Rejoignez-nous

Suisse

La naturalisation est loin d'être facilitée pour la 3e génération

Publié

,

le

La naturalisation facilitée reste compliquée: sur quelque 25'000 étrangers de la troisième génération, seuls 1847 ont reçu un passeport à la croix blanche à fin 2020 (photo symbolique). (© Keystone/CHRISTIAN BEUTLER)

Les étrangers de la troisième génération restent peu nombreux à profiter de la naturalisation facilitée. La faute aux obstacles administratifs et au manque d'information qui rendent la procédure compliquée.

Depuis le 15 février 2018, les étrangers nés en Suisse et dont les grands-parents y vivaient déjà peuvent se faire naturaliser de manière facilitée. Or sur quelque 25'000 personnes dans ce cas, seules 1847 ont reçu un passeport à la croix blanche à fin 2020.

Un bilan décevant, quatre ans après le plébiscite du nouvel article constitutionnel en faveur des étrangers de la troisième génération, constate vendredi la Commission fédérale des migrations (CFM). Une étude mandatée à sa demande explique les raisons de cette indifférence: la naturalisation facilitée ne tient pas ses promesses.

Abolir la limite d'âge

Loin d'être plus facile, l'accès à la nationalité suisse pour cette population est parsemé d'embûches. Les principaux sont la limite d’âge, les obstacles bureaucratiques et l’insuffisance d’information des personnes concernées, analysent les auteurs de l'étude, Philippe Wanner, de l'Université de Genève, et Rosita Fibbi, de l'Université de Neuchâtel.

Pour réellement faciliter la naturalisation des personnes de la troisième génération, il suffirait de mesures simples. Le rapport recommande pour commencer d'abolir la limite d’âge légale. Selon la législation actuelle, la demande de naturalisation doit être soumise avant le 25e anniversaire (la validité de la disposition transitoire pour les personnes plus âgées prendra fin au 15 février 2023).

Or il apparaît que c'est souvent après la fin de la formation ou au moment de fonder une famille que ces étrangers souhaitent se faire naturaliser. Pour les auteurs, la limite d’âge de 25 ans n'est donc pas justifiée et "ne correspond pas à la réalité de la vie des personnes concernées".

Preuve d'appartenance

Les candidats doivent aussi prouver que leurs grands-parents avaient une autorisation de séjour en Suisse, que leur père ou mère a fréquenté l'école obligatoire pendant au moins cinq ans, que l'un des parents a vécu pendant dix ans en Suisse et dispose d'une autorisation d'établissement. Les autorités n'entrent en matière que lorsque tous ces éléments sont bien documentés, ce qui s'avère souvent complexe.

Si, par exemple, les grands-parents sont décédés ou ont quitté la Suisse, difficile, voire impossible, de prouver leur séjour. En outre, de nombreux parents arrivés tardivement en Suisse en raison du statut de saisonnier ne peuvent pas justifier de cinq années de scolarité obligatoire – l'apprentissage professionnel n'étant pas reconnu. La preuve d’appartenance à la troisième génération d’étrangers reste donc un vrai obstacle, selon les chercheurs.

Conséquence de cette réglementation compliquée, la commune se trouve souvent elle-même au défi d'orienter les candidats à la naturalisation facilitée, faute de compétence. Il s'agit donc non seulement de donner aux autorités locales les ressources, mais aussi de les inciter à informer proactivement sur la procédure.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Politique

Bürgenstock: le président letton se dit "positivement surpris"

Publié

le

Pour le président letton Edgars Rinkevics, le Bürgenstock NW était le lieu parfait pour la manifestation. "Si paisible - pour parler de la paix", a-t-il déclaré à Tamedia. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/AP/Urs Flueeler)

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit "positivement surpris" après la conférence de paix sur l'Ukraine au Bürgenstock (NW). La Suisse a apporté une contribution importante avec ce sommet, a déclaré Rinkevics dans une interview.

Il était important de ramener l'Ukraine sur la scène mondiale, a déclaré M. Rinkevics dans une interview publiée lundi par Tamedia.

Selon le président letton, le fait que la Suisse ait réalisé le sommet avec l'Ukraine et d'autres pays partageant les mêmes idées a montré qu'elle pouvait encore jouer son rôle de partenaire dans les négociations. "Je souligne également le fait qu'elle se soit associée à certaines sanctions internationales", a-t-il déclaré.

Selon M. Rinkevics, la conférence s'est mieux déroulée que prévu. Il y a eu des tentatives pour empêcher les pays du Sud d'y participer, mais cela n'a pas réussi.

L'année perdue 2024

Edgards Rinkevics ne s'attend pas à une nouvelle conférence cette année. Beaucoup va dépendre désormais du processus diplomatique, a-t-il déclaré. Une des questions centrales reste de savoir comment intégrer la Chine. "Mais je ne suis pas naïf : 2024 est pour moi une année perdue", a-t-il dit.

La grande majorité des participants à la conférence sur l'Ukraine ont demandé, à la fin de la rencontre, la participation de "toutes les parties" à un processus de paix. Ils sont toutefois restés divisés sur les questions clés, à savoir quand et comment la Russie devrait être impliquée.

Selon les estimations de M. Rinkevics, la Russie attend les élections américaines avant de prendre des décisions. Il a aussi relevé les nouvelles élections en France, la composition encore incertaine de la Commission européenne et la réalité militaire en Ukraine. "A mes yeux, les Russes n'ont pas intérêt à provoquer de grands changements avant la fin de l'année", a déclaré Edgards Rinkevics.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Politique

Bürgenstock: Le président letton se dit "positivement surpris"

Publié

le

Pour le président letton Edgars Rinkevics, le Bürgenstock NW était le lieu parfait pour la manifestation. "Si paisible - pour parler de la paix", a-t-il déclaré à Tamedia. (Photo d'archives) (© KEYSTONE/AP/Urs Flueeler)

Le président letton Edgars Rinkevics s'est dit "positivement surpris" après la conférence de paix sur l'Ukraine au Bürgenstock (NW). La Suisse a apporté une contribution importante avec ce sommet, a déclaré M. Rinkevics dans une interview.

Il était important de ramener l'Ukraine sur la scène mondiale, a déclaré Edgars Rinkevics dans une interview publiée lundi par Tamedia.

Selon le président letton, le fait que la Suisse ait réalisé le sommet avec l'Ukraine et d'autres pays partageant les mêmes idées a montré qu'elle pouvait encore jouer son rôle de partenaire de négociation. "J'y inclus également le fait qu'elle se soit associée à certaines sanctions internationales", a-t-il déclaré.

Selon M. Rinkevics, la conférence s'est mieux déroulée que prévu. Il y a eu des tentatives pour empêcher les pays du Sud de participer, mais cela n'a pas fonctionné.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Adam Yates remporte le Tour, le chrono final pour Joao Almeida

Publié

le

Adam Yates est le vainqueur du Tour de Suisse 2024. (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Adam Yates a remporté dimanche la 87e édition du Tour de Suisse. Il a gardé son maillot jaune à l'issue du contre-la-montre final à Villars-sur-Ollon, gagné par son coéquipier Joao Almeida.

Le Britannique, qui comptait 31 secondes d'avance sur le Portugais avant cette huitième et dernière étape de la boucle helvétique, n'en a concédé que neuf à son coéquipier. Vainqueur sortant, Mattias Skjelmose (Lidl) a terminé troisième de ce chrono, suffisant pour déloger Egan Bernal (Ineos) à la troisième place du classement général.

Les deux coureurs de l'équipe UAE ont ainsi signé un quatrième doublé consécutif sur ce Tour de Suisse. Yates a remporté les 5e et 7e étapes devant Almeida, qui a terminé devant lui lors des 6e et 8e étapes.

Meilleur Suisse, Matteo Badilatti (Q36.5) a bouclé cet ultime contre-la-montre à la 21e place, à 2'20'' du vainqueur portugais. Le coureur grison a conservé sa 15e place au classement général final.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Culture

Festi'neuch: bon bilan sécuritaire et musical

Publié

le

Le chanteur Etienne Daho a dédié son concert de vendredi soir à Françoise Hardy, décédée quelques jours auparavant (archives). (© KEYSTONE/EPA/HUGO MARIE)

Festi'neuch, qui a commencé jeudi et se termine dimanche soir, a vécu une 23e édition réussie. Le Neuchâtel Open Air Festival n'a pas connu de problèmes sécuritaires majeurs, malgré une affluence record de 57'000 personnes.

La nouvelle scène du Cargo a permis d'augmenter de 2000 le nombre de festivaliers le jeudi soir, a déclaré dimanche Antonin Rousseau, directeur de Festi'neuch. "L'espace était plus grand et plus aéré et la qualité du son était bien meilleure. Les artistes ont aussi apprécié et relevé que les conditions techniques étaient à la hauteur", a-t-il ajouté.

Malgré les travaux de réaménagement des Jeunes-Rives, le site est resté fluide et agréable, a précisé le directeur. Festi'neuch a conservé la même superficie. Il a gagné de l'espace au bord du lac mais en a perdu un peu ailleurs.

Les moments forts musicaux ont été les concerts de la nouvelle révélation de la chanson française Zaho de Sagazan et d'Etienne Daho. Le concert de Bigflo et Oli de dimanche soir est très attendu.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Sport

Vollering encore la plus forte, Chabbey recule

Publié

le

Demi Vollering intouchable (© KEYSTONE/GIAN EHRENZELLER)

Demi Vollering a récidivé au Tour de Suisse dames. Après avoir enlevé la première étape, la Néerlandaise s'est également imposée lors du contre-la-montre en côte de 15,7 km entre Aigle et Villars.

Vollering a devancé de 18 secondes l'Italienne Elisa Longo Borghini et de 26 la Néo-Zélandaise Kim Cadzow. Comme la veille, où elle avait roulé en solitaire pendant 50 km et n'avait été rattrapée que dans l'avant-dernier kilomètre, Elise Chabbey a terminé meilleure Suissesse. La Genevoise de 31 ans a cependant payé les efforts fournis la veille et a perdu près de 3'30 sur Vollering pour échoir à la 17e place.

Au général, Vollering mène avec 1'26 d'avance sur Longo Borghini. Chabbey a cédé sept places et se retrouve 10e à 4'13. La troisième étape de lundi se fera sur 125,6 km entre Vevey et Champagne.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture