Rejoignez-nous

Economie

La modération salariale est restée de mise en Suisse l'an dernier

Publié

,

le

Au regard de la hausse de 0,9% affichée 2019, la croissance nominale des rémunérations s'est légèrement tassée l'an dernier. L'indice suisse des salaires nominaux s'est ainsi établi à 103,4 points (base 2015 = 100) (archives). (© KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD)

De mise depuis 2012 en Suisse, la modération en matière salariale s'est poursuivie l'an dernier. Les salaires ont ainsi affiché l'an dernier une hausse nominale moyenne de 0,8%.

Au regard de la hausse de 0,9% affichée 2019, la croissance nominale des rémunérations s'est légèrement tassée l'an dernier, ressort-il du communiqué diffusé vendredi par l'OFS. L'indice suisse des salaires nominaux s'est ainsi établi à 103,4 points (base 2015 = 100). Compte tenu d'un taux d'inflation annuel moyen de -0,7%, les salaires réels ont augmenté de 1,5% (102,6 points, base 2015 = 100).

Les chiffres de 2020 confirment ainsi le phénomène de modération salariale que connaît la Suisse depuis 2012, leur croissance nominale annuelle se révélant inférieure à 1%, ajoutent les statisticiens fédéraux. La plupart des décisions en matière de salaires pour l'an dernier ont été prises en septembre 2019, alors que l'inflation était estimée à 0,4% pour 2020.

Dans les faits, la crise sanitaire provoquée par la pandémie de Covid-19 et le ralentissement conjoncturel qui en a découlé, se sont soldés par un recul général des prix de 0,7%. Le pouvoir d'achat des salaires, résultat de l'ajustement des salaires nominaux à l'inflation, a donc augmenté pour la deuxième fois depuis 2019.

Importants écarts

Dans les activités bénéficiant de conventions collectives de travail (CCT), lesquelles comptent près d'un demi-million d'employés, la croissance des salaires effectifs (nominaux) négociée pour 2020, s'est inscrite à 0,4%.

Selon les secteurs, les salaires nominaux ont crû en moyenne de 0,5% dans l'industrie, après des hausses de 0,9% en 2019, 0,3% en 2018 et 0,4% en 2017. La progression de l'an dernier s'est révélée inférieure à la moyenne de 0,8% de l'ensemble de l'économie suisse. L'OFS observe cependant d'importants écarts dans ce secteur, entre des baisses de 1,8 et des augmentations de 2,2%.

La palme de la croissance nominale est revenue à la fabrication des produits métalliques (+2,2%) et à la construction (+0,8%). Les industries extractives et celles liées à la production et la distribution d'énergie ont subi les plus forts replis (-1,8%), avec la branche du bois, du papier et de l'imprimerie (-0,3%).

A l'image de l'année précédente, les salaires nominaux du secteur tertiaire ont crû l'an passé de 0,9%, après des hausses respectives de 0,9%, 0,5% et 0,4% en 2019, 2018 et 2017. L'informatique et les services d'information ainsi que les activités spécialisées, scientifiques et techniques ont bénéficié des plus importantes augmentations (+2,7%), devant celles du commerce et de la réparation d'automobiles et de motocycles (+2,1%).

Dans le domaine "santé, hébergement médico-social et action sociale", les salaires nominaux ont augmenté de 1,7%. Toujours dans le secteur tertiaire, cinq branches ont subi un recul des salaires nominaux, dont celle de l'assurance (-2,1%) et du commerce de gros (-0,6%).

Hausse plus forte dans le tertiaire

Du côté des salaires réels, la hausse a atteint 1,2% dans le secteur secondaire et 1,6% pour le tertiaire. L'évolution des salaires réels en 2020 s'est située dans une fourchette allant de -1,4% à +3,4%, soulignant ainsi la diversité des dynamiques salariales à l'oeuvre dans les différentes branches économiques.

De 2016 à 2020, le rythme annuel moyen de la progression salariale réelle pour l'ensemble des personnes salariées a atteint 0,5%. Dans le secteur secondaire, l'évolution réelle annuelle moyenne sur cette période s'est fixée à +0,4%. Sur cette période, les branches dites "à moyenne et haute technologie", lesquelles représentent aussi les grandes branches exportatrices du secteur industriel, ont influencé le plus fortement à la hausse l'évolution des salaires réels.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualité

Vaud tire un quatrième loup dans le Jura vaudois

Publié

le

En septembre dernier, Berne avait donné son feu vert au tir de trois jeunes loups de la meute du Marchairuez (VD), en raison d'attaques croissantes sur les troupeaux de bovins (archives). (© Keystone/FABRICE COFFRINI)

Le canton de Vaud a procédé à un nouveau tir de régulation du loup dans le Jura vaudois, le quatrième depuis mars dernier. Les surveillants de la faune ont abattu un loup mâle adulte de la meute du Marchairuz dans la nuit du 27 au 28 novembre dernier.

Le tir a eu lieu sur l'alpage des Grands Plats de Bise sur la commune du Chenit, dans les conditions fixées par l'Office fédéral de l'environnement, a indiqué jeudi l'Etat de Vaud. En septembre, l'OFEV avait donné son feu vert au tir de trois jeunes loups de la meute, en raison d'attaques croissantes sur les troupeaux de bovins.

Le tir a visé un loup de petite taille, âgé de 3 à 6 ans, au milieu d'un groupe de quatre canidés sur le territoire de la meute et dans le périmètre autorisé, hors du district franc du Noirmont.

Cet article a été publié automatiquement. Source : ats

Continuer la lecture

Economie

Swiss s'accorde avec son personnel de cabine

Publié

le

Sinistré pendant la pandémie de coronavirus, le personnel de cabine fait depuis cruellement défaut au transporteur aérien pour retrouver son altitude de croisière. (archive) (© KEYSTONE/GAETAN BALLY)

La compagnie aérienne Swiss s'est mise d'accord avec le syndicat Kapers sur une nouvelle convention collective de travail (CCT) pour le personnel de cabine. Le transporteur a augmenté les salaires et promet d'améliorer "la planification de la vie privée".

Cette nouvelle CCT, qui s'applique pour les employés de Zurich et Genève, doit être approuvée par les membres de Kapers.

Swiss a indiqué avoir trouvé un accord "sur les points essentiels" de la future CCT, qui aura une validité d'au moins cinq ans, après les ententes conclues avec les autres catégories d'employés dont le personnel au sol et navigant technique.

Le salaire de départ du personnel de cabine a été fixé à 4000 francs. Les autres rémunérations seront augmentées d'au moins 4% à partir du 1er janvier 2023, a précisé Swiss jeudi dans un communiqué. Les membres d'équipages doivent également bénéficier de "mesures permettant de mieux planifier leur vie privée" et de nouveaux modèles de travail à temps partiel. Ces ajustements représentent un investissement de 100 millions de francs pour Swiss sur les cinq prochaines années.

La possibilité de travailler au-delà de l'âge de 62 ans a également été inscrite dans la nouvelle CCT, a précisé le syndicat.

Selon le directeur général de Swiss, Dieter Vranckx, cet accord illustre "la nécessité de perspectives attrayantes et d'un maximum de stabilité pour un avenir prospère en 2023 et au-delà".

Pour le syndicat Kapers, cette nouvelle CCT "représente une très nette amélioration" en comparaison avec la convention collective de travail actuellement en vigueur. Les membres du syndicat devront d'abord l'approuver lors d'un vote en janvier ou février 2023. Si elle est acceptée, la CCT entrera en force le 1er mars prochain.

Pilotes et personnel au sol aussi

"Après de très longues années de disette et les affres de la pandémie, il était plus que temps que le personnel de cabine retrouve sa dignité", a estimé la présidente de Kapers, Sandrine Nikolic-Fuss, citée dans un communiqué distinct.

Swiss, qui avait été lourdement touchée par la pandémie de coronavirus, avait auparavant mené un bras de fer avec les représentants des pilotes. Fin octobre, leur syndicat Aeropers et la filiale du géant allemand Lufthansa étaient parvenus à un accord en matière de nouvelle CCT.

Selon ce texte, les pilotes ont obtenu une augmentation de salaire de 2,3% et une compensation du renchérissement de 2%. La publication du plan de travail a été avancée d'une semaine et il n'y aura plus de changement de plan de travail après une maladie.

Les pilotes de Swiss avaient auparavant menacé de faire grève, après s'être battus pendant plusieurs mois pour de meilleures conditions de travail.

Quelques jours plus tôt, le personnel au sol avait obtenu une augmentation salariale à partir du 1er janvier. Un accord a été trouvé entre le syndicat Sev-Gata et la direction de Swiss. La masse salariale a été relevée de 3,3% pour les augmentations générales.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le nombre de milliardaires recule légèrement en 2022 (étude UBS)

Publié

le

Le petit monde des milliardaires a égaré quelques représentants l'an dernier. (archive) (© KEYSTONE/AP/LIONEL CIRONNEAU)

Le nombre de milliardaires et leur fortune totale a légèrement décliné cette année, notamment sous le coup de la forte volatilité des marchés financiers et de la fin des politiques monétaires ultra-accommodantes.

Alors que les Etats-Unis comptent le plus grand nombre de super-riches, de nouvelles fortunes ont émergé en Inde.

En 2022, UBS a comptabilisé quelque 2668 milliardaires à travers la planète détenant une fortune totale de 12'706 milliards de dollars, contre encore 2755 ultra-riches et une fortune cumulée de 13'100 milliards un an plus tôt, selon une étude de la banque aux trois clés publiée jeudi. Dans le détail, 360 individus ont quitté le classement et 273 l'ont rejoint.

Les données ont été relevées en mars 2022 et UBS signale que le nombre total de grandes fortunes et leur richesse devrait encore avoir décliné depuis en raison de la chute des marchés financiers.

"La rapide accélération des taux d'intérêt, les démarrages et arrêts économiques dus à la pandémie et la guerre en Europe ont nourri l'incertitude sur les machés et la volatilité, les fortunes se créant et s'érodant quasiment au même rythme", ont souligné les auteurs de l'étude.

Parmi les secteurs comptant le plus grand nombre de milliardaires figure en tête de classement la finance, suivi par le domaine technologique et l'industrie, ainsi que la mode et la vente au détail.

Par régions, les Etats-Unis comptent toujours le plus grand nombre de milliardaires avec 735 super-riches, un chiffre en hausse de 1,5% sur un an. Suivent la Chine avec 540 milliardaires, mais une chute de 13,7% de leur nombre, et l'Inde qui en compte 166 et affiche la plus forte progression (+18,6%). La Suisse compte quant à elle 41 grandes fortunes (+2,5%).

En Russie, le nombre de milliardaires affiche le plus important repli, avec une baisse de 29,1% à 83. Leur fortune totale a également fondu de 43,5% à 326,9 milliards de dollars. Avec l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe, Moscou s'est retrouvée sous le coup d'une série d'embargos et de restrictions internationales, tout comme ses oligarques qui ont vu leurs avoirs saisis ou gelés.

Les spécialistes d'UBS ont également relevé que les grandes fortunes ont été affectées dans les pays tardant à rebondir après la pandémie de coronavirus, comme le Japon qui a enregistré un déclin du nombre de milliardaires de 18,4% à 40 individus.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Le courtier en ligne vaudois Swissquote ouvre une filiale à Chypre

Publié

le

La banque en ligne basée à Gland (VD) se renforce à Chypre, Zurich et Dubaï. (© KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT)

La banque en ligne vaudoise Swissquote poursuit son expansion en Europe avec l'inauguration d'une nouvelle filiale à Chypre. La société Swissquote Capital Markets a obtenu mercredi sa licence auprès du gendarme financier chypriote Cysec.

Il s'agit du troisième site pour Swissquote en Europe, après la création des antennes au Luxembourg et à Malte, indique jeudi l'établissement basé à Gland (VD).

Dans son communiqué, le courtier en ligne vaudois annonce également avoir renforcé son site de Zurich, y revendiquant une "croissance record du nombre de nouveaux clients" qui a généré un bond des demandes de leur part. Swissquote a ainsi étoffé l'effectif de son service à la clientèle ("customer care") et investi de nouveaux bâtiments à Zurich-Stettbach.

Le groupe a également renforcé ses activités à Dubaï, un pays où la banque est présente depuis 2010, en y ajoutant la possibilité d'investir directement dans des titres cotés à la Bourse locale. Cette offre est disponible depuis fin octobre.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture

Economie

Axpo se veut confiant pour le long terme, au sortir de 2021/22

Publié

le

L'énergéticien argovien, l'un des trois considérés comme systémiques par la Confédération, assure n'avoir pas eu à puiser dans les milliards de crédits d'urgence mis à sa disposition. (archive) (© KEYSTONE/MICHAEL BUHOLZER)

L'énergéticien Axpo reste optimiste pour son avenir sur la durée, nonobstant des conséquences difficilement prévisibles dans l'immédiat de la guerre en Ukraine et des interventions politiques sur les marchés internationaux de l'énergie.

Le groupe argovien assure par ailleurs n'avoir encore pas touché à la ligne de crédit d'urgence de 4 milliards de francs ouverte par la Confédération début septembre.

D'octobre 2021 à fin septembre 2022, la prestation totale a explosé de trois quarts à 10,5 milliards de francs, sous l'effet de l'explosion des prix du gaz et de l'électricité notamment, mais aussi d'un renchérissement des frais d'approvisionnement, note le rapport d'activité diffusé jeudi.

La rentabilité, elle, a été influencée par une kyrielle de facteurs uniques. L'excédent d'exploitation (Ebit) a été multiplié par plus de trois à 1,75 milliard, tandis que sa version ajustée - soit hors exceptionnels - a été élaguée d'un bon tiers à 392 millions. Le bénéfice net au final est demeuré presque stable, à 594 millions contre 607 millions douze mois plus tôt.

Si l'avenir immédiat demeure difficilement lisible, la société de Baden compte profiter ces prochaines années d'effets de rattrapage et, dès l'exercice 2024/25, des effets du renchérissement des prix du courant. Les débours consentis pour des prestations de garanties doivent aussi se muer en afflux, tandis que la performance demeurera influencée par les fluctuations de la valeur du fonds de désaffection pour les installations nucléaires (Stenfo) et du portefeuille de participations.

Cet article a été publié automatiquement. Sources : ats / awp

Continuer la lecture