Rejoignez-nous

Suisse

Le soleil a brillé par son absence en mai

Publié

,

le

Le mois de mai a été particulièrement pluvieux sur la partie centrale et orientale des versants nord des Alpes, ainsi que dans certaines parties des Grisons, comme ici à Weesen, sur les bords du lac de Walenstadt (archives). (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Après un mois d'avril frais et sec, le mois de mai s'est montré sombre et souvent pluvieux en Suisse. Pourtant, en dépit des apparences, les sommes de précipitations se sont inscrites dans la norme de ces trente dernières années, voire en-dessous.

Dans le sud-ouest de la Suisse, entre le lac de Neuchâtel et le Léman, les quantités de pluie ont souvent été inférieures de 50% par rapport à la norme. C'est ce qu'a indiqué mardi le service météorologique national Météosuisse dans son bulletin mensuel.

Des valeurs excédentaires ont été enregistrées surtout sur la partie centrale et orientale des versants nord des Alpes, ainsi que dans certaines parties des Grisons. Des précipitations inhabituellement fortes ont été enregistrées localement. Le 5 mai, 113 mm sont tombés en l'espace d'une journée sur le Napf. Il s'agit de la deuxième somme journalière la plus élevée depuis le début des mesures en 1978.

Dans l'ensemble, l'ensoleillement a été faible sur toute la Suisse du 8 au 20 mai, a poursuivi Météosuisse. La fin du mois a en revanche été marquée par une ambiance printanière, voire carrément estivale. Dès le 21 mai, l'ensoleillement a été plus généreux et les températures maximales journalières se sont élevées de 24 à 26 degrés, jusqu'à 27 degrés au Sud et près de 29 degrés en Valais.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Vaud: des résidents en EMS de plus en plus âgés

Publié

le

Les résidents séjournent en moyenne deux ans en EMS (Image prétexte). (© KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER)

L'âge moyen des résidents en EMS tend à augmenter dans le canton de Vaud. A fin 2022, l'âge moyen est de 85,5 ans, soit huit mois et demi de plus qu'il y a dix ans. Dès 80 ans, une personne sur dix est hébergée dans un établissement médico-social.

Largement féminine, la population hébergée en EMS y séjourne en moyenne deux ans. Plus de la moitié des admissions font suite à une hospitalisation et seul un quart des résidents arrivent directement depuis leur domicile, indique mardi Statistique Vaud.

Plus longtemps à la maison

Ces dernières années, le taux de recours en EMS est en baisse progressive, malgré le vieillissement démographique. A l'inverse, sous l'impulsion de la politique de maintien à domicile, le recours aux soins à domicile a nettement progressé durant la même période.

Les personnes hébergées en EMS sont de plus en plus âgées. Trois quarts des pensionnaires sont des femmes, et celles-ci sont en moyenne plus âgées (86,7 ans) que les hommes (82,3 ans).

La prédominance des femmes s'explique par leur plus grande longévité, mais aussi par une sous-représentation des hommes. En bénéficiant souvent de l'aide de leur compagne, généralement plus jeune, certains hommes peuvent rester plus longtemps à domicile, observe Statistique Vaud.

Davantage de besoins en soins

Corollaire d'un âge moyen plus élevé, les besoins en soins se sont accrus. La population résidente présente une forte dépendance et un état de santé altéré. La moitié d'entre eux reçoivent trois heures et plus de soins quotidiens, une proportion qui a augmenté au cours des dernières années, détaille un communiqué.

A âge égal, hommes et femmes ont des besoins en soins similaires. Mais étant donné que les femmes sont plus âgées, leur temps de soins est un peu plus élevé. Les besoins et l'intensité de leur prise en charge tendent à augmenter au fil de leur parcours en EMS.

Les soins de base mobilisent 70% du temps de soins total: sur les quelque trois heures de soins quotidiens reçus par les pensionnaires, près de deux heures sont consacrées aux soins de base, à savoir les soins d'hygiène, la mobilisation, l'aide à l'habillement et à l'alimentation, poursuit Statistique vaud.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Protection de la personnalité: la Confédération peut mieux faire

Publié

le

Pour le préposé à la protection des données Adrian Lobsiger, "certaines parties de l’administration fédérale" trainent toujours des pieds s'agissant de l'application de la loi sur la transparence. (archives) (© KEYSTONE/PETER SCHNEIDER)

Les projets de la Confédération dans le domaine numérique sous-estiment l'importance de la protection de la personnalité, du principe de la transparence et de l'Etat de droit, selon le préposé fédéral. Cela conduit à des retards pour les projets concernés.

Cette critique figure dans le rapport d'activité du Préposé fédéral à la protection des données et à la transparence (PFPDT), Adrian Lobsiger, publié mardi.

Pour illustrer sa critique, le préposé cite le registre des ayants droit économiques des personnes morales à des fins de lutte contre la criminalité. Il souligne avoir demandé "en vain" à l'administration d'expliquer clairement dans le message au Parlement le bien-fondé des atteintes à la personnalité des personnes figurant dans le registre.

Les justifications étant "peu circonstanciées", le projet risque de prendre du retard lors des débats parlementaires, fait valoir le préposé dans un communiqué.

Ce dernier déplore aussi un manque d'informations dans le projet d'interconnexion des systèmes de police cantonaux par le biais d'une plateforme gérée en partenariat avec la Confédération. Là aussi, le projet risque d'être retardé en raison d'informations lacunaires.

"Obstacles bureaucratiques"

La Confédération a aussi un potentiel d'amélioration dans l'application de la loi sur la transparence, qui fait l'objet de toujours plus de demandes. Le préposé appelle les autorités à faire en sorte que les documents "soient accessibles par un traitement informatisé simple et, le cas échéant, que leur contenu soit anonymisé automatiquement".

Le préposé note en outre que "certaines parties de l’administration fédérale" trainent toujours des pieds s'agissant de l'application de ce texte. Elles "déploient toujours des efforts pour exclure totalement ou partiellement certaines de leurs activités du champ d’application de la loi", regrette le préposé. Il évoque des "obstacles bureaucratiques" compliquant l'accès aux informations demandées par le public ou les médias.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Swissmem : "Nous avons besoin de l'immigration"

Publié

le

Swissmem, l'association faîtière de l'industrie, s'oppose aux deux initiatives émanant des milieux de l'UDC sur la neutralité de la Suisse et sur la limitation de la population à dix millions de personnes. "Nous avons besoin d'immigration sur le marché du travail", a déclaré le président Martin Hirzel. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

Swissmem, l'association suisse de l'industrie technologique, s'oppose aux deux initiatives des milieux de l'UDC sur la neutralité de la Suisse et sur la limitation de la population à dix millions de personnes.

"Nous avons besoin de l'immigration sur le marché du travail", a déclaré Martin Hirzel, président de Swissmem. Notre économie se porte si bien que nous sommes attractifs: nous avons donc besoin de gens de qualité qui viennent chez nous", a-t-il déclaré dans une interview publiée mardi par Tamedia. "Dans dix ou vingt ans, il y aura en Europe de la concurrence pour l'immigration, car tous nos pays voisins auront le même défi". La Suisse devrait s'organiser de telle sorte que l'immigration puisse être bien gérée et que la population la soutienne.

L'interprétation de la neutralité suisse avec l'initiative sur la neutralité va trop loin, a encore déclaré M.Hirzel. "Une interprétation aussi dogmatique de la neutralité nuit à notre industrie de l'armement et de la sécurité".

Hirzel : "Nous devons d'abord penser à nous"

La Suisse devrait se positionner de manière à pouvoir "parler avec tout le monde et faire des affaires avec tout le monde". "Ce n'est pas immoral", affirme M. Hirzel. "En tant que petit pays qui n'est pas intégré dans une alliance, nous devons penser en premier lieu à nous-mêmes. Sans exportation, il n'y a plus d'industrie suisse et donc plus de prospérité"

En ce qui concerne les relations entre la Suisse et l'UE, le président de Swissmem se dit confiant. En ce qui concerne les Bilatérales III, il prévoit un résultat pour cette année. Il a toutefois critiqué les syndicats à ce sujet.: "Les syndicats veulent faciliter l'extension du champ d'application des conventions collectives de travail et introduire des salaires minimaux au niveau national. Cela n'a rien à voir avec les Bilatérales III".

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Personne ne décroche la bonne combinaison à l'Eurodreams

Publié

le

Proposé en Suisse et dans sept autres pays européens, le jeu Eurodreams offre un gain principal sous forme d'une rente mensuelle de 22'222 francs pour une durée de 30 ans. (© KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI)

Personne n'a trouvé la combinaison gagnante à l'Eurodreams lundi soir. Pour gagner une rente mensuelle de 22'222 francs durant 30 ans, il fallait jouer les six numéros 5, 13, 16, 20, 23 et 30, ainsi que le numéro "dream" 5, a indiqué la Loterie romande.

Eurodreams est proposé dans huit pays européens. En Suisse, le jeu est exploité par la Loterie romande et par Swisslos côté alémanique. Le tirage est effectué les lundis et jeudis soir.

https://jeux.loro.ch/games/eurodreams

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Séverine Oppliger-Pasquali nouvelle présidente de la SVM

Publié

le

Arrivé au terme de son dernier mandat, Philippe Eggimann sera remplacé à la tête de la Société vaudoise de médecine par Séverine Oppliger-Pasquali (archives). (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

Séverine Oppliger-Pasquali est la nouvelle présidence de la Société vaudoise de médecine (SVM). Elle succède à Philippe Eggimann, arrivé au terme de son dernier mandat et qui poursuivra son engagement en politique professionnelle au niveau romand et fédéral.

Agée de 49 ans, Séverine Oppliger-Pasquali est spécialiste en médecine interne générale. Elle est installée en cabinet de groupe à Epalinges depuis 2010. Membre du comité de la SVM depuis 2017 et vice-présidente depuis 2022, elle a été élue à la présidence de la SVM jeudi dernier par l’assemblée des délégués, indique l'association dans un communiqué publié lundi.

"Je me réjouis de continuer à défendre une médecine humaine, accessible et qualitative, ainsi que des conditions de pratique adéquates pour que notre corporation puisse pleinement assumer sa mission, tout en encourageant la relève”, déclare-t-elle, citée dans le communiqué.

Arrivé au terme de son ultime mandat selon les statuts, le Dr Philippe Eggimann quitte ses fonctions après 8 ans de présidence de la SVM, dont il avait rejoint le comité en 2009. Né en 1960, il exerce actuellement au Département de l’appareil locomoteur du CHUV.

Côté politique professionnelle, le Dr Eggimann occupe également le poste de président de la Société médicale de la Suisse romande (SMSR) depuis 2018 et de vice-président de la Fédération des médecins suisses (FMH) depuis 2022. Il vient d’ailleurs d’être reconduit à ce poste pour un nouveau mandat de 4 ans le 6 juin dernier.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture