Rejoignez-nous

Suisse

Les avions d'entraînement PC-21 peuvent à nouveau voler

Publié

,

le

Les avions biplace PC-21, du constructeur suisse Pilatus, sont en service dans l'armée depuis 2008 (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Les forces aériennes suisses reprennent avec effet immédiat les vols avec les avions d'entraînement de type PC-21, après l'accident survenu mardi à Emmen (LU). Un juge d'instruction et l'autorité de l'aviation militaire ont donné leur feu vert jeudi.

Les travaux de déblaiement de l'aérodrome militaire d'Emmen sont terminés, indique l'armée dans un communiqué. En raison de l'accident, l'ensemble du trafic aérien avait été suspendu à Emmen jusqu'à jeudi par mesure de précaution.

Les deux pilotes accidentés se portent bien, compte tenu des circonstances, précise l'armée. Ils ont pu quitter l'hôpital le jour même de l'accident après un examen médical de contrôle. Ils ne devront pas se soumettre à des contrôles supplémentaires.

Lors de l'accident mardi après-midi, les deux pilotes avaient pu quitter l'appareil à l'aide de leurs sièges éjectables, avant d'ouvrir leurs parachutes. L'armée ne sait pas encore quand ils pourront reprendre leur service de vol.

Après avoir touché terre, l'avion-école biplace de type PC-21 était sorti de la piste lors de l'atterrissage sur l'aérodrome d'Emmen, pour des raisons encore inconnues. L'appareil endommagé s'est ensuite arrêté dans l'herbe, à côté de la piste.

Enquête toujours en cours

L'incident a eu lieu lors d'un vol d'entraînement de l'armée de l'air. L'enquête de la justice militaire est toujours en cours, précise l'armée.

Les avions biplace PC-21, du constructeur suisse Pilatus, sont en service dans l'armée depuis 2008. Au total, huit avions de ce type ont été acquis. L'appareil est utilisé pour l'instruction de base et avancée des pilotes de jets, ainsi que pour l'instruction au combat aérien, au vol sans visibilité et à la voltige aérienne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Bientôt plus de 10% de l'électricité issu du solaire en Suisse

Publié

le

En 2024, l'énergie solaire devrait pour la première fois fournir plus de 10% des besoins annuels de la Suisse en électricité, selon Swissolar (archives). (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Cette année, l'énergie solaire fournira pour la première fois plus de 10% des besoins annuels de la Suisse en électricité. Cela représente plus que la centrale nucléaire de Beznau, indique vendredi Swissolar, l'association des professionnels de l'énergie solaire.

Depuis 2020, le marché suisse du photovoltaïque est en forte croissance avec des augmentations annuelles de plus de 40%, rappelle Swissolar. Et d'ajouter que la tendance a été renforcée en 2022 par la pénurie d'énergie, ce qui a entraîné une croissance de 58%.

En 2023 également, les prévisions ont été dépassées. La nouvelle puissance photovoltaïque installée a crû de 51% par rapport à l'année précédente pour atteindre 1641 mégawatts (MW). Swissolar avance ces chiffres en se basant sur la Statistique de l'énergie solaire de l'Office fédéral de l'énergie. L'énergie solaire a fourni 8,25% des besoins en électricité en 2023.

En tout, la production annuelle solaire s'est élevée à 4624 gigawattheures (GWh), soit environ la consommation annuelle de 1,4 million de foyers de quatre personnes ou 80% de la production annuelle des deux réacteurs de la centrale nucléaire de Beznau, détaille Swissolar.

"Le développement du solaire fournit actuellement chaque année 2 à 3% de plus aux besoins en électricité de la Suisse. D'ici 2050, l'électricité solaire pourra couvrir 50% des besoins annuels malgré une consommation en hausse", souligne Matthias Egli, directeur de Swissolar, cité dans le communiqué. Ainsi, l'électricité solaire devient, avec l'énergie hydraulique, "le deuxième pilier de notre approvisionnement en électricité", conclut-il.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Certains poissons traitent leur progéniture avec moins de rigueur

Publié

le

Un cichlidé nettoyant les ½ufs d'une femelle reproductrice. (© Université de Berne/Markus Zöttl)

Les cichlidés pratiquent le népotisme. Lorsque des tâches ne sont pas bien effectuées, ces poissons sont plus indulgents avec leurs proches qu'avec ceux qui ne sont pas de la même famille. C'est ce que montre une étude bernoise publiée dans la revue iScience.

Les cichlidés africains, des poissons colorés de la famille des perches, vivent en groupes. Ils défendent ensemble leur territoire contre les concurrents et les prédateurs menaçants, ils creusent ensemble des grottes pour avoir un abri et se répartissent les soins à apporter aux larves.

Les membres paresseux du groupe sont punis par des attaques physiques, et si cela ne suffit pas, les récalcitrants sont chassés du groupe, ce qui réduit considérablement leur probabilité de survie.

Comme l'ont découvert des biologistes du comportement emmenés par Michael Taborsky, de l'Université de Berne, les cichlidés punissent nettement moins sévèrement leurs propres descendants s'ils ne participent pas à la vie du groupe.

Les scientifiques ont mené leur expérience à la station expérimentale d'éthologie Hasli de l'Université de Berne. Pour faire passer les poissons assistants pour des paresseux, ils les ont tenus à l'écart des alevins. Ils les ont donc empêchés d'accomplir correctement leurs tâches.

Comme le souligne Irene Garcia-Ruiz, première auteure de l'étude, citée dans un communiqué de l'alma mater bernoise, "c'est la première fois qu'une telle interaction entre contrôle social et intérêts partagés est mise en évidence de manière expérimentale dans un système social".

"Ce principe général joue très vraisemblablement un rôle important dans de nombreuses sociétés animales, jusque chez l'humain", conclut la chercheuse.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des vents à plus de 100 km/h dans le sud du Tessin

Publié

le

Outre des vents violents, les orages ont aussi été accompagnés de nombreux éclairs (image symbolique) (© KEYSTONE/dpa/Patrick Pleul)

Un violent orage s'est abattu sur le Tessin tôt vendredi matin. Contrairement au dernier week-end de juin, les dégâts sont toutefois limités. A certains endroits, l'électricité a été coupée.

Des rafales à plus de 100 km/h ont été mesurées dans le sud du Tessin, indique MétéoSuisse sur X. Les environs de Lugano ainsi que le Mendrisiotto ont été particulièrement touchés.

A plusieurs endroits, les violentes rafales ont fait chuter des arbres sur les routes, a expliqué un porte-parole de la police cantonale tessinoise à Keystone-ATS. Et d'ajouter que pour l'instant il n'y a pas eu d'incidents graves et personne n'a été blessé.

Un arbre a notamment bloqué la bande d'arrêt d'urgence sur l'A2 entre Coldrerio et Mendrisio, a fait savoir le Touring Club Suisse (TCS) sur X.

Selon la police, le village de Caneggio, dans le district de Mendrisio, est privé d'électricité depuis 06h00 et l'approvisionnement n'a pour l'instant pas pu être rétabli. Le village d'Arzo, sur la commune de Riva San Vitale, est aussi privé d'électricité. A Meride et Sagno en revanche, la coupure de courant n'a duré qu'une quinzaine de minutes.

MétéoSuisse avait mis en garde jeudi contre de nouveaux orages violents au Tessin. L'alerte vaut jusque dans la nuit de samedi à dimanche.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

La Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête

Publié

le

Quand cela a été possible, les arbres ont uniquement été élagués. (© Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Un an après, la Chaux-de-Fonds porte encore les stigmates de la tempête du 24 juillet. Les traces les plus visibles concernent les arbres urbains, dont environ 2500 ont dû être abattus ou élagués. La Métropole horlogère a reçu au total 4,6 millions de francs de dons.

"Au niveau sécurité, on n'a rien à se reprocher car personne n'aurait pu imaginer une telle tempête sur une ville et pas au sommet d'une montagne. L'anémomètre s'est bloqué à 217 km/h. C'était complètement hors normes. Dans l'ensemble, la ville a bien résisté en regard de la violence des événements", a déclaré à Keystone-ATS Jean-Daniel Jeanneret, conseiller communal de La Chaux-de-Fonds.

Une année après, on "reste toujours anxieux face à la météo qui pourrait arriver. En hiver, on était habitué aux météos extrêmes, mais maintenant on a aussi de l'appréhension l'été", a ajouté celui qui était au front lors de cette catastrophe.

Ancien conservateur du patrimoine, Jean-Daniel Jeanneret a été très ému de voir le clocher du Temple des Eplatures, un élément historique, être balayé par la tempête. La pose d'une nouvelle structure sur le temple le 3 juillet était "très émouvante". Cela a été possible grâce à la générosité de certains donateurs et notamment celle de Léonard Gianadda, "qui s'est très rapidement manifesté et qui a versé un montant significatif".

Au total, la Ville de La Chaux-de-Fonds a reçu au 1er juin 4,6 millions de francs de promesses de dons ou d'argent versé sur les trois fonds ouverts par la Ville, en faveur des arbres, des parcs ou de la reconstruction. La Chaîne du bonheur a mis à disposition 200'000 francs et La Croix-Rouge également un certain montant. Cet argent est exclusivement à disposition des tiers qui font face à des coûts résiduels non remboursés par les assurances.

Environ 3,4 millions de francs sont dévolus aux arbres, grâce à 900 donateurs qui ont versé entre 10 francs et 700'000 francs, a expliqué Floriane Mamie, chancelière. Des collectivités publiques ont fait preuve de solidarité, comme celle de Genève qui a financé 400 nouveaux arbres ou Winthertour (ZH), avec une plantation prévue cet automne au Bois-du Petit Château.

Dégâts aux arbres: 5,25 millions

Les personnes ou entités qui ont donné de l'argent à l'association citoyenne "Des arbres pour rêver demain", créée quelques jours après la catastrophe, ne sont pas comptées dans ces chiffres. L'association, qui a récolté 1,25 million de dons, a versé le 21 juin 45'000 francs à la Ville pour financer deux plantations d'arbres, l'une à la piscine, l'autre au collège des Endroits.

Les dégâts aux arbres se chiffrent à 5,25 millions de francs. Les dommages causés aux bâtiments sont estimés à 117,15 millions, selon l'Etablissement cantonal d'assurance et de prévention (ECAP), avec 2989 sinistres déclarés. Les assureurs privés ont dû verser des dizaines de millions de francs, avant tout pour des véhicules.

"Encore un certain nombre des bâtiments touchés doivent faire l'objet de travaux de rénovation, même si la majorité a été remise en état. Les deux entreprises très fortement impactées au Crêt-du-Locle sont à bout touchant pour les travaux qui devraient se finir d'ici à la fin de l'été", a expliqué Jean-Daniel Jeanneret. Le travail sur les toits en ville devrait être résorbé d'ici à l'année prochaine.

A part celles subies par les victimes, les traces les plus visibles de la tempête touchent les arbres urbains où plus de 2500 ont été touchés. La canopée a subi une très forte diminution. Les principaux projets de replantation concernent le parc des Crétets et le parc Gallet ainsi que des cours d'école.

La forêt du Bois-Noir, rasée par la tempête, tout comme celle du Châpeau-Râblé fortement touchée, sont gérées différemment. La gestion forestière "est moins interventionniste que pour les arbres en ville", a expliqué le conseiller communal. La commune va aider aussi les particuliers à replanter les arbres fauchés. Par contre, l'argent récolté par "Des arbres pour rêver demain" ne servira qu'à des replantations dans l'espace public.

Par rapport aux arbres blessés, la Métropole horlogère a adopté la stratégie de couper uniquement certaines branches quand c'est possible. "On a freiné les ardeurs de quelques particuliers qui voulaient profiter de l'occasion pour abattre un arbre", a ajouté le conseiller communal.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Implenia décroche une commande de plus de 100 millions en Suède

Publié

le

Le numéro un helvétique de la construction réalisera un tronçon de tunnel ferroviaire et une gare à Göteborg (archives). (© KEYSTONE/URS FLUEELER)

Implenia s'est vu adjuger un important projet ferroviaire dans le centre-ville de Göteborg en Suède. Le montant de la commande dépasse 100 millions de francs.

Le mandat confié par l'autorité suédoise en charge des infrastructures de transport, Trafiverket, comprend la construction d'un tronçon de tunnel et d'une gare souterraine, précise le numéro un helvétique de la construction vendredi dans un communiqué. Les travaux démarreront cet automne et devraient s'achever en 2029.

Il s'inscrit dans le cadre d'un vaste projet baptisé "West Link" visant à améliorer la mobilité dans l'ouest du pays. A Göteborg, trois nouvelles gares verront le jour, afin de délester la gare centrale.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture