Rejoignez-nous

Suisse

La Ribot à la Comédie de Genève pour sa 58e Pièce distinguée

Publié

,

le

La chorégraphe La Ribot sort le grand jeu à la Comédie de Genève dès vendredi soir. (© KEYSTONE/MARTIAL TREZZINI)

La Ribot vient danser avec sa compagnie à la Comédie de Genève dès vendredi et pendant tout le week-end. Elle propose "DIEstinguished", sa 58e Pièce distinguée, un projet fou lancé il y a trente ans visant à créer 100 pièces courtes et en direct.

On l'appelle La Ribot: c'est le nom de son père. Elle a un prénom: Maria. En Espagne, c'est ainsi que l'on appelle les diva et les femmes du peuple.

Au cinéma dans "Last dance"

On a vu La Ribot cet été, et depuis dans les salles, grâce au film "Last Dance" de la réalisatrice helvético-belge Delphine Lehericey: elle y joue son propre rôle, celui d'une chorégraphe espagnole de danse contemporaine, en exagérant le trait.

La Ribot, installée depuis le début des années 2000 à Genève, rentre de Louvain. La rencontre avec Keystone-ATS, quelques jours avant le début du spectacle "DIEstinguished", se déroule dans une loge de la Comédie de Genève où la chorégraphe s'est installée sur un canapé orange.

"Delphine Lehericey a saisi un point de vue sur la danse contemporaine que j'ai beaucoup apprécié: drôle, beau et poétique, explique l'artiste. La danse contemporaine n'est pas une forme extérieure qui s'ancre dans le corps: c'est plutôt un besoin d'expression qui vient de l'intérieur".

Si c'est la première fois que La Ribot jouait sur grand écran dans "Last Dance", la chorégraphe, dont la démarche imbrique danse et art contemporain, a intégré la recherche vidéo à son travail depuis longtemps. Pour "DIEstinguished", les danseurs porteront des caméras "comme des extensions de leur corps" et produiront des images que les spectateurs pourront suivre sur leur téléphone portable. "J'essaie de rendre l'expérience de la danse accessible".

Le projet de toute une vie

La Ribot a lancé son projet des "Pièces distinguées" il y a 30 ans en 1993. "C'est un projet de toute une vie", explique-t-elle dans un français qui flirte avec l'espagnol. Elle a décidé arbitrairement qu'elle créerait 100 performances courtes en direct: "c'était une façon de se projeter dans l'avenir".

La 58e Pièce distinguée, qu'elle propose à Genève, est "une exception car elle dure plus d'une heure". Pour ce spectacle, elle a beaucoup travaillé sur deux concepts, ceux de la transformation permanente et de la saturation.

Arrivera-t-elle au bout de son projet de créer 100 pièces? "Pour moi, DIEstinguished - dont le titre contient le mot "die" (mourir) -, c'est la dernière de la série. Je crois que je vais arrêter. Mais ce n'est sans doute pas vrai et probablement que je continuerais",

Actuellement, il existe 58 Pièces distinguées regroupées en 7 séries ou spectacles, soit environ neuf heures si elles étaient mises bout à bout.

Le corps comme une toile

Jouant avec la nudité dès ses débuts, elle utilise le corps comme "une toile sur laquelle je peux dessiner, attacher, coller. Je travaille beaucoup avec l'aspect 'art visuel' de la danse. C'est peut-être par là que les Pièces distinguées ont changé ou proposé une façon différente de voir la danse contemporaine."

Car avec ce projet fou et sa démarche artistique, la chorégraphe est déjà entrée dans l'histoire de la danse contemporaine. "La Ribot fait le lien entre la performance et le 'live art'", peut-on lire dans le livre "Danse et contemporain" de Rosita Boisseau et Christian Fattinoni. Et l'artiste a déjà reçu les plus hautes distinctions comme le Lion d'Or de la Biennale de Venise en 2020 pour l'ensemble de son oeuvre après le Grand Prix de la danse en Suisse l'année précédente.

D'une certaine manière, La Ribot a donné un côté plus accessible à la danse contemporaine. Elle travaille souvent avec des personnes qui ne sont pas des danseurs. "Les corps autres que ceux des danseurs m'ont toujours beaucoup intéressés". Elle aime voir comment la danse naît dans la tête et dans les corps des danseurs amateurs.

La Ribot travaille encore avec des danseurs professionnels en situation de handicap : elle a monté en 2018 le spectacle "Happy Island" avec les danseurs de la compagnie Dançando com a Diferença, basée sur l'île de Madère.

Un milieu en pleine effervescence

Comment juge-t-elle la vitalité de la danse contemporaine? "Ce milieu est en pleine effervescence, estime-t-elle. La danse apparaît dans des lieux ou des médias où elle n'avait pas ses entrées auparavant."

Et elle cite un ami, l'ancien directeur du musée de la mode à Paris Olivier Saillard: "C'est une discipline de transmission, de la connaissance et de la pratique. La danse ne peut pas se vendre parce qu'on ne peut pas la matérialiser."

A la Comédie de Genève du 9 au 11 décembre, les Romands pourront encore voir "DIEstinguished" au Théâtre Vidy-Lausanne du 20 au 22 janvier et au Théâtre Les Halles Sierre les 3 et 4 mars. La première a eu lieu au Théâtre populaire romand (TPR) à La Chaux-de-Fonds fin septembre, en co-accueil avec ADN - Danse Neuchâtel. Ce spectacle est également lauréat du concours Label+ romand - arts de la scène 2020.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Suisse

Les pollens allergènes seront de retour dès la semaine prochaine

Publié

le

Selon Meteonews, la pleine floraison des noisetiers aura lieu la semaine prochaine. (© KEYSTONE/DPA/WOLFGANG KUMM)

La météo ensoleillée de ces prochains jours pourrait déclencher la pleine floraison des noisetiers et des aulnes. Les pollens de ses deux espèces sont problématiques pour les personnes allergiques, prévient mercredi Meteonews.

La saison pollinique a commencé très tôt cette année. D'ordinaire inexistants à cette période, les premiers pollens allergisants (noisetiers et aulnes) ont volé dès la première quinzaine de janvier, voire à la fin de l'année dernière dans certaines régions.

Selon les spécialistes, ce phénomène s'explique par des températures "exceptionnellement élevées" pour la saison à ce moment-là.

Si le retour du froid durant la deuxième quinzaine de janvier et la première semaine de février a accordé un répit aux personnes souffrant d'allergies, les températures plus élevées de ces prochains jours rimeront avec un retour en force des pollens.

Météonews annonce une floraison complète des noisetiers et des aulnes dès la semaine prochaine, soit "une semaine plus tôt que la normale". Si ces conditions devaient se prolonger, la saison pollinique se poursuivra avec la floraison précoce des frênes.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

La hausse des loyers risque de pousser l'inflation au-delà des 2%

Publié

le

En fin d'année, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%. (archives) (© KEYSTONE/APA/APA/BARBARA GINDL)

La Banque nationale suisse (BNS) a fort à faire pour faire glisser l'inflation sous le seuil des 2%. Si elle devrait y parvenir d'ici mi-2023, les économistes de Swiss Life sont néanmoins d'avis que la victoire ne sera que de courte durée.

A partir du dernier trimestre 2023 et l'année prochaine, les hausses de loyers risquent d'entrer en jeu et de faire repasser l'inflation au-dessus des 2%, peut-on lire mercredi dans les prévisions de Swiss Life Asset Management.

En janvier, l'inflation a reculé à 2,8% en Suisse. Les économistes tablent pour l'ensemble de l'exercice 2023 sur une inflation de 2,3%, après 2,1% dans leurs précédentes prévisions.

L'indice des prix à la consommation sera tiré par les loyers, attendus en progression, expliquent-ils. Certes, le taux hypothécaire de référence, actuellement à 1,25%, reste à un niveau extrêmement bas, toutefois cela risque de changer prochainement, à mesure que la BNS relève ses taux.

En 2024, l'inflation devrait ralentir à 1,5%.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Suisse

Alain Berset au Sud de l'Afrique pour "consolider les liens"

Publié

le

Le président de la Confédération Alain Berset a rencontré son homologue du Zimbabwe Mokgweetsi Masisi. (© KEYSTONE/PETER KLAUNZER)

Le président de la Confération Alain Berset s'est entretenu mardi à Gaborone avec son homologue du Botswana Mokgweetsi Eric Keabetswe Masisi. Ce voyage s'inscrit dans la politique suisse visant à mettre en valeur le potentiel économique de l'Afrique subsaharienne.

Il s'agit de la première visite d'un président de la Confédération au Botswana, indique mercredi le Département fédéral de l'Intérieur. Les entretiens, sur deux jours, visaient à consolider les liens entre les deux pays.

Une déclaration d’intention relative à la coopération dans le domaine de la santé a également été signée.

Les échanges économiques ont aussi été abordés, notamment les perspectives d’entreprises suisses au Botswana, qui ½uvre actuellement à la diversification de son économie.

M. Berset entend effectuer plusieurs déplacements en Afrique cette année et "mettre en valeur le rôle du continent africain dans la politique mondiale".

Au Botswana, il a souligné la volonté de la Suisse de davantage coopérer avec l'Union africaine (UA) et d'autres organisations régionales.

M. Berset et sa délégation se rendent ce mercredi au Mozambique. Des entretiens politiques sont prévus à Maputo avec le président Filipe Jacinto Nyusi. Le président de la Confédération doit se rendre jeudi dans la province de Cabo Delgado, secouée par des troubles depuis 2017. La Suisse s'engage dans une aide humanitaire dans cette région.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Le carnaval n'est pas forcément amusant pour les chiens

Publié

le

Déguiser les chiens, une mauvaise idée pour l'association Quatre pattes (archives). (© KEYSTONE/TI-PRESS/GABRIELE PUTZU)

A l’approche des festivités de carnaval, l'association Quatre pattes donne des conseils aux propriétaires de chiens. Emmener son animal de compagnie au cortège l'expose au stress et aux blessures.

"Si cela peut être amusant pour les humains, cela ne l’est pas du tout pour les animaux de compagnie. Les chiens et le carnaval ne font pas bon ménage", alerte mercredi dans un communiqué la branche suisse de cette organisation mondiale de protection des animaux.

C’est un fait, nos compagnons à quatre pattes ont une ouïe sensible. Ainsi, les canidés peuvent entendre des fréquences allant de 15 à 50'000 hertz comprenant des sons particulièrement graves (infrasons) et aigus (ultrasons), relève Quatre pattes.

Ne pas déguiser les chiens!

Un spectre auditif bien plus large que celui de l’oreille humaine, qui perçoit les fréquences à partir de 20 hertz et jusqu’à 16'000 à 20'000 hertz selon l’âge. L’ambiance sonore de la fête et ses traditionnels groupes de guggenmusik sont donc des facteurs particulièrement stressants pour les animaux, met en garde l'organisation.

Quatre pattes souligne en outre que les chiens participant à un cortège de carnaval sont exposés à des blessures comme des coups de pied, des coupures par éclats de verre ou encore des empoisonnements. Enfin, l’association déconseille fortement de déguiser les canidés ou de colorer leur pelage, même s’il s’agit d’une teinture spécialement conçue pour les animaux.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Suisse

Des chiens de sauvetage suisses à l'oeuvre toute la nuit en Turquie

Publié

le

Au total, Redog a déployé 14 chiens et 22 personnes en Turquie. (© Keystone/MICHAEL FICHTER/EDA/HANDOUT RETT)

Les équipes suisses de chiens de sauvetage ont continué à rechercher durant toute la nuit de mardi à mercredi des survivants aux graves séismes qui ont frappé le sud de la Turquie. Avec leur partenaire turc, elles ont pu, jusqu'à présent, sauver 24 personnes.

Les équipes ont travaillé en alternance, de sorte qu'il y avait toujours quelqu'un à l'extérieur, a déclaré mercredi à Keystone-ATS Linda Hornisberger, responsable de la recherche de personnes ensevelies auprès de la Société suisse des chiens de recherche et de sauvetage (Redog). Les périodes de repos sont essentielles pour les chiens et les accompagnateurs pour minimiser les risques d'accident.

Redog travaille d'une part sur place avec six chiens et dix personnes, en collaboration avec son partenaire turc GEA, qui dispose d'une grande expérience, selon Mme Hornisberger. D'autre part, l'organisation a mis huit chiens et douze personnes à disposition de la Chaîne suisse de sauvetage.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture