attentes de croissance du PIB pour 2023

Publié

,

le

La crise énergétique devrait certes ralentir l'essor de l'économie de la Suisse, mais sans provoquer de récession profonde (archives). (© KEYSTONE/ALESSANDRO DELLA BELLA)

UBS maintient lundi sa projection de croissance de 2,4% pour le produit intérieur brut (PIB) helvétique en 2022, mais rabote à 0,6% contre 0,9% précédemment celle pour 2023.

La crise énergétique qui se profile à l'horizon doit, certes, ralentir l'essor de l'économie du pays, mais ne devrait pas provoquer de récession profonde, assure un point de situation lundi.

D'éventuelles pénuries de gaz naturel ou d'électricité risquent d'entraîner une récession, mais la Suisse devrait le cas échéant pouvoir s'en extirper bien mieux que ses voisins européens, anticipent les prévisionnistes de la banque aux trois clés.

L'utilisation des capacités a retrouvé son rythme de croisière dès le deuxième trimestre. Inflation, perturbations dans les chaînes d'approvisionnement, guerre en Ukraine et menaces sur l'approvisionnement énergétique brident toutefois la confiance pour la conjoncture à venir.

Le renchérissement des prix de l'énergie menace en effet les revenus des ménages et, partant, la consommation intérieure. Une pénurie de gaz ou d'électricité pourrait se traduire par des coupures de courant en dominos et menacerait ainsi l'intégralité de l'économie. La pression énergétique sur les économies européennes, principaux débouchés pour la Suisse, pénaliserait par ailleurs une industrie d'exportation déjà exposée à l'appréciation du franc.

Sur le front de l'inflation, les scénaristes d'UBS n'anticipent aucune accalmie avant l'année prochaine. Alors que la projection de renchérissement reste fixée à 3,1% pour 2022, elle devrait à nouveau s'affaisser sous les 2% en 2023.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

L'AIEP admet des plaintes contre la RTS

Publié

le

Les deux publications de la RTS ont violé le devoir de diligence journalistique, estime l'AIEP (archives). (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

Deux publications de la RTS sur les conditions de travail à Radio Cité ont violé le principe de présentation fidèle des événements. C'est ce qu'a jugé jeudi l'Autorité indépendante d’examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP).

Dans un reportage radio et un article en ligne daté du 31 mai 2022, la RTS évoquait notamment de graves reproches formulés par des collaborateurs de la radio genevoise concernant leurs conditions de travail, ayant mené à des enquêtes de l'office cantonal de l'inspection du travail et de l'Office fédéral de la communication.

La question centrale était de savoir si la radio - respectivement la directrice de la station - avaient été confrontées à tous les reproches et si leur point de vue avait été reflété de manière adéquate. Après un débat controversé, une majorité de la commission a estimé que ce n'était pas le cas.

La rédaction a ainsi violé son devoir de diligence journalistique, estime l'AIEP. Cela a empêché les lecteurs et auditeurs de se forger leur propre opinion sur les reproches formulés.

Plaintes contre la SRF rejetées

L'autorité fédérale a en revanche rejeté deux plaintes contre la SRF. La première concernait un reportage critique sur la promotion d'une offre de l'opérateur Sunrise, dans le cadre du magazine des consommateurs "Kassensturz".

L'entreprise a déposé une plainte contre le reportage, en faisant valoir que des informations essentielles sur l'offre n'avaient pas été mentionnées. L'AIEP a cependant conclu à une petite majorité qu'il n'était pas nécessaire de fournir davantage d'informations afin de garantir la libre formation de l'opinion du public. Le point de vue de Sunrise a été exprimé de manière appropriée.

Une deuxième plainte populaire visait les informations sur le trafic de la SRF, critiquées pour porter presque exclusivement sur le transport routier et en particulier sur les informations sur les embouteillages. Selon les plaignants cela constituerait un déséquilibre dans la couverture médiatique des transports et discriminerait le public sensible à l'environnement et au climat.

L'AIEP a toutefois conclu qu'il n'y avait ni violation du principe de pluralité ni discrimination. Ses membres ont souligné le format particulier des informations routières, qui constituent un service souvent utilisé des automobilistes. Malgré la diffusion régulière de ces émissions, il n'y avait aucune unilatéralité dans la couverture du trafic.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La baisse des appels d'offres inquiète les constructeurs tessinois

Publié

le

Au Tessin, le nombre d'appels d'offres publié dans la FAO est passé en quelques années de plus de 3 par semaine à 2,52 en 2022 et 1,58 au cours des trois premiers mois de 2023. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les entreprises de construction tessinoises sont confrontées à une baisse continue des appels d'offres publiés sur la feuille d'avis officielle (FAO).

La section cantonale de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) appelle les collectivités publiques à ne pas "se laisser aveugler par de fausses économies".

En quelques années, le nombre d'appels d'offres est passé de plus de 3 par semaine à 2,52 en 2022 et 1,58 au cours des trois premiers mois de 2023, signale la faîtière jeudi dans un communiqué.

Les collectivités publiques auraient recours plus fréquemment "à des procédures de commande directe ou d'invitation, évitant ainsi la concurrence", mais les entreprises font état d'une érosion des réserves de travail et d'une sous-enchère "impitoyable" au niveau des offres, affirme la SSE.

Une analyse du nombre et du volume des permis de construire octroyés au Tessin ces derniers mois révèle que l'activité de la construction est en train de se concentrer sur des travaux de rénovation d'envergure modeste. Les responsables de la faîtière n'y trouvent "rien à redire" mais s'inquiètent de voir les gros ouvrages devenir de plus en plus rares.

Si les incertitudes liées notamment à l'évolution des taux d'intérêts représentent des difficultés supplémentaires pour les investisseurs privés - "et les évènements des dernières semaines liés à Credit Suisse n'ont certainement pas aidé" - il serait malvenu de rogner sur la dépense publique malgré les "fortes pressions politiques en vue d'assainir les finances".

Retarder les travaux de maintenance ou la rénovation d'infrastructures sont des "fausses économies" car elles font inévitablement courir le risque de devoir agir plus tard dans l'urgence à des coûts beaucoup plus élevés, prévient la SSE, qui appelle la Confédération, le canton et les communes à maintenir un "bon niveau d'investissement" afin de préserver le tissu économique local.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

L'Etat soutiendra la rénovation du Théâtre du Jorat pour 4 millions

Publié

le

Grâce au soutien du Canton de Vaud et à la récolte de fonds lancée en septembre dernier, la grande rénovation du Théâtre du Jorat à Mézières est sur les bons rails. Début des travaux prévu l'automne prochain (archives). (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Le Canton de Vaud participera à hauteur de quatre millions de francs à la rénovation du Théâtre du Jorat à Mézières (VD), devisée à 9,7 millions, a-t-il annoncé jeudi. La restauration en profondeur de la "Grange Sublime" en bois datant de 1908 vise à améliorer l'accueil du public, adapter la cage de scène et transformer divers espaces techniques et administratifs.

"Le Conseil d'Etat, par l'entremise du Fonds d'utilité publique (FUP), accorde au Théâtre du Jorat un soutien extraordinaire et subsidiaire d'un montant de quatre millions de francs afin de mener à bien de nécessaires travaux de rénovation", indique le gouvernement dans ses décisions hebdomadaires.

"L'institution fait partie de l'histoire culturelle et sociale du canton. Le Théâtre du Jorat est également un éminent acteur culturel du territoire de par son étonnante bâtisse entièrement en bois - classée monument historique et érigée dès l'origine pour sa fonction théâtrale -, son implantation géographique servant de trait d’union entre ville et campagne ou sa ligne de programmation aussi diversifiée que qualitative", souligne le Canton.

Le FUP a pour but de soutenir financièrement des projets d'utilité publique, notamment dans les domaines culturel et patrimonial (dont les musées et sites historiques), social et sportif, rappelle-t-il.

Codirectrices très ravies

Interrogée par Keystone-ATS, l'équipe du Théâtre du Jorat s'est dite "très ravie" de ce soutien. "C'est l'aboutissement d'un long processus, un bon point de départ pour le renouveau de l'établissement et la confirmation du démarrage des travaux cet automne à la fin de la saison actuelle", a réagi Ariane Moret, codirectrice artistique du théâtre.

En septembre dernier, le Conseil de fondation avait lancé une vaste campagne de récolte de fonds, ciblant les institutions publiques et parapubliques, des fondations, des entreprises et des particuliers. Près d'un million de francs étaient déjà assurés par les fonds propres de l'institution, avait-il été précisé à l'époque.

"La récolte de fonds marche bien. Nous avons obtenu environ 500'000 francs de dons jusqu'ici. Avec nos fonds propres, les quatre millions du Canton et environ 700'000 francs de l'Office fédéral de la culture et du Service des monuments et sites du Canton de Vaud, nous arrivons déjà à quelque 6,2 millions de francs sur les 9,7 millions", détaille Nathalie Langlois, codirectrice administrative.

L'équipe vise au-delà des 10 millions de fonds au vu de l'augmentation des coûts de l'énergie et de certains matériaux de construction, selon Mme Langlois. Le public pourra aussi participer à des financements ciblés, pour par exemple planter un arbre ou installer des panneaux solaires.

Travaux sur deux saisons

La rénovation du théâtre historique est prévue sur deux saisons, sans qu'elle n'altère l'accueil d'une quinzaine de spectacles en moyenne par année, jusqu'à mai 2025.

Si la salle de 1000 places ne sera pas transformée, l'annexe située à l'arrière de la scène, qui comprend des espaces dédiés à l'accueil des artistes, aux services administratifs et à la technique, sera entièrement repensée et reconstruite. La cage de scène, elle, doit être mise aux normes actuelles de sécurité et de praticabilité.

D'importants aménagements extérieurs et la construction d'un pavillon pour la buvette et la tenue d'événements amélioreront la prise en charge des spectateurs et remplaceront les installations provisoires utilisées jusqu'ici. Ces adaptations permettront de mieux exploiter les lieux lors des manifestations et de rendre le site à la fois plus pratique et harmonieux, selon le Conseil.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Les opérations reprennent à Vinzel autour du plan B

Publié

le

Le premier forage avait débuté en novembre dernier (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

Après un coup d'arrêt dû aux résultats décevants d'un premier forage, les travaux de géothermie de moyenne profondeur reprennent à Vinzel (VD) autour du plan B, dédié au Malm. La trajectoire de ce nouveau forage a été optimisée et s'approchera au plus près de la faille de St-Cergue.

Le Canton de Vaud a autorisé mercredi une demande de déviation majeure au permis de recherche en sous-sol, a annoncé jeudi la société EnergeÔ. Les équipes seront de retour dès vendredi sur le site et les opérations reprendront officiellement dès le mardi 4 avril.

La nouvelle phase de foration devrait débuter peu après pour une dizaine de jours. Elle se terminera par des tests similaires à ceux réalisés pour l'aquifère du Dogger, le premier forage effectué durant cet hiver à une profondeur de 2233 mètres. Ce puits s'est avéré non exploitable en raison de son faible débit d'eau chaude.

Poursuite autour du plan B

Après une analyse en profondeur de l'ensemble des données récoltées, EnergÔ a décidé de poursuivre ses investigations. Et de dévier son forage au plus près de la faille de St-Cergue afin de maximaliser les chances de trouver de l'eau chaude. Cette déviation débutera à 750 mètres de profondeur pour se diriger en direction du nord-est en visant les couches calcaires du Malm sises entre 1200 et 1500 mètres.

Le Malm "semble prometteur" écrit EnergeÔ qui estime que ces phases d'exploration sont "essentielles afin de mieux connaître notre sous-sol et espérer apporter une solution viable aux problématiques énergétiques que nous connaissons", poursuit le communiqué. Selon les évaluations, le nouveau puits pourrait fournir un débit de 50 litres/seconde et des températures estimées entre 50 et 55 degrés.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Richemont lance un outil contre le vol de montres et bijoux

Publié

le

La plateforme Enquirus lancée par Richemont pour améliorer le traçage de montres et bijoux de luxe perdus ou volés prend en considération 175 marques. (archives) (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Richemont annonce jeudi le lancement d'un outil destiné à améliorer le traçage de montres et bijoux de luxe perdus ou volés. Cette plateforme, nommée Enquirus, est également ouverte aux produits des concurrents du groupe genevois.

Cette solution destinée au secteur du luxe dans son ensemble doit faciliter la coopération entre la police et les assureurs par-delà les frontières, explique Jérôme Lambert, directeur général du groupe genevois propriétaire notamment des marques Cartier et Van Cleef & Arpels, cité dans le communiqué. L'objectif est d'intégrer le plus grand nombre d'acteurs du marché.

Dans sa configuration actuelle, la plateforme prend en considération 175 marques de luxe et de joaillerie. Richemont revendique des milliers de clients ayant déjà enregistré leur collection, dont 28'000 montres et bijoux signalés comme perdus ou volés.

Le Département de la Sécurité territoriale à Paris, le Service des bijoux de la police genevoise et d'autres forces de l'ordre en Europe sont enregistrés sur Enquirus, détaille le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture