Rejoignez-nous

Economie

Marchés de Noël écolos mais bien présents dans les villes

Publié

,

le

Le marché de Noël au Jardin anglais a ouvert ses portes le 17 novembre. Les petits chalets, la décoration et les illuminations sont en LED. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Biogaz, éclairage LED, temps réduits des illuminations: à l'approche de Noël, les villes suisses ont pris des mesures pour participer aux économies d'énergie. Mais sans restreindre drastiquement les marchés et festivités, pour le plus grand bonheur de la population.

Les marchés de Noël ont ouvert leurs portes ces jours dans les villes suisses, mais cette année en mode économie. Après les appels de Guy Parmelin à économiser chaque kilowattheure, les organisateurs ont opté pour des manifestations plus sobres en vue d'une possible pénurie énergétique.

A Genève, le Jardin anglais s'est couvert de chalets chauffés au biogaz. Les illuminations du marché sont en LED, dont la consommation est minime. Les enseignes sont par ailleurs éteintes pendant la nuit. La Ville a aussi prévu de réduire la quantité de déchets grâce à des gobelets réutilisables.

Le marché montreusien cherche lui aussi à être "le plus responsable possible" et se veut exemplaire vis-à-vis de son demi-million de visiteurs. Son directeur souligne toutefois que la manifestation se doit de garder "sa féérie". Un marché de Noël sans lumières, "ce n'est pas possible !", selon lui.

Lausanne Lumière à l'écocourant

A Lausanne, les organisateurs de Bô Noël visent une réduction de 20% de la consommation énergétique. L'éclairage est éteint entre 23h30 et 11h30. Des caméras infrarouges garantissent la sécurité des infrastructures. Les frigos des boissons sont mis hors tension la nuit.

Quant au festival Lausanne Lumières, il se déroulera cette année dans un format réduit pour diminuer sa consommation électrique de plus de 60%. Il y aura quatre installations de projection au lieu de huit et le spectacle est prévu sur trois semaines au lieu de quatre. Cette édition 2022 sera alimentée à 100% par de l'écocourant.

Des sapins artistiques à La Tchaux

Les villes de Neuchâtel de La Chaux-de-Fonds ont aussi prévu quelques restrictions pour la période de fin d'année. Au bord du lac, les promeneurs pourront toujours déambuler dans une illumination festive, mais en format réduit.

La ville horlogère a elle décidé d'y renoncer. A la place, La Chaux-de-Fonds va proposer des sapins de Noël habillés de manière créative et originale par des artistes locaux.

La sobriété énergétique sera aussi de mise à Sion: le chef-lieu valaisan maintient l'éclairage de Noël au centre-ville, "mais dans une version réduite". Ainsi, l'extinction des feux est fixée à 21h00, contre 22h00 les autres années. Quant à la période d'éclairage, elle va du 8 décembre au 3 janvier, soit environ une semaine de moins que d'habitude.

Aussi en Suisse alémanique

La Suisse alémanique n'échappe pas à l'effort collectif. A Berne, les discussions entre la ville et les organisateurs ont été très constructives, a indiqué le conseiller municipal Reto Nause.

Les cabanons offrant à manger seront ainsi chauffés à 18°C maximum. Et les patineurs de la place fédérale devront se contenter d'un revêtement synthétique.

Zurich a aussi considérablement réduit le temps d'illumination de "Lucy", sur la Bahnhofstrasse, qui annonce la période de l'Avent. La rue étoilée fonctionnera trois heures et demie de moins par jour.

Mais comme en Suisse romande, pas question de renoncer complètement à la magie de Noël. La population doit pouvoir profiter du vin chaud et des "guetzeli" dans la bonne humeur.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

L'indicateur de l'emploi toujours solide en début d'année (KOF)

Publié

le

La situation de l'emploi en Suisse s'est améliorée notamment dans l'industrie manufacturière, après l'affaiblissement essuyé en fin d'année. (archives) (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

La situation sur le marché du travail est toujours solide. L'indicateur de l'emploi compilé par le KOF s'est maintenu à un haut niveau pour le premier trimestre de l'année, indique lundi le Centre d'études conjoncturelles de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich.

Au premier trimestre, l'indicateur de l'emploi se situe à 14,8 points, toujours "nettement au-dessus de sa moyenne pluriannuelle" et après 14,3 points lors du dernier trimestre 2022.

La progression est à mettre sur le compte des perspectives en matière d'emploi des entreprises, alors que nombreuses sont celles qui estiment leur nombre de collaborateurs trop bas. La part des sociétés qui projettent d'augmenter leur effectif est également bien plus importante que la part de celles qui envisagent de le réduire, indique le KOF.

"Malgré les risques conjoncturels actuels en Suisse et à l'étranger, l'indicateur de l'emploi n'indique donc pas de détérioration rapide de la bonne situation du marché du travail", expliquent les économistes.

Par secteur, la situation s'est améliorée dans l'industrie manufacturière, après l'affaiblissement essuyé en fin d'année. L'indicateur de l'emploi a aussi progressé dans le commerce de gros et les assurances tandis que les perspectives restent stables dans l'hôtellerie et la restauration, "bien au-dessus de la moyenne à long terme", écrit le KOF.

Par contre, la situation s'est légèrement détériorée pour les banques et les autres services, seuls secteurs à essuyer une baisse de l'indicateur de l'emploi.

Cet indicateur est calculé à partir des informations fournies par environ 4500 entreprises.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Jelmoli restructuré, 850 employés touchés

Publié

le

Confrontée à des résultats en baisse, la société immobilière Swiss Prime Site (SPS), propriétaire de Jelmoli, dit avoir pris sa décision après avoir cherché en vain un repreneur. (archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Le grand magasin zurichois Jelmoli va être restructuré. Quelque 850 collaborateurs et collaboratrices seront affectés par cette mesure d'ici fin 2024. La directrice Nina Müller démissionnera entre le printemps et fin juin.

La société immobilière Swiss Prime Site (SPS), propriétaire de Jelmoli, confronté à des résultats en baisse, a pris cette décision après avoir cherché en vain un repreneur pour Jelmoli, a indiqué lundi un porte-parole à l'agence AWP.

SPS compte ainsi "rénover" l'immeuble dans lequel se trouve le grand magasin à partir de 2025 pour y aménager également des bureaux, des restaurants et des offres sportives à côté des surfaces dédiées à la vente d'articles. SPS n'exploitera pas elle-même les magasins qui se trouveront dans l'immeuble situé à quelque pas de la Bahnhofstrasse, l'une des plus huppées de la ville zurichoise.

Les travaux de rénovation devraient prendre fin au début de 2027.

Mme Müller devrait quitter l'entreprise entre le printemps et fin juin pour passer le relais à l'actuel responsable Merchandise, Reto Braeger.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Un job truck va à la rencontre des candidats

Publié

le

(KEYSTONE/Gaetan Bally)

Une société de placement genevoise a lancé un job truck pour aller directement chercher des candidats pour ses clients chez eux.

C'est l'agence de placement "Accès Personnel" qui a lancé ce véhicule sur les routes de Suisse mais aussi des pays voisins. L'idée est donc d'aller à la rencontre de potentiels candidats au plus près de chez eux pour ensuite proposer leur profil à des employeurs en recherche de personnel. Les explications de Miles Hopwood, CEO du groupe Integraal et à l'origine de ce projet:

Miles HopwoodCEO du groupe Integraal

A Genève, certains secteurs sont particulièrement en recherche de personnel, Miles Hopwood.

Miles HopwoodCEO du groupe Integraal

La prochaine destination de ce job truck: ce sera Bulle.

 

 

Continuer la lecture

Actualité

Majorité d'Helvètes pour réexporter du matériel de guerre suisse

Publié

le

L'Espagne et l'Allemagne notamment attendent l'autorisation de Berne pour livrer à l'Ukraine du matériel militaire helvétique. (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Une légère majorité de Suisses est pour un assouplissement des règles sur la réexportation de matériel de guerre suisse. Selon un sondage, 55% des personnes interrogées jugent que des pays tiers devraient pouvoir livrer à l'Ukraine des armes de fabrication suisse.

Le sondage a été réalisé par l'institut Sotomo pour le compte de la "NZZ am Sonntag". Keystone-ATS a pu en consulter les résultats.

Une nouvelle réglementation trouve une majorité auprès des partisans de tous les grands partis, à l'exception de l'UDC. C'est auprès de la base des Vert'libéraux que la proportion de oui est la plus élevée, avec 76% qui veulent certainement ou plutôt autoriser la transmission d'armes pour soutenir la guerre de défense ukrainienne.

Une nette majorité de 70% se dégage également parmi les partisans du PLR, du Centre et du PS. Au sein de la base des Verts, le soutien n'est que légèrement inférieur avec 69%, bien que le parti souhaite s'en tenir au droit en vigueur.

Avec une part de non de 74 pour cent, les partisans de l'UDC sont en revanche clairement opposés aux livraisons d'armes.

Neutralité

Actuellement, la réexportation d'armements suisses n'est possible qu'avec l'autorisation du Conseil fédéral. L'année dernière, le gouvernement avait rejeté de telles demandes en se référant au droit de la neutralité. L'Allemagne voulait notamment livrer à l'Ukraine des munitions pour le char antiaérien Guepard.

Le sondage ne donne aucune indication sur la manière exacte dont un assouplissement devrait être mis en ½uvre. Plusieurs propositions sont actuellement en discussion au Parlement.

La Commission de la politique de sécurité du Conseil national souhaite une dérogation pour l'Ukraine. Son homologue du Conseil des Etats veut en revanche limiter à cinq ans la durée de validité des déclarations de non-réexportation pour certains pays qui achètent du matériel de guerre suisse. Cette mesure s'appliquerait par exemple à l'Allemagne, à la France, à l'Italie ou aux Etats-Unis.

Le sondage représentatif de Sotomo a été réalisé en ligne entre le 24 et le 26 janvier, a précisé Sotomo à l'agence de presse Keystone-ATS. Les données de 1558 personnes ayant le droit de vote en Suisse alémanique et en Suisse romande ont été utilisées. L'erreur d'échantillonnage est d'environ 3,5 points de pourcentage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Table couvre-toi a redistribué 6000 tonnes de denrées en 2022

Publié

le

Table couvre-toi a sauvé 6000 tonnes d'aliments en 2022. (Archives) (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

L'association Table couvre-toi a sauvé 6000 tonnes de denrées alimentaires de la destruction en 2022, un record. Environ 31'400 personnes vivant dans la précarité en ont bénéficié chaque semaine.

Ces 6000 tonnes de denrées représentent une hausse de 16% par rapport à 2021, indique Table couvre-toi vendredi dans un communiqué. Elles sont redistribuées soit directement ou par le biais d'autres organisations.

En Suisse romande, l'association dispose depuis 2021 d'un centre de transbordement à Penthalaz (VD). L'an dernier, il a permis la redistribution de 441 tonnes de fruits et légumes. En 2023, l'association prévoit d'augmenter le volume à 500 tonnes de denrées.

Table couvre-toi dit avoir encore du "pain sur la planche" dans son combat contre le gaspillage alimentaire. "Nous nous sommes fixés comme objectif que notre contribution augmente légèrement chaque année", dit son directeur Alex Stähli, cité dans le communiqué.

Un nouvel entrepôt logistique doit voir le jour en Argovie. L'association est aussi en contact avec la branche alimentaire afin de trouver encore davantage de denrées à sauver du gaspillage.

Basée à Winterthour (ZH), l'association Table couvre-toi, financée par des dons, est active depuis 1999. Les denrées alimentaires redistribuées proviennent des producteurs ou des grands distributeurs. Mal étiquetées, bientôt périmées ou légèrement endommagées, elles termineraient à la poubelle si elles n'étaient pas offertes à l'association.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture