Rejoignez-nous

Economie

Préoccupées par l'énergie, les entreprises renforcent leurs stocks

Publié

,

le

Les entreprises suisses, préoccupées par la forte hausse des prix de l'énergie, ont renforcé leurs stocks afin de se préparer aux éventuels arrêts de production qui pourraient arriver au cours des six prochains mois. (archives) (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Les entreprises suisses, préoccupées par la forte hausse des prix de l'énergie, ont renforcé leurs stocks afin de se préparer aux éventuels arrêts de production qui pourraient arriver au cours des six prochains mois.

L'indice PMI des directeurs d'achat pour l'industrie a grappillé en septembre 0,7 point sur un mois à 57,1 points, mais a chuté de 10,4 points en comparaison annuelle, écrit Credit Suisse dans son relevé mensuel préparé en collaboration avec procure.ch.

Malgré cette timide progression mensuelle, la tendance baissière et le ralentissement des activités industrielles reste de vigueur, relève le communiqué.

Au cours du mois sous revue, la production a augmenté, les carnets de commandes sont bien remplis et les entreprises continuent à recruter. Cependant, la flambée des prix de l'énergie reste un défi pour nombre d'entreprises.

Craintes d'interruption de production

Presque un tiers des firmes interrogées craint que des interruptions de production puissent survenir en raison des fortes avancées des prix de l'énergie au cours des six prochains mois. Environ 36% des sociétés sondées anticipent aussi de devoir recourir au chômage partiel.

Les fortes incertitudes amènent ainsi les entreprises à renforcer leurs stocks.

Au niveau des services, l'indice PMI a cédé 4,6 points à 52,3 points tout en restant dans la zone de croissance. Il s'est contracté de 8,6 points sur un an. La progression des prix a quelque peu décéléré et les effectifs des entreprises sont restés plus ou moins stables, explique le communiqué.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Les loyers toujours plus élevés au premier semestre

Publié

le

En plus de l'insuffisance de logements disponibles, de la construction morne et de la croissance démographique, la hausse des loyers est due à une demande excédentaire sur le marché, explique la plateforme. (KEYSTONE/Gaetan Bally) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Les loyers proposés sur la plateforme Homegate n'ont cessé de croître sur les six premiers mois de l'année. Alors qu'elle était jusqu'à présent essentiellement urbaine, la pénurie de logements devient un problème généralisé.

Depuis décembre 2023, les loyers proposés ont renchéri de 2,6%, rapporte un communiqué paru lundi. Par rapport au mois précédent, l'indice a augmenté de 0,2 point à 128,5 points.

En plus de l'insuffisance de logements disponibles, de la construction morne et de la croissance démographique, la hausse des loyers est due à une demande excédentaire sur le marché, explique la plateforme.

Sans exception, les loyers ont augmenté dans tous les cantons. Les plus forte hausses au premier semestre ont été enregistrées à Zoug et Schaffhouse avec des progressions respectives de 5,6%. Viennent ensuite Lucerne (+5,1%) et le Valais (+4,6%).

Par ville, Lucerne est à la première place (+6,3%), suivie par Lugano (+5,1%). Les autres agglomérations étudiées enregistrent une progression comprise entre 1,6% et 3,8%.

Les loyers devraient continuer à progresser, selon Homegate. "Tant que le déséquilibre entre une offre basse et une demande élevée ne se résorbera pas durablement, les personnes à la recherche d'un logement continueront à être confrontées à une hausse des loyers", a averti le portail immobilier.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

SGS ne vend pas la division Crop Science à Eurofins Scientific

Publié

le

En décembre dernier, SGS avait annoncé avoir signé un contrat avec Eurofins Scientific pour lui vendre ses activités agronomiques Crop Science. Les détails financiers de cette cession n'avaient pas été divulgués. (KEYSTONE/Gaetan Bally) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le spécialiste genevois de l'inspection et de la certification SGS ne va pas vendre ses activités agronomiques Crop Science au français Eurofins Scientific, comme annoncé en décembre. "Toutes les conditions nécessaires à la finalisation n'ont pas été remplies".

Face à ce constat, SGS "a décidé d'user de son droit de mettre un terme au contrat", a ajouté le groupe lundi dans un communiqué, sans préciser quelles conditions n'ont pas été remplies.

En décembre dernier, SGS avait annoncé avoir signé un contrat avec Eurofins Scientific pour lui vendre ses activités agronomiques Crop Science. Les détails financiers de cette cession n'avaient pas été divulgués.

Crop Science compte 480 employés dans 14 pays en Europe, en Amérique du Nord, en Afrique du Sud et au Brésil et a enregistré en 2022 un chiffre d'affaires d'environ 46 millions de francs. Cette opération devait permettre à SGS "de se concentrer sur l'alimentaire, la pharma et les cosmétiques", avait alors souligné le groupe suisse.

Le français Eurofins Scientific, coté à la Bourse de Paris, emploie plus de 61'000 personnes dans 61 pays et compte quelque 900 laboratoires.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Unilever supprimera 3200 postes en Europe

Publié

le

La localisation exacte des suppressions d'emplois chez Unilever en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam. (archives) (© KEYSTONE/DPA/DANIEL REINHARDT)

Unilever prévoit de supprimer quelque 3200 postes en Europe d'ici la fin de l'année prochaine, dans le cadre du plan de 7500 suppressions d'emplois au total annoncé en mars, a appris l'AFP vendredi de source proche du dossier.

"Nous entamons, au cours des prochaines semaines, le processus de consultation auprès des employés qui pourraient être touchés par les changements proposés", a indiqué un porte-parole du géant britannique de l'hygiène et de l'alimentaire dans une déclaration transmise à l'AFP.

Dans ce processus, environ 3200 postes seraient supprimés en Europe d'ici fin 2025, soit un tiers des emplois de bureau sur le continent, a précisé à l'AFP une source proche du dossier, confirmant une information du Financial Times.

La localisation exacte des suppressions d'emplois en Europe n'a pas encore été officiellement décidée, mais elles devraient surtout concerner les sites du groupe à Londres et Rotterdam, selon les informations du quotidien.

"Nous sommes conscients de l'anxiété considérable que ces propositions suscitent" parmi le personnel et "nous nous engageons à soutenir" les salariés concernés, a ajouté le porte-parole de l'entreprise.

Savons et déodorants

Unilever, connu pour les savons Dove, les déodorants Axe ou les soupes Knorr, a répercuté ces dernières années l'envolée des coûts due à l'inflation. Le groupe a pourtant vu son bénéfice net chuter de 15% l'an dernier et avait annoncé un chiffre d'affaires en faible hausse au premier trimestre.

Sous pression pour améliorer les performances du groupe, notamment de la part de l'investisseur activiste et milliardaire américain Nelson Peltz, qui siège au conseil d'administration depuis 2022, le directeur général Hein Schumacher avait dévoilé en octobre dernier un plan stratégique.

Il compte relancer la performance du groupe en se focalisant sur 30 marques "motrices", qui représentent conjointement 70% des recettes de l'entreprise.

En mars, il avait ainsi annoncé que le groupe allait se séparer de la division des glaces (qui compte les marques Ben & Jerry's ou Magnum notamment) et lancer pour doper ses marges un plan d'économies prévoyant 7.500 suppressions d'emplois, soit près de 6% des effectifs.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp / afp

Continuer la lecture

Economie

Inquiétude à l'ONU sur le nombre de grossesses adolescentes

Publié

le

Le Haut-Commissariat de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk devra rendre un rapport sur les grossesses adolescentes pour contribuer à accélérer la prévention pour les diminuer (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU est "très inquiet" du nombre de grossesses adolescentes dans le monde. Dans un texte vendredi à Genève, il a demandé un rapport au Haut-Commissariat aux droits de l'homme pour accélérer la prévention auprès des jeunes filles.

Chaque année, 1,5 grossesse sur 1000 est celle d'une fille de moins de 15 ans. Plus de 21 millions de mineures de plus de 15 ans tombent également enceintes, dont environ la moitié ne le souhaitent pas.

Ces jeunes filles et les 12 millions de bébés chaque année sont exposés à des situations difficiles, dit aussi le Conseil. Le taux de mortalité infantile et la menace de conditions graves pour ceux-ci sont plus importants, a insisté également l'entité onusienne.

Le texte approuvé par consensus appelle les Etats à renforcer leurs politiques pour empêcher les grossesses adolescentes et de prévoir des financements adaptés sur cette question. De même qu'à collaborer, notamment avec les pays en développement.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Evolution contrastée des prix sur le marché immobilier suisse

Publié

le

Les prix des logements en propriété ont augmenté de 4,5% au cours des douze derniers mois (archives). (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Le marché immobilier suisse a connu des évolutions contrastées au deuxième trimestre 2024. Les prix des logements en propriété ont progressé, tandis que ceux des immeubles de rendement sont restés pratiquement inchangés.

C'est ce qui ressort d'une statistique diffusée jeudi par Cifi. "Si une accalmie semblait encore se dessiner dans le segment des logements en propriété en début d'année, elle n'est absolument plus perceptible à la fin du deuxième trimestre", écrit le cabinet de conseil immobilier en publiant son indice Private Real Estate Price. Les prix des transactions effectives sur le marché ont augmenté de 1,1% entre début avril et fin juin, ce qui a entraîné une "hausse considérable" des valeurs des logements en propriété de 4,5% au cours de douze derniers mois.

La hausse de prix concerne tant les villas (+1,2%) que les appartements en PPE (+1,1%). Ces derniers connaissent cependant une augmentation plus marquée sur le long terme. Et sur le plan géographique, les progressions les plus fortes concernant la Suisse centrales et les régions touristiques comme les Alpes.

Et en dépit de ces prix élevés, le marché ne montre aucun signe de fléchissement, en raison d'une pénurie constante de l'offre doublée d'un environnement de taux d'intérêts favorables soutenu par les récentes baisses des taux directeurs par la Banque nationale suisse (BNS). La BNS pourrait même procéder à une nouvelle baisse à l'automne. Le coût des hypothèques à taux fixe a lui aussi baissé.

Le tableau est tout différent sur le marché des immeubles de rendement, où les prix ont stagné (+0,2%) et ce pour le deuxième trimestre consécutif. Appréhendés sur les douze derniers mois, ils ont progressé de 1,8%. La tendance devrait cependant prochainement s'inverser, estime Cifi.

La fin des taux négatifs en juin 2022 laissait en effet attendre une accalmie, du moins temporaire, sur le marché immobilier, favorisant d'autres classes d'actifs. Mais cette pause ne devrait être que de courte durée, prévoit le cabinet de conseil, étant donné le besoin toujours important en main d'oeuvre des entreprises locales et l'évolution démographique soutenue. La demande de logements et de surfaces commerciales ou de bureau demeure ainsi particulièrement forte, se répercutant sur les prix des nouveaux loyers qui tendent à augmenter.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture