Rejoignez-nous

Economie

L'optimisme de la branche des TIC plombé par l'Ukraine et la Chine

Publié

,

le

La crise en Ukraine et la situation confuse dans les ports de commerce en Chine entraînent des retards de livraison de marchandises et de composants importants (archives). (© KEYSTONE/AP/Yun Tae-hyun)

L'optimisme des entreprises actives dans le secteur des technologies de l'information et de la communication (TIC) dopé par la levée des mesures anti-Covid en début d'année, s'est affaibli à cause de la guerre en Ukraine et des problèmes d'approvisionnement en Chine.

Le baromètre de la branche publié mercredi par la faîtière Swico s'inscrit à 114,5 points pour le troisième trimestre, toujours au-dessus du seuil de croissance, mais en recul de 9,8 points par rapport à la période précédente.

La crise en Ukraine et la situation confuse dans les ports de commerce en Chine entraînent des retards de livraison de marchandises et de composants importants, indique l'association. "Il fallait s'attendre à ce que les crises géopolitiques actuelles aient tôt ou tard des répercussions sur notre secteur", relève la patronne de Swico, Judith Bellaiche, citée dans un communiqué.

A l'exception de Imaging/Printing/Finishing, en hausse de 19,2 points à 107,7, tous les segments s'affichent en repli. Bien qu'essuyant le recul le plus marqué (-12,8 points) Consulting continue de surperformer la moyenne de la branche, à 114,7 points, juste derrière Software (-4,2 points à 116,2).

La direction de Swico s'attend à voir persister les incertitudes autour des capacités de livraison, mais "le véritable frein à la croissance est la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée", prévient Mme Bellaiche, selon qui le développement d'un vivier local de spécialistes est la condition sine qua non pour faire progresser la numérisation.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Economie

Alain Berset s'exprime sur son vol privé en France

Publié

le

Seul le Département fédéral de l'intérieur s'était exprimé sur le vol privé du conseiller fédéral au moment des faits (image prétexte). (© KEYSTONE/TI-PRESS/PABLO GIANINAZZI)

Le conseiller fédéral Alain Berset est revenu sur son silence après que la police aérienne française l'a contrôlé lors d'un vol privé le mois dernier. "Il ne m'a pas semblé nécessaire de faire des commentaires", a-t-il indiqué samedi.

"J'ai mon travail à accomplir, avec notamment deux votations populaires importantes en septembre", a-t-il commenté dans les journaux du groupe ESH.

Le vol privé du ministre de la santé, qui possède une licence de pilote depuis 2009, a fait couler beaucoup d'encre ces dernières semaines, certains l'appelant à démissionner. Le Fribourgeois reste toutefois serein quant aux éventuelles conséquences sur son avenir au Conseil fédéral à l'approche des élections fédérales en 2023.

"Qu'il y ait beaucoup d'agitation, à différents niveaux d'ailleurs, n'est pas nouveau", a-t-il déclaré avant d'ajouter: "Pour ma part, je vais continuer, avec toute la sérénité requise et toute la force nécessaire, à faire avancer mes projets, sans me laisser détourner par d'autres questions".

Vives réactions

Mi-juillet, le Département fédéral de l'intérieur (DFI) annonçait que le ministre de la santé avait été forcé d'atterrir par la police aérienne française le 5 juillet après avoir brièvement survolé une zone réglementée. Après un contrôle d'identité au sol et un échange sur les faits, le socialiste avait pu reprendre son vol à bord de l'avion qu'il avait loué.

Quelques jours plus tard, des messages radio diffusés par le journal alémanique SonntagsZeitung montraient que l'intervention avait été déclenchée en raison d'une mauvaise communication de la police aérienne française avec M. Berset. Aucune poursuite n'a été engagée.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Une fresque géante de Zep donne de la hauteur à Titeuf

Publié

le

Philippe Chappuis, alias Zep, a conçu le dessin à l'origine de la nouvelle fresque monunmentale qui orne une façade des immeubles du quartier des Palettes à Lancy (GE). (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

Titeuf et Nadia, les célèbres personnages de Zep, s'affichent sur une fresque géante peinte sur une façade de 50 mètres de haut d'un immeuble de l'Etoile-Palettes à Lancy. Inaugurée vendredi, cette oeuvre monumentale est visible de très loin à la ronde.

Une fresque géante de Zep a été inaugurée vendredi à l’Etoile Palettes, à Lancy. Elle a été réalisée sur un immeuble emblématique du quartier. Haute de 50 mètres, la fresque met en scène Titeuf, le personnage culte du dessinateur genevois.

ZepDessinateur genevois, créateur de Titeuf

 

Cette fresque a été conçue sur place en deux semaines par quatre peintres d'une société spécialisée de Lyon. En amont, un travail très pointu de quadrillage a permis de reproduire fidèlement sur la façade le dessin original de Zep.

Stéphane LorenziniArchitecte à l'origine du projet

 

Dix ans de travaux

L'ensemble Etoile-Palettes a été réalisé en un temps record - en une année - avec des éléments préfabriqués. Les immeubles avaient besoin d'une rénovation complète. Ces travaux d'envergure menés par 2dlc Architectes partenaires ont duré dix ans. La fresque géante est le symbole de ce renouveau. Son coût de 60'000 francs a été pris en charge par le propriétaire de l'immeuble Patrimonium Fondation de placement.

Image positive

"L'objectif était de donner une image positive à ce quartier dont on entend parfois parler en mal", a relevé M.Lorenzini qui a aussi été maire de Lancy. Titeuf et Nadia contribuent à créer la nouvelle identité de cet immeuble auquel les habitants sont très attachés. Des locataires sont là depuis sa construction qui remonte à 1966, a relevé M.Lorenzini.

Beaucoup étaient d'ailleurs présents à l'inauguration de la fresque vendredi. Les plus âgés ont félicité Zep pour cette belle réalisation alors que les plus jeunes ont profité de l'occasion pour obtenir une dédicace personnalisée dans leurs albums de Titeuf.

Rédigé avec ATS

Continuer la lecture

Economie

Andermatt Swiss Alps investit 170 millions à Sedrun

Publié

le

Andermatt Swiss Alps va construire dans la localité grisonne de Sedrun un nouveau complexe touristique de 1800 lits. (archives) (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Andermatt Swiss Alps (ASA) va construire dans la localité grisonne de Sedrun un nouveau complexe touristique de 1800 lits. Début août, sa filiale nouvellement créée Dieni Development a déposé une demande de permis de construire.

Le complexe comprendra plusieurs hôtels, des immeubles résidentiels, des commerces, des restaurants et des offres de loisirs, soit un total de 13 bâtiments, pour un montant d'investissement devisé à 170 millions de francs par la filiale du promoteur urano-cairote Orascom Development Holding (ODH), aux mains du financier égyptien Samih Sawiris.

Les 1800 lits supplémentaires devraient permettre d'étoffer l'offre du district de Surselva de plus de 20%, ont indiqué vendredi les responsables du groupe lors d'une conférence de presse virtuelle

Le fait que le projet ne soit réalisé que maintenant alors que le plan d'aménagement avait été approuvé il y a dix ans tient à l'évolution récente de la situation. "La conclusion de l'accord de coopération avec Vail Resorts a été le jalon qui nous a permis de nous asseoir ici aujourd'hui et de présenter le nouveau projet", a expliqué le directeur d'ASA, Raphael Krucker.

Renforcer les remontées mécaniques

En effet, l'afflux de touristes dans la région doit être accompagné par un développement approprié des installations de remontées mécaniques. Vail Resorts compte investir 110 millions de francs dans l'exploitant Andermatt-Sedrun Sport. "Grâce à ce montant, l'offre sera étoffée, par exemple dans le domaine de la restauration", a poursuivi le patron d'ASA.

Vail a acquis en août une participation majoritaire de 55% dans Andermatt-Sedrun Sport, dont ASA détient encore 40% du capital-actions. Les deux sociétés avaient alors convenu de développer la destination touristique grisonne.

Le permis de construire est attendu pour décembre. Le début des travaux est prévu en mai 2024, l'ouverture des hôtels et des appartements de vacances pour 2027.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Actualité

Vaud: une pétition pour réguler les corbeaux et corneilles

Publié

le

Des agriculteurs vaudois demandent, via une pétition qui sera adressée au Grand Conseil, de réguler les corvidés (photo d'illustration). (© KEYSTONE/ADRIEN PERRITAZ)

Des agriculteurs et viticulteurs vaudois, soutenus par des élus politiques, lancent une pétition destinée au Grand Conseil. Ils demandent des actions pour lutter contre la surpopulation de corvidés, principalement les corbeaux freux et les corneilles, qui causent de gros dégâts aux cultures.

"L'agriculture vaudoise est régulièrement victime de dégâts majeurs causés par les corvidés aux cultures vivrières en raison d'une population d'individus en forte augmentation et de mesures de régulation inadaptées ou inefficaces", écrivent vendredi les instigateurs de l'initiative dans un communiqué.

Contacté par Keystone-ATS, leur porte-parole Sylvain Faillétaz explique que le lancement de cette pétition vient de l'inaction politique face à cette problématique. L'agriculteur de Commugny estime que le canton de Vaud ne fait rien, ou très peu, pour les aider.

"Cela fait 6-7 ans que j'essaie de faire bouger les choses, mais rien ne se passe. J'ai eu des contacts avec les autorités cantonales, mais on se contente de compatir à nos problèmes et on minimise la situation", regrette-t-il.

En ce qui le concerne, il chiffre les dégâts occasionnés par les corvidés à "plusieurs dizaines de milliers de francs" par année. Sans compter l'argent et le temps investis pour mettre en place des systèmes d'effarouchement (pétards, épouvantails, répulsifs sur les semences, etc.) qui "ne fonctionnent pas".

"Agriculteurs, pas chasseurs"

Selon lui, il y a un besoin "urgent" de réguler une population de corvidés qui prolifère, faute de prédateurs. Il ajoute que si les agriculteurs avaient autrefois le droit de tirer eux-mêmes ces oiseaux, ce n'est plus le cas depuis une dizaine d'années.

"Nous sommes agriculteurs, pas chasseurs. Ce n'est pas à nous d'assumer la régulation. Tout ce qu'on demande, c'est que les autorités prennent des mesures efficaces pour réguler cette population et qu'elles nous indemnisent pour les dégâts causés", poursuit Sylvain Faillétaz.

Même s'il reconnaît que la situation due aux corvidés est "moins émotionnelle" que celle liée aux loups, l'agriculteur trouve certains "parallèles" avec ce qui vivent ses collègues éleveurs. A commencer par l'impression d'être "livrés à nous-mêmes".

Relais politiques

L'agriculteur de Commugny souligne que cette problématique ne s'arrête pas aux frontières vaudoises, mais que plusieurs autres cantons sont touchés. Il ajoute que tous les types de cultures sont touchés, des champs de blé, maïs ou tournesol en passant par les vignes et les cultures maraîchères ou fruitières.

Pour lancer leur pétition, les agriculteurs et viticulteurs se sont appuyés sur des relais politiques, notamment la députée au Grand Conseil Marion Wahlen et le conseiller national Olivier Feller (tous deux PLR). Le délai pour signer leur pétition court jusqu'au 28 septembre prochain.

"Nous nous battrons jusqu'au bout", conclut Sylvain Faillétaz, qui prévient que ses collègues et lui-même ne s'arrêteront pas à cette seule pétition pour se faire entendre.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Hausse de la production dans le secondaire au deuxième trimestre

Publié

le

Les taux de croissance positifs, en termes de production comme de chiffre d'affaires, se poursuivent depuis le 1er trimestre 2021, souligne l'Office fédéral de la statistique. (KEYSTONE/Laurent Gillieron) (© KEYSTONE/LAURENT GILLIERON)

La production dans le secteur secondaire a augmenté au deuxième trimestre par rapport au même trimestre de l'année dernière. L'indice correspondant a progressé de 4,1%, a indiqué vendredi l'Office fédéral de la statistique (OFS).

D'avril à juin, la production dans l'industrie a augmenté de 5,1% par rapport à la même période l'année précédente. Côté construction par contre la production a reculé de 1,3%. "La production s'est accrue (+0,4%) dans le bâtiment, mais a enregistré une baisse dans le génie civil (-6,8%) et dans les travaux de construction spécialisés (-1,5%)," précise l'OFS dans son communiqué.

Concernant les chiffres d'affaires, la hausse globale de 9,5% au second semestre "serait pour moitié due à des hausses des prix,. Les chiffres d'affaires ont augmentés de 10,1% dans l'industrie et de 7,0% dans la construction.

Les taux de croissance positifs, en termes de production comme de chiffre d'affaires, se poursuivent depuis le 1er trimestre 2021, souligne l'Office fédéral de la statistique.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture